Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 13/12/2010 11h30 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

Je crois que c’est Robert Kiyosaki dans son livre Père riche, Père pauvre qui a parlé le premier de la "rat race".

Il s’agit de la course au folle au "bonheur" dans notre société de consommation, par le biais de la consommation. En gros, c’est "Travailler plus pour acheter plus/rembourser plus".

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_polyp_cartoon_rat_race1.jpg

Source : Polyp: political cartoonist: Home Page

Notre rat race à nous (?) serait "Travailler plus, pour investir plus".

Est-ce que c’est foncièrement différent ? :-)

Hors ligne

 

#2 13/12/2010 13h18 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   231 

InvestisseurHeureux a écrit :

Notre rat race à nous (?) serait "Travailler plus, pour investir plus".

Est-ce que c’est foncièrement différent ? :-)

Ah tu fais bien de mettre le point d’interrogation, parce que ce n’est pas du tout mon cas !
Depuis deux ans, mon principe c’est "Travailler différemment pour être plus riche non financièrement".

J’ai fait des grandes avancées mais il reste encore pas mal à faire. Comme je le dis dans ma présentation, le chemin pour devenir rentier n’est pas financier.
C’est la quête de l’"esprit riche" comme dirait Michael smile

Hors ligne

 

#3 14/12/2010 11h03 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

Nikki a écrit :

Ah tu fais bien de mettre le point d’interrogation, parce que ce n’est pas du tout mon cas !
Depuis deux ans, mon principe c’est "Travailler différemment pour être plus riche non financièrement".

C’est vrai, je m’en souviens c’est pourquoi j’ai mis un point d’interrogation à ma généralisation.

En pleine introspection en ce moment. J’ai pris une semaine de vacances cette année et quelques ponts. J’ai du annuler ma deuxième semaine pour assurer une mission où le collaborateur devait être présent ASAP. Les 3 années précédentes c’était un peu le même style… Hum…

Nikki a écrit :

J’ai fait des grandes avancées mais il reste encore pas mal à faire. Comme je le dis dans ma présentation, le chemin pour devenir rentier n’est pas financier.

Oui. J’aime bien ce texte : THE FINANCIAL PHILOSOPHER: ’Freedom From’ vs ’Freedom To’ J’en ferai une synthèse quand ça aura muri dans mon esprit.

Hors ligne

 

#4 14/12/2010 16h10 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   48 

InvestisseurHeureux a écrit :

Notre rat race à nous (?) serait "Travailler plus, pour investir plus".

Est-ce que c’est foncièrement différent ? :-)

Je me retrouve tout à fait dans ce profil. Cette année je n’ai pris qu’un pont en guise de "vacances". Pas une seule semaine de vacances depuis… hum… plusieurs années… Cela peut paraître extrême mais c’est ainsi. Je n’ai que peu de besoin et fuit la société de consommation. J’ai de plus en plus l’impression de ne bosser que pour investir et la spirale peut vite paraître sans fin avec le toujours plus en guise d’horizon. smile

Hors ligne

 

#5 14/12/2010 16h24 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   116 

En ce qui me concerne, depuis plusieurs années maintenant, à chaque rentrée d’argent importante ou plus-value dégagée, j’ai determiné des clés de repartition. Ainsi cette somme se repartit entre d’une part de nouveaux investissements (actions et/ou immobilier), de la défiscalisation (car je n’aime pas payer de l’impôt), du plaisir égoiste (achat divers de choses futiles ou pas et cadeaux à mes proches), budget pour changer la PORSCHE (eh oui cà coùte cher).

De temps en temps, je suis tenté de déroger à cette repartition, mais j’essaye de m’y tenir.

C’est une methode comme une autre, mais j’avoue qu’elle marche pas trop mal.

J’ai quand même modifié les clés en cours de route, afin de coller à mes besoins qui ont évolués, notamment j’ai diminué les investissements au profit de ma satisfaction personnelle…..Il est temps de se faire plaisir.

Hors ligne

 

#6 14/12/2010 20h29 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   16 

Nikki a écrit :

C’est la quête de l’"esprit riche" comme dirait Michael smile

Tout à fait. La notion de rat race est fondatrice dans ma démarche smile
C’est aussi très lié à l’indépendance financière au sens large : à quoi bon chercher à avoir plus si l’on ne sait pas où s’arrêter ? On vit mieux certes, mais si c’est pour se réveiller à 50 ans et se rendre compte qu’on a une vie vide de sens…

Je comprends tout à fait ceux qui choisissent de quitter leur vie pour s’établir à la campagne pour vivre à l’ancienne (le mythe de l’éleveur de chèvre dans le Larzac!), c’est exactement la même approche.

La rat race, c’est le symbole de la consommation car c’est elle qui nous enferme si l’on ne l’apprivoise pas. Dans "
Le bonheur paradoxal", l’auteur explique comment acheter ne procure qu’un bonheur éphémère "faux".

L’une des pires choses à faire, c’est d’augmenter continuellement son style de vie et d’y chercher une sorte de bonheur.

Hors ligne

 

#7 15/12/2010 08h56 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

swantonbomb a écrit :

Je me retrouve tout à fait dans ce profil. Cette année je n’ai pris qu’un pont en guise de "vacances". Pas une seule semaine de vacances depuis… hum… plusieurs années… Cela peut paraître extrême mais c’est ainsi. Je n’ai que peu de besoin et fuit la société de consommation. J’ai de plus en plus l’impression de ne bosser que pour investir et la spirale peut vite paraître sans fin avec le toujours plus en guise d’horizon. smile

Tout pareil. Peut-être parce que nous avons le même age et tout deux en libéral. Me suis quand même fixé l’objectif de 600 k€ en patrimoine financier. Après j’arrête ! :-)

Rodolphe a écrit :

De temps en temps, je suis tenté de déroger à cette repartition, mais j’essaye de m’y tenir.

C’est une methode comme une autre, mais j’avoue qu’elle marche pas trop mal.

Oui c’est sain ! Trop focaliser sur l’objectif on en devient un peu radin, mais au moins avec votre méthode, pas de scrupule à se faire plaisir.

Michael a écrit :

L’une des pires choses à faire, c’est d’augmenter continuellement son style de vie et d’y chercher une sorte de bonheur.

Ça va, mon style de vie est inchangé depuis 10 ans, hormis la sous-traitance du ménage, repassage et la moto. :-) Je suis récupérable. :-)

Hors ligne

 

#8 15/12/2010 11h49 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   

Je ne veux pas casser l’ambiance et vos objectifs, mais perso j’ai du mal à croire que beaucoup arriveront à garder le même niveau de vie alors que leur patrimoine augmente. Ca restreint encore le nombre de personnes.
En fait je pense que le peu de personnes qui y arriveront seront ceux qui n’ont pas eu leurs revenus augmenter fortement et qui ont "besogné" dur pour l’amasser. L’augmentation du niveau de vie va avec celle des revenus, a minima au moins ou alors faut être un moine bouddhiste.  Et surtout à un moment donné, il risque d’y avoir un évenement style un enfant qui va faire voler en éclat les calculs, car là la rente va exploser :-) et les efforts consentis pour atteindre l’objectif vont paraître bien couteux, mais ce sera trop tard.
Les objectifs c’est bien, mais faut pas louper les meilleures années, 35-45 ans, c’est là où le couple revenus/forme physique/envie est le max.

Hors ligne

 

#9 16/12/2010 13h18 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

Fred75 a écrit :

Et surtout à un moment donné, il risque d’y avoir un évènement style un enfant qui va faire voler en éclat les calculs, car là la rente va exploser :-)

Oui là c’est foutu. Il ne reste plus qu’à viser un complément de revenu et une meilleure qualité de vie.

swantonbomb a écrit :

J’ai de plus en plus l’impression de ne bosser que pour investir et la spirale peut vite paraître sans fin avec le toujours plus en guise d’horizon.

Ça m’a turlupiné cette histoire. Considérant que l’indépendance financière a pour but la suppression d’un maximum de contraintes, je me suis "amusé" à faire un "modèle" de contraintes (inspiré d’ailleurs d’un billet de Michael sur www.esprit-riche.com), afin de voir qu’elle était réellement l’apport de l’indépendance financière dans leur suppression.

Je prends le prisme du travail, mais le modèle de contraintes peut servir aussi pour sa vie personnel.

1. Contrainte de temps

1.1. Contrainte dans la gestion du temps
Temps de travail imposé : 8 heures par jour, 40 heures par semaine, 169 heures par mois

1.2. Contrainte dans l’organisation du temps
Horaires, jours de travail imposé : 9h00-12h30 14h00-18h00
Vacances, RTT, abscences imposés

2. Contrainte d’espace

2.1. Contrainte dans la localisation de l’espace
Lieu de travail imposé

2.2. Contrainte dans l’organisation de l’espace
Open-space ou bureaux imposé, travail dehors ou enfermé imposé
Outil de travail imposé
Tenue vestimentaire imposée

3.1. Contrainte d’actions

3.1. Contrainte dans le choix des actions
Objectifs imposés
Projets imposés

3.1. Contrainte dans la réalisation des actions
Manière d’atteindre les objectifs imposée
Collègues, clients, fournisseurs imposés

-

Un exemple avec le prisme personnel :

2. Contrainte d’espace

2.1. Contrainte dans la localisation de l’espace
Lieu de résidence imposé (pour être près d’un bassin d’emploi ou du fait de contraintes financières)

2.2. Contrainte dans l’organisation de l’espace
Surface imposée (contrainte financière)
Architecture de la résidence imposée (locataire, pas moyen de faire de gros travaux ou copropriété, pas possible de toucher aux parties communes)

-

Contrairement à ce que l’on pense, un freelance supporte pas mal de contraintes, car au final, son patron devient ses clients, et ils sont bien plus exigeants. Par contre il a la liberté (toute relative car il faut payer les factures…) dans le choix de ses clients.

Hors ligne

 

#10 16/12/2010 16h44 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   48 

Une des plus grosses difficultés à atteindre l’indépendance financière est la capacité à être capable d’une part de se définir des objectifs long termes et d’autre part à s’y tenir.

Pour la difficulté à définir ses objectifs long termes, elle peut provenir du fait qu’il n’est pas toujours aisé de savoir ce qu’on veut pour soi ( difficultés de fixer des priorités sur ses désirs, ses envies). D’ailleurs ce n’est pas un hasard si TOUS les livres de développement personnel ,anglo saxon en particulier,  consacrent leur coeur d’ouvrage sur ce sujet. (je pense à Anthony robbins )

La capacité à s’y tenir si on réussit à se définir des objectifs est souvent contrarié par sa propre évolution, sa propre maturité. Les circonstances de la vie, l’âge, la maturité font que nos objectifs deviennent vite changeant même pour ceux qui ont une idée fixe en tête. C’est là le plus gros danger et ce n’est par hasard que Warren Buffet résume à l’outrance sa réussite en soulignant sa discipline.

Pour celui capable de s’affranchir de ces deux obstacles, il devient en effet intéressant de fixer de listes de contraintes et de régulièrement prioriser celles ci pour savoir celles dont on souhaite se réellement se débarrasser en premier lieu. Car il est illusoire évidemment de s’en dégager complètement. Hormis pour les vendeurs de rêve comme Tim Ferris.

Hors ligne

 

#11 17/12/2010 08h38 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

swantonbomb a écrit :

La capacité à s’y tenir si on réussit à se définir des objectifs est souvent contrarié par sa propre évolution, sa propre maturité. Les circonstances de la vie, l’âge, la maturité font que nos objectifs deviennent vite changeant même pour ceux qui ont une idée fixe en tête. C’est là le plus gros danger et ce n’est par hasard que Warren Buffet résume à l’outrance sa réussite en soulignant sa discipline.

C’est vrai. Je pense aussi que c’est tellement difficile que la capacité à s’y tenir est aussi liée à des motivations connexes "cachées". Dans mon cas, il est clair que la longue période de chômage et les difficultés auxquels à du faire face un membre de ma famille ont très largement contribué à ma motivation et rigueur pour atteindre l’indépendance financière et la reprise d’études pour améliorer mon employabilité.

swantonbomb a écrit :

Car il est illusoire évidemment de s’en dégager complètement. Hormis pour les vendeurs de rêve comme Tim Ferris.

En France, nous avons quand même 2 exemples explicites (+ tout ceux qui sont dans l’ombre) qui se rapprochent de Tim Ferris, mais en + crédible : Jean du site www.webmarketingjunkie.com et Olivier Rolland de www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr. Leur expérience manque un peu de recul, mais c’est rafraichissant de voir que "c’est possible".

Hors ligne

 

#12 17/12/2010 16h52 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   16 

Mon expérience sur ces sujets montre que ce ne sont pas les personnages publics ou visibles qui sont les plus libres. Ils sont souvent prisonniers du rôle public qu’ils jouent lorsqu’ils ne mentent tout simplement pas sur leur situation.
Il existe une bien plus large proportion de personnes s’étant libérée des contraintes physiques ou temporelle sans faire de bruit puisque leur liberté n’est pas lié à la publicité qu’elles en font wink
Alors oui, c’est possible !
L’analogie intéressante, c’est entre ce que le péquin moyen pense d’un riche (jet set, montre de luxe…) et la réalité (personnes discrètes, travailleuses et économes).

Hors ligne

 

#13 17/12/2010 17h17 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   48 

InvestisseurHeureux a écrit :

swantonbomb a écrit :

Car il est illusoire évidemment de s’en dégager complètement. Hormis pour les vendeurs de rêve comme Tim Ferris.

En France, nous avons quand même 2 exemples explicites (+ tout ceux qui sont dans l’ombre) qui se rapprochent de Tim Ferris, mais en + crédible : Jean du site www.webmarketingjunkie.com et Olivier Rolland de www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr. Leur expérience manque un peu de recul, mais c’est rafraichissant de voir que "c’est possible".

Le problème que j’ai avec ce genre de site, et d’auteurs, c’est le côté "tenez, j’ai une vie de rêve, yaka créer son site, yaka faire ci faire ça, pas comme les autres nuls, nous sommes des winners et j’vais vous apprendre à être riche une fois que vous aurez acheté mon manuscrit etc etc". Même s’ils ont réussi à atteindre leurs objectifs pour certains ( et ils se comptent sur les doigts de la main) au prix de nombreux efforts et de compromis, leur démarche est trompeuse.
Comme si la seule volonté suffisait toujours, comme si derrière tout ça il n’y avait pas eu beaucoup de travail en amont. Rédiger un article de qualité ne demande pas qu’une heure de travail par semaine. Mettre en place une boutique, le marketer et faire de la veille concurentielle ne se fait pas que le lundi de 9h00 à 10h00. Et quand je vois ce genre de blog se mettre à pulluler en pensant gagner du fric rien qu’en écrivant des articles, je trouve cela désolant. Le mythe de l’argent facile sera toujours vendeur.

Au moins, votre approche est sincère et honnête. Vous admettez et mettez en avant qu’il faut de la rigueur, des choix, des sacrifices, du boulot, du boulot et encore du boulot pour atteindre l’objectif d’indépendance financière.

Hors ligne

 

#14 17/12/2010 17h51 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Administrateur
Réputation :   1307 

Swantonbomb, je pense comme toi, mais en l’occurrence pour les deux blogs que j’ai cités, s’il y a un marketing légèrement "m’as-tu-vu" (un peu plus pour Olivier que pour Jean), le propos est assez sérieux (en creusant un peu, les auteurs expliquent bien les galères et leur business model).

Michael a écrit :

Il existe une bien plus large proportion de personnes s’étant libérée des contraintes physiques ou temporelle sans faire de bruit puisque leur liberté n’est pas lié à la publicité qu’elles en font wink

C’est ceux-là qu’il faut traquer et interviewer ! :-)

swantonbomb a écrit :

Au moins, votre approche est sincère et honnête. Vous admettez et mettez en avant qu’il faut de la rigueur, des choix, des sacrifices, du boulot, du boulot et encore du boulot pour atteindre l’objectif d’indépendance financière.

Oui, ça doit être pour ça que mon offre de coaching se vend mal, ça fait pas assez rêver. :-)))

Hors ligne

 

#15 06/01/2011 18h05 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   

Bonjour à tous,

Voici une vidéo qui devrait intéresser quelques personnes. Ce facteur est peu évoqué
pour réussir sa vie mais il est important selon moi!

Comment avoir de la chance ? - YouTube

Hors ligne

 

#16 19/02/2012 20h05 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   10 

Depuis 4 ans que j’ai quitté la société qui m’employait, j’ai décidé de revenir à un  mode de vie plus simple  ( je n’ai jamais été bling bling mais il me fallait une voiture de luxe pour mes clients de l’immobilier ). Depuis que ma dernière Bmw  est morte de sa belle mort ( 290.000 km ), je l’ai remplacé par une C3 qui me convient très bien en ville. Si j’ai besoin de voyager loin en France, j’emprunte la voiture d’un de mes amis à qui je prête en échange mon appartement de Cannes pour ses enfants l’été. C’est un appartement agréable et vaste que je loue aux congrès et que j’aime passer à des proches - ou à des enfants de proches. ( Quoique Cannes l’été… il faut vraiment aimer…)
C’est un deal qui fonctionne bien car ni l’un ni l’autre n’exagérons.

Je n’ai aucun poste de dépenses extravagantes mais ne me prive aucunement. J’aime les restaurants, la musique ( concerts, opéra ), la lecture et le cinéma.
Les bibliothèques municipales des grandes villes sont fantastiques et l’on y trouve beaucoup de choses. J’avais l’habitude d’acheter 2 quotidiens par jour et les 3 grands newsmagazines. Je les lis maintenant à la Bibliothèque, emprunte des DVD, des CD, n’achète vraiment que ce que je veux conserver.

Quant au cinéma avec ciné-orange ( tout client d’Orange en est bénéficiaire ) il me suffit d’attendre le mardi pour voir les films que je souhaite et qui me coutent à deux 8 euros (  avec la réduction adhérant FNAC  et un billet gratuit ).

Ah si, j’ai un poste de dépenses important : les voyages. Mais maintenant que j’ai du temps, je voyage à travers le monde à bas cout. Je reviens de Londres ( 90 E l’aller-retour par Easy Jet et ai dormi pour 86 E au Islington Hilton pendant 3 nuits). Demain, je pars à Rome ( voyage dans les mêmes eaux et l’hôtel doit être guère plus cher ).

En s’organisant, en planifiant, en utilisant les divers avantages que nous avons la chance d’avoir en France, on peut vivre très très confortablement.

Ne plus travailler me permet aussi - et surtout - de me consacrer davantage à ma famille, à mes amis et d’entreprendre des choses que je n’avais pas faites pendant des années. Apprendre des langues,dessiner etc etc…

Je dépensais trois fois plus auparavant que je ne dépense maintenant. Et j’ai l’impression d’avoir un mode de vie bien plus agréable aujourd’hui…

Dernière modification par tchakable (19/02/2012 20h10)

Hors ligne

 

#17 19/02/2012 20h32 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   

Vous avez bien raison tchakable !

Inutile de participer à la rat race " Travailler plus pour payer plus ", le slogan présidentiel.
J’hésite aussi avec le " L’endettement c’est permanent " de Mr Moullande ou le " Un pays puni, rien ne le révolte " de Mr Partout.
En revanche je n’ai pas trouvé de slogan pour madame La Peine.

Hors ligne

 

#18 19/02/2012 22h10 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   174 

@ Tchakable

Vous dîtes que vous dépensiez 3 fois plus avant.

Personnellement je ne dépense très peu de mes revenus du fait de n’avoir eu que très peu de temps libre pour dépenser ces dernières années. Ma crainte est ne dépense-t-on pas plus une fois rentier car les tentations de dépenses sont plus grandes?

Personnellement, j’ai établi un prévisionnel de doublement de dépenses par rapport à ma vie active.

Si je dépense moins, ce sera de l’épargne en plus cool


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#19 19/02/2012 23h13 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   29 

Cela dépend comment on aime se divertir. Certains peuvent parfaitement se contenter d’habiter un trou perdu et de se promener dans la nature, de lire une bibliothèque achetée quelques euros d’occasion, n’aiment pas forcément voyager, etc. Il y a beaucoup de loisirs qui sont gratuits. D’autres très onéreux.

Hors ligne

 

#20 20/02/2012 00h08 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   60 

Je trouve que le slogan de Sarkozy "Travailler plus pour gagner plus" a été très bêtement et très simplistement critiqué : "Ouai-euu en fait ça va être travailler plus pour gagner moins, ouais!"

Il était si facile, surtout pour des partisans d’un autre modèle de société, de faire la double inversion : "Gagner moins pour travailler moins" (= apprendre à vivre avec moins pour travailler moins pour vivre mieux)

Je ne bizarrement pas entendu…

Trop intello pour les majorités électorales? Ou alors le refus de la valeur travail et la recherche de l’effort minimum (ou optimum) est-il toujours inavouable en Occident?…

Hors ligne

 

#21 20/02/2012 05h37 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   512 

Je me retrouve complètement dans ce qu’écrit Tchakable, pourtant j’ai moitie moins son age.

Je dépense des sommes folles chaque mois dans un lifestyle qui sur le papier ferait beaucoup de jaloux mais qui en réalité m’aliène complètement. Sans compter ma sérénité et mon équilibre qui sont constamment sous le feu de la meute des autres rats, meute qui elle n’a pas un centième de mes scrupules.

Ce matin on me demande d’organiser le lancement d’une nouvelle cigarette "HD" (haute définition), un produit "révolutionnaire" qui "repousse les limites de la douceur" grâce a une "pionneering technologie de filtre" pour des consommateurs soucieux d’avoir toujours "une longueur d’avance" et pour qui "le lifestyle n’a pas de prix".

Quelle tristesse.

Je suis de plus en plus en train de penser a plaquer toute cette camelote pour revenir au pays et m’acheter une vieille maison de campagne. Quelque part loin de tout ce bruit. De la vieille pierre, en haut d’une colline. Avec une vue. Le clocher, la terre, les choses simples. Un budget pour une belle moto et quelques bons restos avec ma douce. Le reste du temps dans mon bureau, a gérer mes investissements.

L’oracle d’Omaha avait tout compris - comme d’habitude.

Dernière modification par thomz (20/02/2012 08h48)

Hors ligne

 

#22 20/02/2012 09h13 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   10 

@ Chers Carpediem et Thomz

J’ai travaillé pendant plus de quinze ans dans une agence immobilière de luxe sur la Côte d’Azur. J’ai tout vu au niveau des dépenses extravagantes et débiles chez mes petits camarades ( achat d’une montre à quinze mille euros quand tombait une belle commission, changement de grosse cylindrée tous les six mois ( le moins débile des achats, celui là, location d’hélicoptère pour skier à Courchevel etc etc ).
J’ai un de mes contemporains - un des meilleurs commerciaux de sa génération - qui pour continuer à  assurer un train de vie absurde et une course à l’échalote suicidaire a bouffé pendant les années maigres le peu qu’il avait économisé pendant les années grasses.

Sans dépenser des fortunes comme d’autres, je  craquais de temps en temps et comme je n’avais pas une seconde à moi et étais toujours sous pression,  je m’offrais des objets couteux et descendais dans des palaces lors de mes rares vacances, phénomène de compensation très classique.
J’avais aussi un poste de dépenses incompressible: je suis un collectionneur obsessionnel meubles, dessins anciens,tableaux objets divers etc etc…
Si le métier d’antiquaire n’était pas ainsi en crise, j’ouvrirais une boutique pour fourguer ma came, j’ai un dépôt de 250 m2 bourré de machins/trucs/choses que je me refuse à vendre pour mille et une raisons toutes plus excellentes les unes que les autres…

Mais étant d’un naturel fourmi, et souhaitant arrêter de travailler avant soixante ans, j’ai acheté des appartements pendant les années fastes, ouvrant des comptes dans chaque banque, - j’ai eu jusqu’à six comptes )apportant un petit deposit à chaque fois et montrant ma feuille d’impôt ( je reconnais même que j’ai du tricher une ou deux fois et ai dissimulé mes revenus  locatifs pour que mes préteurs ne voient pas  que j’étais multipropriétaire et surtout que ma capacité d’emprunt était largement dépassée ).

Quand j’ai cessé de travailler , comme Thomz, j’ai révé de campagne, de changement de vie, et c’est pour cela que je suis parti dans le Vaucluse. La vie effectivement  était plus saine, plus agréable  mais bon, en hiver, dans un petit village  ma femme n’a pas tenu…
Je travaillais à la rénovation de mes maison ( et là encore je voulais aller sans doute trop vite et trop en faire, y passais mes journées et  je ne me rendais pas compte qu’elle tournait en rond et n’avait pas trouvé sa place.)
Il faut trouver un juste milieu comme toujours.

Mais j’ai fait le calcul et je dépense bien moins en effet.  ( plus d’achats compulsifs, plus d’ordres dans les salles de vente, plus de visites dans les foires d’antiquaires). Comme je ne gagne plus d’argent ( je vis sur mon petit capital ) j’économise peu.  Mais je fais en sorte que mon capital boursier monte et je dois dire que ce forum m’a bien conforté dans mes décisions - Merci Philippe, Merci Candide. Pour le moment je vis de mes rendements locatifs et de coups  boursiers  sur un compte spécial que j’appelle  compte à risque.  ( représentant 15 % de mon patrimoine )

Hors ligne

 

#23 20/02/2012 11h41 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   174 

Je me retrouve dans le côté palace pour les vacances (  ma principale exigence étant de pouvoir dormir sans bruit) , par contre je suis moins matérialiste pour ce qui concerne ma voiture et les autres signes de richesses ( ou de réussite?)

Mon idée actuelle serait de gagner par les placements, en sus du minimum, 5 fois la valeur de l’objet convoité afin que l’achat couronne la réalisation d’un objectif.

A voir…


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#24 20/02/2012 18h51 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   166 

Bonjour,

Dans mon expérience, afin de trouver l’équilibre il faut passer par les extrêmes. Quand j’étais étudiant j’ai vécu avec vraiment pas grand chose, et ça m’a donné un aperçu de ce que c’était que vivre avec à peine de quoi se loger et se nourrir.
Plus tard, quand je travaillais à Wall st, j’avais de quoi claquer 250k par an en dépenses purement de plaisir (après les dépenses de logement, vacances, économies etc) et je ne m’en suis pas privé. Mais cela demandait d’être vraiment mono-maniaque par rapport au travail. Clairement, il n’y a pas beaucoup de place "au top", et il faut une concentration de tous les instants, source de stress.
Aujourd’hui je n’ai pas besoin de claquer tout ça pour être très heureux.
Mais je pense que si je n’avais pas eu l’occasion de faire toutes les choses que j’ai pu me payer, même au détriment de beaucoup de temps passé à travailler, j’aurais l’impression d’être passé à côté de quelque chose.

Hors ligne

 

#25 20/02/2012 19h22 → Rat race : travailler plus dur et plus, pour consommer plus

Membre
Réputation :   60 

crosby a écrit :

Mais je pense que si je n’avais pas eu l’occasion de faire toutes les choses que j’ai pu me payer, même au détriment de beaucoup de temps passé à travailler, j’aurais l’impression d’être passé à côté de quelque chose.

Vous touchez là à un point déterminant : avoir touché un tant soi peu à ce dont on veut apprendre à se passer, pour avoir une chance d’y arriver. Sinon, le manque, l’envie, la jalousie, la mésestime de soi, seront les seuls résultats.

"La seule façon de résister à la tentation, c’est d’y céder." (O. Wilde)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech