Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1051 26/05/2016 17h25 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   43 

Comme le dit la droite, si elle arrive au pouvoir en 2017, il faudra faire passer l’ensemble des réformes dans les tous premiers mois du quinquennat.
Il n’y a qu’avec la légitimité de l’élection fraîchement passée que des réformes pourront passer dans le pays.
Autant dire que le prochain président/gouvernement va bosser à fond pendant 3 mois sans vacances d’été et dérouler ensuite tranquille jusqu’à la fin de son mandat. Mode rentier quoi !

Hors ligne

 

#1052 26/05/2016 17h57 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   25 

Je suis tout à fait d’accord aves vous Ostal.

Je pense qu’il serait très opportun que le futur Président français soit élu sur un programme clair de réforme et que ce dernier soit mis en oeuvre très rapidement, par le biais d’ordonnances, en bénéficiant de la légitimité du vote populaire.

Mais je pense que ce genre de réflexion n’est pas possible chez nos politiques. Prenez la droite, sur un exemple qui me semble symptomatique :

- Programme de 2002 : sur l’aspect économie, mettre fin aux 35h ;
- Programme de 2007 : Nicolas Sarkozy nous explique qu’il est nécessaire de mettre fin aux 35h, que lui le fera et que Jacques Chirac n’avait pas eu le courage politique de le faire ;
- Programme de 2012 : Nicolas Sarkozy nous explique qu’il est nécessaire de mettre fin aux 35h pour redonner à la France la compétitivité qui lui fait défaut ;
- Depuis 2012 : De nombreux responsables politiques de droite, et notamment ceux en campagne pour la primaire de la droite, nous explique qu’il est nécessaire de mettre fin aux 35h.

Je réalise au final que pour certains responsables politiques, il est plus facile de réclamer une réforme lorsqu’on cherche le pouvoir, de ne pas la mettre en oeuvre lorsqu’on est au pouvoir pour pouvoir à nouveau faire campagne sur le sujet.

Hors ligne

 

#1053 26/05/2016 18h39 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

@Faith

On aurait le luxe de ne rien faire, si la trajectoire était la bonne.

@GBL

Je surréagis peut être un peu, mais je trouve paradoxal que seuls les extrêmes agissent en France. Si les "modérés" laissent aux extrêmes seuls le champ d’action, je ne vois pas comment on peut s’en sortir.

De plus, en France, on remet sur le tapis le même sujet tous les 5 ans, et chaque fois on recule face à la pression d’un groupe quelconque.
Retraite, chômage, intermittents, régimes spéciaux, statut de telle ou telle fonction, code du travail…

Et on n’avance concrètement pas d’un pouce. Donc les déficits s’empilent et la marge d’action se réduit année après année.

Si avec la totalité des instances de pouvoir, un exécutif ne peut pas faire passer un loi quasi vide d’impacts, c’est problématique.

Et dans mon interprétation des "crises sociales" (il faudrait arrêter d’ajouter l’adjectif social pour qualifier ce type d’actes qui n’ont rien à voir avec une quelconque forme de vie en société), ce qui me frappe c’est de voir à quel point chaque crise successive devient un peu plus vide de sens.

Entre une "crise" parce que les gens meurent de faim, une crise parce que les gens sont opprimés par une dictature militaire, et une crise parce que les gens s’ennuient (cf Nuit debout) ou revendiquent des pouvoirs exorbitants compte tenu de leurs prérogatives, il y a une différence.

@Stibbons
La CGT n’est pas en train de crever, ils viennent de recevoir une contribution supplémentaire par la voie d’une taxe sur les salaires qui est entrée en vigueur il y a un an. Tout est fait pour accroître la rémunération et le pouvoir des syndicats minoritaires. Nulle doute que la crise actuelle se soldera par une énième rétribution des coupables.

Je ne cherche absolument pas un homme providentiel, je déteste ça.
Ce que je cherche, c’est plutôt à comprendre les mécanismes à l’œuvre

En gros, pour préciser ma pensée (et je vais caricaturer, GBL sera ravi) : soit la population active du secteur privé reprend le pouvoir sur la destinée du pays => les fonctionnaires sont aux ordres des contributeurs, les syndicats ne reçoivent plus un centime de financement autre que de leurs adhérents, et toute forme de prise de pouvoir en dehors du cadre légal est strictement réprimée par le régalien, ce pour quoi les impôts existent.
Bref, un Etat au service de ses contribuables, et pas l’inverse.

Soit l’on continue sur la pente actuelle. Et honnêtement, dans ce cas autant s’expatrier tout de suite.
Pour éviter qu’on me taxe de vilain qui veut pas payer, je précise qu’il ne s’agit pas d’argent.

Quand on empêche les gens de travailler (blocages), de circuler (pénuries d’essence, grêve des transports en commun), quand on bride la liberté de presse (blocage CGT pour les journaux qui ne publient pas la littérature de Martinez), quand on nie l’expression du Parlement (et c’est ce qui me fait le plus mal de reconnaître, car l’exécutif a utilisé le 49-3), quand la sécurité des citoyens n’est plus garantie, il est urgent de préparer son avenir ailleurs.

@Mafo, Ostal, & qdedroit

C’est bien tout le sujet

Est-il encore possible de croire à une véritable réforme menée par un gouvernement qui au mieux aura fait 25% des voix au premier tour ?

Dès le démarrage de son quinquennat, Hollande avait une légitimité très très faible. Et la caution morale de la gauche (donc syndicats et médias aux ordres, ne nous leurrons pas - à tout le moins au début du mandat) ce qui lui a donné une marge de manœuvre que le prochain gouvernement, quelque soit son bord, n’aura pas.

Il y a aussi le sujet purement économique : les signaux envoyés tant au niveau national qu’international sont ceux d’un pays en voie de sous-développement à grande vitesse. Les investissements étrangers sont déjà en diminution quand ils augmentent partout chez nos voisins.

Entre la taxe à 75%, le DRH d’air France, les grèves, les attentats, les blocages, les 35h, etc, on commence à avoir une image de pays qui est en roue libre, et à juste titre.

De plus, la période électorale est traditionnellement une période d’attentisme. Peut-on se permettre d’encore perdre l’année qui vient et celle qui suit ?

Dernière modification par Igorgonzola (26/05/2016 18h48)

Hors ligne

 

#1054 26/05/2016 19h30 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

Les syndicats représentent en France environ 7 à 8% de l’ensemble des salariés ce qui en fait le pays le moins syndiqués de l’OCDE !

Le nombre total de personnes syndiqués représente donc maximum 2 millions de salariés.

La baisse quasi continue des cotisations syndicales depuis 1945 est telle que le financement des syndicats est directement prélevé sur votre fiche de paie depuis le 1er janvier 2015 au taux de 0.016%.

Une négociation par entreprise apporte indéniablement de la souplesse mais aussi de la démocratie car une representation syndicale représentant 7% des salariés n’a pas toute légitimité à être assise seule à la table des négociations.

Comme l’on clairement déjà évoqué Faith et GBL avant moi, la France a toutes les compétences si on lui applique une stabilité pérenne sur le plan fiscal et législatif doublé de l’assurance de ne pas fléchir devant une quelconque minorité comme l’on fait plusieurs gouvernements successifs.

Quel pays fantastique …

source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06yt.pdf
http://www.clesdusocial.com/les-taux-de … -en-europe

Hors ligne

 

#1055 26/05/2016 19h37 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   49 

Igorgonzola a écrit :

49-3

Igorgonzola a écrit :

il est urgent de préparer son avenir ailleurs

Où ?

Hors ligne

 

#1056 26/05/2016 20h35 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1083 

À propos du nombre d’adhérents aux syndicats : n’oubliez pas qu’en France, lorsque les syndicats négocie quelque chose, TOUT LE MONDE en bénéficie ensuite, alors que dans la plupart des autres pays, seuls les adhérents du ou des syndicats signataires en bénéficient. Ceci explique qu’il y ait significativement plus de syndiqués dans les pays où c’est une condition nécessaire pour bénéficier de l’augmentation négociée, du jour de congé payé supplémentaire, ou de la caisse d’assurance chômage (par exemple).

C’est une conception généreuse, mais ça explique peut-être aussi qu’on ait en France souvent une majorité silencieuse et passive qui se laisse balloter, qui se laisse imposer des choses par des minorités agissantes, et qui ensuite râle sur son sort (parce qu’ils considèrent -parfois depuis ses pantoufles- que X, Y ou Z aurait du mieux défendre ses intérêts). La popularité aux élections de l’abstention et du vote blanc en sont peut-être d’autres illustrations.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1057 26/05/2016 20h42 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

GoodbyLenine a écrit :

TOUT LE MONDE en bénéficie ensuite

J’avoue qu’en lançant cette discussion j’ai repensé à vos affirmations sur les syndicats dans une autre file (concernant la feuille de paie).
Je me demandais si vous auriez le culot de ressortir cette affirmation vue le contexte actuel.

Eh bien oui, vous avez osé.

J’avais à l’époque déclaré que je préférais dénoncer les comportements mafieux plutôt que de m’y associer.

Visiblement les évènements récents ne vous ont pas fait changer d’avis.

Les raffineries et les ports de France vont une fois de plus bénéficier de l’action des syndicats. Ils en bénéficieront jusque mort s’en suive.

Hors ligne

 

#1058 26/05/2016 21h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Ah toucher le mode de financement des syndicats c’est sortir l’arme atomique… Il faudrait effectivement tout remettre à plat mais la tous les syndicats bloquerait instantanément tout… Sauf si le gouvernement est largement elu sur ce programme…

Le Modele allemand est intéressant, en s’affiliant à un syndicat on s’allie à une histoire, on a des droits, vacances, différents en fonction de son syndicat

Hors ligne

 

#1059 27/05/2016 00h43 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   129 

La période est agitée, mais se souvenir des précédents conflits permet de relativiser (il y a eu pire) et de voir la façon de s’en sortir.

Sans remonter à mai 1968, le conflit de référence est en 1995 contre le « plan Juppé » sur les retraites et la sécurité sociale.
Après des grèves très importantes dans les transports et les administrations (3 semaines), le gouvernement a totalement cédé sur les retraites.
En revanche, le volet sur la  sécurité sociale, qui était socialement acceptable, est passé

L’autre grand conflit est en 2006 contre le contrat première embauche (CPE).
Face à une mobilisation qui commençait à rappeler mai 1968, le gouvernement a totalement cédé.
Il fallait juste trouver une porte de sortie honorable. Chirac l’a trouvée en promulguant une loi et en annonçant aussitôt qu’elle ne serait jamais appliquée.

Aujourd’hui, il est clair que la loi travail est toujours inacceptable en l’état, mais on voudrait éviter le scénario 1995 qui s’approche.
Le gouvernement n’a donc qu’une solution : céder.
Il a d’ailleurs déjà beaucoup cédé.
Il a cédé sur tout le volet « jeunes », ça a coûté cher mais ça a marché : depuis plus de blocage dans les lycées ou les universités, l’UNEF ne fait plus que de la figuration dans les manifestations.
Il a cédé sur les revendications (timides) de la CFDT et ça lui a apporté le soutien de la Confédération Fragilisant le Droit du Travail.
Il a cédé sur des revendications de FO, notamment le plafonnement des indemnités prud’homales. Mais ça n’a pas suffi, il reste un point de blocage.
La solution pour céder avec une porte de sortie honorable est claire : céder sur l’article 2 (l’accord d’entreprise l’emporte sur les conventions collectives). Après on peut faire voter une loi vidée de sa substance, avec quelques articles peu importants pour faire plaisir au MEDEF et à la CFDT. FO se retirerait du conflit, laissant une CGT isolée qui ne pourrait plus faire qu’une dernière manifestation comme baroud d’honneur.
Valls a du mal à comprendre, il faut lui expliquer longtemps. Mais il va finir par comprendre …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (27/05/2016 00h45)

En ligne

 

#1060 27/05/2016 02h03 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1083 

Igorgonzola a écrit :

Eh bien oui, vous avez osé.

J’avais à l’époque déclaré que je préférais dénoncer les comportements mafieux plutôt que de m’y associer.

He bien oui : vous bénéficiez bien de la Convention Collective que des syndicats (auxquels vous n’appartenez sans doute pas) ont négocié et signé, et idem pour les accords de branches, ou des accords au niveau de votre entreprise, par exemple.

Ca vous surprendra peut-être (tellement ça peut vous sembler un acquis évident), mais dans la plupart des pays, sans adhérer au syndicat, vous ne bénéficieriez que du Code du Travail.

Et quand je compare la convention collective de la banque dont vous devez bénéficier avec le Code du Travail, je constate que la différence est "significative". Doit-on comprendre à votre phrase sur "les comportements mafieux" que vous souhaitez ne pas bénéficier de cette convention ?


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#1061 27/05/2016 03h04 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   83 

Bonjour,
Personnellement je vois ça de loin, depuis l’étranger.
Je viens de regarder les infos sur TV5 monde, ça devient de plus en plus rare. D’abord le journal de France 2 ou on ne parle que des blocages, j’ai un peu honte de mon pays en voyant ces images et une telle violence a mon sens gratuite. Après j’ai laissé allumé car il y a le journal international de TV5 Monde, au bout de 10 secondes j’ai coupé, ça commençait avec les migrants… Finalement je préfère encore qu’ils parlent des blocages. Je ne suis pas près de rallumer la télé le matin.
Pour moi on est dans le non-évènement, un blocage de plus, ça crée une émulation dans les entreprises, attention ça n’est en rien bénéfique, mais je me souviens fin 2000 ou il y avait pareil pénurie de carburant, le chef nous louait des voitures car les nôtres n’avaient plus de carburant, uniquement parce que les loueurs ont toujours les réservoirs pleins. Finalement je me dis que ça occupe les français ces petits tracas et que ça fait partie du paysage tout comme la Tour Eiffel, l’instabilité des températures et le gout de la baguette qui est plus croustillante aujourd’hui qu’hier.
Que la loi passe ou non ça ne changera rien au quotidien des français, que les déficits continuent de se creuser ou non ne change rien depuis tant d’années, les vrais changements sont finalement de faire acheter aux français de nouveaux décodeurs pour leur TV, des éthylotests ah non pardon ça a été annulé alors des gilets fluo pour leurs voitures et autres gadgets qui meublent le 20h et les "débats".
La majorité des français vis sa vis résignée et elle a bien raison. Mieux vaut ne pas s’en inquiéter.

Dernière modification par kc44 (27/05/2016 03h07)


Parrain de mon adorable filleule

Hors ligne

 

#1062 27/05/2016 04h15 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   96 

GoodbyLenine a écrit :

Igorgonzola a écrit :

Eh bien oui, vous avez osé.

J’avais à l’époque déclaré que je préférais dénoncer les comportements mafieux plutôt que de m’y associer.

He bien oui : vous bénéficiez bien de la Convention Collective que des syndicats (auxquels vous n’appartenez sans doute pas) ont négocié et signé, et idem pour les accords de branches, ou des accords au niveau de votre entreprise, par exemple.

Ca vous surprendra peut-être (tellement ça peut vous sembler un acquis évident), mais dans la plupart des pays, sans adhérer au syndicat, vous ne bénéficieriez que du Code du Travail.

Et quand je compare la convention collective de la banque dont vous devez bénéficier avec le Code du Travail, je constate que la différence est "significative". Doit-on comprendre à votre phrase sur "les comportements mafieux" que vous souhaitez ne pas bénéficier de cette convention ?

Bonjour,

J’ai aussi la convention collective bancaire et je la trouve tres (trop) genereuse.

Dans une grosse banque (ou autre grosse boite) on est invirable et le code doit etre flexibilise y compris sur la duree si il y a un accord (= dialogue). Au final qui paye ? Eh bien tous ceux qui n’ont pas atteint cet espece de statut qui est le CDI et pour lequel on passe un process avec 3 mois d’entretiens.

Je dis ca et j’en beneficie donc en plus ce n’est pas mon interet, mais c’est l’interet general et économique

La CGT est une honte pour ce pays, ils proposent les 32h par semaine c’est du n’importe quoi et quand je lis certains commentaires de leurs adherents un bac+5 doit gagner le meme salaire qu’une profession peu qualifiee car sinon c’est pas juste. (Sans carricature)

Cordialement

Dernière modification par roudoudou (27/05/2016 04h17)

Hors ligne

 

#1063 27/05/2016 08h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   225 

ArnvaldIngofson a écrit :

La solution pour céder avec une porte de sortie honorable est claire : céder sur l’article 2 (l’accord d’entreprise l’emporte sur les conventions collectives). Après on peut faire voter une loi vidée de sa substance, avec quelques articles peu importants pour faire plaisir au MEDEF et à la CFDT.

Je crois que l’on ne fait pas de politique mais de l’investissement sur ce site.
Votre réflexion peut être complètement inversée si on n’est pas syndiqué FO comme vous semblez l’être et ce n’est pas le lieu de ces forums.

Dernière modification par Jef56 (27/05/2016 08h24)


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

#1064 27/05/2016 08h31 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   129 

Ce sujet en particulier, et quelques autres, est très politique.
Et ce n’est pas moi qui ai commencé la polémique, ça fait 1063 messages …

En ligne

 

#1065 27/05/2016 09h25 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   36 

Juste pour faire une petite boutade, je pense que je vais ajouter un "post" sur le fil de discussion
Actions versus Immobilier

Si la France revit un gros mai 1968 et se jette ensuite dans les bras d’un nouveau Chavez ou d’un Poutine gaulois…

Actions vs Immobilier : pourquoi je préfère les actions

Pourquoi je préfère les actions : pour la diversification sur le monde ! Parce qu’elles sont peu corrélées au risque CGT ! Pace que…

Dernière modification par misteronline (27/05/2016 09h27)


A la bourse, un mec achète, un autre vend, les deux pensent faire une affaire. Jean Yanne.

Hors ligne

 

#1066 27/05/2016 10h32 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

ArnvaldIngofson a écrit :

L’autre grand conflit est en 2006 contre le contrat première embauche (CPE).
Face à une mobilisation qui commençait à rappeler mai 1968, le gouvernement a totalement cédé.
Il fallait juste trouver une porte de sortie honorable. Chirac l’a trouvée en promulguant une loi et en annonçant aussitôt qu’elle ne serait jamais appliquée.

Donc vous trouvez normal que le gouvernement cède face à des lycées ou l’UNEF ?

Quelque soit le fond de la question, comment peut-on imaginer qu’un syndicat étudiant ait seulement la prétention de peser dans des négociations sur le droit du travail ?

Est-ce qu’on demande aux métallurgistes leur avis sur la façon dont travaille les agriculteurs ?

L’UNEF n’est qu’une façon de faire de la politique (Valls, Julliard, … on retrouvera bientôt le mec qui a mis 10 ans à faire une licence avec des (ir)responsabilités politiques)), aucunement un outil de défense des étudiants. Et encore moins un outil de défense de l’intérêt général.

La CGT fait ici de la politique, ce n’est pas le rôle d’un syndicat.

GoodbyLenine a écrit :

Et quand je compare la convention collective de la banque dont vous devez bénéficier avec le Code du Travail, je constate que la différence est "significative". Doit-on comprendre à votre phrase sur "les comportements mafieux" que vous souhaitez ne pas bénéficier de cette convention ?

Non je n’en bénéficie pas. Le conseil dépend de la convention Syntec. Il y avait eu une discussion dans une autre file dans laquelle les intervenants admettaient que cette convention n’est pas particulièrement avantageuse pour les salariés qui en dépendent.
La faute à l’absence de syndicats pour les défendre ? Certainement. Les consultants ne se syndiquent pas et ne revendiquent pas.

C’est d’ailleurs pourquoi les banques (mais d’autres aussi) prennent des consultants pour faire le job des gens qui dépendent de conventions ultra avantageuses défendues par des syndicats aux idées du XIXème siècle.

Pire encore, je suis délégué du personnel (non syndiqué) de mon entreprise, donc je sais un tout petit peu de quoi je parle.

Dernière modification par Igorgonzola (27/05/2016 10h35)

Hors ligne

 

#1067 27/05/2016 10h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   157 

Igorgonzola a écrit :

Quelque soit le fond de la question, comment peut-on imaginer qu’un syndicat étudiant ait seulement la prétention de peser dans des négociations sur le droit du travail ?

Est-ce qu’on demande aux métallurgistes leur avis sur la façon dont travaille les agriculteurs ?

Les métallurgistes n’ont pas pour vocation de devenir agriculteurs, tandis que l’immense majorité des étudiants est destinée à avoir un travail.
Donc oui, évidemment qu’ils sont bien placés pour donner leur avis.
Il est juste regrettable que leur avis sont essentiellement basée sur une connaissance théorique du monde du travail.

C’est d’ailleurs pourquoi les banques (mais d’autres aussi) prennent des consultants pour faire le job des gens qui dépendent de conventions ultra avantageuses défendues par des syndicats aux idées du XIXème siècle.

Un peu excessif, mais, travaillant dans la banque, je ne peux que confirmer de l’hyper-protection des employés.
Je ne vais pas m’en plaindre, car je ne fais pas qu’en bénéficier, j’en use également depuis qu’on m’a refusé une rupture conventionnelle (sans demande d’indemnités autres que légales)
On est arrivé à une situation où les employés sont quasi-indéboulonnables, quelque soit leur niveau d’incompétence ou d’inaction. Même les fautes ne sont pas forcément sanctionnées.
C’est très problématique… mais comment imaginer qu’on puisse revenir en arrière sur ces points sans avoir une crise suffisamment grave pour mettre le pays à genoux ?

Nous sommes tous humains. Renoncer volontairement à des avantages ne nous est pas naturel, et on ne peut pas le reprocher à qui que ce soit.

Ceci dit, même avec ces contraintes, la situation évolue: les postes sont supprimés régulièrement, le nombre d’interne décroit et le nombre de prestataires ou de sous-traitants augmentent.
Le monde du travail évolue. C’est juste un peu plus progressif que certains le souhaiteraient.

Dernière modification par Faith (27/05/2016 10h55)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#1068 27/05/2016 11h06 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   132 

Si j’étais cynique, je dirais que non les étudiants de l’unef n’ont pas pour vocation de trouver un travail. Quand on voit les filières qui font le plus parler d’elles, ce sont quand même essentiellement les futurs rangs du "chômage des jeunes"…

Sur la convention bancaire et les autres conventions similaires, c’est tout de même terriblement inefficace pour tout le monde de travailler comme ça.

Des internes sur-protégés qui sont indéboulonnables, donnent le minimum car ils savent que le boulot sera fait par des umpa lumpa externes, et on essaye péniblement de redresser le tir en inversant le ratio… Tout cela au prix d’une forte perte de compétences, de motivation, de pérennité des entreprises concernées.
Et le corollaire est une perte d’innovation et d’agilité qui fait que ces boîtes se font distancer par des plus petites, constituées d’équipes soudées, travailleuses et motivées, et ne doivent leur salut qu’à leur puissance financière héritée du passé.

Mais nous sommes en train de répliquer une discussion qui avait déjà eu lieu sur un autre fil.

Pour revenir à ce fil, quel avenir pour la France ?
Quelles réformes pourraient améliorer la situation ? Par qui pourraient-elles être portées ? Comment éviter de reproduire 95/CPE/Loi travail et autres joyeusetés le moment fatidique venu ?
Et pour reprendre vos termes Faith, AVANT qu’une nouvelle crise économique ne vienne mettre le pays à genoux.

Parce que pour un investisseur comme pour un citoyen, il faut anticiper. Et il s’agit d’anticiper ce qui nous attend pour les 5, 10, 20 prochaines années.

Hors ligne

 

#1069 27/05/2016 12h46 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   129 

Beaucoup de critiques sur les syndicats ici, mais comme on sait depuis depuis les grecs anciens "la critique est aisée mais l’art est difficile".
Surtout dans un pays comme la France où tous les salariés bénéficient des avancées obtenues par les syndicats (par la négociation ou la grève), pour une grande majorité sans rien faire (même pas cotiser).
Par exemple, il semble évident pour tous les salariés de bénéficier de congés payés. C’est un acquis de 1936 (Le Front Populaire).

Tous ceux qui critiquent aujourd’hui l’action des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. pas de congés payés
. pas de jours ARTT
. pas de remboursement santé (sécurité sociale et mutuelle)
. pas de retraite
. pas d’indemnisation du chômage
. 48 heures par semaine
. licenciement au gré du patron
. discriminations en tous genres
. salaire horaire de base 3 euros.
Ils seraient juste revenus à la situation avant 1936 (1945 pour la sécurité sociale et les retraites).

Et ils bénéficieraient encore des acquis de 50 années de luttes syndicale.
Ceux qui contestent l’existence des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. 60 heures par semaine
. 6 jours sur 7
. de 11 ans à la mort
. salaire horaire de base 1 euro.
Ils seraient juste revenus à la situation du milieu du XIXème siècle.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (27/05/2016 12h47)

En ligne

 

#1070 27/05/2016 12h51 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

facelvega a écrit :

Les syndicats représentent en France environ 7 à 8% de l’ensemble des salariés ce qui en fait le pays le moins syndiqués de l’OCDE !

Une négociation par entreprise apporte indéniablement de la souplesse mais aussi de la démocratie car une representation syndicale représentant 7% des salariés n’a pas toute légitimité à être assise seule à la table des négociations.

GoodbyLenine a écrit :

À propos du nombre d’adhérents aux syndicats : n’oubliez pas qu’en France, lorsque les syndicats négocie quelque chose, TOUT LE MONDE en bénéficie ensuite …

@GBL :

Si votre compétence ici est indéniable, j’apprécie moins cette réponse de normand …

Laisser les syndicats s’asseoir seul à la table des négociations en représentant 7% des salariés est un déni de démocratie !

D’autant plus quand 93% des salariés doivent se plier aux revendications, décisions et législations de ce quarteron d’idéologues !! (Tout comme le vote blanc que vous évoquez plus loin n’est plus comptabilisé dans les suffrages exprimés depuis 2014 !!!)

De quelque bout de la lorgnette que l’on se place l’effet de miroir ne change pas l’image que vous voudriez renvoyer !

Dernière modification par facelvega (27/05/2016 12h53)

Hors ligne

 

#1071 27/05/2016 12h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   56 

Facelvega,

Et quand 2 personnes (Hollande et Valls) font passer une loi sans aucune majorité au parlement et avec une opinion publique défavorable (à 70%), n’est ce pas un déni de démocratie?

Alors cessons ces invectives contre les autres (quels qu’ils soient) et cherchons une sortie par le haut.

Mafo


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#1072 27/05/2016 12h58 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   17 

ArnvaldIngofson a écrit :

Beaucoup de critiques sur les syndicats ici, mais comme on sait depuis depuis les grecs anciens "la critique est aisée mais l’art est difficile".
Surtout dans un pays comme la France où tous les salariés bénéficient des avancées obtenues par les syndicats (par la négociation ou la grève), pour une grande majorité sans rien faire (même pas cotiser).
Par exemple, il semble évident pour tous les salariés de bénéficier de congés payés. C’est un acquis de 1936 (Le Front Populaire).

Tous ceux qui critiquent aujourd’hui l’action des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. pas de congés payés
. pas de jours ARTT
. pas de remboursement santé (sécurité sociale et mutuelle)
. pas de retraite
. pas d’indemnisation du chômage
. 48 heures par semaine
. licenciement au gré du patron
. discriminations en tous genres
. salaire horaire de base 3 euros.
Ils seraient juste revenus à la situation avant 1936 (1945 pour la sécurité sociale et les retraites).

Et ils bénéficieraient encore des acquis de 50 années de luttes syndicale.
Ceux qui contestent l’existence des syndicats devraient être cohérents avec eux-mêmes, et travailler dans les conditions suivantes :
. 60 heures par semaine
. 6 jours sur 7
. de 11 ans à la mort
. salaire horaire de base 1 euro.
Ils seraient juste revenus à la situation du milieu du XIXème siècle.

Sans revenir à Jules Ferry, selon vous quelles avancées obtenues par les syndicats depuis 20 ans ?
Je serai ravi d’une réponse fouillée, étayée et circonstanciée de votre part

Hors ligne

 

#1073 27/05/2016 13h00 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   77 

Bonjour,

Arnvaldingofson : Nous sommes également confrontés à des grèves en Belgique, et je ne suis pas d’accord avec vous.

Un récent sondage montre que 70% des belges sont satisfaits de leurs conditions de travail, et je le suis également.

Ce n’est évidement pas parfait, mais cela n’a strictement rien à voir avec la situation d’il y a 70 ou 80 ans.

Alors oui, on a souvent l’impression que les syndicats défendent des petits privilèges, ou bien plus certainement en Belgique, sont "le bras armé" du parti socialiste qui ne digère pas sa défaite électorale au niveau national.

Merci aux syndicats pour ce qu’ils ont fait dans le passé, car oui, à une époque il était nécessaire de se battre pour plus de justice sociale.

Mais j’ai l’impression que nos aînés (mes parents) ont bénéficié de privilèges qu’il a fallut financer à crédit (pour ma pomme quoi), et cela ne me dérange pas qu’on revienne à plus de raison.

Après, il faut effectivement faire attention aux excès, mais oui, des profs qui partent à la retraite "plein pot" à 55 ans, c’est "un droit" que je ne trouve pas aberrant de revoir.

Mais passer à l’autre extrême, genre pension à 67 ans, est excessif je vous l’accorde.

Dernière modification par koldoun (27/05/2016 13h03)

Hors ligne

 

#1074 27/05/2016 13h03 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   129 

Dans toute démocratie, la représentativité se mesure sur le nombre de votes, pas le nombre d’adhérents.

C’est encore plus évident pour les partis politiques :
les "grands" partis ont aujourd’hui environ 200 000 adhérents,
mais des millions de voix aux élections.
Le Parti communiste français (PCF), exemple du parti de masse,  a compté jusqu’à 800 000 adhérents à son apogée en 1946.

En comparaison, les 700 000 adhérents des "grands" syndicats (les chiffres donnés par la CFDT sont faux) sont beaucoup plus nombreux.

facelvega a écrit :

Sans revenir à Jules Ferry, selon vous quelles avancées obtenues par les syndicats depuis 20 ans ?
Je serai ravi d’une réponse fouillée, étayée et circonstanciée de votre part

Sur 20 ans, on ne peut pas citer la 5ème semaine de congés payés (1981).
Sur cette période, il est clair que la grande avancée est la diminution du temps de travail : les 35 heures.
Le SMIC horaire brut est passé de 5,75 euros en 1996 à 9,67 : + 68 %.
Sur les retraites, ça a régressé mais ce n’est pas la faute des syndicats …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (27/05/2016 13h14)

En ligne

 

#1075 27/05/2016 13h15 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   90 

Je trouve qu’il y a une forme de "schizophrénie" en France

Je m’explique:
Une majorité non négligeable de Français sont opposés au projet de loi

et Une majorité non négligeable de Français sont opposés à tous mouvement de grève [et ces conséquences] s’opposant à ce projet

Partagez vous cette analyse ?


Vf = Vi . (1+ρ)α. But cash is king !

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech