Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 11/12/2010 08h41 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Administrateur
Réputation :   1307 

La trouvaille vient de Ratpack, puis spiny dans la file Portefeuille d’actions de Ratpack.

Genesta Finance est une jeune société avec notamment deux analystes financiers dont on peut trouver plusieurs analyses financières en ligne :

http://www.genesta-finance.com/ac_disclaimer.html

Sont couverts :

Bigben Interactive
Gameloft
Guillemot
Hi-Media
Meetic
Rentabiliweb
HighCo
Aufeminin.com
LeGuide.com
Akka Technologies
Devoteam
Solutions 30
Ausy
Linedata Services
Avanquest Software
SIIC de Paris
Theolia
HF Company

Ça permet entre autres de voir aussi les ratios utilisés (comme je l’ai déjà mentionné dans le billet EV/EBITDA, EV/Sales et PER), les "profs" ne mentionnent même pas le PER dans leurs analyses, et c’est encore le cas ici) et de voir de façon explicite comment calculer une valorisation par la méthode de l’actualisation des flux de trésorerie.

Merci à Ratpack et Spiny pour le lien.

Hors ligne

 

#2 11/12/2010 09h22 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   401 

Attention, je connais ce site de Genesta depuis plusieurs mois, dont il convient de consulter le contenu  avec au mieux beaucoup d’esprit critique et au pire beaucoup de méfiance.

Certes Genesta est une des rares sociétés à laisser ses notes d’analystes accessibles gratuitement au grand public, alors que les banques et brokers, type BNP Paribas, Exane, Oddo, les réservent à leurs clients.

Méfiance à cause des éléments suivants:
Hervé Guyot, le fondateur de Genesta a travaillé de vers 2002 à début 2008 pour Euroland Finance (société financière d’une vingtaine de personnes, qui a pignon sur rue, mais dont la réputation a été entachée par plusieurs condamnations  par l’AMF pour des faits relatifs à cette même période - attention je ne suis pas en train de dire que cette personne, qui n’était que salarié, est malhonnête. Et je ne me souviens plus si les faits pour lesquels Euroland a été condamnée étaient graves ou non).

Il a créé ensuite début 2008 Genesta , une petite société de 4 personnes lui-même compris, qui d’après son site vit de prestations rendues à des small caps généralement cotées en bourse:
1- Conseil pour des levées de dette ou de fonds propres, généralement en bourse
2- Préparation pour ces sociétés cotées du "Document de Référence" (sorte de Rapport Annuel étendu, enregistré auprès de l’AMF)
3- Rédaction de note d’analystes pour certaines de ces sociétés, moyennant parfois des honoraires.

Bref, les notes d’analystes de Genesta sont payées :
- directement par la société concernée (comme c’est le cas de SIIC de Paris), ce qu’une banque ou un broker sérieux ne ferait jamais. Mais même ainsi, ce dernier ne sera d’ailleurs pas toujours objectif, pour plusieurs raisons
-  ou à terme indirectement, par exemple pour Dreamnex, où la note d’analyste de Genesta ne signale pas un paiement direct par Dreamnex - mais à l’évidence, Genesta espère que Dreamnex deviendra client comme les autres.

On voit là le manque d’indépendance et donc forcément de crédibilité de Genesta, petite société nouvelle et probablement fragile (4 personnes, CA 2009: 300 K€ seulement - source www.societe.com):
- fortement dépendante de ses clients (contrairement aux grandes banques et brokers, qui ont des sources diversifiées de revenus)
- et qui certainement doit absolument convaincre les small caps de s’adresser à elle pour des prestations de type 1 et 2, mieux rémunérées que le type 3. Ce n’est pas en déconseillant l’action que Genesta pourra convaincre la small cap de travailler avec elle!

Exemple pour illustrer:
Depuis plusieurs années, d’après le site de Genesta, Genesta rédige, moyennant finance, le Document de Référence de SIIC de Paris, pour le compte de cette dernière.
SIIC de Paris, ayant engagé il y a plusieurs mois des pourparlers avec Foncière Lyonnaise pour une opération financière publique et décrite dans la presse, avait besoin de bien "soigner" son cours de bourse.
Comme par hasard, Genesta a sorti une première note avec "Achat Fort de SIIC de Paris" (rémunérée par SIIC de Paris!!), suivie quelques semaines plus tard d’une autre note conformant l’achat fort. La question suivante mérite donc d’être posée: st-ce une situation saine?

Au fait, vous comprenez maintenant pourquoi Genesta diffuse gratuitement ses notes. Ce n’est pas par altruisme.  SIIC de Paris, qui paie, ne voulait bien sûr pas d’une note confidentielle, restant dans un tiroir ou envoyée à quelques rares abonnés, mais au contraire diffusée au maximum pour espérer soutenir le cours de bourse!!

Enfin, les seules analyses indépendantes et dignes d’être lues sont:
- celles émanant de sociétés totalement indépendantes, ne faisant que des prestations de type 3, avec donc absence de conflit d’intérêts avec les sociétées qu’elles analysent et vivant notamment des abonnements payés par les investisseurs. On en trouve aux Etats-Unis, bien moins en France.
- ou (même si c’est moins bon) des banques et brokers de taille mondiale, qui lorsqu’ils écrivent sur une small cap de la part de qui ils n’ont jamais rien touché, peuvent moins être soupçonnées de chercher avec cette small cap des deals financiers futurs, qui de toute manière ne pèseront pas lourd dans le compte de résultat de ces brokers.

Pour conclure, je voudrais insister que je n’ai pas de preuve que les notes de Genesta sont trompeuses (et je n’ai d’ailleurs pas cherché pour en trouver), loin de là. Je n’ai pas lu ces notes , à part le début et la fin de certaines. Mais vu le contexte ci-dessus exposé, il me parait prudent de ne pas prendre très au sérieux leurs recommandations, et de faire soi-même sa propre analyse détaillée.

Dernière modification par zirk (11/12/2010 14h46)

Hors ligne

 

#3 11/12/2010 10h38 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   15 

Tout à fait d’accord. Il faut être très méfiant encore plus ici où se sont les entreprises qui payent leur propre note d’analyste.

On rappellera aussi que le patron d’Euroland Finance est Marc Fiorentino qui nous offre ses analyses dans de nombreux médias. Vu le passif d’Euroland, je recommande d’avoir une certaine distance vis-à-vis de ses interventions.


Chaque semaine, mon portefeuille analysé sur http://valeuretperformance.posterous.com/

Hors ligne

 

#4 11/12/2010 11h56 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   151 

On en revient toujours à la même chose :

- si l’on veut bénéficier de la recherche financière de quelqu’un, il faut le rémunérer dans des conditions normales, sinon il n’est jamais indépendant en terme de conseil et d’analyse, et cela devient de la publicité.

C’est valable pour la presse financière qui dépend d’annonceurs pour vivre, c’est également valable pour les analystes financiers et les agences de notation payés par les sociétés qu’ils analysent…

- si l’on ne veut rien payer, il faut faire le travail d’analyse soi-même… et ne surtout pas s’imaginer que le "tout gratuit" sera de qualité !

Hors ligne

 

#5 11/12/2010 13h58 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Administrateur
Réputation :   1307 

Vous avez raison, comme souvent, mais au-delà des biais que vous évoquez, n’avez-vous pas trouvé ces analyses informatives, voire pédagogiques ?

zParisien a écrit :

être passé par Euroland à cette période en ayant fait partie de son équipe de direction n’est pas un point positif

Nous pourrions aussi imaginer l’inverse : une mésentente avec la direction et l’envie de repartir de 0 en faisant les choses à leur façon… Je l’ai vu parfois en SSII.

---

PS : nous sommes déjà 3e sur la requête de cette société sur Google. Le dirigeant de la compagnie tombera nécessairement sur ce sujet très rapidement. S’il veut exercer un droit de réponse, qu’il n’hésite pas à me le faire savoir via la rubrique Contact du site. zParisien peut-être que vous devriez édulcorer votre 3e paragraphe…

Hors ligne

 

#6 11/12/2010 14h18 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   20 

Vincent a écrit :

Tout à fait d’accord. Il faut être très méfiant encore plus ici où se sont les entreprises qui payent leur propre note d’analyste.

On rappellera aussi que le patron d’Euroland Finance est Marc Fiorentino qui nous offre ses analyses dans de nombreux médias. Vu le passif d’Euroland, je recommande d’avoir une certaine distance vis-à-vis de ses interventions.

Lui, et decaux duteil, sont à écouter avec des pincettes. De très grosses pincettes big_smile


Trader - analyste technique, et je le vis bien. Formation Trading - Gestion portefeuille - Mon portefeuille boursier

Hors ligne

 

#7 11/12/2010 14h30 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   401 

InvestisseurHeureux a écrit :

zParisien a écrit :

être passé par Euroland à cette période …

Nous pourrions aussi imaginer l’inverse : une mésentente avec la direction et l’envie de repartir de 0 en faisant les choses à leur façon… Je l’ai vu parfois en SSII.

C’est effectivement une possibilité.

De toute manière, il serait utile le cas échéant que le dirigeant de Genesta ait non seulement un droit de réponse, mais également une interview par vous mise sur le site, du fait qu’il est un des rares professionnels à publier des notes détaillées sur des small caps en France et surtout à les diffuser gratuitement.
Agissant ainsi, il ne peut que susciter l’intérêt des amateurs éclairés de ce site, qui n’ont pour la plupart pas accès à la recherche d’autres analystes financiers plus connus. Surtout s’il arrive à bien convaincre qu’il peut vraiment rester objectif, en dépit du fait qu’il dépend totalement (vu sa toute petite taille) de ses clients small caps, jusqu’à même être rémunéré directement pour plusieurs de ces notes.

Au final, tous ces échanges ici, mêmes négatifs (ou plus exactement, dubitatifs), auront ainsi augmenté sa notoriété, ce qui est très bon pour une petite société.

InvestisseurHeureux a écrit :

zParisien peut-être que vous devriez édulcorer votre 3e paragraphe…

Non, je ne ferai pas, car tout mon texte ci-dessus me semble factuel et ne consiste pas en attaques personnelles.
Cela étant, s’il y a vraiment des points ou des insinuations qui sortent du factuel, de l’avis des autres membres de ce forum, ce ne serait pas volontaire et je vous donne mon accord pour les supprimer.

Dernière modification par zirk (11/12/2010 14h40)

Hors ligne

 

#8 11/12/2010 16h21 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Modérateur
Réputation :   1084 

zParisien a écrit :

…./….
1- Conseil pour des levées de dette ou de fonds propres, généralement en bourse
2- Préparation pour ces sociétés cotées du "Document de Référence" (sorte de Rapport Annuel étendu, enregistré auprès de l’AMF)
3- Rédaction de note d’analystes pour certaines de ces sociétés, moyennant parfois des honoraires.
…./….
…./….
Enfin, les seules analyses indépendantes et dignes d’être lues sont:
- celles émanant de sociétés totalement indépendantes, ne faisant que des prestations de type 3, avec donc absence de conflit d’intérêts avec les sociétées qu’elles analysent et vivant notamment des abonnements payés par les investisseurs. On en trouve aux Etats-Unis, bien moins en France.
- ou (même si c’est moins bon) des banques et brokers de taille mondiale, qui lorsqu’ils écrivent sur une small cap de la part de qui ils n’ont jamais rien touché, peuvent moins être soupçonnées de chercher avec cette small cap des deals financiers futurs, qui de toute manière ne pèseront pas lourd dans le compte de résultat de ces brokers.
…/….

Je serais très curieux de vous voir citer quelques exemples de telles "analyses indépendantes" qui seraient "émanant de sociétés totalement indépendantes, ne faisant que des prestations de type 3, avec donc absence de conflit d’intérêts avec les sociétés qu’elles analysent", car même pour les big cap, ce n’est pas évident à trouver, alors pour les small cap suivies parfois par un seul analyste….

Il faut prendre ces "analyses" pour ce qu’elles sont : un ensemble d’informations prises à certaines sources (la société elle-même en majorité), assemblées et mises en perspectives par un analyste (qui peut avoir certains biais, involontaires ou non), et permettant de justifier une conclusion (à ne pas prendre pour parole d’évangile). Ces analyses décrivent leurs hypothèses, et comportent, me semble-t-il une petite note indiquant que "la responsabilité de xxx ne saurait être engagée si….".

Quand on sait que les fonds de Private Equity, même en faisant toutes les analyses et Due Diligences possibles, se trompent encore souvent dans leurs estimations du futur des small caps sur lesquels ils misent (ou ne misent pas), on se rend aussi compte de la difficulté de l’exercice…

Ceci dit, après avoir lu une telle analyse, même en prenant en compte ces "réserves", en général j’en sais quand même un peu plus qu’avant.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#9 11/12/2010 16h21 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   66 

Je n’ai pas lu les autres analyses de Genesta mais en tout cas pour Dreamnex, je la trouve relativement équilibrée, elle reflète bien les points pour lesquels j’ai cette valeur en portefeuille par contre il est vrai que l’analyse reflète peu les éventuelles incertitudes sur la société.

Hors ligne

 

#10 11/12/2010 22h47 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   401 

Ratpack a écrit :

Je n’ai pas lu les autres analyses de Genesta mais en tout cas pour Dreamnex, je la trouve relativement équilibrée, elle reflète bien les points pour lesquels j’ai cette valeur en portefeuille par contre il est vrai que l’analyse reflète peu les éventuelles incertitudes sur la société.

Je vous trouve très gentil.
En effet, je me suis enfin décidé à lire cette note de bout et bout et l’ai trouvé assez médiocre.
En fait, la partie décrivant les diverses activités et marchés de la société est détaillée et relativement claire. Mais tout cela, on peut le découvrir aussi en regardant les présentations PDF de la société et ses rapports annuels et semestriels.

Ce qu’on attend d’une note d’analyste est en premier lieu de creuser (et que pas que superficiellement)  les forces, faiblesses, opportunités et menaces de la société (pas grand chose à se mettre sous les dents ici) et de faire des prévisions pertinentes pour déterminer la valo de la société.
Or, d’après l’analyste, la société va continuer selon un régime fil de l’eau, avec une croissance positive mais modérée, sans grand bouleversement ni au contraire accélération, avec une marge d’exploitation se stabilisant à 24%.
C’est la partie donc la plus décevante, car elle ne permet pas de comprendre et d’analyser les vraies problématiques et risques de la société.
A l’évidence, la bourse qui a fait chuter le cours et les deux fonds qui se sont désengagés redoutent que le modèle économique de Dreamnex soit irréversiblement atteint:
- avec la baisse de vente d’objets érotiques type sextoy (concurrence d’autres sites d’e-commerce plus généralistes qui se mettent à vendre aussi les mêmes objets et de e-hard discounters spécialisés qui cassent les prix)
- et avec la concurrence des sites gratuits ou quasi gratuits qui proposent de la VOD érotique. Dreamnex affirme que les clients les plus exigeants seront toujours prêts à acheter chez elle, car elle propose des vidéos de meilleure qualité. Mais ce n’est qu’une question de temps: les concurrents gratuits montent en gamme et pourraient attaquer de plus en plus sévèrement Dreamnex
- idem, dans une moindre mesure, pour l’activité webcam.

Autre motif d’inquiétude: le président fondateur continue ses ventes d’actions, ce qui, malgré les justifications données (volonté de diversifier son patrimoine financier) n’inspire pas confiance en l’avenir de la société.

Or la note de Genesta ne reflète rien de ces inquiétudes et n’essaie guère d’y répondre. Les prévisions qu’elle donne sont lisses et avec croissance modérée (cf. plus haut), alors que justement la bourse semble craindre une érosion continue des ventes et donc un long déclin de la profitabilité.
Je ne dis pas que c’est ce scénario qui va se réaliser. mais je dis que Genesta n’a pas tenté de répondre aux vraies questions, et ne les a même pas réellement abordées.

Hors ligne

 

#11 18/05/2011 14h22 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   401 

Mes posts ci-dessus critiquaient Genesta Finance, entre autres pour 1/possibles conflits d’intérêts avec les sociétés que Genesta couvre et 2/ son manque de compétence. Je donnais comme exemple leurs analyses sur SIIC de paris et sur Dreamnex, devenue DNXCorp.

Certains m’avaient trouvé trop sévères.

La suite semble me donner raison. Genesta a écrit il y a quelques jours sur DNXCorp, passant d’achat fort le 25 mars 2011 à neutre en mai 2011 (donc, en réalité, en langage moins codé, à vendre en mai), sur la base d’éléments en fait parfaitement prévisibles dès mars:

DNXcorp a publié, le 5 mai, un chiffre d’affaires décevant de 14,1 M€, en repli de -7,9 % à périodes comparables. L’activité sur le 1er trimestre a été impactée par 1/ la poursuite du recul des ventes de produits physiques (-20,9 %), recul attribuable pour partie à la volonté de la société de réduire ses efforts marketing de référencement sur Internet, et ce afin de préserver ses marges, et 2/ une décroissance de -5,8 % des services interactifs, provenant principalement de la chute de la VOD, fortement concurrencée par les sites de vidéos gratuits.
Malgré cette publication décevante, nous estimons que DNXcorp devrait néanmoins conserver en 2011 un profil de rentabilité attractif. Nous adoptons toutefois, par prudence, une Opinion Neutre sur la valeur, avec un objectif de cours de 28,30 € (vs. 33,00 €).
Thomas XXXXX [édité par le webmaster]
Analyste Financier

On ne peut pas s’improviser bon analyste, quand on peut être aussi complaisant à certains moments. Cet analyste aurait mieux fait d’essayer de comprendre pourquoi les investisseurs avaient nettement vendu depuis un an, faisant fortement chuter le cours.
Et la réponse était facile à trouver: les métiers actuels de la société sont en perte de vitesse:
- vente d’articles érotiques sur internet (concurrence de nouveaux sites de cyber-marchands "classiques"),
- VOD (forte concurrence de sites gratuits),
- et Webcam (déclin moins fort, mais érosion quand même).

Du coup, la société essaie de trouver d’autres relais de croissance:
- astrologie (mais là aussi, les sites gratuits peuvent se créer et pulluler d’ici 2 ans),
- solutions de paiements à vendre aux autres cyber-marchands (porte-monnaie électronique - mais attention, concurence déjà agressive sur ce créneau),
- jeux d’argent (forte concurrence potentielle, car peu de barrières à l’entrée à part de dépenser beaucoup en communication pour se faire connaitre, mais ces dépenses coûteront cher à DNXCorp)

Bref, depuis plus d’un an,  les métiers actuels baissent et les autres relais de croissance n’ont pas encore prouvé qu’ils peuvent fonctionner, ce qui forcément pèse sur les résultats et aussi sur le cours  de bourse.

Ce n’est pas la peine de faire des pages et des pages de chiffres, comme Genesta, pour comprendre et écrire tout cela.

Hors ligne

 

#12 18/05/2011 18h03 → Analyses financières avec Genesta Finance : Dreamnext, Gameloft...

Membre
Réputation :   66 

Vous aviez effectivement raison !

Merci de votre perspicacité smile

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech