Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1176 01/09/2016 03h40 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1080 

@Igorgonzola : Vous déformer les chiffres avec votre "57% de prélèvements obligatoires sur PIB VS environ 30% dans les années 60".

Les prélèvements obligatoires avoisinent 44% actuellement, contre 33-35% dans les années 60 et 70. Source = OCDE, voir par exemple ici. Ce sont surtout les prélèvements liés à la santé, retraite, chômage, qui ont augmenté (et la démographie, l’évolution de la médecine et de la situation économique l’expliquent largement), ainsi que la charge de la dette.

Le chiffre de 57% du PIB correspond aux "dépenses publiques". La différence entre les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires provient d’un certain nombre d’autres recettes (qui ne sont pas des "prélèvements obligatoires") et du déficit public (vers 3-4% du PIB actuellement).

Comparer 57% et 30% relève un peu de la mauvaise foi de votre part, d’autant que nous avons  (vous et moi, sur ce forum) déjà discuté des différences entre ces notions.
Je rappelle aussi que le montant de prélèvements obligatoires est plus élevé en France qu’en moyenne dans l’UE parce que dans pas mal de ces pays il y a moins de prélèvements obligatoires au niveau de la santé/retraites/chômage, et les citoyens ont plus recours à des organismes privés ou s’auto-assurent, et que ça ne signifie nullement que le système en France serait moins efficace. (voir aussi ce document qui explique pourquoi le "taux de prélèvements obligatoires n’est pas un bon indicateur du poids de l’État").


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1177 01/09/2016 07h31 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   17 

qdedroit a écrit :

Le fait de passer à une armée professionnel, et non plus une armée de conscription, a obligé l’armée à se réformer sur ce point. En effet, en engageant des soldats pour des périodes plus longues, cela force à ensuite "prendre soin" d’eux, et s’occuper d’eux jusqu’à la fin de leur carrière (nécessairement plus courte vu l’activité), ce qui occasionne des coûts importants qui n’existaient pas, ou peu, il y a quelques décennies.

C’était dans tous les cas nécessaire si l’on souhaitait réaliser autant d’opérations qu’on en fait actuellement.

La vraie question est donc : avons nous besoin de les faire ?

La réponse dépend du degré d’indépendance que nous souhaitons avoir vis à vis des États-Unis.

Soit dit en passant le budget de la Défense a beaucoup servi de variable d’ajustement depuis la fin de la guerre froide ; il serait donc intéressant de voir les économies réalisées, à quel coût, les capacités abandonnées, etc. et de faire un bilan sur le résultat.

Selon moi nous y avons plus perdu que gagné, mais je ne suis pas impartial.

Hors ligne

 

#1178 02/09/2016 03h20 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   131 

GoodbyLenine a écrit :

Le chiffre de 57% du PIB correspond aux "dépenses publiques". La différence entre les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires provient d’un certain nombre d’autres recettes (qui ne sont pas des "prélèvements obligatoires") et du déficit public (vers 3-4% du PIB actuellement).

Admettons. Donc il y a 57-3 = 54% de prélèvements obligatoires sur PIB. Ou alors si ce n’est pas obligatoire, je veux bien que vous m’expliquiez comment la sphère privée peut échapper à la ponction correspondante à la différence entre les 44% et les 54%.

C’est même en fait pire que ça puisque l’endettement est un prélèvement à venir.

GoodbyLenine a écrit :

Comparer 57% et 30% relève un peu de la mauvaise foi de votre part, d’autant que nous avons  (vous et moi, sur ce forum) déjà discuté des différences entre ces notions.

Parce que parler de 16% de recettes publiques pour l’Etat en 1987 vs 15% aujourd’hui comme le faisait Faith c’est de la bonne foi ?

Soit on est collectiviste et on trouve que 54% de prélèvements (et 100% de dette publique) pour des services publiques en chute libre c’est super cool, soit on laisse tomber cette idéologique surannée et on ouvre les yeux.

On a effectivement parlé maintes fois et vous préférez rester dans une réalité d’un autre temps. J’ai fait un autre choix. La différence de génération je présume.

Hors ligne

 

#1179 02/09/2016 03h59 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1080 

je vous suggère de lire les wiki concernant les recettes publiques  (fr.wikipedia.org/wiki/Recettes_publiques , en particulier le paragraphe intitulé "Différence entre prélèvements obligatoires et recettes publiques", et les prélèvements obligatoires (fr.wikipedia.org/wiki/Prélèvements_obligatoires), et d’autres sources sérieuses (regardez www.google.fr/search?q=budget+Etat+France), plutôt que juste le titres de certains média.

Vous comprendrez peut-être alors que l’Etat a un certain nombre d’autres recettes que les "prélèvements obligatoires", entre autres :
   - dividendes et recettes assimilées (dividende des entreprises dont l’État est actionnaire, bénéfices issus des biens dont l’État est propriétaire)
   - produits des domaines de l’État (location ou vente des biens de l’État, redevances relatives à l’utilisation du domaine de l’État)
   - produits de la vente de biens et services (revenu des entreprises publiques produisant des biens ou fournissant des services)
   - intérêts des prêts que l’État consent aux banques ou à des États étrangers
   - produit des amendes (par exemple les amendes de la circulation)
   - produit des jeux et loteries (loteries, Française des jeux, paris, etc.)

Je ne parlerais pas de "différence de génération" : dans toutes les générations, certains se renseignent avant d’affirmer des choses; beaucoup/tous font des erreurs, mais tous ne persistent pas. Georges chantait malicieusement que le temps ne fait rien à l’affaire.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1180 02/09/2016 06h20 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   131 

Donc en somme ce sont des recettes provenant de monopoles que l’Etat s’est arrogé, très souvent si l’on regarde l’histoire en expropriant des initiatives privées.
Il faut bien être un collectiviste pour ne pas y voir un prélèvement forcé sur la sphère privée.

GoodbyLenine a écrit :

Georges chantait malicieusement que le temps ne fait rien à l’affaire.

C’est exactement ce genre de références qui me conforte dans mon jugement.

Dernière modification par Igorgonzola (02/09/2016 06h20)

Hors ligne

 

#1181 02/09/2016 07h35 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Voici un autre document comparant US et France, et tout mis bot à bout, ce n’est pas si éloigné. Sauf qu’on a le choix de ne pas s’affilier à une assurance santé hors de prix (dans quel cas il ne faut pas tomber malade, une simple appendicite coûte plusieurs centaines de millier de dollar).

Je peste également quand je reçoit impôts, mais je pense sous estimer comme beaucoup la chance d’être dans un pays où me consultation chez le médecin coûte 25€, remboursé, et beaucoup d’autre avantages que l’on a sans s’en rendre compte.

Et sachant ce qu’il se passe à l’hôpital, je serais pour une augmentation encore de ces impôts pour soulager leur fardeau.

Hors ligne

 

#1182 02/09/2016 10h36 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   37 

Bonjour,

Je pense que si l’on met de côté un peu les chiffres, la majorité des personnes est ok pour payer des impôts (même trop élevé) si le système est efficient. Ce qui malheureusement est loin d’être le cas des services publiques en France.

Pour le coup, après avoir lu quelques analyses de l’IFRAP je ne puis qu’appuyer l’idée principale qui permettrai de renverser la vapeur :
- réduire les strates et le mille feuilles qui complexifie beaucoup (intercommunicalité, conseils X Y Z etc;)
- redéployer ces économies sur les services qui en ont besoin (notamment la santé)

Plus d’infos sur les publications en question.

Notamment :
Trajectoire des finances publiques 2017-2027
Baisser de 100 milliards les impôts et cotisations
Fonction publique - tout changer

Ces documents sont téléchargeables gratuitement. Je rappelle aussi que l’IFRAP est un think tank auquel je ne suis pas affilié, mais je trouve l’analyse assez juste.

Setanta

Hors ligne

 

#1183 02/09/2016 10h43 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   43 

Bonjour,

J’ai regardé le lien et prélèvements obligatoires n’est pas vraiment le bon mot.On devrait plutôt dire que l’ensemble des prélèvements de l’état à atteint X% du PIB parce que personne ne paie l’ensemble des PO tout comme une entreprise y contribue plus qu’un Smicard.
Sur le budget de l’état posté par Faith j’ai noté pour 100 milliards de "Remboursements et dégrèvements"
Le déficit budgétaire de 2015 est de 77Mds,un point de TVA c’est 6.5Mds ça donne vraiment matière à réfléchir sur le peu de courage qu’ont les politiques.

Sur France stratégie j’ai trouvé un article intéressant: 2017/2027 - Quels principes pour une fiscalité simplifiée ? | France Stratégie

Bonne journée.


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne

 

#1184 02/09/2016 10h44 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

On est d’accord, mais il ne faut pas tomber non plus dans l’exces inverse: le système n’est pas efficient, donc je refuse de payer mes impots/je m’exile à l’étranger.

Je suis conscient qu’il y a un aléa morale à ce schema, ie, si tout le monde continue gentillement de payer ses impôts sans râler les "politiques" n’auront aucun intérêt à changer (changer = je serais pas réélu). Mais on a l’arme du vote, si on (en tant que peuple) arrêtait d’élire et réélire les mêmes, peut être pourrait-on choisir quelqu’un qui ferait "le boulot" sans penser à sa réélection. Quelqu’un… qui pense à long terme. Mais ça signifie qu’il faut "éduquer" les gens à penser intérêt général, et pas somme d’intérêt particulier (le nombre de personne qui vont voter pour untel parce qu’il a promis de baisser les impôts de la tranche, par exemple, où ils sont n’est pas négligeable…).

Hors ligne

 

#1185 02/09/2016 10h50 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   37 

Bonjour,

Entièrement d’accord avec vous Stibbons. Néanmoins lorsque l’on regarde les 3 / 4 dernières années, chaque pan de la société se bat pour sa paroisse … ce qui fait qu’il paraît très difficile de réformer en France.

Lorsque je compare avec mon pays de travail (le Luxembourg), les réformes impactant les résidents ou frontaliers ont quand même beaucoup moins de mal à passer. Néanmoins, on ne peux comparer 60M d’habitants avec 600k, mais tout de même.

Setanta

Hors ligne

 

#1186 02/09/2016 11h03 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

C’est sûr que certaines choses ne sont pas près de se passer en france…

http://quebecme.me/images/posts/ZGtjZGL/thumb_640.jpg

Psychologiquement ce serait à rapprocher du mouvement NIMBY. Chacun est bien dans son petit confort mais est prêt à râler pour que les autres changent pour lui. Il y a peut être des éléments culturels qui font que les Français (et certainement d’autres nations) tendent à chercher les situations où ils seraient les passagers clandestins des changements positifs, ie, pensent que ces changements se font sans qu’eux n’ai à faire d’effort et de sacrifices. Alors que d’autres seraient plus enclin à être actif dans ce changement…

Dernière modification par Stibbons (02/09/2016 11h03)

Hors ligne

 

#1187 06/09/2016 09h22 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   52 

Article intéressant. 

Taux d’IS à 28%, un marché de dupes | Fondation IFRAP

Les choses ne s’arrangent pas vraiment, c’est le moins que l’on puisse dire.

Hors ligne

 

#1188 07/09/2016 17h18 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   125 

Paris n’est pas la France, mais c’est quand même intéressant :

Le Parisien / PwC a écrit :

Paris, quatrième ville la plus attractive au monde

ENTREPRISES. L’étude PwC sur l’attractivité des villes dans le monde place Paris au pied du podium. Une capitale où il fait bon vivre, mais plombée par le chômage.

N’en déplaise aux Cassandre et aux adeptes du déclin français, Paris continue d’attirer. Le classement 2016 Cities of Opportunity du cabinet d’audit PwC, place la Ville Lumière à la quatrième place des villes les plus attractives de la planète. Elle gagne même deux places par rapport aux résultats de 2014. La vieille Europe, si décriée depuis le Brexit, peut elle aussi s’enorgueillir de placer trois de ses capitales dans le top 5. Si Londres reste indéboulonnable en tête du classement, Amsterdam fait une entrée fracassante en cinquième position. Quant aux villes américaines, pourtant régulièrement présentées comme un modèle d’attractivité, la première, New York, n’apparaît qu’en sixième position. Soit une chute de quatre places par rapport à l’édition précédente. « Arrêtons de penser que l’herbe est plus verte ailleurs, répète Fabien Goffi, associé secteur public chez PwC France. Paris est extrêmement performante. Sur les trente villes classées, elle est dans le top 10 dans neuf critères sur dix. C’est la seule métropole à être aussi homogène. »

Championne du monde de la qualité de vie.
Cette médaille d’or étonnera sans doute beaucoup de Parisiens et pourtant, sa vitalité culturelle (2e du classement), l’image de la ville mais aussi la diversité et le maillage de ses transports (1er) ou encore ses jardins publics (3e) placent Paris sur la première marche, ex aequo avec New York. Il y a deux ans, Paris était en 7e position.

Toujours à la pointe en termes de capital intellectuel et d’innovation.
Premier en 2014 sur cette thématique, Paris descend à la 4e place cette année. « Paris sait produire des chercheurs, sait être innovant mais il a du mal à transformer ce potentiel en véritable atout économique », analyse Fabien Goffi. Un paradoxe que connaît bien Guillaume Bourdon, directeur associé chez Quinten, start-up parisienne spécialisée dans l’analyse des données informatiques (data) fondée en 2008. « Pour créer une start-up, personne n’imagine par exemple aller en Allemagne. Les compétences sont soit à Paris, soit à San Francisco aux Etats-Unis. Mais nous sommes trop conceptuels et pas assez business. Il n’y a pas l’esprit du risque, surtout chez les banquiers. »

Quatrième ville la plus chère.
Parmi les Parisiens qui cherchent notamment à se loger, ce classement n’étonnera pas. Mais, parallèlement, les habitants de la capitale sont aussi dans le top 10 de ceux qui ont le pouvoir d’achat les plus important (9e).

Une puissance économique qui faiblit.
Si Paris peut se vanter d’occuper la 7e place en termes de productivité, la 9e en investissements étrangers et la 3e pour les sièges sociaux, les indicateurs économiques font chuter la capitale de quatre places (8e) dans cette catégorie, notamment la croissance de l’emploi.

Bref, pour cette cuvée 2016, la Ville Lumière peut être fière de se placer au pied du podium. Reste maintenant à connaître l’impact qu’auront la menace terroriste mais surtout le Brexit sur le prochain classement.

  Le Parisien

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_6101483_eco-attractivite-france-vecto-01.jpg

Paris, quatrième ville la plus attractive au monde

Hors ligne

 

#1189 29/11/2016 18h04 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   78 

Bonsoir

Je vous livre ici quelques brèves réflexions sur ce que pourraient être les effets macroéconomiques du programme Fillon.

Pour les ménages :
- perte de revenu marquée pour les salariés : fin des heures supplémentaires qui pourront désormais être comprises dans la durée du travail adoptée par les employeurs, dépenses de santé accrues suite à la mise en oeuvre du "panier de soins" seul remboursable par l’assurance maladie, hausse de 2 points du taux de TVA qui passe a 22%.
- gains significatifs pour les foyers aisés avec enfants : augmentation du quotient familial, déplafonnement des allocations familiales.
- gains pour les foyers très aisés : suppression de l’ISF.
On observe donc un transfert de charges importants des ménages aisés vers les foyers moyens et modestes, avec sans doute un impact global négatif sur la consommation des manages et donc un effet plutôt récessif.

Pour les entreprises : gains très importants résultant de la fin de la durée légale du travail et des baisses de charges sociales patronales. Pour autant, une forte inconnue demeure : que feront les entreprises de cette baisse du coût du travail ? Vont-elles diminuer leurs prix pour conquérir des parts de marché ? Vont-elles accroître leurs marges et donc la distribution de dividendes ? A priori et en première analyse, on peut estimer que les entreprises exposées à la concurrence internationale, en premier lieu l’industrie, choisiront la 1ère option ; en revanche, les entreprises tournées vers le seul marché intérieur seront plutôt incitées à accroître leurs marges, sauf dans les quelques secteurs où la concurrence fait rage.

Voilà pour les effets "ex-ante" ou effets de 1er tour : impact globalement récessif sur la croissance du PIB et sans doute impact dévastateur sur l’emploi suite à l’augmentation de la durée du travail.

Le Premier Ministre Fillon place bien sûr tous ses espoirs dans les effets "ex-post" ou de second tour dont la réussite repose pourtant sur un pari bien hasardeux : d’une part les entreprises exposées à la concurrence internationale gagnent des parts de marché, ce qui suppose en filigrane que la concurrence reste inerte ; d’autre part, les entreprises tournées vers le marché intérieur régissent à la baisse du coût du travail en diminuant leurs prix, ce qui suscite une surcroît de demande et donc davantage d’activité économique. Ce double effet vertueux permettrait alors après 2 ou 3 ans d’obtenir un surcroît de croissance faisant plus que compenser l’impact récessif cité plus haut.

Je suggère à ceux qui ont du mal à y croire de se mettre à l’écoute du prechi-precha dont les médias nous inondent : Antoine Langlais, Nicolas Doze, Emmanuel Lechyfre, Isabelle Verdier-Molinié……voilà quelques clercs qui sauront vous convaincre que "There is no alternative".

Quant ceux qui ne croient pas à la réussite du plan Fillon mais estiment que son élection est l’hypothèse la plus vraisemblable et se demandent dans quel secteur investir pour en profiter au mieux, j’aurais tendance à leur conseiller les entreprises tournées principalement vers le marché intérieur et disposant de parts de marché difficilement contestables par la concurrence : l’effet d’aubaine dont elles bénéficieraient serait considérable et se traduirait mécaniquement par une hausse des profits et des dividendes : grande distribution, distribution spécialisée, tourisme, hôtellerie…..Je suis un peu plus réservé quant à l’impact sur le secteur dit du "luxe" : d’abord car les sociétés concernées ne sont pas si présentes que cela sur le marché français, mais surtout parce que les ménages aisés bénéficiaires du plan Fillon auront davantage propension à épargner ces gains qu’à les consommer.

Voilà, le débat est ouvert !

Hors ligne

 

#1190 29/11/2016 18h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   22 

stokes a écrit :

Je suggère à ceux qui ont du mal à y croire de se mettre à l’écoute du prechi-precha dont les médias nous inondent : Antoine François Langlais, Nicolas Doze, Emmanuel Lechyfre Lechypre, Isabelle Agnès Verdier-Molinié……voilà quelques clercs qui sauront vous convaincre que "There is no alternative".

wink

Hors ligne

 

#1191 29/11/2016 18h48 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

En tout cas ce qui est sur c’est que Fillon n’aura pas mon vote….
40 ans que l’on tourne en rond
15 ans que je suis installé en profession libérale en France et en Suisse.
15 ans que la france me tape les 3/4 de mes revenus….
Comme tout indépendant je n’ai pas droit au chomage, la retraite de l’Organic je n’en parle même pas…
En cas de problème j’ai 60 jours de carences avant de toucher un centimes du RSI….
Bref….. comme le disait notre Ami Coluche :"tous pour un, tous ……"
Belle soirée.
Nicolas

Hors ligne

 

#1192 29/11/2016 19h23 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   78 

Nicolas888 a écrit :

En tout cas ce qui est sur c’est que Fillon n’aura pas mon vote….

Moi non plus mais le sujet n’est pas là ; il serait ici intéressant d’avoir une discussion sur les titres à privilégier dans la perspective de son élection, à laquelle on peut être par ailleurs très hostile.

A ce que j’ai écrit dans ma contribution, il faudrait aussi ajouter que les entreprises intensives en main d’oeuvre dans leur combinaison productive seront les grandes gagnantes du plan Fillon, donc a priori les services et le commerce mais pas l’industrie.

Hors ligne

 

#1193 29/11/2016 20h15 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   16 

Si on regarde les USA, les prévisions electorales ne m’ont pas servies a grand chose au niveau bourse.

Clinton etait favorite, donc au niveau bourse rien ne devait trop changer, coup de théatre Trump est élu, durant les résultats l’or monte substantiellement  (pour mon plus grand bonheur, mon portefeuille étant de 20% dans les mines d’or).
Quelques jours après les mines d’or baissent beaucoup, les banques et assurances montent, les matières premières aussi et le DOW passe les 18000 , bref l’inverse de mon anticipation.

Résultat , avoir su je me serais mis liquide a 100%, aurait attendu que ça se calme puis serait réentré dans le marché, plutot que d’avoir perdu autant de plumes ces derniêres semaines et cru a un rapide retournement de situation .

Une autre leçon boursière

Hors ligne

 

#1194 30/11/2016 02h21 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   80 

Vous risquez de prendre une autre leçon boursière en mai prochain si vous vous abreuvez d’actualité pour déterminer vos placements.

stokes a écrit :

Nicolas888 a écrit :

En tout cas ce qui est sur c’est que Fillon n’aura pas mon vote….

Moi non plus mais le sujet n’est pas là.

Malgré tout je relance le sujet, Fillon disposera pour sa campagne d’un joli pécule de 7-8 millions d’euros grâce notamment aux 2 euros versés par les camarades de gauche qui ont fait le déplacement à la primaire de la droite. Parmi eux ceux qui critiqueront le programme de FF devront se souvenir qu’ils l’ont financé directement et pas que via leur impôts, n’est-ce pas Stokes?
Sur les entreprises que cela favorisera, je me garde de tout pronostic, pourquoi pas mais l’on verra, il subsiste beaucoup d’inconnues et je doute que les seules actions du futur gouvernement influencent tant que cela le cours des choses.

Hors ligne

 

#1195 30/11/2016 09h22 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   43 

Bonjour

La plupart des votants étaient des + 65 ans et des hommes donc pas vraiment représentatif.
J’ai tout de même noté que sa seule expérience professionnelle est un stage à l’AFP et qu’il a été députe dès 1981!35 ans de politique avec un CV long comme le bras, il voudrait augmenter l’age de départ à la retraite alors que je suis sur qu’il la touche lui même depuis de nombreuses années.
Si je me souviens bien son programme sonne réchauffé d’ailleurs à chaque fois qu’il a voulu faire quelque chose il a fait marche arrière sous la pression populaire.

Un peu comme le non du brexit et Clinton il me parait sur-vendu.Si toutefois ce miracle arrivait pour lui je pense que le marché s’en moquera éperdument parce que fillon n’est pas un trump et de toute manière que ce soit l’un ou l’autre il font des promesses intenables.

KC44 a écrit :

Malgré tout je relance le sujet, Fillon disposera pour sa campagne d’un joli pécule de 7-8 millions d’euros grâce notamment aux 2 euros versés par les camarades de gauche qui ont fait le déplacement à la primaire de la droite. Parmi eux ceux qui critiqueront le programme de FF devront se souvenir qu’ils l’ont financé directement et pas que via leur impôts, n’est-ce pas Stokes?

Je pense que l’argent a servi à payer la primaire donc s’il reste quelque chose c’est pas grand chose.

Bonne journée.


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne

 

#1196 30/11/2016 15h18 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   80 

"Collecte de 17,3 millions d’euros environ.
Coût de la primaire « dans une fourchette de 9 à 10 millions d’euros »
Le reliquat - soit 7 à 8 millions d’euros environ - sera transféré sur le compte de campagne du vainqueur François Fillon en vue de l’élection présidentielle"
Voir l’article de Marianne
Pas négligeable tout de même.

Hors ligne

 

#1197 30/11/2016 17h45 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   16 

Nul ne sait ce que fera vraiment F.Fillon s’il est élu président de la république mais l’on peut vérifier ce qu ’il a déjà fait quand il était ministre.

" il a été l’auteur d’une réforme instaurant un alignement progressif de la durée de cotisation des fonctionnaires sur celle des salariés. Sur le modèle de l’indexation des retraites du privé sur l’inflation, la loi « Fillon » de 2003 a aussi mis en place la revalorisation annuelle des pensions des agents publics sur la hausse des prix à la consommation et non plus sur le niveau (longtemps plus avantageux) du point de la fonction publique "

L’inscription de l’égalité de traitement public/privé qu’il proposerait en référendum me parait une très bonne chose.

Retraites : Fillon veut inscrire l’égalité public/privé dans la Constitution

Hors ligne

 

#1198 01/12/2016 08h46 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   43 

Bonjour,

Toutes mes excuses KC, je ne pensais pas que les chiffres étaient déjà disponibles donc j’ai fait un raccourci un peu rapide avec un article d’une précédente primaire.
Si on s’en tient au premier tour il peut dépenser 16,851M€(chiffre de 2012) et il en possède déjà 7.Il reste donc à LR de trouver les 10 manquants.S’il fait 5% l’état rembourse 50% des frais soit 8.5M€ donc LR a dépensé 1.5M€.Cela permet juste une campagne pas chère ce qui arrange bien LR.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Fillon
CONFIDENTIEL
http://www.hatvp.fr/livraison/dossiers/ … ute-75.pdf
http://www.20minutes.fr/politique/19715 … ois-fillon

Je ne peux que l’enjoindre à s’inscrire ici ainsi nous pourrions lui donner de judicieux conseils pour qu’il commence à faire fructifier son argent!

Edit:Un peu plus en rapport avec la situation de la france: http://www.lepoint.fr/societe/timss-201 … 494_23.php

Bonne journée.

Dernière modification par mehdi57 (01/12/2016 08h51)


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne

 

#1199 01/12/2016 17h55 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Ceci n’a strictement rien a faire dans la constitution. C’est a la loi de régler ces details. De plus en plus on utilise la constitution pour y placer des lois a effet cliquet, ie, qui serait beaucoup plus difficile a modifier dans le futur. Mais la constitution n’est pas destinée a statuer ces details, mais a dire comment la loi doit être établie, donner des principes généraux.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech