Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1076 27/05/2016 13h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   157 

ArnvaldIngofson a écrit :

Tous ceux qui critiquent aujourd’hui l’action des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes : (…)

Pardon, mais cette alternative est idiote.
Personne n’a envie de remettre en cause la totalité de l’oeuvre syndicale depuis l’origine du monde.
Les bonnes actions passées ne peuvent pas être une justification pour n’importe quel comportement futur.

Mon principal reproche de salarié envers les syndicats sera le suivant:
- aucun accueil des nouveaux embauchés
- aucune tentative d’expliquer aux salariés pourquoi ils devraient se syndiquer
- aucune demande de retour des salariés (aucun sondage, aucune réunion ouverte à tous)
- aucune adéquation entre leurs actions (publiques) et mon travail
- tracts délirants dès qu’ils abordent un sujet que je connais
- tracts présentant des revendications excessives, sans demi-mesure
- aucune tentative de m’associer à une quelconque grève ou un quelconque mouvement

Voilà.
Comment avoir la moindre opinion positive envers un syndicat quand aucun des 5/6 syndicats de mon entreprise ne fait aucun des points précédents ?

ArnvaldIngofson a écrit :

Dans toute démocratie, la représentativité se mesure sur le nombre de votes, pas le nombre d’adhérents.

Certes, mais là se pose le problème du vote blanc.
Quand aucun syndicat ne fait l’affaire, comment voter pour le faire comprendre ?

Dernière modification par Faith (27/05/2016 13h20)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#1077 27/05/2016 13h30 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   32 

De plus, les personnes non syndiquées ne peuvent pas être sur les listes au premier tour des élections des délégués du personnel et du CE. Du coup, si on n’est pas syndiqué parce qu’on n’adhère pas aux discours, ben, on a peu de chance d’être élu donc de changer les choses. Donc dire que c’est grâce aux syndicats, c’est moyen. Si cela se trouve Mme Michu aurait fait pareil.

Du coup, je paie pour les syndicats automatiquement alors que comme Faith, je ne me sens pas spécialement visé par leur discours très souvent surréaliste. Et du coup, ils soutiennent les revendications des 7-8% qui ne sont pas les miennes (même très rarement…) mais que je paye.

Dernière modification par Kabal (27/05/2016 13h33)

Hors ligne

 

#1078 27/05/2016 13h31 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   56 

koldoun a écrit :

Bonjour,

Après, il faut effectivement faire attention aux excès, mais oui, des profs qui partent à la retraite "plein pot" à 55 ans, c’est "un droit" que je ne trouve pas aberrant de revoir.

Ah! le fameux âge de départ en retraite des enseignants!
Tout d’abord il existe un incroyable système de calcul de de l’âge de départ en retraite (personnel sédentaire ou non, plus de 15 ans de service ou pas, date de naissance, etc..) qui fait que tous les enseignants ne partent pas tous à la retraite au même âge.
Ensuite, si vous pensez que ces personnes ont des avantages, pensez aussi à leur rémunération qui est une des plus faibles de celles des pays de l’OCDE. 1 700 € en moyenne en France (bac + 5 pour la majorité d’entre eux); 1 000 € de plus pour un enseignant allemand. 2 500£ pour un enseignant du Royaume Uni.
Alors oui. Changeons l’âge du départ en retraite de nos chers enseignants  mais offrons leur peut être une rémunération plus attractive. Et des conditions de travail un peu meilleures….

Kabal a écrit :

Du coup, je paie pour les syndicats automatiquement alors que comme Faith, je ne me sens pas spécialement visé par leur discours très souvent surréaliste. Et du coup, ils soutiennent les revendications des 7-8% qui ne sont pas les miennes (même très rarement…) mais que je paye.

Moi aussi.
J’ai payé (via le remboursement des frais de campagne) la campagne présidentielle de Marine le Pen et pourtant je ne me sens pas spécialement visé par sn discours.
Je paye les missiles lancés sur la Syrie et pourtant je me fous de la Syrie.
Je paye les salaires du personnel diplomatique en poste en Uruguay et je me contrefous de l’Uruguay…
etc..
mais un jour quelqu’un viendra payer à ma place (pour ma retraite par exemple) et il n’en aura rien à fiche de moi. Mais je serai content qu’il soit là….

Mafo

Dernière modification par mafo (27/05/2016 13h41)


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#1079 27/05/2016 14h06 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

ArnvaldIngofson a écrit :

Beaucoup de critiques sur les syndicats ici, mais comme on sait depuis depuis les grecs anciens "la critique est aisée mais l’art est difficile".
Surtout dans un pays comme la France où tous les salariés bénéficient des avancées obtenues par les syndicats (par la négociation ou la grève), pour une grande majorité sans rien faire (même pas cotiser).
Par exemple, il semble évident pour tous les salariés de bénéficier de congés payés. C’est un acquis de 1936 (Le Front Populaire).

Tous ceux qui critiquent aujourd’hui l’action des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. pas de congés payés
. pas de jours ARTT
. pas de remboursement santé (sécurité sociale et mutuelle)
. pas de retraite
. pas d’indemnisation du chômage
. 48 heures par semaine
. licenciement au gré du patron
. discriminations en tous genres
. salaire horaire de base 3 euros.
Ils seraient juste revenus à la situation avant 1936 (1945 pour la sécurité sociale et les retraites).

Et ils bénéficieraient encore des acquis de 50 années de luttes syndicale.
Ceux qui contestent l’existence des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. 60 heures par semaine
. 6 jours sur 7
. de 11 ans à la mort
. salaire horaire de base 1 euro.
Ils seraient juste revenus à la situation du milieu du XIXème siècle.

Les autres pays du monde n’ont pas eu le Front Populaire, donc aucun n’a de congés payés ?

La négociation entre salariés et patronat n’est pas obligée de passer par les syndicats (encore une fois qui du comité d’entreprise / délégués du personnel, voire les salariés directement sans représentation)
Ce sont les syndicats qui ont poussé pour que les accords d’entreprise ne puissent être signés par le syndicats, et mobilisent toute leur force pour conserver ce privilège.

Pourquoi ont-ils si peur de le perdre au profit des salariés qu’ils sont censés représenter au point de menacer l’économie de plusieurs secteurs et les emplois qui vont avec ? (c’est l’enjeu de l’article 2 de la loi travail)

Votre argument est bien faible.

Quand une corporation cherche par la violence à conserver son pouvoir / ses privilèges, on peut être certain qu’elle n’œuvre pas pour le bien au service de l’intérêt général.

Dernière modification par Igorgonzola (27/05/2016 14h07)

Hors ligne

 

#1080 27/05/2016 14h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

ArnvaldIngofson a écrit :

Dans toute démocratie, la représentativité se mesure sur le nombre de votes, pas le nombre d’adhérents.

C’est encore plus évident pour les partis politiques :
les "grands" partis ont aujourd’hui environ 200 000 adhérents,
mais des millions de voix aux élections.
Le Parti communiste français (PCF), exemple du parti de masse,  a compté jusqu’à 800 000 adhérents à son apogée en 1946.

En comparaison, les 700 000 adhérents des "grands" syndicats (les chiffres donnés par la CFDT sont faux) sont beaucoup plus nombreux.

facelvega a écrit :

Sans revenir à Jules Ferry, selon vous quelles avancées obtenues par les syndicats depuis 20 ans ?
Je serai ravi d’une réponse fouillée, étayée et circonstanciée de votre part

Sur 20 ans, on ne peut pas citer la 5ème semaine de congés payés (1981).
Sur cette période, il est clair que la grande avancée est la diminution du temps de travail : les 35 heures.
Le SMIC horaire brut est passé de 5,75 euros en 1996 à 9,67 : + 68 %.
Sur les retraites, ça a régressé mais ce n’est pas la faute des syndicats …

J’avais demandé une réponse fouillée et étayée. Les chiffres vous honorent !

Hors ligne

 

#1081 27/05/2016 14h23 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   32 

Mafo ce que vous n’adhérez pas ce sont les dépenses de l’Etat. Soit c’est un cas à part et il y a des choses à en dire.
Mais là, on parle d’une taxe prélevée sur notre salaire pour cotiser pour les syndicats (un truc qui n’a rien à voir avec l’Etat ou avec moi). En soit, c’est déjà une belle réussite des syndicats… Du coup, on peut classer cela dans les associations caritatives ou dans les entreprises de services sauf qu’on ne peut pas résilier son abonnement… et que le service rendu (pour moi) n’est pas franchement à la hauteur de ce que je paie. J’ai sans doute plus payé pour les syndicats que j’ai eu un retour sur investissement. Voire même j’ai payé en temps vu le nombre de grève qui paralyse le pays pour une bricole.

Pour moi, les syndicats n’ont rien révolutionné du tout. Les 35h, mouais bof… La hausse du smic, si je le rapproche de l’inflation, cela doit pas être très loin. Personnellement en +10 ans de carrière, j’ai rien vu qui a augmenté mon niveau de vie. C’est même l’inverse : heure supp’ parce que je suis arrivé en retard à cause des transports en grève, baisse de mon salaire via les taxes syndicats… J’imagine que certains pourront même rajouter s’être faits tabasser par des grévistes ou emmurés…
Perso, j’ai lu des tracts de la CGT et je trouve honteux les propos tenus à la limite (voire carrément) dans la mauvaise foi la plus absurde.

Les syndicats ont eu leur utilité et ont su proposés des choses novatrices aux personnes capables de les écouter. Maintenant, c’est grève annuel voire bi-tri-annuel dans les secteurs semi-publiques avec des revendications à la limite de l’absurde pour justifier leur existence. Le système entretien cela en empêchant les non-syndiqués de ne pas pouvoir proposer réellement de changement.

Hors ligne

 

#1082 27/05/2016 14h32 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   30 

ArnvaldIngofson a écrit :

Sur 20 ans, on ne peut pas citer la 5ème semaine de congés payés (1981).
Sur cette période, il est clair que la grande avancée est la diminution du temps de travail : les 35 heures.
Le SMIC horaire brut est passé de 5,75 euros en 1996 à 9,67 : + 68 %.
Sur les retraites, ça a régressé mais ce n’est pas la faute des syndicats …

35h: proposition de campagne du parti socialiste pour les législatives de 97, visant à résorber le chômage par une meilleure répartition du travail. Les syndicats ne sont ni responsables, ni acteur de cette réforme.

Augmentation du Smic: revalorisation automatique annuelle par le ministère du travail selon un calcul indexé sur l’inflation. En cours d’année, si l’indice des prix à la consommation atteint une hausse d’au moins 2 % par rapport à l’indice constaté lors de l’établissement du dernier montant du Smic, il est augmenté automatiquement dans les mêmes proportions. La encore aucune action syndicale n’a été et n’est nécessaire pour contribuer à ce résultat. Mais les syndicats sont responsables de la négociation du salaire minimum de branche, qui, pour la plupart des branches, se trouvent bien inférieur au SMIC, faute de n’avoir pas été renégocié depuis des années.

En revanche, concernant les retraites, il y a eu des discussions à chaque réforme avec les syndicats…ils ont bien été acteurs et il ne peut en être autrement puisque la CNAV, ARGIC, ARRCO, … sont des organismes paritaires (qui plus est, actuellement présidés par un syndicaliste, pour les 2 premiers cités si ma mémoire est bonne).


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#1083 27/05/2016 15h14 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   129 

35 heures : il y a liens entre le PS et certains syndicats, même s’ils sont moins visibles que le lien entre PCF et CGT. Donc l’idée de la réduction du temps de travail (RTT) a été soufflée au PS. Par contre le A (Aménagement) est un pur ajout du gouvernement, sur proposition du MEDEF.

Augmentation du SMIC : je pense évidemment aux "coups de pouce" ou augmentations au delà de l’inflation.

Retraites : oui, co-gestion syndicat-patronat, mais ce sont les politiques qui votent les lois.

Sur 10 ou 20 ans, on constate effectivement peu de progrès social.
Mais on a eu Chrirac 1er, Chirac 2, Sarko 1er et dernier, et maintenant Macron. Que des partisans du progrès social !

Le progrès social se fait plutôt par bonds : 1936 (Front Populaire), 1945 (programme du Conseil National de la Résistance), 1968 (accords de Grenelle), 1981/2 (Mitterrand, lois Auroux), 2000 (Aubry).

Hors ligne

 

#1084 27/05/2016 15h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   128 

On peut faire dire un peu ce qu’on veut aux statistiques… Surtout que le nombre de personnes "contre la grève" et le nombre de personnes "contre la loi travail" se recoupent, puisque des personnes sont contre la loi travail car elle cause des grèves.

Personnellement je n’ai pas lu la loi, je ne saurais dire si je suis pour ou contre. Par contre d’autres qui ne l’ont pas lue non plus sont contre car "on devra travailler 60 heures", "le patron pourra licencier comme il veut" ou "on n’aura plus d’allocations chômage". Même sans l’avoir lue, je ne peux que douter que tout cela y figure.

Le vrai problème c’est que le coût du travail a complètement déplacé l’équilibre offre/demande du marché du travail en défaveur des salariés. Embaucher est un luxe, et tous les dirigeants d’entreprise que je croise n’ont qu’un seul mot à la bouche : "automatisation".

Sur mon salaire "symbolique" de 1500 €/mois brut, je me fais un virement de 1173,65 € exactement (le net à payer du bulletin de paie), et l’URSSAF me prélève 933 €/mois. Il faut ensuite rajouter les impôts.

Les grévistes devraient en fait demander une amélioration de leurs conditions de travail et des hausses de revenus à l’État directement, tellement il encaisse plus d’argent qu’eux. Ça ne pourra pas durer éternellement, il va vraiment falloir que l’État maigrisse et rationalise ses propres coûts.

Hors ligne

 

#1085 27/05/2016 18h08 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   16 

Comparaison syndicat France et Danemark…
Pour une fois la télé nationale remplit sa mission….http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/travail-au-danemark-c-est-la-negociation-qui-prime_1349505.html

Hors ligne

 

#1086 27/05/2016 20h31 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   -3 

ArnvaldIngofson a écrit :

Beaucoup de critiques sur les syndicats ici, mais comme on sait depuis depuis les grecs anciens "la critique est aisée mais l’art est difficile".
Surtout dans un pays comme la France où tous les salariés bénéficient des avancées obtenues par les syndicats (par la négociation ou la grève), pour une grande majorité sans rien faire (même pas cotiser).
Par exemple, il semble évident pour tous les salariés de bénéficier de congés payés. C’est un acquis de 1936 (Le Front Populaire).

Tous ceux qui critiquent aujourd’hui l’action des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. pas de congés payés
. pas de jours ARTT
. pas de remboursement santé (sécurité sociale et mutuelle)
. pas de retraite
. pas d’indemnisation du chômage
. 48 heures par semaine
. licenciement au gré du patron
. discriminations en tous genres
. salaire horaire de base 3 euros.
Ils seraient juste revenus à la situation avant 1936 (1945 pour la sécurité sociale et les retraites).

Et ils bénéficieraient encore des acquis de 50 années de luttes syndicale.
Ceux qui contestent l’existence des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. 60 heures par semaine
. 6 jours sur 7
. de 11 ans à la mort
. salaire horaire de base 1 euro.
Ils seraient juste revenus à la situation du milieu du XIXème siècle.

Je partage entièrement votre vision des choses.

Je rajouterai que le problème de la France n’est "pour moi" pas lié aux salariés.

Le problème est lié aux décisions économiques de notre gouvernements de suivre une politique européenne qui est mauvaise. Celle de laisser des grandes entreprises et multinationales bénéficier de l’évasion fiscale au Luxembourg ou en Ireland, tout en étant subventionnés en France et en faisant leurs chiffres d’affaires en France. Le fait de détruire les frontières européenne équivaut à détruire nos libertés face à des pays qui ne respectent même pas les droits de l’homme et qui exportent en France.
Cela a pour conséquence de déséquilibrer le marché français en nuisant à la Libre Concurrence ; ainsi une TPE ou une PME sera forcément défavorisée puisqu’elle paiera des charges, une TVA et des impôts que d’autres ne paieront pas. Cela ne crée pas d’emploi, cela en détruit.

Ensuite concernant les retraites ; l’espérance de vie en bonne santé baisse.

Concernant les 35h et les dimanche, d’accord c’est mal ; mais tout dépend le métier et l’entreprise. Celui qui pense qu’un salarié a le choix n’a jamais connu le monde de l’entreprise. Pour moi une majorité (je ne généralise pas) de fonctionnaires sont des privilégiés tout comme les planqués dans le privé… Ils ne devraient pas rentrer dans les stats.

Rappelons enfin que 9 milliardaires détiennent à eux seuls la grande majorité des médias audio-visuels et de la presse écrite française. Les électeurs sont calqués sur ces derniers.  Ainsi on comprendra aisément le choix de notre gouvernement de soutenir ceux qui tiennent les ficelles et qui financent les campagnes électorales. Cela s’appelle de la Politique et c’est fait pour durer.
90% de nos chômeurs ne trouveront jamais d’emploi ; c’est le chiffre du FMI sorti cette semaine ; et ce n’est pas avec l’Education Nationale ; l’orientation des jeunes actuelle et le licenciement des plus de 50 ans (trop vieux) que ça va s’améliorer. Nous fabriquons de la chair à canon.

Alors un peu de justice sociale, c’est mal ? Je ne pense pas qu’en travaillant plus alors qu’il y a moins de travail nous y gagnerons. Ce sera finalement des baisses salariales au bénéfices des grandes entreprises.

Mais j’ai une question à poser : pourquoi aborder le sujet puisque nous n’avons pas notre mot à dire ? 49-3, élections jouées d’avance…

Dernière modification par azorgues (27/05/2016 20h48)

Hors ligne

 

#1087 28/05/2016 11h05 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

Où avez vous vu que les syndicats se battent pour la justice sociale ?

Faire perdre leur job aux salariés qui bossent dans les raffineries et ports de France pour avoir le privilège d’obtenir le même pouvoir de nuisance dans d’autres entreprises, c’est de la justice sociale ?

Les secteurs qui sont plombés par l’action syndicale seront soient délocalisés soit automatisés. Et ça sera une réaction saine et logique des entreprises concernées.

Pour l’argument des "milliardaires qui détiennent les journaux" (vous avez regardé méluche vous), c’est juste risible. Plus des 4/5 des journalistes sont de gauches, voire d’extrême gauche (d’après le dernier sondage qui avait été réalisé et qui n’a évidemment pas été renouvelé).

D’ailleurs, plus que du pognon des dits milliardaires, les journaux Français sont sous perfusion du financement étatique (d’ailleurs le premier subventionné est l’Humanité). Si vous voulez des journaux indépendants d’esprit, supprimez les subventions, cela aura un effet bien plus fort que changer la tête.

Pour l’argument du partage du travail, les 35h sont une preuve en conditions réelles que cela ne marche pas. Donc on passe à 12h ?

Enfin, les méchantes multinationales qui font rien qu’à vous embêter, il faudrait se poser la véritable question : pourquoi les consommateurs se fournissent chez elles ?
A la fin le choix revient aux consommateurs, c’est ça la démocratie.

Hors ligne

 

#1088 28/05/2016 11h28 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   13 

De multiples contre vérités.
Les 35H ont créé 350 000 emplois lors de leur mise en place, c’est un rapport parlementaire qui le dit…
La diminution du temps de travail est un fait historique dans les pays développés. Il ne faut pas confondre durée légale et durée réelle moyenne du travail. La durée moyenne du travail est ainsi plus faible en Allemagne qu’en France, malgré les contre-vérités colportées par les journalistes "économiques". Les grecs, traités de fainéants et de parasites par la presse occidentale ont un des temps de travail les plus élevés d’Europe, loin devant les pays riches de la zone d’influence économique germanique.
Il est absurde dire que les 4/5 des journalistes sont de gauches, où alors vous ne lisez pas réellement la presse. Sur les grands quotidiens nationaux, seul l’Humanité peut effectivement être qualifié de gauche, quant à Libération, cela fait longtemps qu’ils défendent une ligne libérale, il n’y a qu’à voir leur traitement du cas grec.
Le seul point où je vous rejoint concerne l’aberration du financement  d’une presse patronale qui nous déverse à longueur de journée son discours libéral sur les deniers publics. Si M Dassault, Bolloré ou Arnault ont besoin d’organes de propagande, qu’ils les financent eux-même, mais pas avec mes impôts…

Hors ligne

 

#1089 28/05/2016 11h43 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

Juillet a écrit :

Bonjour,
je me présente avec un peu de retard, ayant déjà posté plusieurs messages sur le forum.

J’ai 37 ans, marié, trois enfants.
Je travaille dans la fonction publique et …

Juillet a écrit :

De multiples contre vérités.
Les 35H ont créé 350 000 emplois lors de leur mise en place, c’est un rapport parlementaire qui le dit…
La diminution du temps de travail est un fait historique dans les pays développés. Il ne faut pas confondre durée légale et durée réelle moyenne du travail. La durée moyenne du travail est ainsi plus faible en Allemagne qu’en France, malgré les contre-vérités colportées par les journalistes "économiques". Les grecs, traités de fainéants et de parasites par la presse occidentale ont un des temps de travail les plus élevés d’Europe, loin devant les pays riches de la zone d’influence économique germanique.
Il est absurde dire que les 4/5 des journalistes sont de gauches, où alors vous ne lisez pas réellement la presse. Sur les grands quotidiens nationaux, seul l’Humanité peut effectivement être qualifié de gauche, quant à Libération, cela fait longtemps qu’ils défendent une ligne libérale, il n’y a qu’à voir leur traitement du cas grec.
Le seul point où je vous rejoint concerne l’aberration du financement  d’une presse patronale qui nous déverse à longueur de journée son discours libéral sur les deniers publics. Si M Dassault, Bolloré ou Arnault ont besoin d’organes de propagande, qu’ils les financent eux-même, mais pas avec mes impôts…

Cher juillet, les journaux de mrs Dassault, Bolloré ou Arnault ont aussi publié ces derniers jours une étude Parlementaire relatant que les fonctionnaires travaillaient moins que les salariés du secteur privé
Les fonctionnaires travaillent moins de 35 heures par semaine

Il y en a pour tous les goûts … Ni les politiques, ni les rapports parlementaires et encore moins vos services ne peuvent se targuer de la création d’emploi !
Pour les 35H, chacun sait, d’expérience quand il a été en responsabilité,  que les plus gros pourvoyeurs d’emploi ont lissé leurs besoins sur la durée et n’ont ensuite que fait appel à l’intérim et aux CDD donc cela n’a fait qu’accroître la précarité de salariés victime de vos convictions illusoires dans un environnement capitaliste et mondialisé !

De plus, je trouve que beaucoup de papiers et d’images ont un arrière goût de vos vérités ou de vos convictions …

Si vos impôts financent la presse, les miens financent votre salaire …

Ne faudrait-il pas, pour une fois, ne plus compter sur les financements publics et absolument se donner les moyens de vos convictions et créer une presse indépendante !!!

Dernière modification par facelvega (28/05/2016 11h48)

Hors ligne

 

#1090 28/05/2016 11h57 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   13 

Cher facelvega, je n’en attendais pas moins du journal de M Dassault, il est tout à fait dans son rôle de lobbying. Qu’il cesse simplement de le faire avec de l’argent public.
Concernant les fonctionnaires, je ne comprends pas bien votre point de vue. Faudrait-il selon vous les déporter dans des camps de travail ?
La situation est pour moi tout à fait claire, les concours de la fonction publique sont ouverts à tous et libre à chacun de postuler en fonction des profils de poste et de ses capacités.
Chacun peut effectivement être critique sur la manière dont est dépensé l’argent public et sur l’utilisation de ses impôts. Vous ne souhaitez pas financer les salaires des fonctionnaires, c’est votre droit. Personnellement je ne souhaite pas financer les crédits d’impôts et les dispositifs d’assistance au patronat.
Enfin, je participe activement à mon niveau à faire vivre la presse indépendante, notamment sur Internet.

Hors ligne

 

#1091 28/05/2016 12h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   85 

Juillet a écrit :

Faudrait-il selon vous les déporter (les fonctionnaires)dans des camps de travail ?

Voici une réaction malheureusement typique de la tournure que prennent les débats en France.
Si on a le malheur de ne pas être d’accord avec un certain point de vue, certains se sentent de suite offensés et adoptent une attitude défensive en caricaturant a l’extrême.
Il vaudrait mieux davantage de tolérance et de compréhension, tout le monde est pour la paix dans le monde, voudrait que l’économie profite à tous, simplement les points de vue divergent sur les méthodes à employer. Nul besoin de parler de camps ou je ne sais quoi (déporter).
En quoi un rapport parlementaire serait-il une vérité absolue? Les exemples ne doivent pas manquer de rapports parlementaires biaisés dans un sens comme dans l’autre.


Parrain de mon adorable filleule

Hors ligne

 

#1092 28/05/2016 13h12 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

[un peu hors sujet, j’espère que vous m’excuserez ….]

"Ne faudrait-il pas, pour une fois, ne plus compter sur les financements publics et absolument se donner les moyens de vos convictions et créer une presse indépendante !!!" :

Ça existe, même si c’est minoritaire, voir www.mediapart.fr (et même si le ton des commentaires peut parfois être considéré comme très "partial", parfois caricaturalement ridicule, ce qui n’enlève rien au professionnalisme des journalistes), et je peux même vous y parrainer (= 1 mois gratuit pour vous, et rien pour moi) si vous m’envoyez votre email par MP.

Ça ne peut se développer que si des lecteurs sont disposés à payer pour en disposer.

[fin du hors sujet]


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1093 28/05/2016 13h25 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   228 

Nous sommes dans une impasse. 1/3 de la population active en France est fonctionnaire ou assimilée.
Donc 1/3 travaille (en moyenne) 32h quand le reste subit 35 heures et la précarité (de plus beaucoup sont au forfait, la catégorie agent de maîtrise et le salariat classique ayant baissé)?

Tout le monde peut être fonctionnaire? C’est vrai, ou comment accélérer la fin? Tous les modèles socialistes ont échoué. Des gens mal payés ne feront jamais du bon boulot car l’être humain est égoïste et ce n’est pas en prenant la carte du parti qu’il ne l’est plus.
La vocation? Oui ça existe mais il y a quand même plus d’égoïstes.

Le fonctionnaire est mal payé? C’est vrai, mais il se rattrape.
Rééquilibrons le tout, introduisons la mesure de la performance et de meilleures rémunérations dans la fonction publique en contrepartie de retours sur certains acquis (jours de carence en cas de maladie par exemple, retraite, sécurité de l’emploi…)? A non je veux le beurre et l’argent du beurre, je prends plus d’argent et je garde mes avantages et on voit après, dit la majorité de fonctionnaires…

80% de l’assemblée nationale issue de la fonction publique? Nous sommes dans une impasse.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

#1094 28/05/2016 13h36 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

GoodbyLenine a écrit :

Ça existe, même si c’est minoritaire, voir www.mediapart.fr (et même si le ton des commentaires peut parfois être considéré comme très "partial", parfois caricaturalement ridicule, ce qui n’enlève rien au professionnalisme des journalistes), et je peux même vous y parrainer (= 1 mois gratuit pour vous, et rien pour moi) si vous m’envoyez votre email par MP.

Ça ne peut se développer que si des lecteurs sont disposés à payer pour en disposer.

@GBL : Si Mediapart peut à priori se targuer d’une forme d’indépendance, elle sera uniquement financière car pour la ligne éditoriale …

D’autre part je m’étonne que vous ne soyez pas plus prompt à dénoncer Mr Plenel qui s’est fait une spécialité de dénoncer les scandales dont il fait malheureusement parti avec un redressement de quelques 4.2 M€ suite à une fraude à la TVA …

Mediapart : le redressement fiscal confirmé par les députés

GBL je vous lis depuis bien plus longtemps que je ne m’exprime et je vous trouve de plus en plus là où je ne vous attendais pas …

Hors ligne

 

#1095 28/05/2016 13h41 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

Dommage de faire un hors sujet pour prendre un exemple qui détruit la démonstration

Médiapart bénéficie également d’argent public :

Car une partie des "abonnements" sont des collectivités locales, un peu moins de 5000 soit 450 000 €.
Car ils reçoivent des fonds du SPEL (fonds d’aide au développement des services de presse en ligne). Je n’ai pas les derniers chiffres (200 000 sur 3 ans, mais les chiffres datent)
Car ils sont soumis à un régime de TVA dérogatoire (il y a d’ailleurs eu une histoire de contentieux qui s’est soldé sans la moindre égratignure pour Médiapart, merci la connivence)

Bref, encore un média sous perfusion.
--------

L’orientation pendant la campagne de quelques journaux :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/5130_journaux.png
Il me semble que c’est issu d’un sondage Harris Interactive.

Alors si Mélenchon ou Joly ou un Hollande de la campagne électorale (et pas Hollande de 2016, après le virage "ultralibéral") ce n’est pas à gauche, je ne sais pas ce qu’il vous faut.
L’opinion française est majoritairement anti-capitaliste et anti-libérale, et collectiviste.
Pour preuve votre affirmation sur la ligne éditoriale des journaux, vous n’avez absolument aucune idée de ce qu’est le libéralisme, courant de pensée totalement absent des médias écrits, télévisuels et radio (seuls quelques sites internet défendent les idées libérales en France). Les milliardaires cités utilisent bien mal leur argent s’ils essaient de pousser ces idées dans le débat public.

Libération journal libéral, mais avez vous déjà lu ne serait-ce qu’un auteur libéral une fois dans votre vie ???

Mais de toutes façons ce n’est même pas un sujet, les journaux ne se vendent pas (les rares jours où la CGT veut bien les distribuer), et la population s’informe largement via d’autres médias, et c’est très bien comme ça.

Le débat sur l’information est le même que pour l’investissement. Gobez vous ce que vous raconte votre conseiller bancaire ou bien cherchez vous une information non intéressée et plurale sur internet ?

Hors ligne

 

#1096 28/05/2016 13h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Attention si les 35 heures ont "fonctionné" cest que la perte que les entreprises ont subit (moins de temps de travail meme salaire) à ete compensé par le gouvernement. Ca revient à subventionner les salaires.

Hors ligne

 

#1097 28/05/2016 14h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Juillet a écrit :

les concours de la fonction publique sont ouverts à tous et libre à chacun de postuler en fonction des profils de poste et de ses capacités.

J’ai pu constater dans mon entourage immédiat que de nombreux concours sont truqués :
- au CNRS : quand un poste se crée dans un labo, c’est quasi systématiquement le contractuel qui est déjà en place qui obtient le poste
- dans les municipalités : le piston est roi
- pire : à l’Assemblée Nationale (où les salaires sont extravagants) : j’ai vu plusieurs membres d’une même famille réussir le concours, ce qui défiait toutes les lois de la probabilité (un membre de la famille était déjà en place)

Quant à l’affirmation selon laquelle les salaires des fonctionnaires sont inférieurs aux salaires du privé, de nombreuses études montrent le contraire.

Hors ligne

 

#1098 28/05/2016 14h25 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   228 

Ma mère instit était syndiquée pour pouvoir choisir le lieu de son affectation.

Les exemples peuvent se trouver à la pelle je pense. C’est une belle hypocrisie en tout cas.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

#1099 28/05/2016 14h39 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

En fait le sempiternel débat public / privé + droite / gauche illustre parfaitement l’immobilisme français.

Personnellement, j’attribue ce problème au mode de scrutin majoritaire à 2 tours.
Est-ce qu’une façon de redistribuer les cartes et de faire bouger les camps ne serait pas de changer ça ?

On a actuellement un système qui favorise les compromis boiteux, épuise les candidats et aplanit les programmes avant même d’arriver au premier tour.
Puis une fois au pouvoir, on renonce aux 3/4 des mesures pour conserver un équilibre instable entre forces en présence (à gauche, garder les écolos, les frondeurs … / à droite garder les centristes, les conservateurs…)

Tous les partis sont essentiellement des machines à mener une bataille politique pour conquérir le pouvoir. Et une fois l’élection terminée, on prépare la suivante. Par contre l’action de gouverner, personne n’est capable de l’assumer.

On élève les camps les uns contre les autres (gauche contre droite, progressiste contre conservateur, privé contre public, riches contre pauvres…), et malheur aux vaincus. La gauche "modérée" laisse la gauche extrême utiliser la rhétorique de lutte des classes, la droite en réaction défend ce qu’elle croît être les ennemis des classes populaires… ça ne mène nulle part.

L’élection se fait sur une poignée d’indécis versatiles au centre, et de plus en plus de nos concitoyens ne vont même plus voter.

Pendant ce temps, le chômage augmente, les riches s’exilent, les entrepreneurs entreprennent à l’étranger, les meilleurs étudiants partent, les équilibres sociaux se dégradent…

La classe politique, de la même façon que les syndicats, bataillent pour conserver pouvoir et privilèges. Bref tout faire pour continuer d’exister.

Dans mon métier, je constate tous les jours un peu plus que technologiquement, l’intermédiation (donc la représentation) est une notion obsolète.

Je crois que le salut ne peut venir que de là. A condition qu’une corporation ne bloque pas de changement.

Hors ligne

 

#1100 28/05/2016 15h12 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

Sans vouloir entretenir le hors-sujet, je voudrais quand même réagir au message #1095 d’Igorgonzola (encore plus en lisant les raisons des +1 que ça lui a valu) dont la plupart des arguments ne résistent pas longtemps (voire frisent la mauvaise foi) :

   - le litige de TVA : déjà il a pour le moment été réglé en défaveur de Médiapart (donc la "connivence" n’est guère de mise) qui a du payer le fisc avant de porter le litige devant d’autres instances; ensuite sur le fond est-il logique que des journaux, sous prétexte qu’ils ne sont pas imprimés sur papier, payent 19.6% de TVA (au lieu de 2.1% pour ceux sur papier) avant la loi de février 2014 qui précise que le taux de 2.1% leur est aussi applicable (c’est cet écart entre 2.1% et 19.6% de tva, sur les abonnements payés ttc par les lecteurs avant cette loi, qui a généré ces 4.2M€ de TVA contestés); finalement utiliser un tel argument pour discréditer Médiapart (alors que le litige n’est pas définitivement tranché, et qu’il y a vraiment à boire et à manger sur le fond du litige) reflète une large partialité.
   - le financement de Mediapart : "95 % des revenus de Mediapart viennent des abonnements" (selon wikipedia, et selon la direction du journal). Il est facile de constater que les quelques subventions citées pèsent peu en face des abonnements (9€/mois * 12mois/an * 118 000 abonnés = 13M€/an d’abonnement), ce qui illustre la bonnemauvaise foi d’un argumentaire qui se termine par "un média sous perfusion".
   - l’orientation pendant la campagne de quelques journaux : et pourquoi donc ne pas inclure les camemberts du Figaro et de Valeurs Actuelles (que je lis en ce moment, quelqu’un m’ayant fait bénéficier de 2 mois gratuits, et qui me semble parfois aussi sectaire -mais d’un autre bord- que les commentaires du forum de Médiapart) ? Démontrer que la presse de gauche aurait une majorité de journalistes de gauche, c’est comme démontrer que la pluie mouille !  (Note : Le camembert sur ESJ Lille illustre le fait qu’une vocation de journaliste semble plus souvent accompagnée d’opinion un peu à gauche, comme un camembert sur HEC aurait pu montrer autre chose… On remarquera que les supporters de Joly y semble surreprésentés : sans doute logique avec des jeunes souvent encore idéalistes et qui souhaitent informer le public).

Pourquoi faire mine de souhaiter une presse indépendante (des pouvoirs publics, des apporteurs de publicité, comme d’un actionnaire milliardaire), ne dépendant que de ses lecteurs, si c’est pour utiliser de tels arguments envers une des rares tentative d’une certaine ampleur de le faire, sous prétexte qu’elle ne défendrait pas une opinion donnée ? (en l’occurrence, ces journalistes ont d’ailleurs rapporté des "erreurs" d’un peu tous les bords, sans exception…)

Si les idées libérales sont défendues avec autant de mauvaise foi, je ne suis pas surpris qu’elles ne se développent guère en France. Même Mélenchon (qui tord fréquemment certaines vérités, et est même assez fort dans ce domaine) devrait l’avoir remarqué smile.

PS : Autre exemple : "les rares jours où la CGT veut bien les distribuer". Je déplore que certains journaux n’aient pas pu paraître en édition papier le 26/5/2016 (même si je les lis sur www), comme je m’interroge sur la légitimité de grèves et de blocages, où une minorité prétendrait décider de la Loi, alors que le parlement est seul légitime pour ceci (Allez voter, au lieu de bloquer ! Au besoin présentez-vous aux élections !). Mais ça n’a concerné qu’une seule journée.. Donc le "rare" s’applique aux jours où la CGT a appliqué son chantage, pas aux autres jours.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech