Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 12/09/2012 18h11 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

DIRECTV (DTV) est un business sympathique qui rachète ses actions. Il est dans le portefeuille de Berkshire hathaway. Pour ceux qui s’intéressent aux possibles raisons de la chose, voici une petite analyse de l’entreprise.

Brève description

DTV vend des abonnements à la TV payante en Amérique, comme Canal + le fait en France. La compagnie est extrêmement bien développée aux US et assure aujourd’hui sa croissance en Amérique Latine. Le ROTC de ce business est exceptionnel : plus de 50% en 2011.

Le management assure des résultats opérationnels tout à fait brillants pour un business de cette maturité depuis des lustres et a décidé de retourner le capital aux actionnaires de manière particulièrement agressive : ils ont augmenté leur leverage à 2,5 fois l’EBITDA et rachètent des actions avec tout leur cash.

Marché de DTV aux US

Il y a aux US environ 100 millions de ménages raccordés à la TV payante. 55 millions utilisent le câble, 34 millions le satellite et 8 millions les offres des compagnies telco.  DTV se positionne sur le satellite, et a 20 millions d’abonnés. Son concurrent, Dish Networks, en a 14 millions. C’est un oligopole sur un marché de niche déjà fortement développé. Personne ne va s’amuser à installer une infrastructure de TV par Satellite aujourd’hui aux Us pour aller chercher les deux gros. DTV a une offre assez haut de gamme avec un revenu élevé par utilisateur (93$), alors que Dish se positionne sur le bas de gamme.

Je ne suis pas particulièrement optimiste sur la suite. Si le management dit qu’ils espèrent une croissance de l’EBITDA de l’ordre de 5% en 2012 et 2013, je préfère supposer que l’on maintiendra simplement l’EBITDA actuel. Les coûts de diffusion sont élevés car plusieurs entreprises de diffusion demandent des prix élevés pour diffuser leur programmes et la concurrence pour diffuser est assez rude : moralité, il faut payer de plus en plus cher pour diffuser chaque année…

Ainsi, je pense qu’il est raisonnable de supposer que l’augmentation du CA sera compensée par cette augmentation des coûts. Je pense que c’est là le principal point faible du business. Cela dit, on ne peut pas reprocher au management de ne rien faire : ils essaient de s’attaquer à des marchés comme la VoD et la publicité pour pallier à ces surcoûts.

Marché de DTV en Amérique Latine

DTV a une position compétitive meilleure en Amérique Latine qu’aux USA pour plusieurs raisons :
- Le territoire est couvert à près de 100% et la concurrence du câble est beaucoup moins rude. Il faudra encore pas mal de temps pour avoir une couverture câble aussi importante en Amérique Latine qu’aux US
- DTV est de plus gros fournisseur sur ce marché du satellite.
- Ils ont une très grosse échelle dans leurs opérations car ils couvrent 9 pays en plus des US. Pour développer et diffuser du nouveau contenu, vous avez un levier opérationnel très intéressant !
- Les achats de programmes à diffuser sont beaucoup moins chers en Amérique Latine qu’aux US
- Le marché de la pay TV n’est pas saturé et les objectifs de croissance semblent donc tenables. En 2011, il y a eu 36% d’abonnés en plus et le management voit bien ses abonnés et son EBITDA doubler en 5 ans. Cela ne me paraît pas particulièrement aberrant.

Valorisation :

Le prix actuel de l’action est de 53$ environ est la capitalisation boursière d’environ 33 milliards, ce qui vous donne un PE inférieur à 14. 
Si on suppose, un peu à la IBM, qu’on arrive à garder un free cash-flow de 2.8 milliards, soit 4.5$ par action aujourd’hui, et que le nombre d’actions se réduit d’un peu moins de 20% dans les prochaines années, on arrivera à du 5,5$ par action. Pourquoi pas 6$ par action s’ils arrivent à croître ou même à racheter plus d’actions. Avec un multiple de 15 sur 5,5 $, vous obtenez un cours cible approximatif de 82,5 $.

Les perspectives de croissance sont une call option gratuite : Le management souhaite, je rappelle, doubler son EBITDA en LatAM d’ici 5 ans, ce qui ferait plus de 3 milliards d’EBITDA. Aux US, l’EBITDA est actuellement de 5,3 milliards. On peut supposer que d’ici 5 ans, on va arriver à 8 milliards d’EBIDTA en 2015 si le management tient ses engagements contre 7 aujourd’hui. Cela boosterait alors le FCF par action projeté ci-dessus et l’emmènerait au-delà de 6$ par action.

On peut aussi regarder rapidement le coût de DTV sur le marché privé (même si personne ne va les acquérir a priori) : Généralement, on acquiert aux US un abonné de pay TV entre 600 et 1200$. Nous avons vu que DTV a un revenu par abonné conséquent (supérieur à 90$ de l’an), et le prix d’acquisition d’un tel abonné serait plutôt de l’ordre 1000$. Ainsi, pour 19.91 million d’abonnés aux US et 13,67 million d’abonnés en LatAM, il faudrait payer plus de 30 milliards. Or DTV veut doubler ses abonnés en Latam. S’ils y arrivent, alors on aurait une valorisation de plus de 40 milliards. A noter que  cette dernière estimation ne prend pas du tout en compte les rachats d’actions.

A mon avis, les craintes sur le marché US permettent aujourd’hui au cours de se maintenir à des niveaux raisonnables en modérant l’engouement pour ce titre.

P.S. : Ce post ne se veut pas une recommandation sur le titre DTV.
Dans le titre, merci de lire DirecTV et non Direct TV.

Dernière modification par sergio8000 (13/09/2012 00h15)

Mots-clés : direct tv

Hors ligne

 

#2 13/09/2012 12h02 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Administrateur
Réputation :   1307 

Merci Sergio.

Qualitativement j’aime bcp cette valeur : revenus récurrents, présence dans un marché dynamique…

Elle me fait penser à Telefonica : une présence dans un marché mature (les USA) et une présence dominante dans le marché à forte croissance d’Amérique Latine. Sauf qu’évidemment à la place de vendre des abonnements téléphonique, Direct TV vend des abonnements TV.

En première revue, je vois toutefois un potentiel red flag.

L’EBITDA est flatteur et les ratios EV/Ebitda et PER sont bons marchés. Quoique le PER ne me paraît plus significatif vu le levier de la dette et la dégradation [volontaire] massive du bilan.

Par contre les dépenses d’investissements (CapExp) sont énormes et le Free Cash Flow n’est au final pas si élevé que ça.

Ainsi, sur les quatre dernières années, le Capex a représenté entre 45 et 65% du Cash Flow Opérationnel.

En comparaison, le Capex de British Sky Broadcasting Group tourne entre 13 et 24% du CFO.

Dans le cas de Direct TV, nous avons donc un EBITDA a presque 7 MdUSD mais un FCF to Firm a seulement 2,5 MdUSD !

Alors que BSY affiche une EBITDA à 1,5 MdUSD et un FCF to Firm à 1,3 MdUSD.

--

Personnellement, j’aime bien quand EBITDA = FCF = RN, ça m’évite des prises de tête. :-)

Là il faut comprendre le pourquoi de cette divergence.

Hors ligne

 

#3 13/09/2012 14h09 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Très bonne remarque Philippe, comme souvent d’ailleurs. Je pense pouvoir vous donner une explication de cette divergence.

Dans le cas d’un Btitish Sky, vous avez une problématique extrêmement simple : Vous avez votre territoire, vous arrosez votre contenu, et c’est gagné. Il n’y aura pas de croissance pour aller augmenter les profits autrement qu’en organique.

Chez DirecTV, vous avez besoin d’investir dans la croissance de l’activité en Amérique Latine, pour pouvoir servir les différents foyers. Vous avez la même problématique pour Wal-Mart, qui doit investir pour ouvrir de nouveaux magasins. La plupart des investissements pour DTV et WMT sont des investissements de croissance, qui se comptent en milliards. Cela signifie que, lorsque ces business vont arriver à plus grande maturité, ces investissements de croissance vont être réduits et vous verrez alors la capacité bénéficiaire au grand jour à ce moment là. Vous l’aviez bien compris lorsque je vous l’avais dit pour WMT, du coup, je pense que vous le comprendrez aussi pour DTV. A maturité, DTV sera comme British Sky, mais ce jour n’est pas encore arrivé (et n’est pas tout près vu leur croissance).

C’est principalement cela que je reproche à une approche purement ratio (qui a beaucoup de mérites, ne vous méprenez pas sur mes propos), mais une analyse et une compréhension du business vous permettent de voir que la capacité bénéficiaire d’un business en croissance rentable est très nettement supérieure à ce qu’une approche purement ratio peut laisser croire. C’est sûr qu’on augmente les risques d’erreur avec de telles analyses, c’est d’ailleurs pourquoi j’assigne une capacité bénéficiaire à DTV particulièrement conservatrice dans mon analyse. Imaginez que le CAPEX d’invest cesse : vous n’aurez pas 6$ par action en FCF, mais plutôt 10-12 à mon avis (j’obtiens ce résultat simplement en extrapolant ce que vous dîtes pour British Sky, mais jamais je ne vais modéliser une telle hypothèse si je veux investir, même si elle est correcte).
British Sky aujourd’hui, c’est ce qui attend DTV dans 10 ou 20 ans (peut être même avant s’ils décident d’arrêter la croissance et distribuer du dividende, qui sait).
Ainsi, vous comprendrez que si DTV côte un jour à 150 $ ou 180 $, je ne serai pas particulièrement surpris, puisque c’est ce qui correspond à sa véritable capacité bénéficiaire sans croissance aujourd’hui (10 à 12 $ par action avec un PE de 15).

Dernière modification par sergio8000 (13/09/2012 14h21)

Hors ligne

 

#4 13/09/2012 15h44 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   87 

Effectivement dans ce type de business, Pay TV par satelitte, la phase de développement est très couteuse en terme de capex. en développement type "greenfield", les 3 premières années on est en FCF largement négatif du fait du poids des capex. Avec le développement en Amérique Latine (sans doute à des stades différents selon les pays) DTV doit avoir certains effets de ciseaux négatifs sur son FCF à cause de ces capex de développement. Le mieux pour comparer avec BSkyB serait une analyse like for like des ses activités arrivées à maturité en terme de développement (mais difficile d’avoir tous les chiffres par pays etc…).

En tout cas chez DTV l’ARPU est vraiment élevé (94$/mois en augmentation aux USA et 57-58$/mois, en baisse en amérique Latine) en comparaison de certains marchés Européens (en France on est moins cher et j’ai eu l’occasion de voir certains business plan de Pay TV en Allemagne, Finlande (ARPU entre 25€-31€/mois), pour lesquels les ARPU étaient largement inférieur à ceux de Direc TV). L’ARPU de BSkyB est d’environ 45-46£/mois soit environ 72-74$/mois;

DTV a en tout cas une croissance continue du nombre d’utilisateur  : DTV continue sa croissance "géographique" (consommateur de capex).

Year Subscribers
1994 320,000
1995 1,200,000
1996 2,300,000
1997 3,301,000
1998 4,458,000
1999 6,679,000
2000 9,554,000
2001 10,218,000
2002 11,181,000
2003 12,290,000
2004 13,000,000
2005 15,000,000
2006 15,950,000
2007 16,830,000
2008 17,620,000
2009 18,081,000
2010 19,200,000
2012 19,900,000

BSkyB a 10,6 - 11M d’utilisateur en 2012 mais avec un modèle en croissance modérée du nombre de nouvel utilisateur TV mais est en fort développement par le nombre de produits vendus à chaque utilisateur.
TV customers (million)
2008 9.0
2009 9.4
2010 9.9
2011 10.2

Warren Buffett a investi il y a globalement 1 an dans DTV avec un PRU d’environ 45-46$.

DirecTV (DTV)
Buffett bought 22,651,200 shares of DirecTV (DTV) at an average price of $46. He initiated the position in the third quarter of 2011 with 4,249,400 shares at an average price of $46, and added 16,099,000 shares at an average price of $45 in the fourth quarter of 2011. At the end of the first quarter of 2012, he owned 22,999,600 shares.

Pour l’anecdote, il y a eu un litige en 2012 entre Viacom et DTV (accord selon lequel DTV va payer à Viacom environ 600 M$/an) mais comme W. Buffett est actionnaire des 2 cotés c’est neutre pour lui !

En tout cas BSkyB et Direc TV sont deux belles sociétés qui sont très "shareholder friendly" et très profitables.

Dernière modification par BearBullCarpeDiem (13/09/2012 17h53)


Parrainage : Boursorama

Hors ligne

 

#5 13/09/2012 15h51 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Bien que l’activité soit sur le principe buffettesque, ce doivent être des investissements de Ted Weschler. Tout à fait dans son style (c’étaient d’ailleurs des positions de son hedge fund), et les positions sont trop petites pour être de Buffett.

Hors ligne

 

#6 13/09/2012 17h45 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Administrateur
Réputation :   1307 

Merci de vos réponses.

Entre temps j’ai lu les slides de la dernière conférence et effectivement les coûts d’acquisitions clients ("SAC" à 1350 USD pour les top clients !) m’ont sauté aux yeux.

Grosso-modo ils représentent la moitié des CapEx.

sergio8000 a écrit :

C’est principalement cela que je reproche à une approche purement ratio (qui a beaucoup de mérites, ne vous méprenez pas sur mes propos), mais une analyse et une compréhension du business vous permettent de voir que la capacité bénéficiaire d’un business en croissance est très nettement supérieure à ce qu’une approche purement ratio peut laisser croire.

Effectivement, DTV passerait par exemple un filtre sur l’EV/Ebitda mais pas sur le FCF Yield, qui se trouve artificiellement bas.

Mais un bon analyste est sensé retravailler les ratios (élimination des éléments non récurrents par ex). Ici il faut "simplement" ventiler le CapEx entre la partie "maintenance" et la partie "développement" pour retrouver un FCF Yield "cohérent".

En passant il y a exactement la même chose (CapEx "artificiellement" élevé) avec notre fleuron pétrolier Total.

Hors ligne

 

#7 13/09/2012 18h12 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Effectivement pour Total, mais dans une mesure moindre car leurs réserves ne sont pas illimitées et doivent quand même faire du projet pour les maintenir dans le temps. Alors que là, comme vous le voyez avec British Sky, y a pas grand chose à faire une fois l’infra en place !

Juste au passage en regardant les ratios de valorisation, WMT a vraiment l’air laid… Comme quoi, on aurait pu le louper facilement avec une approche ratio celui là. Pour DTV, c’est vrai que L’EV/EBITDA permet de deviner la vraie capacité bénéficiaire.

Dernière modification par sergio8000 (13/09/2012 18h14)

Hors ligne

 

#8 14/09/2012 19h09 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   38 

Encore un très beau travail Sergio !
J’ajouterais juste que beaucoup de gens considèrent que la fin de la télévision satellite est proche, ce qui maintient le cours à ces niveaux plutôt bas.
Certes, les ordinateurs et les tablettes sont logiquement destinés à prendre le relais de nos bonnes vieilles télé dans un avenir plus ou moins proche.
Mais cette perspective est selon moi assez lointaine. Je m’explique:
- Peu de gens sont de nos jours prêts à abandonner leur coin TV, qui peut être associé à l’idée de confort, convivialité, …
- Aujourd’hui, la Web TV offre une image médiocre par rapport à la TV satellite.
- La migration de la Web TV jusqu’à notre salon est encore aujourd’hui de la quasi science-fiction au vu des technologies actuelles (Wi-Fi).

Autrement, on pourrait vraiment insister sur la force des rachats d’actions quand ils sont ainsi réalisés de manière massive. Ils sont d’autant plus intéressant que la société bénéficie de conditions de crédit assez avantageuses pour mener à bien leurs différents programmes.

Hors ligne

 

#9 15/09/2012 11h16 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Il y a surtout le fait que les chaînes les + regardées aux US sont les sportives et que leur contenu est cher, ce qui fait que les offres internet et triple play n’ont pas ce contenu (elles ne font pas assez de marge pour le payer). Ainsi, les chaînes câble et Sat ont encore de l’avenir aux US. C’est  pour moi l’argument majeur pour que cela continue d’exister.

Hors ligne

 

#10 15/09/2012 15h19 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   38 

C’est juste, à condition que les "lock-out" ne se généralisent/multiplient pas, ce qui affaiblirait cette barrière de manière problématique. Directv paie le même prix les droits de la NFL, que la saison soit complète ou tronquée. Et je ne pense pas que les accords de l’année passée, faits à la va vite, ne contentent durablement les différents partis.

Dernière modification par Magic (15/09/2012 15h19)

Hors ligne

 

#11 19/09/2012 12h39 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   38 

Directv envisagerait de faire une offre sur GVT. Je trouve que c’est une bonne chose de vouloir asseoir sa présence en amérique latine pour le groupe puisque cette zone tire sa croissance. Toutefois, si ces rumeurs sont vraies, je me demande ce que va faire la société sur ce segment du mobile … Ce genre de diversification est rarement un succès (voire parfois un désastre).  Je peux me tromper, ne pas voir les synergies entre les deux groupes, mais ça ne m’a pas l’air d’être une super idée.

Hors ligne

 

#12 19/09/2012 14h54 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

D’après ce que je comprends, le conditionnel signifie que ce n’est qu’une rumeur. Je n’y accorde donc aucune importance aujourd’hui. S’il y a lieu, le management présentera probablement un plan permettant de se faire une idée de leur projet.

Je pense que ces managers ne sont pas des bleus et ont démontré au cours du temps leur capacité et détermination à créer de la valeur par leurs actions.

Hors ligne

 

#13 24/10/2012 08h18 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Administrateur
Réputation :   1307 

Une revue de Direct TV par Andrew Weitz de chez Weitz Funds :
A perspective on Direct TV

Andrew Weitz a écrit :

Capital Allocation is Key

The growth profiles of DIRECTV’s U.S. and Latin American businesses are quite different, as are its uses of their respective cash flows. As the Latin American business continues to grow, DIRECTV can reinvest its local cash flows to generate profitable organic growth. The U.S. business, however, generates far more free cash flow than is required to sustain its business. Furthermore, the highly accommodative credit markets have looked favorably on businesses like DIRECTV given the stable and recurring nature of its business. Therefore, the U.S. operation has pursued a strategy of taking on a reasonable level of debt and combining the proceeds with its high levels of free cash flow to repurchase DIRECTV shares at the rate of$100 million per week. At this rate, in 2012 DIRECTV will return $5.2 billion of capital to shareholders, or roughly 17% of the company’s total market capitalization at the start of the year, and creating a significant increase in the per share value of its stock.

Given DIRECTV’s attractive valuation, strong and stable cash flows, and management’s sound record of using excess cash to drive growth in the per share value of its stock, we believe there is an ample margin of safety to re-establish an investment in the company. The stock currently trades near $50 compared with our estimation of business value of roughly $70, leading us to believe DIRECTV provides a compelling investment opportunity for the Funds.

Hors ligne

 

#14 19/05/2014 00h45 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Finalement, DirecTV va être acquise !
C’est AT&T qui veut s’offrir le bébé à un prix d’environ 48,5 milliards de $ ou environ 95 $ par action, soit au-dessus de mes estimations conservatrices. Les boards sont favorables à la transaction, et voici la news : AT&T buys DirecTV for $48.5 billion

Je ne croyais pas à un scénario d’acquisition, j’avais tort : d’ailleurs, la valeur sur le marché privé dépasse mon estimé.

Dernière modification par sergio8000 (19/05/2014 00h46)

Hors ligne

 

#15 19/05/2014 09h59 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   194 

C’est Malone qui les a conseillé pour l’acquisition ;-)

Hors ligne

 

#16 19/05/2014 12h22 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   43 

J’ai acheté DTV juste avant les rumeurs, ça s’est fait relativement vite je trouve.
Au final je ne sais pas trop si c’est une bonne nouvelle pour moi..

On pourrait penser que oui car le rachat se fait à un prix "intéressant" mais je ne sais pas trop quel sera l’impact fiscal de cette transaction ?

En gros l’actionnaire touche $28.50 et le reste en actions AT&T. J’avais prévu de garder DTV plus longtemps mais je m’interroge du coup :

* soit je vends avant que la transaction en se fasse, j’encaisse la plus value et je suis imposé dessus selon mon TMI
* soit je garde et je touche ces $28.50. Mais quel sera mon imposition dessus ? comme un dividende ? Quel sera le nouveau PRU des actions T ?

C’est la première fois que cette situation m’arrive, est-ce qu’il y a des forumers qui peuvent m’éclairer ?


"La meilleure façon de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer", Peter Drucker | Mon portefeuille

Hors ligne

 

#17 19/05/2014 13h20 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   554 

Le swap d’actions est normalement fait pour éviter la fiscalité jusqu’à la revente des actions contre lesquelles votre participation est swappée.
Je ne sais pas comment un courtier français traite cela, mais chez tous les courtiers US, c’est ainsi. N’hésitez pas à lire le prospectus du deal envoyé à la SEC lorsqu’il sera disponible : le traitement fiscal y est habituellement précisé.

Le PRU sera le prix des actions ATT au moment où le deal est verrouillé.

Hors ligne

 

#18 19/05/2014 18h26 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   43 

Merci Sergio pour ces précisions.

Les 2 sociétés baissent après l’annonce et ce malgré la valorisation de 95$ par action de DTV pour ce rachat.
Je crois que c’est surtout dû au fait que le deal est majoritairement payé en actions nouvelles d’AT&T : les actionnaires actuels d’AT&T se verront dilués et les actionnaires de DIRECTV seront payés avec des actions qui par conséquent vaudront moins leur prix actuel (en supposant que ATT soit correctement pricé).

J’attends de voir la suite des événements, pour le moment je ne saute pas au plafond à cette annonce.


"La meilleure façon de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer", Peter Drucker | Mon portefeuille

Hors ligne

 

#19 19/05/2014 19h34 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   195 

message reçu de Interactive brokers

AT&T (T) to Acquire DIRECTV (DTV) for $95/Share in Cash and Stock

After weeks of rumors, AT&T (NYSE: T) and DIRECTV (NASDAQ: DTV) announced Sunday that they have entered into a definitive agreement under which AT&T will acquire DIRECTV in a stock-and-cash transaction for $95 per share based on AT&Ts Friday closing price. The agreement has been approved unanimously by the Boards of Directors of both companies.

Under the terms of the transaction, DIRECTV shareholders will receive $95.00 per share under the terms of the merger, comprised of $28.50 per share in cash and $66.50 per share in AT&T stock. The stock portion will be subject to a collar such that DIRECTV shareholders will receive 1.905 AT&T shares if AT&T stock price is below $34.90 at closing and 1.724 AT&T shares if AT&T stock price is above $38.58 at closing. If AT&T stock price at closing is between $34.90 and $38.58, DIRECTV shareholders will receive a number of shares between 1.724 and 1.905, equal to $66.50 in value. This purchase price implies a total equity value of $48.5 billion and a total transaction value of $67.1 billion, including DIRECTVs net debt. This transaction implies an adjusted enterprise value multiple of 7.7 times DIRECTVs 2014 estimated EBITDA. Post-transaction, DIRECTV shareholders will own between 14.5% and 15.8% of AT&T shares on a fully-diluted basis based on the number of AT&T shares outstanding today. AT&T intends to finance the cash portion of the transaction through a combination of cash on hand, sale of non-core assets, committed financing facilities and opportunistic debt market transactions.

To facilitate the regulatory approval process in Latin America, AT&T intends to divest its interest in Am?rica M?vil. This includes 73 million publicly listed L shares and all of its AA shares. AT&Ts designees to the Am?rica M?vil Board of Directors will tender their resignations immediately to avoid even the appearance of any conflict.

This is a unique opportunity that will redefine the video entertainment industry and create a company able to offer new bundles and deliver content to consumers across multiple screens  mobile devices, TVs, laptops, cars and even airplanes. At the same time, it creates immediate and long-term value for our shareholders, said Randall Stephenson, AT&T Chairman and CEO. DIRECTV is the best option for us because they have the premier brand in pay TV, the best content relationships, and a fast-growing Latin American business. DIRECTV is a great fit with AT&T and together well be able to enhance innovation and provide customers new competitive choices for what they want in mobile, video and broadband services. We look forward to welcoming DIRECTVs talented people to the AT&T family.

This compelling and complementary combination will bring significant benefits to all consumers, shareholders and DIRECTV employees, said Mike White, president and CEO of DIRECTV. U.S. consumers will have access to a more competitive bundle; shareholders will benefit from the enhanced value of the combined company; and employees will have the advantage of being part of a stronger, more competitive company, well positioned to meet the evolving video and broadband needs of the 21st century marketplace.

AT&T expects the deal to be accretive on a free cash flow per share and adjusted EPS basis within the first 12 months after closing.

The combination provides significant opportunities for operating efficiencies. AT&T expects cost synergies to exceed $1.6 billion on an annual run rate basis by year three after closing. The expected synergies are primarily driven by increased scale in video.

Along with DIRECTVs current strong cash flows, this transaction is expected to support future investment in growth opportunities and shareholder returns.

The combination diversifies AT&Ts revenue mix and provides numerous growth opportunities as it dramatically increases video revenues, accelerates broadband growth and significantly expands revenues from outside the United States. Given the structure of this transaction, which includes AT&T stock consideration as part of the deal and the monetization of non-core assets, AT&T expects to continue to maintain the strongest balance sheet in the industry following the transaction close.

AT&Ts 2014 guidance for the company remains largely unchanged. However, the companys intention is to divest its interest in Am?rica M?vil, which will result in an approximately $0.05 reduction in EPS, as the Am?rica M?vil investment will no longer be accounted for under the equity method. Adjusted 2014 EPS growth is now expected to come in at the low-end of the companys mid-single digit guidance.

The merger is subject to approval by DIRECTV shareholders and review by the U.S. Federal Communications Commission, U.S. Department of Justice, a few U.S. states and some Latin American countries. The transaction is expected to close within approximately 12 months.

Sun, 18 May 2014 17:58:54 -0400

Copyright (c) 2014 StreetInsider.com


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

En ligne

 

#20 20/05/2014 11h07 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   43 

The transaction is expected to close within approximately 12 months

Effectivement ça laisse le temps. C’est courant que le délai soit aussi long après l’annonce de l’accord ?

Miguel, en tant qu’investisseur AT&T, que pensez-vous de ce deal ?


"La meilleure façon de prévoir l’avenir, c’est de l’inventer", Peter Drucker | Mon portefeuille

Hors ligne

 

#21 20/05/2014 14h02 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   211 

Pour un retour quelques années en arrière, il peut être intéressant, afin d’avoir une meilleure compréhension de la société, de se plonger dans le dernier rapport trimestriel de Longleaf partners qui explicite la thèse d’investissement dans Direct Tv sur plusieurs années. C’est particulièrement intéressant, et c’est ici : http://longleafpartners.com/sites/defau … 033114.pdf

Hors ligne

 

#22 20/05/2014 14h35 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Modérateur
Réputation :   1082 

tourix a écrit :

C’est courant que le délai soit aussi long après l’annonce de l’accord ?

C’est très courant, surtout quand il y a beaucoup de démarches à faire pour faire aboutir l’opération, comme racheter les titres des minoritaires, écarter tous les recours que des tiers pourraient opposer, obtenir les autorisations des autorités réglementaires (anti monopole par ex., pouvant exiger la cession de certains actifs), valider les hypothèses fiscales dans les différents pays, etc.  (quand une entreprise opère dans de multiples pays, tout ceci est encore plus long et complexe)

Voyez le deal Omnicom / Publicis…. qui a récemment capoté, plus d’un an après son annonce.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#23 06/12/2015 19h02 → Direct TV : leader de la TV par satellite US (direct tv)

Membre
Réputation :   512 

Pas grand chose à voir, mais vraiment très drôle (Directv vs. le câble) :

Directv : Get Rid of Cable

Dernière modification par thomz (06/12/2015 19h02)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech