Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#501 01/10/2013 13h50 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

Sur le projet de taxation de l’EBE :

Quels effets peut-on attendre de la taxe sur l’EBE ?

Vos réactions?

Hors ligne

 

#502 01/10/2013 13h53 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   -1 

du vol pur et  simple ….

Hors ligne

 

#503 01/10/2013 15h06 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

Je serais plus nuancé, car

Article 311-1 du Code Pénal français a écrit :

Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui. (source)

et cette taxe n’est pas plus (ou moins) du vol que n’importe quelle autre taxe ou impôt…

C’est plutôt avec d’autres grilles de lecture que j’essayerais de l’évaluer :
  - cette taxe va-t-elle dans l’intérêt général ?
  - quels avantages et inconvénients présente-t-elle à ce niveau ? 
  - quelles conséquences va-t-elle avoir : combien de plus dans les caisses à court terme, quels modifications de comportement induits et par qui,…

… et à ce niveau, l’article des Echos fourni bien plus d’argument que je ne peux en fournir moi-même.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#504 01/10/2013 15h23 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Une excellente étude de PWC sur les salaires

La réduction des écarts de salaires entre pays émergents et matures va conduire les entreprises à repenser certains choix de localisation

Matez les 2 graphes : La France est le 2e pays au monde pour les salaires. Seule Oz est devant nous et je ne suis pas sur qu’on puisse comparer la France à une économie qui repose sur la rente miniere.

Certes la méthodologie notamment des FX peut se discuter mais PWC est quand même une entité sérieuse.

http://www.pwc.fr//assets/files/pdf/201 … ctions.pdf

Le lien pour télécharger l’étude avec les graphes qui s’affiche bien.

Dernière modification par Alexis92 (02/10/2013 14h33)

Hors ligne

 

#505 02/10/2013 14h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

S’il s’agit du salaire complet, ce classement devient plus compréhensible (c’est simplement une idée).

Hors ligne

 

#506 02/10/2013 14h26 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Le son de cloche "de gauche" à propos de cet article :

L’illusoire baisse des écarts de salaires dans le monde

Hors ligne

 

#507 02/10/2013 14h30 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   51 

Evidemment il s’agit du revenu complet.

La retraite et les allocs pour le chomedu ne sont jamais qu’un revenu différé en grande partie. Par ailleurs l’impôt sur le revenu s’applique que sur le net perçu et non sur ce montant totalement perçu (heureusement d’ailleurs).

Bref tout baigne :-)

Hors ligne

 

#508 02/10/2013 21h34 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

Alexis92 a écrit :

l’impôt sur le revenu s’applique que sur le net perçu et non sur ce montant totalement perçu

Une bien belle idée de taxe. Bravo!

Hors ligne

 

#509 08/10/2013 11h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Administrateur
Réputation :   1309 

CIB Natixis a écrit :

Il y a 20 ou 30 ans, la France et l’Italie auraient dévalué : que faire aujourd’hui ?

La France et l’Italie sont aujourd’hui caractérisées par :
- le recul de la profitabilité et l’insuffisante compétitivité de l’industrie,
- les pertes de parts de marché dans le commerce mondial,
- la contraction de l’industrie et la perte de ses capacités de production,
- la faiblesse de son niveau de gamme,
la difficulté de ce fait à équilibrer le commerce extérieur.

Dans les années 1980 ou 1990, ces symptômes auraient inévitablement conduit à une dévaluation, qui aurait permis aux entreprises industrielles français et italiennes soit d’augmenter leurs prix et de restaurer leur profitabilité, soit de restaurer leur compétitivité.

Mais que faire aujourd’hui :

les «dévaluations internes » ne marchent pas en France et en Italie où le coût du travail ne réagit pas à la perte de compétitivité et de profitabilité ;
• les réformes fiscales ne peuvent corriger qu’une fraction du problème de coût du travail ;
• la montée en gamme est bien sûr un objectif mais l’évolution du progrès technique (de la Productivité Globale des Facteurs) n’incite pas à l’optimisme.

Il paraît donc difficile d’échapper à la poursuite de la perte de la substance industrielle dans ces deux pays.

Source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73092

Hors ligne

 

#510 13/10/2013 14h16 → Situation économique de la France et avenir de la France

Banni
Réputation :   27 

Ce dimanche en rentrant du Cinéma (La vie d’Adèle, je me permets de le conseiller), je suis tombé la dessus:

Création d’entreprise: Niel fait l’éloge de la fiscalité française

Personnellement je trouve que cela nous change un peu de la sinistrose ambiante.

Et en plus c’est signé de la dixième fortune de France, qui lui n’a hérité de rien… à méditer.


Il ne s'agit pas de changer le pansement, mais de penser le changement.

Hors ligne

 

#511 13/10/2013 15h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   88 

Je ne veux pas être mesquin… Mais il ne peut dire le contraire..
Sinon comment va t il remplir son incubateur de 30000 m^2.

Le monsieur à atteint une surface économique qui lui permet sans doute de négocier directement avec le ministre des finances…

Hors ligne

 

#512 13/10/2013 16h14 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   104 

Alexis92 a écrit :

Par ailleurs l’impôt sur le revenu s’applique que sur le net perçu et non sur ce montant totalement perçu (heureusement d’ailleurs).

Depuis 1993 ou 1992 (je ne sais plus) ce n’est plus vrai. Le net imposable est supérieur au net perçu. On paie donc de l’IR sur de l’argent qui n’a pas été perçu et qui a servi à payer les CSG/RDS et autres impôts dits sociaux.

A+
Zeb

Dernière modification par zeb (13/10/2013 16h15)

Hors ligne

 

#513 13/10/2013 17h19 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   96 

+1 pour ma part mon net imposable est supérieur a ce que je perçois et c’est le cas de quasiment tous les salariés, pour la raison évoquée ci dessus

Hors ligne

 

#514 13/10/2013 17h24 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

zeb a écrit :

Alexis92 a écrit :

Par ailleurs l’impôt sur le revenu s’applique que sur le net perçu et non sur ce montant totalement perçu (heureusement d’ailleurs).

Depuis 1993 ou 1992 (je ne sais plus) ce n’est plus vrai. Le net imposable est supérieur au net perçu. On paie donc de l’IR sur de l’argent qui n’a pas été perçu et qui a servi à payer les CSG/RDS et autres impôts dits sociaux.

C’est d’ailleurs pour cette raison que personnellement j’additionne toujours pour mes calculs le TMI et le taux de CSG (ex 15,5), pour ne prendre en compte la partie de CSG déductible que dans un 2ème temps.

Au sujet de la CSG, il me vient une interrogation : pourquoi selon vous est-elle presque 2 fois plus élevée sur les revenus financiers que sur les revenus issus de salaires?

Hors ligne

 

#515 13/10/2013 22h57 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

coyote a écrit :

Je ne veux pas être mesquin… Mais il ne peut dire le contraire..
Sinon comment va t il remplir son incubateur de 30000 m^2.

Le monsieur à atteint une surface économique qui lui permet sans doute de négocier directement avec le ministre des finances…

Pouvez-vous argumenter sur le fond (qu’aurait-il dit qui ne serait pas vrai ? et pour vous comme moi, respectant simplement la législation actuelle, pas pour quelqu’un qui tricherait ou bénéficierait de supposés privilèges) ?

Pour ma part, je trouve en gros les mêmes chiffres (sous réserve de ne pas procéder n’importe comment, mais ceux qui font n’importe quoi paient généralement bien plus, dans tous les domaines, et dans tous les pays…).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#516 14/10/2013 12h48 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   88 

GBL.

Sur le fond, c’est extrêment simple : Si il dit que l’état français est un enfer Fiscal,
comment fait-il pour attirer les Start-ups dans les halles Fayssinet, comment fait il pour
rentabiliser ses 90% d’investissement direct dans la rénovation de ce lieu ( 70% ).
De plus cela lui permet en plus d’avoir un oeil attentif sur ces 1000 potentielles start-up et
éventuellement de prendre des parts non négligeable via sa structure de business angel.

Ensuite concernant Mr Niel précisément, je n’ai pas de faits concrets
et je ne m’avancerai du tout sur ce sujet.

Mais j’ai eu une expèrience par le passé qui m’a bien fait comprendre que nous n’étions pas tous
egaux face a l’impot. Je n’irai pas plus dans le détail des faits. voici seulement les infos que je peux vous partager.

J’ai eu par le passé des relations proches avec le fondateur ( pour etre plus prècis, il était 3 )
d’un start-up Francaise qui a démarré au début des années années 1990, en gros de pas grand chose. Juste avant le crash de 2001, ce dernier s’est retiré en vendant sa part à un consortium.
Il a donc recu de ce transfert plus de 850 M€.

Ce qu’il devait à l’état francais était de l’ordre de 50% ( il nous en a suffisamment parlé.
Il y a eu des négociations. Globalement, il a expliqué que si il payait la somme, il partait définitivement.
Ce qu’il a proposé etait :
- De financer une nouvelle start-up pendant 5 ans à hauteur de 80M€/an ( soi disant son du )
- De consacrer 60% de ce qui lui resterait a des activités de business Angel,
   pour des sociétés francaises exclusivement.

Ce deal a été accepté, et il a tenté de nombreuses fois de me recruter. Ce que j’ai toujours refusé
car l’ambiance dans cette nouvelle start-up était : on peut se faire plaisir techniquement pdt 5ans, sans contrainte business. Ce qui n’etait pas en accordance avec mes valeurs. SI on ne tient pas compte des le debut du business, elle ne passera pas la cap des 5ans. C’est ce qui est effectivement arrivé ( mon meilleur ami en faisait parti).

Ce qui est factuel dans ce récit :

a) La vente de son premier actif estimé a prix marché à plus de 900M€
    ( nous avons vu le document de changement de structure de la société, le seul élément
     manquants fut le prix de transfert de l’action )
b) Il a financé pendant 5 ans une structure de plus de 400 ingénieurs francais, et les financement 
     associés sans n’avoir eu jamais 1 vente, structure fermée au bout de 5 ans
c) Il a investit ???M€ dans une structure de business angel. Je n’ai pas suivi jusqu’au but, mais la première année, il etait bien dans le rythme des investissements)

J’espère avoir repondu a votre question.
bien cordialement
Coyote

Hors ligne

 

#517 14/10/2013 14h09 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   

Dans le lien sur boursorama, il ne parle que de la fiscalité quand on souhaite revendre ou léguer son entreprise. C’est un peu, du grand n’importe quoi, moi en tant que dirigeant qu’est-ce que je regarde en premier, la fiscalité sur mon salaire et la fiscalité sur la gestion courante de mon entreprise. Je ne pense pas être le seul à faire cela et dans ce domaine la France n’es pas du tout compétitive, surtout si on ajoute la complexité du code du travail, le nombre de normes et leurs coûts, la complexité de cette fiscalité etc….

Hors ligne

 

#518 14/10/2013 14h22 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

@coyote :

Donc sur la base d’actes que vous désapprouvez que vous avez vu faire par votre "relation proche" un peu après 2001, vous concluez qu’une autre personne dans une situation un peu similaire (pas tout à fait en l’occurrence…) ferait la même chose, sans avoir aucune autre information ? Avec ce genre d’amalgame, vous devriez pouvoir conclure à peu près n’importe quoi sur n’importe qui…

Quand je parlait de "sur le fond", je voulait parler du % d’imposition que subissent effectivement des entrepreneurs, avec les lois actuelles, sur la valeur créée par leur start-up en cas de succès (et oh surprise, cette imposition s’avère plus faible qu’en 2001, ou que dans pas mal d’autres pays, contrairement à ce que certains prétendent !).
Avant de dite que quelqu’un raconte des mensonges, et d’expliquer ces mensonges par des procès d’intention, essayez plutôt d’abord de vérifier si ce qu’il raconte est exact, ou pas.
Accessoirement, je pense que X.Niel n’a nul besoin de mentir pour remplir son incubateur (sans oublier que s’il racontait des mensonges, il y aurait du monde pour les mettre en évidence).

Dernière modification par GoodbyLenine (14/10/2013 14h24)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#519 14/10/2013 14h49 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   31 

Quand je parlait de "sur le fond", je voulait parler du % d’imposition que subissent effectivement des entrepreneurs, avec les lois actuelles, sur la valeur créée par leur start-up en cas de succès (et oh surprise, cette imposition s’avère plus faible qu’en 2001, ou que dans pas mal d’autres pays, contrairement à ce que certains prétendent !).

Et bien pareil que pour coyote, pouvons nous avoir des chiffres? Parce qu’au vu du taux d’imposition des plus value sur la cession d’entreprise, au vu de la fiscalité du travail qui est la notre pour l’activité de l’entreprise en cours de vie (cotisation patronale, fiscalité des revenus du chef d’entreprise, etc), je ne vois pas du tout comment le % d’imposition global subit par un entrepreneur au cours de la vie et de la réussite de son entreprise, puis ensuite à la revente pourrait être inférieur à bon nombre d’autres pays (au hasard notre proche voisin belge).

Perso que Niel fasse l’apologie de la fiscalité française je m’en contrefiche. Ce qui m’intéresse davantage (et n’importe quel entrepreneur aussi je suppose) c’est plutôt qu’on me montre par A + B combien ça fait d’un coté et de l’autre de la frontière.

Hors ligne

 

#520 14/10/2013 15h45 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

J’ignore les détails de la fiscalité en Belgique.

Je lis dans l’article cité en référence que X.Niel a dit «Depuis le 1er janvier de cette année, la fiscalité des plus-values est de 23 %, elle est inférieure à celle de l’économie américaine» et «Si vous léguez une entreprise, la fiscalité est de 6 % à 7 %. Il y a peu de pays où la fiscalité soit si faible pour la cession d’une entreprise à ses enfants».

De fait, si un entrepreneur vend son entreprise créée plus de 8 ans avant, il paie bien :
     IR : 45%+4% (taux marginal maximum [*]) x 15% (abattement de 85%) = 7.35%
     PS : 15.5%
soit 22.85% sur sa plus-value.

Je vous laisse faire le calcul pour le cas de succession (il faut bien entendu que les enfants continuent l’exploitation pendant qqs temps).

Je suis bien d’accord que les charges pesant au cours de leur vie sur les entreprises (les nouvelles comme les anciennes, les grosses comme les petites, même si les nouvelles et les petites sont un peu aidées) restent lourdes, en relation avec le système de protection sociale, de retraite, chômage, etc. qu’elles financent.
En s’adressant à un public envisageant de devenir entrepreneur, et non pas salarié, si on considère que dans tous les cas ces charges "au cours de la vie" auront à être payées d’une manière ou d’une autre (qu’on soit entrepreneur ou salarié), il est logique que X.Niel évoque surtout la fiscalité sur ce qui fait la différence entre l’entrepreneur et le salarié, à savoir sur l’éventuelle plus-value générée au niveau de la valeur de l’entreprise (sur les entreprises qui arrivent à en générer, après avoir payé toutes leurs charges au cours de leur vie).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#521 14/10/2013 23h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

GoodbyLenine a écrit :

si un entrepreneur vend son entreprise créée plus de 8 ans avant, il paie bien :
     IR : 45%+4% (taux marginal maximum [*]) x 15% (abattement de 85%) = 7.35%

Je pensais que l’abattement pour durée de détention sur PV de cession d’actions ou parts sociales n’était encore qu’en projet (nous en avons souvent parlé ici).

Hors ligne

 

#522 15/10/2013 00h37 → Situation économique de la France et avenir de la France

Modérateur
Réputation :   1084 

Vous avez raison placementapapa31, les 85% (négociés suite au mouvement des "pigeons") ne sont pas encore en vigueur, et figurent au PLF2014 en cours de discussion au Parlement, et des surprises sont encore possibles. Mea culpa.

Actuellement, pour une cession réalisée en 2013, il doit y avoir 19% forfaitaire (sous certaines conditions, pour un dirigeant associé) + 15.5% PS à payer sur la plus-value.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#523 15/10/2013 11h17 → Situation économique de la France et avenir de la France

Administrateur
Réputation :   1309 

CIB Natixis a écrit :

Que surveiller pour savoir si l’économie va mieux ou plus mal ?

Les investisseurs, les intervenants des marchés financiers, ont besoin d’avoir un petit nombre d’indicateurs à regarder, qui les informent de manière pertinente sur l’évolution des économies donc des marchés.

Dans le contexte présent, nous pensons qu’il faut regarder :

pour savoir si les économies s’améliorent :
- l’évolution de l’investissement des entreprises (Etats-Unis, Europe, Japon) ;
- l’évolution de la production industrielle (Etats-Unis, Europe, Japon) et du commerce mondial. Il s’agit ici de se demander
si la reprise reste partielle (ne concernant que les services et la construction) ou devient globale ;

pour savoir si les économies se dégradent :
- les flux de capitaux vers les pays émergents (leur arrêt annoncerait la reprise de la crise de balance des paiements dans ces pays) ;
- le taux d’intérêt à long terme et le CDS souverain en Italie (pays menacé par une crise de la dette publique) ;
- le passage à une inflation négative dans certains pays de la zone euro (qui annoncerait la déflation).

Source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73217

Hors ligne

 

#524 15/10/2013 12h28 → Situation économique de la France et avenir de la France

Membre
Réputation :   60 

GoodbyLenine a écrit :

Vous avez raison placementapapa31, les 85% (négociés suite au mouvement des "pigeons") ne sont pas encore en vigueur, et figurent au PLF2014 en cours de discussion au Parlement, et des surprises sont encore possibles. Mea culpa.

Je reste très attentif vis à vis de ce projet de loi, car intégrer l’érosion monétaire est indispensable pour faire des choix d’investissement.

Dernière modification par placementapapa31 (15/10/2013 18h07)

Hors ligne

 

#525 06/11/2013 11h56 → Situation économique de la France et avenir de la France

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech