Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 06/02/2013 19h05 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   

Bonsoir à tous,

Je viens de finir le dernier bouquin de Fiorentino:
Sauvez votre retraite !

Entre divers conseils, il insiste sur l’assurance dépendance, disponible à partir de 45 ans.

En gros, 25 euros/mois, pour une rente de 500 euros/mois en dépendance partielle ou 1000 euros/mois en totale (critère GIR).

J’avoue que cela me tente (je suis marié avec 3 personnes à charge), des avis ?

Mots-clés : dépendance, rente, rentier

Hors ligne

 

#2 06/02/2013 19h21 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   

Il y aura toujours une faille juridique à exploiter par l’assureur pour ne pas payer le moment venu …

Surtout qu’au moment où le besoin se manifestera vous serez en position de faiblesse pour vous défendre.

wink

Hors ligne

 

#3 06/02/2013 19h43 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   88 

Bonsoir,

Je pense qu’il faut regarder comment se la faire soit même
Pour avoir eu accés à des documents internes d’un prestataire
il faut en retenir quelques données simples
a) Espèrance de vie en france en 2013
    - 84 ans pour une femme
    - 78 ans pour un homme
    Et les scenarios d’évolution sont assez diverses, et prennent comme hypothèse de travail
    qu’elle reste constante ( Si elle augmente sans augmenter la durée de dépendances, c’est Bingo)

b) La durée moyenne française de dépendance à 100 % est de 36 mois

Si vous y placer 25€/mois a partir de 45 ans jusqu’a 75ans debut de dépendance
Soit 30 ans, je pense que l’on a de quoi se faire cette rente de 1000€ par mois.
Il faut viser 7,85%

Si vous commencez à 35 ans, il "suffit" de 4,80%, et pour cela acheter régulièrement du Berkshire
( proche du taux brute pris dans les hypothèses )

Les probabilités montre aussi que plus la dépendance commence tôt, moins elle dure longtemps
( on connais les effets de Alzeimer / AVC.. sur des gens assez jeunes )

Cependant, il n’y a pas d’effet de mutualisation du risque
Mais on mise à fond perdu si pas de dépendances…..

Peut-etre un début de mutualisation des risques si votre cher et tendre fait la même chose que vous

Dernière modification par coyote (06/02/2013 19h44)

Hors ligne

 

#4 06/02/2013 20h01 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   128 

1000 EUR/mois dans 25 ou 30 ans, ça risque de ne pas faire grand-chose. De plus, dans 25 ou 30 ans, les cotisations pour les nouveaux entrants seront sûrement bien plus élevées.

Charles Ponzi n’est plus très loin …

Hors ligne

 

#5 07/02/2013 02h42 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Modérateur
Réputation :   1083 

Chafouini a écrit :

Bonsoir à tous,
Je viens de finir le dernier bouquin de Fiorentino:
Sauvez votre retraite !
Entre divers conseils, il insiste sur l’assurance dépendance, disponible à partir de 45 ans.
En gros, 25 euros/mois, pour une rente de 500 euros/mois en dépendance partielle ou 1000 euros/mois en totale (critère GIR).
J’avoue que cela me tente (je suis marié avec 3 personnes à charge), des avis ?

Selon votre age, votre patrimoine , votre situation de famille, état de santé, votre capacité à gérer votre épargne, etc. et leurs perspectives d’évolution, ça peut être intéressant ou pas.

Vers 30-40 ans, marié avec 3 enfants, c’est surtout une bonne assurance décès dont vous avez généralement besoin, afin que, s’il vous arrivait un accident (si vous n’avez plus de revenus pro, ou décédez), votre épouse + les 3 enfants disposent encore d’assez de revenus (au moins jusqu’à la fin fin des études des enfants). Comme salarié, il est possible que vous en ayez déjà une, mais si vous êtes indépendant c’est un point à creuser…. L’assurance associé à un emprunt immobilier peut aussi aider. A chacun d’évaluer si c’est suffisant ou pas.

Je suis sceptique sur la "rentabilité" d’une assurance dépendance (seul un régime "obligatoire" pourrait être intéressant à mon sens), car l’assureur va se prémunir du risque "mes clients seront plus susceptible que la population moyenne d’être dépendant un jour" (donc prendra une bonne marge de sécurité), il devra rémunérer (fort cher !) son réseau de distribution, et il n’oubliera pas de se préserver une marge bénéficiaire.
Si vous avez les moyens (financiers) de vous auto-assurer, ne vous laisser pas trop impressionner par le besoin de 2500-3000€/mois pour loger dans un établissement spécialisé. Ce besoin ne dure pas éternellement (en moyenne ça dure un peu moins de 3 ans, soit 100k€ environ).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#6 07/02/2013 09h21 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   90 

Chafouini a écrit :

Bonsoir à tous,
Je viens de finir le dernier bouquin de Fiorentino:
Sauvez votre retraite !
Entre divers conseils,

Hello Chafouini

Conseillez vous ce livre ?
Y avez vous appris beaucoup de choses ?

Merci wink


Vf = Vi . (1+ρ)α. But cash is king !

Hors ligne

 

#7 07/02/2013 10h04 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Administrateur
Réputation :   1307 

GoodbyLenine a écrit :

Vers 30-40 ans, marié avec 3 enfants, c’est surtout une bonne assurance décès dont vous avez généralement besoin, afin que, s’il vous arrivait un accident (si vous n’avez plus de revenus pro, ou décédez), votre épouse + les 3 enfants disposent encore d’assez de revenus (au moins jusqu’à la fin fin des études des enfants). Comme salarié, il est possible que vous en ayez déjà une, mais si vous êtes indépendant c’est un point à creuser…. L’assurance associé à un emprunt immobilier peut aussi aider. A chacun d’évaluer si c’est suffisant ou pas.

Je partage l’avis de GBL.

A 33 ans et freelance, j’ai une assurance prévoyance décès et invalidité (pour le cas où j’ai un accident de moto).

Et pour cause, ce sont des événements type cygnes noirs (très improbables mais très coûteux), qu’il est pertinent d’assurer.

Pour tout ce qui est lié à la durée de vie (retraite, dépendance, etc), de mon point de vue, il faut privilégier une stratégie patrimoniale personnelle (do it yourself, pas de Ponzi) en mettant de l’argent de côté et "cotiser" le moins possible.

Hors ligne

 

#8 07/02/2013 10h13 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   90 

De mon côté, la meilleur assurance DIT (Décés Invalidité Totale) que j’ai trouvé est …..
Roulement de tambour
….
Mes assurances de prêts immobilier à 100 %

En Clair, si je venais à décéder, devenir invalide, 100 % du capital restant dû serait remboursé par mon assureur

Vu le cout minime engagé, une bonne protection selon moi


Vf = Vi . (1+ρ)α. But cash is king !

Hors ligne

 

#9 07/02/2013 19h37 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   

Bonsoir, et merci à tous pour vos réponses qui font réfléchir…
Je vais en effet reconsidérer l’idée.
En vrac quelques réponses:
- les 1000 euros sont toutefois indexés (grille AGIRC), mais bon, vu ma situation (jamais cotisé en France, jamais travaillé en France mais habitant en France, je ne sais pas trop ce que cela veut dire…).
- le livre de MF est pas mal, mais c’est le 3ême que je lis d’affilé et je trouve qu’il se répête un peu.

Hors ligne

 

#10 08/02/2013 00h18 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Modérateur
Réputation :   1083 

Attention à ne pas confondre GIR et AGIRC…. qui n’ont pas grand chose à voir.
Le GiR sert à évaluer la dépendance d’une personne selon la grille nationale AGGIR (Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) : qu’est-ce que la grille Aggir ?) qui permet de classer les individus en 6 groupes iso-ressources de dépendance. 
L’AGIRC est un régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé et assimilés, basé sur des "points AGIRC" qui sont réévalués en gros comme l’inflation (actuellement).

Le livre de MF est un livre de vulgarisation. Une fois que vous en avez lu un de ce genre, les autres risquent de ne pas vous apprendre grand chose (et même le premier sera souvent assez simplificateur, et pas forcément adapté à votre situation, et ne vous incitera pas forcément à réfléchir sur voter situation). Vous devriez trouver sur ce forum des recommandations pour des livres "différents" : Librairie de l’investisseur heureux et Vos 3 livres préférés (finance, développement personnel…) (et Autoformation : liste des ressources sur internet).
J’ai récemment terminé le livre Les imposteurs de l’économie, qui examine une douzaine de personnes  (et il y a un chapitre sur MF) omniprésentes dans les média français qui les présente comme "experts en économie", et qui met beaucoup en doute leur statut d’expert ou leur indépendance, en décrivant par le menu leurs qualifications/expériences et leurs conflits d’intérêts.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#11 11/02/2013 15h50 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   

GBL:

J’ai récemment terminé le livre Les imposteurs de l’économie,

Commandé !
Merci du tuyau.

Hors ligne

 

#12 11/02/2013 16h49 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   22 

Sinistre sujet que l’assurance dépendance.

Tout dépend, je dirais, de l’échéance à laquelle on compte faire face à la dépendance. Pour les trentenaires ou quadragénaires, l’échéance est si lointaine qu’il est pertinent de réfléchir d’abord à l’évolution du contexte social à long terme, qui aura plus d’importance que la stratégie patrimoniale (qui découle, éventuellement, de ce scénario).

Si on considère que la population va continuer à vieillir, et que la charge des retraites sur les actifs va continuer à s’alourdir, il est possible qu’on atteigne un point où il devienne difficile, même en ayant une confortable majorité politique, au groupe des seniors de faire contribuer davantage les actifs. Dans ce cas, dans la mouvance du recul de l’age de la retraite légal, il est possible que de plus en plus les ressources de cotisations soient affectées d’abord à la dépendance, en retardant l’âge d’entrée en rente de beaucoup d’actifs.

Je vois tout à fait comment, socialement, on puisse arriver à diminuer le montant des retraites, en soulignant par exemple qu’une solidarité intergénérationnelle s’impose mais qu’elle est discutable quand le niveau de vie des retraités dépasse celui des actifs. Les pensions les plus élevées pourraient être érodées, et on pourrait aboutir à une convergence vers un niveau plus bas. En revanche, il serait beaucoup plus difficile de justifier une absence de solidarité envers des gens devenus totalement dépendants en raison de leur grand âge.

Les problématiques de la dépendance sont relativement nouvelles dans notre société et il n’y a pas eu de réponse collective. De cette réponse dépend la pertinence d’une assurance.

Si l’on considère que progressivement les prélèvements du système obligatoire de retraite viendront couvrir ces dépenses ou en minorer les coûts (économie d’échelle, subvention…) au détriment des pensions des retraités valides, l’assurance privée deviendra relativement redondante. Idem si on croit à la solution évoquée par le ministre japonais des finances qui recommande aux retraités dépendants de mourir vite --- cela a fait un tollé au Japon Japan?s Finance Minister Suggests Elderly Should Die Quickly To Ease Health Care Burdens --- : que les dépendants meurent rapidement. Je dis cela en ne plaisantant qu’à moitié. Il y a dépendance et dépendance, et alors que l’euthanasie est encore tabou de nos jours, elle ne l’est pas moins que l’IVG deux générations plus tôt… Reportez-vous dans 30 ou 40 ans pour savoir si c’est rentré dans les moeurs. Les coûts extrêmes de la dépendance sont à la toute fin de la vie, et peut-être qu’il y a d’autres dispositions à prendre alternative à l’assurance. Evidemment, si c’est le choix qui doit être fait, il est important de savoir qu’on aura la détermination de le faire le moment venu. Personnellement, ce n’est pas un choix que je suis assez sûr de pouvoir faire pour en faire mon scénario central, mais tout dépend. A 85 ans, si on a le choix entre passer deux ans de souffrance et de dépendance, cantonné dans une maison de retraite de type prison, avant de mourir ou de partir dans son sommeil, peut-être que le deuxième choix est plus attrayant. C’est difficile d’envisager posément de telles situation, car elles nous renvoient à notre mortalité, c’est terriblement effrayant. Mais ce n’est pas pire que de réflechir à l’assurance-dépendance : la garantie que vous pourrez payer quelqu’un pour vous changer la couche. Désolé si ma franchise choque, c’est pour mettre en lumière le fait que ma mention de l’euthanasie n’est pas juste une idée saugrenue… Dans tous les cas, on est dans le sinistre. Etre GIR 1, ce n’est pas être dans une maison de retraite urbaine, à sortir pour aller jouer au golf, et n’avoir besoin d’aide que pour remplir sa déclaration d’impôt. Je vous rassure, c’est la fin de la parenthèse sinistre, mais nécessaire. Je suis persuadé que les vendeurs d’assurance dépendance font des publicités dans laquelle on voit un couple de jeunes retraités, quasiment en pleine forme… ce n’est peut-être pas dans ces termes qu’il faut envisager les choses.

La pertinence de l’assurance est également vraie en fonction des objectifs de rente : si l’on souhaite consommer son capital jusqu’à la mort, rien n’empêchera de capitaliser les pensions de retraite dont on aura pas tenu compte (faute de pouvoir les apprécier à l’instant présent) pour faire face aux dépenses. La durée de dépendance n’est pas très longue, et si l’on est "raisonnablement invalide" et que les coûts extrêmes des situations mentionnées plus haut ne s’appliquent pas, on peut envisager d’y faire face avec ce qu’il restera de retraite. En gros, si le système de retraite n’a pas tout seul l’idée de se concentrer sur les situations de fin de vie, autant y affecter les pensions que l’on touche.

Enfin, ce qui me gêne dans l’idée de percevoir 1000 € suite à une cotisation à une assurance dont on espère qu’elle n’aura pas fait faillite d’ici 30 ou 40 ans, c’est que soit on est en situation de dépendance légère, et dans ce cas, les sommes à engager ne sont pas délirantes, et ne nécessitent pas forcément d’assurance (je veux dire que votre train de vie se réduira considérablement si la plupart de vos activités de loisirs (golf, lecture et télévision, direction de l’église catholique, voyages, cinéma) deviennent difficile ou impossible à exercer parce que vos forces défaillent). Dès lors, toutes les ressources affectées à ces postes, qui vont représenter une partie importante du budget d’un rentier, pourront couvrir les cas de dépendance légère. En revanche, en cas de dépendance lourde, ce ne sont pas 1000 € qui vont changer grand chose et il faudra espérer qu’un filet de sécurité sociale existe toujours pour collectiviser les dépenses liées à ces cas-là.

Du coup, je vois quatre issues au contrat de garantie :

A. On meurt avant, ou en bonne santé : perte pure
B. On est victime d’une situation de dépendance importante, face auquel la couverture sera insuffisante : pas d’intérêt
C. On est victime d’une situation de dépendance légère : coûteux au regard des cotisations
D. On ne souhaite pas faire l’objet d’un acharnement thérapeutique : perte pure.

En revanche, quel formidable produit à vendre pour les assureurs : qui ne voudrait pas dépenser une somme minime chaque mois pour avoir la tranquillité d’esprit que sa fin de vie se passera bien, et qu’on ne pèsera pas financièrement sur ses proches (sans vraiment réfléchir à la situation et à sa réalité avant l’heure, parce que cette réflexion fait peur et est éminemment désagréable ?

La problématique est bien différente pour ceux qui ne sont pas loin de l’âge où ils auront le risque de faire jouer l’assurance.

Dernière modification par Hermann (11/02/2013 16h55)

Hors ligne

 

#13 11/02/2013 18h26 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   17 

les avis de GBL  et d  InvestisseurHeureux 

Je pense que ces deux avis sont les meilleurs que vous puissiez recevoir et font preuve de la plus grande sagesse .
En effet, vous ne semblez pas prévoir qu à la suite d un accident , ou d une maladie foudroyante,
vous puissiez être dépendant … dès la semaine prochaine -…  et pour de longues années -
Situation abominable dans tous les cas , pour tout le monde
et les indemnités  sont  généralement assez chiches sur une longue durée -

D ou l intérêt dans un premier temps de disposer d  une assurance vie qui couvre son train de vie et celui de ses proches ,

Au pays renommé pour sa qualité de vie : EXIT A.D.M.D. SUISSE ROMANDE ASSOCIATION DR JEROME SOBEL MOURIR DANS LA DIGNITE GENEVE  . Celà donne une certaine certitude que selon sa volonté, le moment venu  on ne jouera pas les prolongations et
La proposition 21 du candidat François Hollande à l’élection présidentielle, sans employer le mot euthanasie, légalise celle-ci…..
Curieusement lorsque la situation se présente réellement ,  selon les statistiques  d Exit ,  à n importe quel âge , et dans n importe quel état de santé , les adhérents sont nettement moins pressés de profiter  de leur qualité de membre de l association Exit  .Ce qui a pour effet de mettre à mal les calculs financiers anticipés qu on a pu faire -
Surprenant également , ceux qui ont  réellement recours à leur qualité d adhérent  sont des personnes  lucides et  non dépendantes , mais qui ont perdu l envie de vivre .

Dernière modification par Swx (12/02/2013 21h02)

Hors ligne

 

#14 11/02/2013 18h56 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   25 

Ricou a écrit :

Chafouini a écrit :

Bonsoir à tous,
Je viens de finir le dernier bouquin de Fiorentino:
Sauvez votre retraite !
Entre divers conseils,

Hello Chafouini

Conseillez vous ce livre ?
Y avez vous appris beaucoup de choses ?

Merci wink

Pour moi, Fiorentino est un VRP. Un bon VRP, mais rien de plus.
Sa boutique - Euroland Finance - a souvent été condamnée en justice.
Euroland Finance sanctionnée - L’Express Votre Argent

Bref, un vendeur de peur à la Delamarche.


Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave…   Friedrich Nietzsche.

Hors ligne

 

#15 11/02/2013 19h26 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   22 

Swx a écrit :

les avis de GBL  et d  InvestisseurHeureux 

Je pense que ces deux avis sont les meilleurs que vous puissiez recevoir et font preuve de la plus grande sagesse .
En effet, vous ne semblez pas prévoir qu à la suite d un accident , ou d une maladie foudroyante,
vous puissiez être dépendant … dès la semaine prochaine -…  et pour de longues années -
Situation abominable dans tous les cas , pour tout le monde

Sauf que dans ces cas (survenue rapide du risque), on est mieux couvert par une assurance décès. Surtout si vous ne lisez pas le détail du contrat. Ainsi, la survenue d’une maladie d’Alzheimer précoce peut vous mettre très vite dans une situation de dépendance, mais dans ce cas, votre espérance de vie très courte (de l’ordre de trois ans) fera que vous n’aurez de toute façon pas l’occasion de consommer votre capital de rentier avant la fin. Et votre assurance-décès compensera la perte de capital pour vos héritiers.

Pour les accidents, notamment moteurs, l’assurance dépendance ne vous aidera pas. Vous pouvez être en fauteuil roulant et absolument pas indemnisé (beaucoup de contrats ne couvrent qu’à partir du GIR 3, et on peut être en fauteuil roulant (mais lucide) et GIR 4.

D ou l intérêt dans un premier temps de disposer d  une assurance vie qui couvre son train de vie et celui de ses proches ,

D’un capital sous forme d’assurance-vie ? Certainement. D’une assurance décès-invalidité, pourquoi pas. Mais entre l’assurance-invalidité et une assurance-dépendance, pourquoi préférer cette dernière ?

Curieusement lorsque la situation se présente réellement ,  selon les statistiques  d Exit ,  à n importe quel âge , et dans n importe quel état de santé , les adhérents sont nettement moins pressés de profiter  de leur qualité de membre de l association Exit  .Ce qui a pour effet de mettre à mal les calculs financiers anticipés qu on a pu faire -

Tout à fait. Il faut être sûr de soi. Ce qui n’est pas garanti (et il est rare qu’on arrive à envisager sereinement les choses).

Hors ligne

 

#16 11/02/2013 19h33 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   57 

Je suis confronté à la dépendance chaque jour dans mon métier. J’ai vu quelques personnes avec des assurances dépendance qui peuvent remercier leur banque (et plus qu’une fois) au vu des coûts payés par celle-ci. Mais cela reste des cas particuliers. Pour le moment, je ne vois que peu d’assurance dépendance. D’abord parceque peu en ont souscrit une, et ensuite, parceque beaucoup de ceux qui en ont souscrit une ne peuvent en bénéficier à cause, comme l’a dit quelqu’un précedemment, de failles juridiques. Gir 2 ou 3 mais dont la cause bla bla etc.

Bref, peut être une bonne idée mais il faudra bien lire le contrat. J’avoue ne pas pouvoir aider plus malgré ma position dans le secteur.

A noter que l’on n’est pas dépendant parceque l’on ne peut plus faire ses activités de loisirs. La dépendance, ce n’est pas ça.

La durée de dépendance n’est pas très longue

Je pense, sans animosité aucune, qu’il faut se renseigner un peu plus sur ce qu’est la dépendance. Je connais des personnes qui sont en situation de dépendance depuis plus de 15-20 ans… et pour d’autres, ce pourra être toute leur longue vie.

Si vous avez les moyens (financiers) de vous auto-assurer, ne vous laisser pas trop impressionner par le besoin de 2500-3000€/mois pour loger dans un établissement spécialisé. Ce besoin ne dure pas éternellement (en moyenne ça dure un peu moins de 3 ans, soit 100k€ environ)

ne pas confondre durée de vie moyenne en établissement spécialisé type EHPAD par exemple, et durée de vie à domicile notamment en situation de dépendance. 36 mois en état de dépendance, c’est juste n’importe quoi. Heureusement qu’en situation de dépendance, au titre de la grille GIR, c’est donc dès 5 mais au titre du CG et donc de l’APA, on commence à 4, on vit bien plus longtemps que ça. Ca commence à se raccourcir quand on arrive à 2 et encore, tout dépend du type de dépendance…

Dernière modification par Geoges (11/02/2013 19h40)


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir le mois prochain"

Hors ligne

 

#17 11/02/2013 20h41 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   22 

Geoges a écrit :

Si vous avez les moyens (financiers) de vous auto-assurer, ne vous laisser pas trop impressionner par le besoin de 2500-3000€/mois pour loger dans un établissement spécialisé. Ce besoin ne dure pas éternellement (en moyenne ça dure un peu moins de 3 ans, soit 100k€ environ)

ne pas confondre durée de vie moyenne en établissement spécialisé type EHPAD par exemple, et durée de vie à domicile notamment en situation de dépendance. 36 mois en état de dépendance, c’est juste n’importe quoi. Heureusement qu’en situation de dépendance, au titre de la grille GIR, c’est donc dès 5 mais au titre du CG et donc de l’APA, on commence à 4, on vit bien plus longtemps que ça. Ca commence à se raccourcir quand on arrive à 2 et encore, tout dépend du type de dépendance…

Je pense que GoodByLenin voulait dire, comme moi quand je disais que la durée n’était pas très longue, c’est que la durée de dépendance indemnisée par les assurances-dépendances n’était pas très longue en regard de la période que l’on peut "tenir" en consommant un capital permettant d’être rentier. Notamment en raison justement du fait que les dépendances légères ne sont généralement pas couvertes (on peut être bénéficiaire de l’APA sans être indemnisée par l’assurance dépendance, songez donc à la mauvaise surprise…). En revanche, pour les GIR 2 et 1, l’obtention des prestations de l’assurance ne devrait pas poser de problème (j’espère). Et encore :

Gir 2 ou 3 mais dont la cause bla bla etc.

J’ai peut-être été trop optimiste.

Hors ligne

 

#18 12/02/2013 12h20 → Assurance dépendance : faire face aux conséquences de la dépendance ? (dépendance, rente, rentier)

Membre
Réputation :   17 

Un piège à éviter

Vous adhérez sans formalité médicale.
Plusieurs sociétés d assurances proposent ce type d assurance qui peut ne pas vous couvrir du tout
" vous accédez à tous les soins de santé.
Une solution simple, évolutive, ouverte aux nouvelles pratiques médicales : S…. Santé innove et adapte davantage ses couvertures de soins à vos besoins réels, en remboursant les soins novateurs (acupuncture, …).Vous avez le choix des garanties avec 7 formules de garanties évolutives, toutes tarifiées au meilleur prix. "
:
Vous adhérez sans formalité médicale  ===

Ce type de clause  habituel permet à l assureur de remonter dans le temps pour ce qui concerne votre santé -S il décèle un problème antérieur de santé  qui n a  même rien à voir avec la cause  de votre handicap , même si vous l en avez informé avant la signature du contrat :
il émettra dans ce cas une réticence …  et y trouvera motif à restreindre ses prestations ou n en point payer du tout ,

Article L113-8 En savoir plus sur cet article…
Modifié par Loi n°81-5 du 7 janvier 1981 - art. 32 JORF 8 janvier 1981 rectificatif JORF 8 février 1981
Indépendamment des causes ordinaires de nullité, et sous réserve des dispositions de l’article L. 132-26,
[b]le contrat d’assurance est nul en cas de réticence
……. ou en diminue l’opinion pour l’assureur, alors même que le risque omis ou ]dénaturé par l’assuré a été sans influence sur le sinistre.

Dernière modification par Swx (12/02/2013 21h00)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech