Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 27/10/2013 18h11 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   188 

Article intéressant dans le Canard (que j’ai croisé avec d’autres sources sur Internet) montrant que, somme toute, les USA ne s’en sortaient pas si mal lorsqu’il s’agissait de faire payer les banques "fautives" (chacun pourra donc interpréter ces chiffres mais ça prouve que la régulation/justice actuelles ne sont pas si mauvaises aux USA). L’article se conclut par une comparaison assassine avec le cas français…

Donc, depuis 2088 les 6 principaux établissements financiers américains ont payé 116 G$ de dommages et intérêts ou amendes soit plus que la somme des dividendes sur la même période. Et ce n’est pas fini tant au pénal qu’au civil.

L’article se finit avec la comparaison de la faillite du Crédit lyonnais… pour laquelle il y a eu un non-lieu judiciaire quasi général et 0 € a été versé…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#52 27/10/2013 19h21 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   56 

Bonjour

Vu aujourd’hui: le premier marché à terme pour le saumon a ouvert ses portes à la bourse d’Oslo.
Instrument de couverture bien entendu mais on attend aussi les spéculateurs "pour animer les cours", entendez les faire monter!
Votre saumon fumé à Noël coûtera un peu plus cher à n’en pas douter…


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#53 17/11/2013 16h08 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Bonjour,

juste une question idiote, au lieu de rajouter des reglementations, pourquoi ne pas revenir a celle de 1945 et supprimer celle de 1995? Y a-t-il une difference avec le programme de "controlons la finance"?

Hors ligne

 

#54 17/11/2013 19h34 → Changer la finance ! (changer finance)

Modérateur
Réputation :   1082 

@Wawa : sans doute parce que certains des changements intervenus depuis 1945 sont utiles, et que le contexte n’est plus du tout le même (la mondialisation, internet, la fin du système Bretton Wood, etc.). Les solutions les plus simpl(ist)es ne sont pas toujours les meilleures.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#55 18/11/2013 07h15 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Du coup, c’est votre reponse qui me parait simpliste, non? Si vous n’etes pas capable de m’expliquer de maniere intelligible en quoi "controlons la finance" est differente de la loi de 45 ou du Glass-Steagall act, j’en deduis que vous ne comprenez pas ce que vous faites.

Concernant la loi de 1945, ce que j’en comprends, c’est surtout qu’elle etait calquee sur le Glass-Steagall act de 1933, passe a la suite de la crise de 1929 ou les banques s’amusaient a speculer avec l’argent des deposants.

Le probleme, c’est qu’en investissant l’argent des deposants, ils deviennent "Too big to fail" car on verrait alors disparaitre tous l’argent des epargnants, et ca personne n’en veut, surtout pas les etats. Pour moi, le principal probleme est la non-separation des activites d’investissements et de detail. Avec la separation, il n’y aurait plus de problemes de "Too big to fail" pour les organismes d’investissements, ils redeviendraient des entreprises comme les autres et pourraient investir dans tous les LBO, junk bonds, et produits derives qu’ils veulent.

Alors que les derniers temoins de la crise de 1929 etaient en train de disparaitre, on a leve les restrictions, et il a fallu 10 ans pour que l’on retrouve les memes symptomes, hasard me direz-vous, cela n’a rien a voir. Personnellement, je constate juste que les memes causes ont eu les memes consequences.

Dans "Finance-watch", je vois des propositions floues, comme par exemple "remettre la societe aux commandes", ce n’est pas une proposition concrete, c’est du flan pour moi. Je vois des propositions de labels de qualite des produits financiers, mais donnes selon quels criteres? On ne sait absolument pas valoriser les produits financiers ou leur risque, n’en deplaise aux adorateurs de la theorie PT-EMT-Scholes; elles sont basees sur le postulat, non verifie, que les gains et pertes des marches suivent une distribution normale. Ce qui est faux. Prenez un indice, faites un graphe avec les variations journalieres et dites-moi si elles suivent une loi normale. La reponse est non, certains points sortent, et devraient etre quasiment impossibles. Octobre 1987 n’existe pas dans le monde des marches efficients. Aujourd’hui, nous n’avons aucun outil valable pour mesurer le risque, donc je m’interroge serieusement sur la capacite de l’organisme de controle de mieux evaluer le risque que les banquiers d’investissement.

Il faut juste empecher les banques de jouer au casino avec l’argent des particuliers et des entreprises; en bref: separation des activites de detail et d’investissement. Le reste, c’est du detail.

Evidemment, le probleme, c’est que l’on verrait des milliards partir en fumee car les banques n’auraient plus les fonds pour faire mumuse. En 1933 (US) ou en 1945 (France), c’etait plus facile a faire passer, vu que le systeme financier etait a genoux. Aujourd’hui, on le maintient a bout de bras, personne ne veut voir un pan de l’economie casino virtuelle disparaitre, ca fait du PIB apres tout.

Dernière modification par Wawawoum (18/11/2013 09h36)

Hors ligne

 

#56 18/11/2013 10h56 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   554 

Petites remarques en passant :
- il parait que la finance mondiale a failli s’effondrer avec Lehman Brothers… Qui était une banque d’investissement pure play.

- par ailleurs, comment se fait-il alors qu’aux UK, des banques de détail qui n’avaient aucune activité investissement aient dû recevoir un bail-out ? (par ex : Northern Rock, Bradford & Bingley et HBOS… en fait, seules Barclays, HSBC et RBS avaient des branches banques d’investissement).

Sur la base de ces constats extrêmement terre à terre, le problème était-il vraiment, en 2008, lié au modèle de banque universelle ? Il semblerait que la réponse soit plutôt non… Les raisons sont à rechercher ailleurs il me semble.

Hors ligne

 

#57 18/11/2013 11h20 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Pour prendre Northern Rock par exemple,  la separation avait visiblement pris l’eau (enfin non, puisqu’il n’y en avait plus), elle avait un deal avec Lehman Brothers, ce n’est plus vraiment un pure player dans ce cas la; de plus ils ont des activites d’assurances.

Si Lehman, banque d’investissement, avait des deals avec des banques de detail, s’agit-il encore de pure players?

La question au final est de savoir ce qu’on le droit de faire les banques avec l’argent en depot. Force est de constater que nous sommes toujours dans l’exces, et que je vois mal comment une couche de supervision en plus pourrait changer quelque chose (de toute facon, ils se feraient noyauter par GS en 2 temps 3 mouvements). Le systeme precedent n’etait pas parfait et prenait l’eau, c’est vrai, mais de la a retirer la digue parce qu’elle debordait, j’ai un peu du mal a comprendre.

Dernière modification par Wawawoum (18/11/2013 11h29)

Hors ligne

 

#58 18/11/2013 16h27 → Changer la finance ! (changer finance)

Modérateur
Réputation :   1082 

Wawawoum a écrit :

Du coup, c’est votre reponse qui me parait simpliste, non? Si vous n’etes pas capable de m’expliquer de maniere intelligible en quoi "controlons la finance" est differente de la loi de 45 ou du Glass-Steagall act, j’en deduis que vous ne comprenez pas ce que vous faites.

Je ne crois pas que la solution qui a plus ou moins marché il y a 70-80 ans, dans un contexte très différent de celui d’aujourd’hui, puisse fonctionner telle quelle aujourd’hui. Il est possible de s’inspirer de certains de ses principes, mais les détails (ce qui compte !) devront probablement être très différents.

Je ne crois pas que la solution soit simple à définir, ni que ce sera uniquement en écoutant les arguments et les propositions du monde la finance (en plein conflit d’intérêt potentiel) qu’on y arrivera.
 
Ce qui a motivé la création de "Finance-watch", c’est de ne pas laisser uniquement le monde de la finance faire des propositions, informer (les décideurs politiques) sur les pratiques, et donner son avis sur les mesures à prendre. Après, au niveau des propositions détaillées que FW peut émettre aujourd’hui ou hier, elle ne sont sans doute pas parfaites (c’est une ONG encore jeune), mais elles ont le mérite d’exister, et de mettre le débat ailleurs qu’uniquement à la croisée des loobyistes payés par le monde la finance.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#59 21/11/2013 09h30 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Le probleme, c’est que cette ONG n’arrivera pas selon moi a regrouper les gens derriere eux avec autant de details, l’opinion publique ne s’interesse pas a des propositions detailles, il leur faudrait une ou deux principales propositions concretes qui ne ressemblent pas a des voeux pieux. Et ensuite, detailler a partir de la.

La finance n’est plus vraiment au pouvoir (plus autant qu’avant), Mr Obama a l’air d’avoir ete echaude par les banques et notamment GS (qui maintient qu’ils n’auraient pas ete emportes alors que si AIG coulait, ils etaient les prochains sur la liste). Et personnellement je n’accepte pas l’argument qui consiste a dire que s’il y avait des gens pour acheter, c’est tant pis pour eux; ces produits etaient visiblement ficeles pour exploser en vol, c’est meme sur vu les e-mails de Tourre. A ce moment la, Ponzi et Madoff sont des genies de la finance, et devraient etre celebres comme tels.

D’ailleurs, on encense beaucoup Buffett, mais lors de son audition, il n’y rien a trouver a redire sur la facon dont les marches et les agences de notation fonctionnent (etonnant quand on sait comment il semble critique des theories modernes de la finance et des produits derives). Franchement, il m’a beaucoup decu sur ce coup-la, je trouve qu’a force de vouloir faire plaisir a tout le monde, il se decredibilise (en tant que personne, pas en tant qu’investisseur). Apres la crise, il s’est retrouve actionnaire de GS, si on ajoute a ca son amitie avec "Hank" Paulson qui etait secretaire au tresor US et ancien president de GS a l’epoque, ca fait reflechir sur le fonctionnement du systeme.

Bref, les politiques ont pris conscience du probleme (Obama, Hollande…), mais vous perderiez plusieurs points de croissance a "casser la finance", ils sont otages de l’economie au fond.

Pour conclure, je pense que leur idee de rajouter une couche de reglementation n’est qu’emplatre sur jambe de bois, mais s’ils peuvent faire evoluer la situation tant mieux. Malheureusement, la methode ne me semble pas la bonne…

Dernière modification par Wawawoum (21/11/2013 09h34)

Hors ligne

 

#60 21/11/2013 18h02 → Changer la finance ! (changer finance)

Modérateur
Réputation :   1082 

Si vous connaissez la bonne méthode, ou avez des idées pouvant contribuer à l’élaborer, vous serez bienvenu !

Pour le moment, cette ONG me semble être la seule organisation indépendante du monde la finance et des états à essayer d’agir et d’influencer les politiques, de regrouper des personnes souhaitant aller dans le même sens, et de faire des propositions.
Ca ne résout pas la problématique. Mais ça rempli sans doute déjà un manque dans le (long) chemin pour arriver à la résoudre.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#61 21/11/2013 18h46 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   69 

Bonjour,

je découvre ce sujet et je n’ai pas tout lu mais il me semble que les éléments suivants n’ont pas été abordés. Je les formules sous forme de questions car je n’ai simplement pas les réponses mais qu’il me semble que ce sont des points intéressants à creuser :

"too big to fail": quid de la loi anti trus aux Etats Unis? Comment ça marche et peut on s’en inspirer pour le cas des banques?

Le risque systémique bancaire est il lié à la fusion des banques de dépôt et d’investissement ou à l’utilisation de la création monétaire par une entreprise d’intérêts privés?
Est ce que ce sont 2 éléments à distinguer ou sont ils corrélés?

La régulation avec un contrôle des élus: si on ne fait pas confiance aux élus pour prendre les bonnes décisions, notamment en raison de leur incultures sur le sujet à réguler, ne peut on pas s’appuyer sur des panels de citoyens tirés au sort, avec des moyens suffisant pour réfléchir sur le sujet?
Et par extension, est ce qu’un système sans élection ne serait pas plus pertinent?

roudoudou a écrit :

Dans le monde d’aujourd’hui on ne peut plus vraiment séparer les activités de marché de la banque de détail car cela est trop cyclique, l’avenir c’est la banque universelle. Pourquoi ?

Car les activités de marché ont besoin de financement et qu’une partie des dépôts considérée comme stable est nécessaire.

Pouvez vous préciser?

roudoudou a écrit :

Il ne faut pas oublier que le métier de base d’une banque c’est de faire de la transformation, c’est à dire de prêter à long terme et d’emprunter à CT. Mais également de maitriser ses risques, c’est à dire de choisir (toujours en restant dans les clous en terme de régulation) les risques qu’elle souhaite porter, et pour quelle intensité.

Quid de la création monétaire?

J’ai notamment eu l’occasion de discuter avec un directeur d’agence bancaire qui ne connaissait rien à la création monétaire. A quel niveau des banques ce pouvoir est il utilisé et comment se fait il que son utilisation soit si méconnue?

roudoudou a écrit :

Pour gérer tout cela, il est très important d’avoir des activités de marché. Mais aussi, n’oubliez pas que sans activités de marché, les états ne se financent pas, les clients corporate ne peuvent plus se couvrir (change, projets à l’étranger, aléas du climat etc…), et il n’y a plus de liquidité sur le marché (change, taux etc…)

De ce dont je me souviens de mes cours d’histoire, au moyen age, les royaumes faisaient appel aux riches pour percevoir l’impôt par avance, à la charge des riches de percevoir cet impôt. Ce n’était pas un système idéal pour le peuple ou le royaume car les riches prenaient une grosse marge au passage.

Ne peut on pas comparer ce système avec l’emprunt des états auprès des banques?

D’ailleurs, sauf erreur de ma part, ce fonctionnement est assez récent.

Pour les autres acteurs économiques, je ne sais pas, mais je trouve dommage qu’un état doive emprunter auprès d’un établissement privé contre intérêt.


Pourquoi pas Vous?

Hors ligne

 

#62 23/11/2013 12h37 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

PRULS a écrit :

Le risque systémique bancaire est il lié à la fusion des banques de dépôt et d’investissement ou à l’utilisation de la création monétaire par une entreprise d’intérêts privés?

Je ne suis pas sur de comprendre le terme "utilisation de la creation monetaire par une entreprise privee", je vais donc m’en tenir a la creation monetaire tout court. Sans etre un expert, voici ce que j’en ai compris:
La creation monetaire
les crises sont toutes liees a de la creation monetaire par le credit facile, qui est une condition necessaire mais pas suffisante pour que se developpe des bulles. La creation monetaire s’auto-entraine car les premiers investissements a credit portent leur fruits, on prete plus facilement, et plus cher, jusqu’a ce que les retours sur investissement ne puissent plus suivre. On se retrouve alors dans le cadre d’une chaine de Ponzi ou pour payer les interets, il faut un miracle ou vendre l’actif sous-jacent. La bulle eclate, on cherche a vendre en panique, le leverage fait le reste. Mais ces bulles / crises ont existe et existeront toujours, ce qui met en danger le systeme, c’est la fusion des activites de details

La fusion des activites
La fusion des banques d’investissement et de details rendent le danger systemique. Si on regarde la crise des annees 90 sur les junk bonds, on se retrouve exactement la meme chose que les CDO: des actifs risques que l’on met ensemble, ils deviennent un portefeuille diversifie grace a la magie du tandem Portfolio Theory + CAPM qui sous estime le risque de ces produits. Ces produits pourris recoivent une note AAA par les agences de notation (ce sont de vrais alchimistes, ils transforment le plomb en or….). Ils sont remis en circulation, vu qu’ils ont recu un AAA, on a le droit d’emprunter beaucoup d’argent pour les acheter (normal, ils ne sont pas risques!!).

Or la crise des junk bonds n’a pas inquiete les banques de detail que je sache, les banques d’investissement ont pris seules le bouillon, ils ont du en avoir assez et decider de faire participer les autres.

Sur les produits derives je ne suis pas encore au point mais je vais regarder ca, mais ce que je comprends, c’est que l’on doit pourvoir creer de la monnaie avec; on repackage encore le produit, on le repasse a l’agence de notation qui lui remet du AAA, parce que de toute facon personne de sais plus ce qu’il y a dedans… On peut reemprunter pour les acheter et hop, re-creation de monnaie.

Pour ceux que les crises interessent et qui lisent l’anglais il y a l’excellent livre: Manias, Panics and crashes: A history of Crises. Tres instructif.

Roudoudou a écrit :

Car les activités de marché ont besoin de financement et qu’une partie des dépôts considérée comme stable est nécessaire.

Ca na pas de sens, en gros, vous dites que les activites de marches sont instables, et que par consequence, ils ont besoin de nos economies pour s’amuser… Moi aussi, Roudoudou, j’ai besoin de vos economies pour aller jouer au casino, c’est trop cyclique…

Je ne comprends pas en quoi les activites de marches et les produits derives sont necessaires au fonctionnement d’une banque de detail, si cela etait vrai, pourquoi alors aurait-on eu des liquidites jusqu’en 1995, annee ou l’on a abroge la loi bancaire de 45?

Par contre, c’est vrai que la separation aujourd’hui ferait du mal a tout le monde, banques, etats, particuliers, entreprises.

GBL, vous avez raison, le debat a le merite d’etre lance, rien que pour ca, je leur apporterai mon soutien, ils en auront bien besoin!

Dernière modification par Wawawoum (23/11/2013 13h20)

Hors ligne

 

#63 23/11/2013 13h24 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Tiens en cherchant, je viens de tomber la-dessus: » [Pétition] Non à « l’État BNP » : pour une séparation de la Banque et de l’État !
Je vais regarder le blog du coup aussi, ca a l’air interessant.

Hors ligne

 

#64 23/11/2013 15h29 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   69 

Mes cours d’économies disaient que la création monétaire qui se fait au niveau des banques est simple: lorsque quelqu’un fait un prêt, l’argent de ce prêt est créé. C’est tout.

Du coup, dire que les prêts longs termes sont en fait une succession de prêts courts termes me surprend, bien que je comprenne l’idée.

Par contre, ce qu’il faut bien voir, c’est que les banques touchent un intérêt sur l’argent qu’elle prête/crée.

"financer l’économie" est en fait faire en sorte qu’il y ait assez de monnaie en circulation pour alimenter l’économie. Si yen a trop, on est en situation d’inflation, ce qui n’est pas forcément bien, et si yen a pas assez, déflation.

Or si les banques privées ont intérêt à créer de la monnaie, pourquoi se limiteraient elles à la bonne dose pour l’économie?

Par ailleurs, pourquoi n’utiliseraient elles pas ce pouvoir de création monétaire à ses propres fins? Notamment en créant des bulles?

Dire que la spéculation a existé et qu’elle existera toujours est une chose, dire que les conséquences de cette spéculation ont toujours eu un impact global me semble erroné.

Alors il parait que le pouvoir de création monétaire des banques est limité par un ratio sur leurs fonds propres.

Si j’emprunte pour acheter une voiture, et que le vendeur utilise cet argent pour l’investir dans les fonds propres de la banque prêteuse, celle-ci a t elle la possibilité de prêter à nouveau?


Pourquoi pas Vous?

Hors ligne

 

#65 25/11/2013 16h20 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Oui, la creation de monnaie se fait au niveau des banques; quand elles pretent je crois qu’elles peuvent mettre environ 40% - 50% d’actif en face (si quelqu’un peut confirmer) du pret concede, qui peuvent a leur tour servir pour preter, d’ou creation de monnaie.

Les banques sont effectivement limitees par un ratio sur fonds propres mais qui sont assez faibles (2% avant Bale 3; 7% apres Bale3); Lehman Brothers devait etre vers ces 2-3% en fin de vie, et encore parce qu’ils bidouillaient pour rapatrier des actifs de filiale au moment de faire les comptes pour passer le cut…

Les banques ont effectivement interet a creer de la monnaie, ils sont a la source et peuvent se servir en direct allegrement, surtout maintenant qu’ils tiennent l’economie mondiale en otage (si vous me condamnez, on fait tout peter!), du coup scandale du LIBOR (un juge americain a declare qu’il ne pouvait pas poursuivre les banques parce cela risquait de mettre a mal l’economie mondiale…), collusions en tout genre, ce matin meme RBS qui a force des petites entreprises a etre liquidees, la baleine de Londres, GS et Tourre… Enfin bref, c’est le grand n’importe quoi.

Dernière modification par Wawawoum (25/11/2013 16h22)

Hors ligne

 

#66 25/11/2013 17h51 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   96 

Les banques peuvent préter en effet mais avec des actifs qui respectent les ratios prudentiels.

C’est pas 40 ou 50% si on simplifie a l’extreme c’est de l’ordre de 12-13 mais si on rentre dans le détail il y a plusieurs méthodologies dans bale I et II qui font intervenir les actifs pondérés des risques

Hors ligne

 

#67 26/11/2013 08h16 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

Bonjour Roudoudou et merci,

J’essaie de me renseigner mais il y a tres peu d’informations sur le sujet; le sujet "creation de monnaie" est extremement pauvre et mal explique sur le net je trouve. Du coup c’est difficile de savoir ce qu’il se passe.

On me repond toujours que c’est tres complique, du coup je me demande si Galbraith n’a pas raison: "L’etude de la monnaie, plus que tout autre sujet en economie, est celui ou la complexite est utilisee pour travestir ou cacher la verite, pas pour la reveler. Le processus par lequel les banques cree de l’argent est si simple que l’esprit en est bouleverse"

Alors, mettons que la banque Woum que je viens de creer avec un petit million d’euros au capital ouvre ses portes aujourd’hui. Avec mon million de depart, j’ai le droit de preter jusqu’a 10 millions en admettant que je doive garder 10% de reserves.

Mais voila mon premier client! Je decide de preter a Mr Doudou, 1 million d’euro pour s’acheter la maison de ses reves en banlieue parisienne. Normalement, il ne devrait rester que 9 millions que la banque Woum peut preter, pourtant de ce que j’ai compris, la banque a le droit de mettre en actif une partie de ce pret, donc environ 12% d’apres les chiffres que vous me donnez. Je me retrouverai avec 1,120 millions au capital et, par consequent, une capacite de pret de 11.2 millions environ. C’est bien ca?

Hors ligne

 

#68 26/11/2013 09h46 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   96 

@Wawawoum

Je me suis peut être mal exprimé le ratio c’est x12 environ.

En fait (et en très grossier) :

l’étape 1 consiste a calculer les encours pondérés des risques : Vous ponderez par rapport à une note correspondant à la qualité de crédit correspondant à votre contrepartie. Cette note en méthode avancée Bale II est une note interne calculée par la banque d’ou la complexité

l’étape 2 consiste à dire que les FP de la banque (au sens core Tier 1, donc fonds propres durs) divisés par ses encours doivent donner un chiffre >= à 4% ET que le Tier 1 (un peu moins contraignant que le core tier1) divisés par ses encours doivent donner un chiffre >= à 8% (1/0.08=12,5)

Dans mes souvenirs, le principe est celui-ci. Si qqun a des remarques/objections n’hésitez pas.

Hors ligne

 

#69 26/11/2013 11h34 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

OK, sur ce point la, je suis d’accord, c’est le multiplicateur de credit, c’est ce qui me fait arriver a 10 millions a preter dans mon exemple de banque avec 1 million de capital ou de depots, je serai donc toujours limite a x10, c’est-a-dire 1/R. c’est un premier mecanisme, mais qui est reversible si on retire le capital ou les depots.

En fait, il me semble qu’il est possible de creer de la monnaie a partir des prets accordes, et de mettre ces prets en collateral pour emettre de nouveaux prets, c’est en fait sur ce deuxieme mecanisme que je cherche des infos. Je l’ai lu a plusieurs endroits dont, par exemple Wikipedia:

"Il suffit à la banque de compter la somme au crédit et d’inscrire le bien déposé en garantie à son passif. Moyennant certaines précautions, la banque peut même accepter en garantie un bien qui n’existe pas encore, par exemple une maison à construire, une créance sur une opération commerciale encore non dénouée ou une récolte future ou encore le simple engagement de la part d’une personne qu’elle estime fiable (caution). Les banques disposent du droit de monétiser des actifs non monétaires"

Pour moi, si ce mecanisme existe, il est autrement plus dangereux que le premier car si le taux de monetisation sur ces actifs est superieur a R, le taux de solvabilite de la banque, la possibilite de creation de monnaie est infinie!!! Donc si quelqu’un a des infos sur ce deuxieme mecanisme de monetisation de dette, je prends!!

Hors ligne

 

#70 26/11/2013 19h44 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   96 

Bonjour,

A travers ce que vous dites il me semble qu’il y a deux choses :

- la mise en collatéral d’un actif pour avoir un crédit : Hypothèque (au lieu du crédit logement par ex.) et la ca ne crée pas de monnaie.

- faire de la titrisation, c’est à dire redistribuer le risque lié au prêt dans le marché et ainsi pouvoir repreter

Je pense que c’est le deuxième mécanisme dont vous parlez, qui était largement utilisé (et mal) avant 2008.

A ceci s’ajoute un troisième mécanisme, la banque peut prêter X, recevoir en collatéral Y obligations par exemple et réutiliser ce collatéral dans une autre opération. C’est tout à fait logique et il n’y a pas de création supplémentaire de monnaie ou de risque inconsidéré. Si elle avait gardé le collatéral il se serait nétté avec les risques pris car quand on reçoit un collatéral on est en risque sur X-Y et non X tout seul.

Si on réutilise Y alors dans le bilan il reste juste X donc consomme plus de FP.

Je ne sais pas si j’ai été clair :-X

En tous cas j’aurai essayé

Dernière modification par roudoudou (26/11/2013 19h44)

Hors ligne

 

#71 02/12/2013 09h05 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   73 

> les banques sont effectivement limitees par un ratio sur fonds propres mais qui sont assez faibles (2% avant Bale 3; 7% apres Bale3);

Cher wawa Je permets ma 2 cents contribution (tu as ecris des betises)

Comme l’indique roudoudou, mais dit autrement. :

bale 1: 4% bale 2 : 8% des fond propres.
L’apport de bale 2 et 3 est plus des methodes plus fine que les precedentes:

Sous bale 1 ou cook, la banque wawa prete a la banque peugeot et a peugeot un milliard
Pour faire tres simple le risque est calculé en fonction de la note fitch, snp, moodys de peugeot.
Risque = coef risque * 2 milliards

Sous bale 2 pour faire simple on va differencier le risque pris (rwa) par rapport a la qualite des collateraux et de la note interne de la banque : la banque peugeot etant garantie par l’etat le risque va etre faible. Le deuxieme pret lui est plus risqué donc le rwa plus grand
Risque = somme des rwa

Objectif des banques avoir le moins de rwa pour un pret.
En gros si la banque prete 1 million a l’oreal elle va devoir avoir 80000€ de fonds propres
Si elle prete a heuliez ou la grece elle va etre obligée d’avoir 900000€ (j’en sais rien pour le montant mais le montant est tel qu’il ne leur pretra plus d’argent) en plus elle va emprunter de plus en plus cher car elle aura des contrepartie (pret) dit pourri. Et l’oreal ne voudra plus d’elle car trop cher et reputation pourrie. (Je grossi le trait)

Donc en quelque sorte, ce n’est pas parce que les banques sont tres tres mechantes qu’elles ne pretent pas mais parce que les citoyens, le regulateurs et les autres banques ou preteurs leur a mis des contraintes telles qui les obligent à ne preter qu’aux boites sures (donc aux riches big_smile)

Titrisation des prets des banques : apres la crise des sub primes (titrisation d’un ensemble de pret dont certains mixés avec des titrisations de prets avec une plus grande prime (sub prime in english)
L’ensemble de la place financiere a du mal a justement valorisée ce que vaut cette titrisation.
Donc je pense que cela ne doit plus etre possible sous cette forme

Hors ligne

 

#72 02/12/2013 09h47 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

@Roudoudou: oui, c’est bien cela, ce qui m’interesse est avant tout le mecanisme de titrisation. Je cherche des chiffres en fait pour savoir ce que cela represente.

@francoisolivier: je veux bien que cela soit des betises, mais alors comment Lehman pouvait-il s’en sortir avec un ratio proche de 2%? Ok, parce que les americains n’ont jamais applique Bale II, tres bien.

Mais alors comment expliquez-vous que selon Wikipedia:"les banques devront avoir 4,5 % au titre du capital de base (core Tier One) auxquels s’ajoute un coussin dit « de conservation » de 2,5 %, soit 7 % au total"?

D’apres d’autres documents que j’ai lu, il y avait bien reference a un coussin de 2.5% apres 2019, et 4.5% de Core Tier 1 en 2013. Peut-etre incluez-vous les autres capitaux, mais je prefere me referer au Tier 1, le reste, surtout lors d’une crise est plus douteux. Parlons-nous de la meme chose?

Je sais bien que les banques ne pretent plus parce qu’elles sont "tres mechantes" mais parce qu’il y a une crise de liquidites, et que vendre leurs actifs en periode de crise ne ferait qu’accelerer leur chute. C’est pour ca, que au-dela du Tier 1, les FP ne sont d’aucune aide. Et preter a Heuliez ou l’Oreal dans ce cas-la ne change rien, il n’y a plus de liquidites nulle part…

Ce qui me derange quand meme dans tout ca, c’est le systeme meme de creation de la monnaie qui n’est en fait qu’une anticipation du futur, 90% de la monnaie mondiale, c’est de la dette, donc du futur que l’on a discounte et prevu. Si ca ne se passe pas comme prevu, attention a la marche; comme on sait que cela ne se passera pas comme prevu et que les modeles de calcul de risque que la finance utilise sont faux, ca laisse reveur…

D’autre part, quand vous dites:"on ne prete qu’aux riches", je dirais justement non, on l’a bien vu en 2008, on a prete a n’importe qui pour acheter de l’immo aux US, meme des gens qui n’avaient rien, en pensant que la hausse du marche etait un collateral suffisant . On a aussi prete a n’importe quelle entreprise "biotech" ou "techno" dans les annees 90 (et avant au Japon dans les annees 80, il y a des dizaines d’exemples).

Dernière modification par Wawawoum (02/12/2013 10h19)

Hors ligne

 

#73 02/12/2013 11h21 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   73 

A) @francoisolivier: je veux bien que cela soit des betises, mais alors comment Lehman pouvait-il s’en sortir avec un ratio proche de 2%?

Wawa, je comprend pas trop votre remarque sur les ratios, les 2% pour vivre de lehman et bale2
Les normes bale 2 c’est entre autre 8% de fond propres et non pas 3% comme tu as ecrit.
Les americains appliquent certes d’autres normes.
Si tu veux mes sources :
1/ Le regulateur et l’equipe bale 2 avec lesquelles je travaillais au sein de la sgcib ( societe generale cib)
2/ wikipedia Bâle II ? Wikipédia
Mais d’une maniere generale, on trouve des trucs tres pointu sur wikipedia comme des grosses betises.

Je pense que beaucoup de banque pourrait vivre avec des ratio tier one à 1%.
De ma compréhension, les ratio tier one ne sont que des contraintes prudentielles.
2% Cela veut dire que la banque est tres sensible aux risques.
Ce qui ne l’empeche pas de vivre ( sauf que pas grand monde va lui preter de l’argent)

D’ailleurs lehman a finalement deposé le bilan. Tout en etant beneficiaire.
J’ai suivi de loin le depot de bilan mais ce que j’ai compris c’etait entre autre a cause d’une crise de liquidité de cette banque.

Ce qui m’a fait le plus peur la premiere fois qu’on m’a expliqué le principe des cib (bon c’etait avant 2008) c’est qu’elles s’amusent a doper leur benef en pariant sur les taux, les monnaies, la qualité de l’emprunteur…
(En fait une banque va preter un milliard € a son client en fixe sur 10 ans. Et elle va emprunter un milliard en $ et £ sur 5 ans en variable car elle specule sur une baisse du dollar) C’est une pratiquent moins courante (sur les monnaies entre autre) maintenant, Quoique.

B) je pense qu’au contraire une entreprise tres bien notée n’a pas de problème de financement et ce qui n’est pas cas d’une entreprise mal notée (c’est pour cela que la banque peugeot a demandé la garantie de l’etat, ce qui a du améliorer son rating). La garantie d’un etat a justement un impact sur le rwa.
Mais par principe une boite bien notée ne va  emprunter que si elle veut investir.
Et avec la crise les investissements sont beaucoup plus rares. (Voire meme on demande aux boites de se desendetter ou acheter ses actions. Plus trop d’investir.)
Le problème est au niveau des boites presentant un risque moyen ou élévé n’ont plus de financement.
Et ce sont ces dernières qui ont besoin de financements pas les cadors du cac ou du dow jones.

Hors ligne

 

#74 02/12/2013 11h42 → Changer la finance ! (changer finance)

Membre
Réputation :   213 

@francoisolivier, j’ai trouve la reponse, ils etaient plus laxistes sur le Core Tier 1 auparavant:
"Le Tier 1 lui-même a été décomposé lui aussi en deux : le Core Tier 1 de 2 % pour lequel étaient pris en compte seulement les actions et les profits de la banque réinvestis et l’autre partie du Tier 1 où des titres hybrides (comme les obligations convertibles) étaient considérés comme des fonds propres."

En fait, le nouveau Core Tier 1 est a comparer avec les 2% de"vrais" FP de Bale I et II qui incluaient les obligations convertibles, ce qui, en cas de crise ne sert pas a grand-chose, vos obligations ne vous pouvant pas vous servir a resoudre votre probleme a court terme de liquidite.

francoisolivier a écrit :

"Je pense que beaucoup de banque pourrait vivre avec des ratio tier one à 1%."

Oui et meme moins, maintenant, en cas de crises, et elles arrivent assez regulierement, cela ne suffit plus du tout… Tout le systeme est base sur la confiance, plus vous baissez les FP, moins il y a de confiance.

A plusieurs, nous allons y arriver, c’est tres interessant en tout cas.

Dernière modification par Wawawoum (02/12/2013 11h50)

Hors ligne

 

#75 30/01/2014 13h55 → Changer la finance ! (changer finance)

Modérateur
Réputation :   1082 

Vous trouverez ici le bulletin d’information de janvier 2014 de Finance Watch, qui indique notamment :

Finance Watch a écrit :

Nouvelles règles pour les marchés financiers européens
Après deux ans de négociations et de lobbying par Finance Watch et ses Membres, les institutions européennes se sont finalement mises d’accord sur un compromis politique concernant la révision de MiFID II, une directive sur les marchés financiers.

Le texte couvre un large éventail de sujets, du trading à haute fréquence aux conseils financiers et produits financiers toxiques, en passant par les produits dérivés sur les matières premières (y compris la spéculation sur les aliments) et la réformes des plateformes de négociation.

Finance Watch salue le compromis (voir le communiqué de presse du 15 janvier 2014) car il applique plusieurs de nos recommandations, bien que les standards techniques détaillés doivent encore être implémentés dans les années à venir. Comme ce sont eux qui détermineront l’impact de MiFID II sur la société, Finance Watch et ses Membres vont continuer à travailler pour s’assurer que les règles ne sont pas diluées.

Plus d’information sur ce sujet dans notre récent blog sur l’accord MiFID.

Union bancaire : un projet inachevé
Ce devait être la solution ultime pour mettre fin au cercle vicieux absurde entre les banques et les pays : les Etats sauvent les banques qui ont des ennuis en partie parce que les Etats ne peuvent pas rembourser l’argent qu’ils ont emprunté à …. ces mêmes banques.

En décembre 2013, les Etats Membres européens se sont mis d’accord sur le dernier pilier de l’Union Bancaire, le dénommé Mécanisme de Résolution Unique. L’Union Bancaire est un projet ambitieux et certainement un progrès. Mais l’objectif principal n’a pas été atteint : la décision finale de sauver une banque en faillite est toujours dans les mains des politiciens nationaux. Et vous savez ce que cela signifie pour le cercle vicieux !

Thierry Philipponnat, Secrétaire général de Finance Watch, explique de façon précise et concise les conséquences de cette décision dans un nouvel article de notre blog.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech