Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1101 28/05/2016 16h04 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

Bien ! Je pense qu’on a identifié tous les boucs émissaires : les syndicats, l’Europe, les fonctionnaires, la presse.

Pour être positif, il y a quand même 2 catégories ("corporations") qui trouvent que la France est très bien.

Les patrons de grandes entreprises d’abord.
Très bien payés, toujours mieux payés, même quand leurs actionnaires et le MEDEF les trouvent trop payés pour leurs compétences (Ghosn par exemple).
Au pire si ils se font dégager pour insuffisance de résultats, ils touchent une retraite-chapeau en or (21 millions d’euros pour Philippe Varin).
De toute façon, ils n’ont guère le choix de quitter la France : très peu sont reconnus assez compétents pour diriger une grande entreprise étrangère. Les américaines pourtant jugent sur la compétence, pas la nationalité, par exemple le PDG de Microsoft est indien.

Enfin, ne soyons pas hypocrites sur ce forum, les actionnaires sont également satisfaits de la France.
Dans la richesse produite par les entreprises françaises, ils n’en ont jamais touché une aussi grande part, au détriment des salariés (partage de la valeur ajoutée).

Hors ligne

 

#1102 28/05/2016 16h29 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

ArnvaldIngofson a écrit :

Pour être positif, il y a quand même 2 catégories ("corporations") qui trouvent que la France est très bien.

Les patrons de grandes entreprises d’abord.
Très bien payés, toujours mieux payés, même quand leurs actionnaires et le MEDEF les trouvent trop payés pour leurs compétences (Ghosn par exemple).
Au pire si ils se font dégager pour insuffisance de résultats, ils touchent une retraite-chapeau en or (21 millions d’euros pour Philippe Varin).

ArnvaldIngofson a écrit :

Cependant, même si j’aurais pu arrêter de travailler, j’ai continué à être salarié.
Pourquoi ? La raison, très pragmatique, est que c’est un travail bien payé.

La raison est le temps de travail. A partir du moment où j’ai cumulé plusieurs mandats électifs ou désignatifs, mon employeur a cessé de me fournir du travail.
J’ai donc eu plus de temps pour l’exercice de mes mandats. Dans les grandes entreprises, le minimum légal est insuffisant.
J’ai eu aussi du temps libre. On ne me trouvait pas toujours les mercredi après-midi (jour des enfants) et les vendredis après-midi (au cinéma j’aime la séance de 14 heures) …
J’étais aussi autonome dans l’organisation de mon travail (hors réunion de négociation avec la direction, planifiées les mardis ou jeudi après-midi).

ArnvaldIngofson a écrit :

Je n’ai pas donné précisément une information essentielle : mon âge.
J’ai plus de 57 ans.

Mais mon objectif n’est pas d’aller jusqu’au bout du bout, à 62 ans.
Les seniors (plus de 50 ans) peuvent bénéficier d’allocations chômage pendant 3 ans (aujourd’hui, renégociation en cours, mais on parle plus de dégressivité que de durée d’indemnisation). Après 35 ans de cotisations, ce ne serait pas trop abuser.
En négociant habilement son départ de l’entreprise (rupture conventionnelle), on peut partir plus tôt. La rupture conventionnelle est alors comme une pré-retraite, même si c’est un abus. Ayant assisté plusieurs salariés dans cette démarche, je dois pouvoir le faire pour moi. Les conditions sont favorables (salaire, ancienneté, employabilité, ils m’adorent).

Après une petite introspection, vous pourriez nous dire que comme les grands patrons :

- vous aimez l’argent (Pourquoi ? La raison, très pragmatique, est que c’est un travail bien payé),

- avec ou sans insuffisance de résultats/compétences vous conservez vos acquis et usez/abusez de vos libertés sans aucune gêne.
Cependant vous avez un temps d’avance sur les grands patrons qui ne publient pas les jours ou ils vont au cinéma ou garder leurs enfants pendant leur temps de travail.

- La retraite chapeau ou l’utilisation de 3 ans de chômage …

Charité bien ordonné commence par soi-même !

Dernière modification par facelvega (28/05/2016 19h00)

Hors ligne

 

#1103 28/05/2016 16h42 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

GoodbyLenine a écrit :

- le litige de TVA : déjà il a pour le moment été réglé en défaveur de Médiapart (donc la "connivence" n’est guère de mise) qui a du payer le fisc avant de porter le litige devant d’autres instances; ensuite sur le fond est-il logique que des journaux, sous prétexte qu’ils ne sont pas imprimés sur papier, payent 19.6% de TVA (au lieu de 2.1% pour ceux sur papier) avant la loi de février 2014 qui précise que le taux de 2.1% leur est aussi applicable (c’est cet écart entre 2.1% et 19.6% de tva, sur les abonnements payés ttc par les lecteurs avant cette loi, qui a généré ces 4.2M€ de TVA contestés); finalement utiliser un tel argument pour discréditer Médiapart (alors que le litige n’est pas définitivement tranché, et qu’il y a vraiment à boire et à manger sur le fond du litige) reflète une large partialité.

Sur ce coup là, je me suis trompé, j’ai lu dans un article datant de décembre que le litige était tranché, effectivement ça n’est toujours pas réglé. Comme quoi croiser les sources…

GoodbyLenine a écrit :

- le financement de Mediapart : "95 % des revenus de Mediapart viennent des abonnements" (selon wikipedia, et selon la direction du journal). Il est facile de constater que les quelques subventions citées pèsent peu en face des abonnements (9€/mois * 12mois/an * 118 000 abonnés = 13M€/an d’abonnement), ce qui illustre la bonnemauvaise foi d’un argumentaire qui se termine par "un média sous perfusion".

J’ai refait des recherches, et je ne trouve pas de chiffres plus actuels que ceux de 2010-2011.
En substance les 450 000 provenant des collectivités + 200 000 de subventions que je citais (apparemment c’est sur une seule année, source rue89 qui donne également le montant dont ils ont bénéficié)

Cela représentait donc à l’époque + d’un mois d’abonnement par abonné. (environ 50 K abonné)
C’est également le montant du résultat net de Mediapart.
Donc je maintiens le sous-perfusion.

D’ailleurs, c’est très amusant de noter que vous êtes allés regarder sur wikipedia les finances de Mediapart, mais vous ne nous avez pas donné l’information la plus intéressante : on retrouve dans les actionnaires les fameux milliardaires ultra-libéraux Niel ou encore M. Levy (Publicis).
Ça va en boucher un coin à Méluche et son porte parole Juillet…

Mediapart est en réalité aussi ultra-libéral que Libération ou Le Monde. Ça c’est un scoop.

GoodbyLenine a écrit :

- l’orientation pendant la campagne de quelques journaux : et pourquoi donc ne pas inclure les camemberts du Figaro et de Valeurs Actuelles (que je lis en ce moment, quelqu’un m’ayant fait bénéficier de 2 mois gratuits, et qui me semble parfois aussi sectaire -mais d’un autre bord- que les commentaires du forum de Médiapart) ? Démontrer que la presse de gauche aurait une majorité de journalistes de gauche, c’est comme démontrer que la pluie mouille !  (Note : Le camembert sur ESJ Lille illustre le fait qu’une vocation de journaliste semble plus souvent accompagnée d’opinion un peu à gauche, comme un camembert sur HEC aurait pu montrer autre chose… On remarquera que les supporters de Joly y semble surreprésentés : sans doute logique avec des jeunes souvent encore idéalistes et qui souhaitent informer le public).

Je mets le Figaro et Valeurs actuelles dans le même paquet. S’ils arrivent à atteindre l’équilibre économique sans aucune subvention d’aucune sorte, je m’intéresserais peut être à leurs camemberts.
J’ai surtout pris le graphique avec Libération pour répondre au fait que Libération serait un journal libéral.

GoodbyLenine a écrit :

Pourquoi faire mine de souhaiter une presse indépendante (des pouvoirs publics, des apporteurs de publicité, comme d’un actionnaire milliardaire), ne dépendant que de ses lecteurs, si c’est pour utiliser de tels arguments envers une des rares tentative d’une certaine ampleur de le faire, sous prétexte qu’elle ne défendrait pas une opinion donnée ? (en l’occurrence, ces journalistes ont d’ailleurs rapporté des "erreurs" d’un peu tous les bords, sans exception…)

Je me moque de l’opinion défendue par Mediapart (en fait de son existence même), tant qu’on ne m’oblige pas à financer directement ou non. En l’occurrence, on ne peut pas dire que cela se fait sans mon argent.

Un ultra-libéral ajouterai même que tant qu’on pourra faire des dons aux associations pour partie déductible de l’IRPP, il y aura toujours un financement indirect via les impôts.

Ce n’est pas "faire mine" c’est être cohérent.

Ah j’oubliais :
Google
C’est effectivement rarissime.

ArnvaldIngofson a écrit :

Enfin, ne soyons pas hypocrites sur ce forum, les actionnaires sont également satisfaits de la France.
Dans la richesse produite par les entreprises françaises, ils n’en ont jamais touché une aussi grande part, au détriment des salariés (partage de la valeur ajoutée).

Partage de la valeur ajoutée ? Wikipédia

Wikipedia a écrit :

Si le partage de la valeur ajoutée présente des stabilités surprenantes à moyen et long terme, en revanche, à court terme, cette répartition peut changer. Si l’on prend l’exemple français, la part du travail a augmenté entre 1959 (59 %) et 1982 (68 %), puis a diminué au cours des années 1980 à la suite de la politique de désinflation compétitive, et est restée relativement stable par la suite5. La France est assez proche de la répartition au sein de l’UE-27, avec une part du capital légèrement plus faible et une part des salaires un peu plus élevée6.

Dernière modification par Igorgonzola (28/05/2016 16h53)

Hors ligne

 

#1104 28/05/2016 18h40 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Concernant mediapart :
Pour les résultats provisoire de 2015, cf.page 9
https://static.mediapart.fr/files/2016/ … -bat-2.pdf
(https://blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/ … -resultats)
https://blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/ … mmentaires

Pour les subventions voici un extrait de 2012 :
TinyUpload.com - best file hosting solution, with no limits, totaly free

Pour les autres années j’ai cherché dans mes archives et sur leur site (tous les documents proviennent en fait de mediapart.fr) et voici les comptés déposés au greffe de 2009 à 2014 ainsi que les flyers annuels de 2011 à 2016 (à ma connaissance il n’y en avait pas avant!) :
TinyUpload.com - best file hosting solution, with no limits, totaly free

Bonne lecture !

ps: du côté libéral ils ont Philippe Ries : https://www.mediapart.fr/biographie/philippe-ries

Hors ligne

 

#1105 28/05/2016 19h02 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

facelvega a écrit :

Après une petite introspection, vous pourriez nous dire que comme les grands patrons :

- vous aimez l’argent (Pourquoi ? La raison, très pragmatique, est que c’est un travail bien payé),

- avec ou sans insuffisance de résultats/compétences vous conservez vos acquis et usez/abusez de vos libertés sans aucune gêne. Là vous avez un temps d’avance sur les grands patrons qui ne publient pas les jours ou ils vont au cinéma ou garder leurs enfants pendant leur temps de travail.

- La retraite chapeau ou l’utilisation de 3 ans de chômage …

Charité bien ordonné commence par soi-même !

C’est bien de lire ma présentation, mais vous avez de copier/coller sélectif !
Vous avez "oublié" :

ArnvaldIngofson a écrit :

La première raison est que j’ai appliqué la maxime de Confucius : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »

En fait je n’aime pas l’argent. J’ai besoin d’argent pour vivre confortablement. Par contre ça m’intéresse de le gérer, il y a du suspense (annonce des entreprises, des banques centrales, etc.), c’est à la limite ludique. Sauf l’immobilier physique qui pour moi manque de fun.

J’admet qu’il y a des abus de part et d’autre.
Mais d’une part on a des abus à quelques milliers d’euros, d’autre part on a des abus qui chiffrent en millions d’euros.
La logique économique voudrait qu’on s’attaque aux gros abus, mais on va parfois au plus facile.
Toujours le problème de la paille et de la poutre
Parabole de la paille et de la poutre
Je ne peux pas citer le texte : le robot détecte "tu" et censure donc l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Curieusement, je viens de lire un article (blog) du journal Le Monde qui s’applique bien à ce débat :
Insertion des jeunes diplômés : les entreprises au banc des accusés

Le Monde a écrit :

une tendance très présente sur les blogs et les forums (et au comptoir des innombrables cafés du commerce), et qui consiste à dénigrer tout ce qui se fait dans l’Hexagone, pour porter au pinacle tout ce qui n’est pas français. Pessimisme, simplisme, déclinisme, populisme… La spirale s’enclenche. Il ne peut rien sortir de bon de cette attitude, qui confirme la difficulté que nous avons, collectivement, à poser les problèmes de façon rationnelle et modérée.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (28/05/2016 19h39)

Hors ligne

 

#1106 28/05/2016 20h33 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Miroul a écrit :

Juillet a écrit :

les concours de la fonction publique sont ouverts à tous et libre à chacun de postuler en fonction des profils de poste et de ses capacités.

J’ai pu constater dans mon entourage immédiat que de nombreux concours sont truqués :
- au CNRS : quand un poste se crée dans un labo, c’est quasi systématiquement le contractuel qui est déjà en place qui obtient le poste
- dans les municipalités : le piston est roi
- pire : à l’Assemblée Nationale (où les salaires sont extravagants) : j’ai vu plusieurs membres d’une même famille réussir le concours, ce qui défiait toutes les lois de la probabilité (un membre de la famille était déjà en place)

Quant à l’affirmation selon laquelle les salaires des fonctionnaires sont inférieurs aux salaires du privé, de nombreuses études montrent le contraire.

Dans le jargon on dit que le poste est "fléché", cest à dire complètement personnaliser pour une personne particulière. C’est bien sûr totalement illégal mais une pratique courante

Hors ligne

 

#1107 28/05/2016 21h41 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   16 

Pour compléter la phrase de Stibbons je rajoute :
Mais ils sont obligés d’ouvrir le poste via un concours ou un appel à volontaires pour officialiser le recrutement.


Parrainage possible de ma part chez : Boursorama (80€) et Bourse direct (50€)

Hors ligne

 

#1108 29/05/2016 09h34 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   74 

Puisque nous avons un syndicaliste parmi nous, peut il nous eclairer :
Est il vrai qu.il a le droit de prendre sa journée syndicale le 1er mai pour manifester et de se faire payer en heure supp puisqu’il travaille un jour ferié ?

Il y a une difference entre l’actionnaire des journaux (niels, pigasse, dassault, arnault, …) et le comite editorial. Par exemple , au monde le propriétaire doit avoir l’aval de ce comité.

Hors ligne

 

#1109 29/05/2016 10h39 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

Le 1er mai a un statut particulier : il est férié (en tout 11 jours fériés) et en plus il est obligatoirement chômé (seul jour férié obligatoirement chômé), c’est-à-dire non travaillé. Le travail n’est autorisé ce jour-là que dans les secteurs qui ne peuvent pas interrompre leur activité (santé, sécurité, transports…).
Le 1er mai chômé est obligatoirement payé au salarié. Cette journée ne peut pas entraîner de réduction de salaire. Ainsi, les salariés rémunérés à l’heure, à la journée ou au rendement ont droit à une indemnité égale au salaire perdu du fait de ce chômage. Les heures supplémentaires habituellement effectuées doivent être payées avec majoration de salaire.
Le salarié n’est pas tenu de récupérer les heures de travail non effectuées pendant un jour férié chômé.
Le salarié qui travaille le 1er mai bénéficie du doublement de sa rémunération.
Lorsqu’un jour férié tombe un dimanche (1er mai, 8 mai), certaines conventions collectives prévoient l’attribution d’un jour de congé supplémentaire.

Voir par exemple
Au mois de mai, les jours fériés sont-ils toujours payés ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concernant l’indépendance de la presse, il y a au moins un propriétaire qui a la franchise/bêtise de s’exprimer clairement :

Wikipedia a écrit :

Arnaud Lagardère est intervenu à plusieurs reprises dans les médias qu’il possède.

Concernant l’indépendance des médias, il déclare : « C’est quoi l’indépendance en matière de presse ? Du pipeau. Avant de savoir s’ils sont indépendants, les journalistes feraient mieux de savoir si leur journal est pérenne. »

Certains journalistes sous couvert d’anonymat, le soupçonnent d’avoir bloqué en 2007, la publication d’un article du Journal du dimanche indiquant que l’épouse du président de la République nouvellement élu, Nicolas Sarkozy, n’était pas allée voter au second tour de l’élection présidentielle.

En octobre 2015, il se plaint de la « une » du Journal du dimanche consacrée à Marine Le Pen la trouvant « trop empathique » et donne un « avertissement » au directeur du journal.

Arnaud Lagardère

Il s’est encore illustré récemment à propos du film "Merci Patron !" sur Europe 1 :
"Merci Patron !" : sur Europe 1, le réalisateur dégomme le propriétaire Arnaud Lagardère

Dernière modification par ArnvaldIngofson (29/05/2016 13h05)

Hors ligne

 

#1110 29/05/2016 13h08 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

@Arnvaldingofson

Vous nous dites ne rien faire au boulot …
Vous nous écrivez que ce travail vous plait mais que vous ne le conservez que parce qu’il est bien payé …
Mais vous jurez ne pas aimer l’argent …
Vous nous dites n’avoir d’autre ambition que d’utiliser le système autant que faire se peu en passant vos dernières années au chômage …
Vous me répondez que vous n’abusez que de quelques milliers d’euros de façon tout à fait décomplexée alors que d’autres abusent de millions …

Vous pouvez invoquer tous les dieux cependant je ne fais que vous CITER pour vous faire prendre un peu conscience de vos divergences !

Je n’aurai en réponse, bien sûr aucune repentance et encore moins de prise de conscience, mais bel et bien en vertu de votre bien pensance seule détentrice de la vérité de me voir affubler publiquement de populiste attelé au café du commerce …

Fin du débat pour moi. 
Toutes mes excuses pour cette mise au point bien éloigné du sujet d’origine …

Dernière modification par facelvega (29/05/2016 13h08)

Hors ligne

 

#1111 29/05/2016 13h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

ArnvaldIngofson a écrit :

Le 1er mai a un statut particulier : il est férié (en tout 11 jours fériés) et en plus il est obligatoirement chômé (seul jour férié obligatoirement chômé), c’est-à-dire non travaillé. Le travail n’est autorisé ce jour-là que dans les secteurs qui ne peuvent pas interrompre leur activité (santé, sécurité, transports…).
Le 1er mai chômé est obligatoirement payé au salarié. Cette journée ne peut pas entraîner de réduction de salaire. Ainsi, les salariés rémunérés à l’heure, à la journée ou au rendement ont droit à une indemnité égale au salaire perdu du fait de ce chômage. Les heures supplémentaires habituellement effectuées doivent être payées avec majoration de salaire.
Le salarié n’est pas tenu de récupérer les heures de travail non effectuées pendant un jour férié chômé.

Juste une question : et pour les salariés en CDD, et pour les intérimaires, et pour les sous-traitants auto-entrepreneurs (ou EI), qu’en est-il ?


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1112 29/05/2016 13h42 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

Pour les CDD : idem CDI.

Pour les intérimaires  : Par application du principe « à travail égal, salaire égal », la rémunération du travailleur temporaire ne peut être inférieure à celle que perçoit chez l’utilisateur, après période d’essai, un salarié de même qualification occupant le même poste de travail.

Ministère de Travail, … a écrit :

Dans les mêmes conditions que les salariés de l’entreprise utilisatrice, le travailleur intérimaire a droit :
au paiement des jours fériés compris dans une mission, et indépendamment de son ancienneté ;
à des ponts rémunérés s’ils sont non récupérables, à moins que la récupération soit possible pendant le contrat de mission ;
à l’indemnisation du chômage-intempéries dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

La rémuneration de l’intérimaire

Pour les sous-traitants auto-entrepreneurs (ou EI) : s’ils facturent des prestations à la journée, ils ne peuvent pas facturer un jour férié chômé et donc ne sont pas payés.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un intéressant article du Monde : Pierre, 38 ans, consultant en restructuration dans un cabinet de conseil parisien, raconte son quotidien professionnel. « Mon job, c’est d’aider les entreprises à virer les gens »
Mon job, c’est d’aider les entreprises à virer les gens
Conclusion :

Le Monde : Pierre, 38 ans, consultant en restructuration dans un cabinet de conseil parisien, a écrit :

A court terme, je suis assez ­inquiet pour l’avenir de la France. La ­durée avant le retour à l’emploi s’allonge. Les plans seniors se multiplient. Notre pays pâtit de nombreuses idées reçues. ­Entendre les investisseurs dire que la France est socialement plus compliquée que l’Allemagne ou la Grande-Bretagne me rend hystérique. Les rémunérations n’y sont pas forcément plus élevées. Les règles sociales sont différentes, mais pas forcément plus contraignantes. Il est dit qu’on travaille moins qu’ailleurs, c’est pourtant complètement faux. La France est un des pays où l’on travaille le plus au monde. »

Dernière modification par ArnvaldIngofson (29/05/2016 14h13)

Hors ligne

 

#1113 29/05/2016 16h45 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   -4 

J’ai récemment conclu un emprunt a 1.1% sur 12 ans. Je me demandait comment les banques vont survivre a un tel environnement des que leurs encours  de credit ancien va s’eteindre.
La crise financiere qui risque d’emporter le systeme bancaire devrait donc etre previsible en se basant sur la durée du portefeuille des banques?
Tout ca ramène a la question de la satifaction des actionnaires et des dirigeants.Dans cette hypothese de faillite du système bancaire ils sont en première ligne, donc ou ils sont inconscient, ou ils ont un plan B .Lequel?

Dernière modification par iconoclaste (29/05/2016 16h52)


Quand une verité dérange, c'est qu'elle doit etre importante.

Hors ligne

 

#1114 29/05/2016 17h45 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

ArnvaldIngofson a écrit :

Le Monde a écrit :

La France est un des pays où l’on travaille le plus au monde. »

Oui en France on a un taux de productivité plus élevé au monde! Cocorico. Et si on cherchait pourquoi? Parce qu’on a virer les vieux et on n’embauche pas les jeunes. Alors oui si on garde que les 30-45 ans c’est sûr qu’on a un taux de productivité supérieur à la moyenne.
Mais non, ne cherchons pas les raisons, restons bien au chaud avec nos certitudes: les français sont meilleurs que les autres.

Hors ligne

 

#1115 01/06/2016 11h23 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   80 

roudoudou a écrit :

La CGT est une honte pour ce pays, ils proposent les 32h par semaine c’est du n’importe quoi

Cordialement

Bonjour,

Bah, la CGT est de ce point de vue plus modérée que bien des membres de ce forum qui souhaitent devenir rentier pour passer à la semaine de 0h ; étant à cet horaire depuis 2 ans, je ne m’en porte pas si mal que cela et ne suis pas vraiment "honteux" de ma situation.

On est bien passé à 40h en 1936, à 39h en 1982 et enfin à 35h en 2000 ; à chaque fois, le patronat annonçait un cataclysme ; on l’attend toujours. Le vrai souci ce n’est pas d’être aux 35h ; c’est de constater que des millions de salariés en font davantage et ne sont pas toujours payés pour ce supplément, surtout chez les cadres pour qui il est de bon ton de donner du gratuit.

La réduction de la durée du travail s’inscrit dans un processus séculaire en phase avec la substitution capital/travail ; il faut de moins en moins d’heures travaillées pour produire la même quantité de biens et de services ; dès lors, pourquoi faudrait-il travailler autant ?

En effet, la RTT n’est pas très à la mode en ce début de XXIème siècle qui a vu fleurir le "travailler plus pour gagner plus’ (Sarkozy) et maintenant le "travailler plus pour garder son emploi" (Hollande, Valls, Macron, El Khomri et d’autres…).

CGT ou pas, il est inéluctable que l’on passe un jour à 32h sans réduction de salaire et sans doute en-deçà. Reste à savoir quand ? On peut bien sûr pour cela s’en remettre à l’altruisme du patronat et ne rien revendiquer jusqu’à ce que nos dirigeants éclairés estiment que les conditions sont réunies et octroient cette faveur à leurs obligés.

Hors ligne

 

#1116 01/06/2016 11h32 → Situation économique de la France et avenir de la France

Administrateur
Réputation :   1307 

stokes a écrit :

On est bien passé à 40h en 1936, à 39h en 1982 et enfin à 35h en 2000 ; à chaque fois, le patronat annonçait un cataclysme ; on l’attend toujours.

Peut-être le 10,5% de taux de chômage vs 4,7% pour l’Allemagne.

Peut-être le lent déclassement économique et géopolitique de la France chaque année.

Etc.

Franchement, je n’impose pas une ligne politique sur nos forums, je suppose que nous sommes tous plus ou moins centre gauche ou centre droit.

Mais je m’attends quand même à ce que sur un forums d’investissement, nous soyons plutôt pro-entrepreneuriat et protravail (parce qu’avant d’être "rentier", il faut se bouger le c##).

Lire les sempiternels messages à tendance "gauchiste" du fonctionnaire Stokes ou du syndicaliste ArnvaldIngofson (quoique paradoxalement plus modéré) en toute occasion, cela finit par être déprimant.

Franchement Stokes, sincèrement vous faîtes quoi ici ? Pourquoi ne pas aller sur les forums de discussions de L’humanité ou Marianne ou que sais-je ?

En ligne

 

#1117 01/06/2016 11h46 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   96 

stokes a écrit :

Bonjour,

Bah, la CGT est de ce point de vue plus modérée que bien des membres de ce forum qui souhaitent devenir rentier pour passer à la semaine de 0h ; étant à cet horaire depuis 2 ans, je ne m’en porte pas si mal que cela et ne suis pas vraiment "honteux" de ma situation.

On est bien passé à 40h en 1936, à 39h en 1982 et enfin à 35h en 2000 ; à chaque fois, le patronat annonçait un cataclysme ; on l’attend toujours. Le vrai souci ce n’est pas d’être aux 35h ; c’est de constater que des millions de salariés en font davantage et ne sont pas toujours payés pour ce supplément, surtout chez les cadres pour qui il est de bon ton de donner du gratuit.

CGT ou pas, il est inéluctable que l’on passe un jour à 32h sans réduction de salaire et sans doute en-deçà. Reste à savoir quand ? On peut bien sûr pour cela s’en remettre à l’altruisme du patronat et ne rien revendiquer jusqu’à ce que nos dirigeants éclairés estiment que les conditions sont réunies et octroient cette faveur à leurs obligés.

1/ Je ne vois pas de rapport avec le fait de devenir rentier, sauf à gagner au loto avant de profiter de la semaine de "0h" les "rentiers" de ce forum on en général bossé bien plus de "35h" par semaine.
De plus pour pas mal d’entre eux, rentier signifie "indépendance financière" pour en général entreprendre ou se permettre de bosser dans un domaine qui les passionne plus qu’une place bien au chaud dans une grosse ou moyenne boite.

2/ Sur le passage des 40h au 35h je vous invite à tracer en // la courbe de croissance, chômage etc.. de la France. En tous cas je suis d’accord avec vous sur le fait que les "RTT" et "35h" de Madame Aubry ont été une sorte de swap salaire (plus trop d’augmentations) vs RTT. De plus ca a mis pas mal de secteurs (hôpital) dans la merde. L’arnaque est double comme vous le dites pour les cadres au forfait car en plus, en réel, on ne bosse pas 35h par semaine mais plutôt 45-50.

3/CGT ou pas quand vous regardez les autres pays etc… je ne pense pas que le passage au 32h soit inéluctable, bien au contraire… sauf à continuer de glisser un peu plus vite vers un déclassement. Je ne suis pas de ceux qui croient que partager le travail créé de l’emploi (d’ailleurs c’est plutôt le contraire qui a été démontré) mais que plus de travail crée plus de richesses qui sont investies pour créer plus d’emploi (le gâteau est plus gros) sous réserve d’un minimum de régulations et de règles pour que la richesse crée ne soit pas trop concentrée et soit répartie de façon équitable. Charge à l’état de veiller à mettre les bonnes incitations sans tout contrôler.

4/ Je n’ai pas de tendance politique, je suis plutôt entrepreneur et j’essaye de faire preuve de bon sens et de soutenir les bonnes idées, exécutables et le bon sens d’où qu’il vienne…

Hors ligne

 

#1118 01/06/2016 11h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   13 

Beaucoup d’idées fausses une fois encore sur la durée du travail dans notre pays. On confond souvent durée moyenne du travail en France avec les seuls temps pleins. Si l’on prend l’ensemble des actifs employés, la durée moyenne du travail en France est supérieure à celle des états-unis :
37.8h en moyenne en France métropolitaine en 2010 contre 33.7h aux états-unis.
Non, il n’est pas vrai qu’on travaille moins en France qu’ailleurs
En 2014, durée moyenne du travail hebdo en France : 36.1h contre 34.5 en Allemagne.
Durée moyenne hebdomadaire habituelle du travail dans l’emploi principal

En réalité la durée moyenne du travail reste donc trop élevée au vu de l’emploi effectivement disponible…

Hors ligne

 

#1119 01/06/2016 12h06 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

Donc on réduit la durée du travail ou on essaie d’augmenter "l’emploi (je n’aime pas ce terme, disons plutôt la quantité de travail) effectivement disponible" ?

Parce que pour l’instant on raisonne à quantité globale de travail constante voire légèrement déclinante, et clairement ça fait pas rêver grand monde de partager entre de plus en plus de monde la même quantité de richesses.

Pour la confusion sur le temps de travail, c’est un peu normal. Si l’on regarde que les temps plein, on est derrière, si l’on regarde la population active, on est derrière, il faut prendre temps plein + temps partiel pour sortir devant. Car oui d’autres pays utilisent plus le temps partiel que la France. Mais ceux là n’ont pas le même taux de chômage.

Dernière modification par Igorgonzola (01/06/2016 12h11)

Hors ligne

 

#1120 01/06/2016 12h18 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

InvestisseurHeureux a écrit :

nous soyons plutôt pro-entrepreneuriat et protravail (parce qu’avant d’être "rentier", il faut se bouger le c##).

Je signale quand même une particularité française : la meilleure façon de faire fortune est d’hériter, donc de se donner la peine de naître.
On pense souvent au loto, mais c’est très marginal.

Challenges a écrit :

Et force est de constater, avec le magazine américain Forbes, pionnier dans les classements des grandes fortunes, que la part de celles construites par des entrepreneurs partis de rien n’est que de 40% en France, quand elle en représente 70% aux Etats-Unis, et même 80% en Grande-Bretagne.
60% des grandes fortunes sont possédées en France par des héritiers.

Voir par exemple :
Le poids de l’héritage dans l’origine des grandes fortunes françaises

Dans ces héritiers, on peut distinguer :
. des héritiers développeurs : Bernard Arnault et Vincent Bolloré par exemple
. des héritiers dormants : les Peugeot par exemple
. des héritiers incompétents : Arnaud Lagardère en est le parfait exemple.

Hors ligne

 

#1121 01/06/2016 12h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   157 

ArnvaldIngofson a écrit :

Je signale quand même une particularité française : la meilleure façon de faire fortune est d’hériter, donc de se donner la peine de naître.

On peut le comprendre assez facilement en regardant la faible culture entrepreneuriale française (et je me place dans le lot)
Quand la société n’incite ni n’encourage à se lancer dans la création d’entreprise, il est évident que faire fortune est beaucoup plus compliqué, laissant donc l’argent aux grandes familles riches de génération en génération.

Ce n’est pas en sclérosant encore plus l’emploi qu’on risque de faire augmenter le taux de fortunes issues de l’entreprise.

Dernière modification par Faith (01/06/2016 12h25)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#1122 01/06/2016 13h05 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   128 

InvestisseurHeureux a écrit :

Franchement, je n’impose pas une ligne politique sur nos forums, je suppose que nous sommes tous plus ou moins centre gauche ou centre droit.

Mais je m’attends quand même à ce que sur un forums d’investissement, nous soyons plutôt pro-entrepreneuriat et protravail (parce qu’avant d’être "rentier", il faut se bouger le c##).

Confronter entrepreneuriat et idées politiques me semble être un travers bien européen. Aux États-Unis on ne se pose pas la question de savoir si entreprendre est de droite ou de gauche. Ou même si épargner et investir sur les marchés financiers est de droite ou de gauche.

Vouloir devenir rentier n’est pas non plus perçu comme un objectif de nanti qui veut se la couler douce après avoir bien exploité le bon peuple, directement via une entreprise ou indirectement grâce à ses investissements. Cela m’étonnerait que les livres sur le sujet aient eu le succès qu’on connaît si cela avait été le cas.

Je n’ai pas l’impression que la politique puisse y changer quoi que ce soit, et donner un avenir meilleur à l’entrepreneuriat français et donc indirectement à l’économie française. Les politiciens ont beau rabâcher depuis 40 ans qu’il ne faut pas être raciste, les gens ne l’ont jamais autant été.

Hors ligne

 

#1123 01/06/2016 13h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   168 

IH a écrit :

Lire les sempiternels messages à tendance "gauchiste" du fonctionnaire Stokes ou du syndicaliste ArnvaldIngofson (quoique paradoxalement plus modéré) en toute occasion, cela finit par être déprimant.

Oui… même ces positions et ces personnages construits, ne le sont que par opportunisme, j’aimerai bien connaître l’avis de leurs "camarades" face à ses "profitards" du capitalisme, il y en a qui oublie bien vite le nœud à leur mouchoir de leur conviction…


Mon portefeuille passif Parrainage Binck et BforBank (6ELA) me contacter

Hors ligne

 

#1124 01/06/2016 13h51 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   127 

Derival a écrit :

Confronter entrepreneuriat et idées politiques me semble être un travers bien européen. Aux États-Unis on ne se pose pas la question de savoir si entreprendre est de droite ou de gauche. Ou même si épargner et investir sur les marchés financiers est de droite ou de gauche.

Point intéressant !
Si dans tous les pays les syndicats de salariés partagent certaines valeurs avec les partis de gauche, une particularité française est d’avoir un patronat très politisé, et très à droite.
C’est même caricatural si on se souvient du soutien du patronat à Sarkozy, par rapport à la méfiance actuelle vis-à-vis de FH.

Dans les pays anglo-saxons, ou plus au nord de l’Europe, les entrepreneurs ne font pas de politique, ils entreprennent ! Et même si la couleur politique du gouvernement ne leur plait pas, c’est "Business as Usual".

Ca a plusieurs conséquences dommageables pour la France :
. des entrepreneurs qui passent beaucoup de temps à faire de la politique et donc moins à gérer leur entreprise la gère mal
. des personnes intéressées par l’entrepreneuriat sont rebutées par sa couleur politique, écouter Gattaz (encore un héritier incompétent) et sa finesse d’esprit ne donne pas envie …

Hors ligne

 

#1125 01/06/2016 15h49 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

ça veut dire quoi être de droite économiquement parlant, en France ?

Si c’est à la De Gaulle, c’est dirigiste à tendance collectiviste.
Si c’est à la Chirac / Sarkosy, c’est plutôt du bon vieux capitalisme de connivence…

Bref, rien qui ne soit fondamentalement opposé d’un point de vue philosophique à ce que défendent les syndicats (corporatisme & collectivisme).

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’oppositions de personnes / d’intérêts / de forme qui subsistent.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech