Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 18/07/2012 16h48 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   87 

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2891_michelin_logo_svg.png

Question directe : votre avis sur Michelin ? dans une optique de gestion buy&hold pensez-vous qu’il y a en ce moment une fenêtre pour rentrer sur ce titre ?

Je commence à regarder la société (je vais creuser) mais je vois certains avantages :

- Position de leader mondial conjoint sur ses marchés
- une forte marque
- un pricing power (ce groupe est capable de passer des hausses de prix qui compensent les baisses de volumes cf publication 2011 et T1 2012)
- innovation
- une valorisation actuelle qui peut paraître comme une opportunité :
PER de 6,4 (inférieur à ses pairs et parmi les plus faibles de ses PER sur les 10 dernières années)
Ev/Ebitda 4,1x
P/B 1,16 (idem parmi les plus faibles sur les 10 dernières années)
dividendes 4,4%
un cash flow / action > 10€ estimé pour 2012 à 2014
- faiblement leveragé
- Un ROCE de 9%
- Un siège en Auvergne !! (une partie de mes racines…!)

Malgré tout certains inconvénients:
- dépendant des secteurs auto/PL/avion donc cycle
- exposition change (plus de 50% du CA hors europe) et matières premières - même s’il y a des couvertures.
- actionnariat fermé

Votre avis sur la valeur ?

Edit : j’ai oublié de préciser : c’est pour un PEA, car à l’internationnal (hors zone Euro) il y a bien d’autres opportunitées au vu des discussions sur le forum.

Dernière modification par BearBullCarpeDiem (06/04/2013 23h13)

Mots-clés : michelin, pneu


Parrainage : Boursorama

Hors ligne

 

#2 18/07/2012 17h13 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   421 

A mon avis le meilleur rapport qualité/prix du CAC. J’ai accumulé en dessous de 50, c’était cadeau.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#3 18/07/2012 18h33 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Administrateur
Réputation :   1307 

BearBullCarpeDiem a écrit :

- actionnariat fermé

C’est le point noir, la société en commandite par actions empêche toutes opérations capitalistiques.

De fait, pour un minoritaire, on pourrait arguer que Michelin ne vaut que la somme de ses dividendes actualisés.

Hors ligne

 

#4 23/10/2012 12h32 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   421 

Bibendum toujours au Top !
l’Affaire du moment dans le secteur semble être Valeo.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#5 14/02/2013 11h10 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   113 

Je suis le dossier ces derniers jours et je vous avoue que je suis perplexe quant à la réaction suite à la publication de résultats … Pourtant tout me semble solide et même au-dessus des attentes. Pour les actionnaires parmi nous, comment avez-vous accueilli la nouvelle ?


Parrain pour : American Express, ING Direct (code : EKXYBFS), Fortuneo, Binck.

Hors ligne

 

#6 14/02/2013 12h51 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   421 

Réaction toute à fait normale devant les perspectives prudentes. L’action avait pris 60% en 6 mois et mon post disant que c’était cadeau… Depuis j’ai bien sur fortement allégé au dessus de 70 (tout betement parce qu’Investir était passé à la vente prévoyant une année de 2013 sans relief -ils disent pas toujours n’importe quoi-).
Je vais attendre un peu avant d’y revenir car je ne vois pas de catalyseur à court terme.

Dans une optique Buy and Hold, pas de soucis les fondamentaux sont bons, ca monte, ca descent, c’est la bourse


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#7 14/02/2013 22h05 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   31 

J’attends que le cours redescende un peu pour renforcer (vers 62€ ca serait bien), sachant que j’etais rentré comme Bifidus vers 50€.

Le dividende devrait passer a 2,4, soit 14% d’augmentation, et les perpectives sont annoncées comme stables pour cette année, ce qui est deja pas mal vu la periode que nous traversons.

Comme dit Bifidus, ca monte ca descend. Il faut savoir profiter quand cela descend (pas facile neanmoins)

Hors ligne

 

#8 07/04/2013 16h16 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   87 

En juillet 2012 alors que Mr Marché offrait 50€/titre, que Bifidus avait accumulé à ce cours (bravo  smile), j’avais hésité à rentrer sur le titre alors que mon estimation de point d’entrée était entre 50€-55€ pour une estimation de valeur intrinsèque entre 75€-85€ (méthode simplifiée par les PER). Mal m’en a pris ! le titre a très fortement progressé depuis.

La raison principale qui m’a fait ne pas rentrer est, comme celà était indiqué plus haut et souligné par IH, la structure capitalistique qui verrouille toute opération sur le capital. Ce point reste et restera sans doute un point problématique mais après tout, peut-on blamer une famille de protéger ses intérêts depuis 1863 quand on voit l’incroyable parcours de cette entreprise ayant son siège social au coeur de la France ?

Une présence mondiale, plus de 100 000 salariés c’est une extraordinaire aventure entreprenariale qu’a réussi la famille Michelin.

Avec xlsValorisation, j’en profite pour refaire une estimation de valorisation plus "propre"/"structurée".

Les comparables :

- Goodyear (GT:US)
- Continental (CON:GR)
- Bridgestone (5108:JP)
- Cooper Tire & Rubber (CTB:US)

Taux de croissance :

- Objectif de croissance à long terme : 3% (sans doute faible eu égard au pricing power et aux innovations de Michelin - mais volonté d’être prudent).

Benchmark de profitabilité avec les comparables :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2891_michelin_comparables_ratio_prof_xls.png

16% de marge d’Ebitda, ROE de 18%, ROIC : 14% et CROIC : 10%. Ce sont de bons ratios pour une entreprise qui est quand même capitalistique.
On voit que Michelin est globalement au-dessus de la moyenne des pairs (Goodyear, Bridgestone, Continental - CTB étant bien plus petit en taille arrive à générer des niveaux de ROE, ROIC et CROIC très fort avec des marges brutes et d’Ebitda inférieures - à creuser pour comprendre)

Benchmark de valorisation avec des comparables :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2891_comparable_valo_michelin.png

On reste sur une valo assez faible : EV/Ebitda <4x
Michelin continue d’avoir une décote de valorisation par rapport à ses pairs : la problématique de la structure du capital participe sans doute de cette décote.

Estimation de valorisation :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2891_michelin_valo_2_xls.png

Les 3 méthodes donnent des résultats assez convergents entre 69€-76€ avec une valorisation intrinsèque pondérée autour de 72€ (les hypothèses sont, je pense, un peu conservatrices / prudentes).
Un point d’entrée est estimé autour de 51€.

Edit 2 (cf ci-dessous) : j’ai modifié ma première fiche xlsValorisation initialement postée en modifiant avec un taux sans risque de 2% (oat tec 10) et une prime de risque de 9% (étude Allianz juin 2012 calculant une prime de risque action entre 8% et 10% pour l’Europe) la valeur intrinsèque ressort à 72€ par rapport aux 77€ initialement posté.

Morningstar a une estimation de valeur à 80€.
ML: Michelin Company Profile

In fine, ces résultats sont globalement en ligne avec mes estimtations simplifiées de l’année dernière.

Estimation de valorisation complémentaire

Après ces méthodes, on peut aussi s’interroger sur la valeur de la position des minoritaires, à cause de l’absence possible de prise de contrôle. De fait, comme souligné par IH,

pour un minoritaire, on pourrait arguer que Michelin ne vaut que la somme de ses dividendes actualisés.

En prenant un vidende à 2.6€, un taux de croissance de 3% et un taux d’actualisation de 10% on a alors une valorisation par les dividendes à l’infini autour de 40€ (à affiner mais cela fixe un ordre de grandeur).

Déontologie et conclusion : je n’ai pas de Michelin mais si le titre côte entre 50€-55€ ou moins je me reposerais la question d’ouvrir peut être une ligne, la problématique de la structure du capital étant à mon avis déjà "pricé" par le marché 

Edit 1 : modification calcul de dividendes.
Edit 2 : discussion sur xlsValorisation : interrogation sur le béta du secteur : j’ai pris Automotive et non Auto parts car le béta sectoriel de ce dernier me paraît trop élevé pour Michelin. Modification de la fiche xlsValorisation initialement postée : pour le taux sans risque et la prime de risque du marché j’avais laissé dans ma première version 4% et 5.5%, alors que je pense plus que cela devait être respectivement 2% (oat tec 10) et 9% (étude Allianz juin 2012 pour l’Europe) ce qui donnerait une valeur intrinsèque autour de 72€ par rapport aux 77€ de résultat dans la fiche Xls valo postée initialement.

Dernière modification par BearBullCarpeDiem (07/04/2013 19h11)


Parrainage : Boursorama

Hors ligne

 

#9 10/04/2013 20h54 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   31 

merci pour cette mise a jour de valorisation du bibendum.

Hors ligne

 

#10 10/04/2013 23h46 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   31 

Edit 2 : discussion sur xlsValorisation : interrogation sur le béta du secteur : j’ai pris Automotive et non Auto parts car le béta sectoriel de ce dernier me paraît trop élevé pour Michelin. Modification de la fiche xlsValorisation initialement postée : pour le taux sans risque et la prime de risque du marché j’avais laissé dans ma première version 4% et 5.5%, alors que je pense plus que cela devait être respectivement 2% (oat tec 10) et 9% (étude Allianz juin 2012 pour l’Europe) ce qui donnerait une valeur intrinsèque autour de 72€ par rapport aux 77€ de résultat dans la fiche Xls valo postée initialement.

Bonjour BBCD,

Pour information bon nombre de professionnels travaillent avec un taux de croissance long terme de 2% (enfin ceux qui n’essayent pas de vendre du papier en gonflant tout ce qu’ils trouvent). En effet  prendre un taux de croissance long terme supérieur à 3% n’a pas vraiment de sens, car il suppose que votre entreprise va croître à l’infini plus fortement que la croissance mondiale. Cette variable a une importance cruciale dans la valorisation car elle pèse énormément sur la valeur terminale, qui elle même est une partie importante de la valo par DCF (de l’ordre de 60-70%). Une étude de sensibilité de la valorisation à cette variable peut facilement le montrer. Ainsi Ils prennent souvent 2% car c’est à peu près le taux de croissance du PIB mondial hors inflation sur longue période.

Pour la prime de risque de marché, 9% me semble bien trop haut, je tablerai davantage sur 5 à 6% pour des larges caps.

Je suis curieux de savoir de combien le changement de taux de croissance long terme pourrait modifier la valorisation tiens …

Hors ligne

 

#11 11/04/2013 00h53 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   87 

Bonsoir Xan,

Vous avez parfaitement raison pour un taux de croissance à LT (ie à l’infini) général à 2% (compte tenu de l’environnement économique et des niveaux d’inflation actuels).

Pour l’exercice de valorisation sur Michelin, j’ai pris 3% mais sur les 5 prochaines années (cf modèle : on peut choisir la durée de la croissance).
Comme on définit/borne la durée de la croissance, le taux de  3% (dans cet exemple) n’est pas cette hypothèse de croissance à l’infini qui est pris en compte dans la Terminal Value (je ne suis pas rentré dans le détail des formules d’IH mais ca mérite question auprès d’IH pour savoir qu’elle hypothèse est retenue dans la valeur terminale)

Comme on définit la durée de la croissance dans le modèle, j’ai retenu un niveau de 3% sur 5 ans qui est potentiellement prudent par rapport à la vision du management de Michelin sur les 3 ans à venir qui se voit plus réaliser une croissance proche de +4%-5% :

"Les marchés des pneumatiques devraient retrouver une croissance positive dans le courant de 2013, quelque chose d’intermédiaire entre 2012 et 2014", a-t-il ajouté.

L’objectif de Michelin est d’augmenter ses ventes en ligne avec le taux de croissance de 4 à 5% attendu à terme pour le marché, a souligné le groupe, précisant que les cours des matières premières devraient évoluer au même rythme.

Michelin ayant relevé ses prévisions 2015 en septembre 2012 :
Michelin relève ses prévisions 2015 - Capital.fr

Pour la prime de risque action, j’ai utilisé une étude d’Allianz de juin 2012 (il y en a sans doute de plus récente mais cela fixe déjà les idées sur longue période et par marché : Europe / US / Japon : on voit l’Europe à 10% (globalement entre 8% et 10% depuis mi 2011 - j’ai pris le niveau moyen).

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2891_prime_de_risqueactions_allianz_juin_2012.png

5% à 6% me paraît ok pour les US (l’étude montre entre 4%-5%) mais trop faible pour l’Europe compte tenu des perspectives de croissance actuelles et des taux d’intérêts LT actuels.

Pour voir ce que donnerait vos hypothèses :

croissance : 2% sur 5 ans / prime de risque 5% : valeur intrinsèque pondérée : 88€ entrée à 62€
croissance : 2% sur 5 ans / prime de risque 6% : valeur intrinsèque pondérée : 83€ entrée à 58€
croissance : 2% sur 100 ans (infini) / prime de risque 5% : valeur intrinsèque pondérée : 94€ entrée à 66€ avec un P/B de 2
croissance : 2% sur 100 ans (infini) / prime de risque 6% : valeur intrinsèque pondérée : 86€ entrée à 60€

Maintenant si je prends l’hypothèse de 2% à l’infini (100 ans) et 9% de prime de risque avec un taux risk free de 2% : valeur intrinsèque pondérée : 72.82€ (contre 72.45€ avec le 3% de croissance sur 5 ans dans l’estimation de valo au-dessus) entrée à 50.97€ (contre 50.72€ avec le 3% de croissance sur 5 ans). autrement dit l’écart n’est pas significatif pour moi.

(C’est quand même sympa ce modèle^^).

On voit bien que la plage de sensibilité sur l’estimation de la valeur peut, bien sur, être large (si on prend l’ensemble des cas de figures présentés le range est entre 72€-94€ de VI soit une VI moyenne in fine proche de celle de Morningstar autour de 80€.

Un niveau d’entrée entre 50€-55€ mérite sans doute réflexion (en tout cas c’est le niveau que je me fixe pour étudier l’opportunité ou pas) mais on voit que l’on peut monter plus haut en point d’entrée : 60€-62€.
Mais compte tenu des cycles que peut connaître l’entreprise (double cycle : prix des matières premières et marché auto et PL) et de la décote liée à la structure commandite etc., je pense qu’il faut privilégier sa marge de sécurité (mais cela reste l’appréciation de chacun).

Dernière modification par BearBullCarpeDiem (11/04/2013 07h55)


Parrainage : Boursorama

Hors ligne

 

#12 11/04/2013 10h19 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Administrateur
Réputation :   1307 

BearBullCarpeDiem a écrit :

Pour l’exercice de valorisation sur Michelin, j’ai pris 3% mais sur les 5 prochaines années (cf modèle : on peut choisir la durée de la croissance).
Comme on définit/borne la durée de la croissance, le taux de  3% (dans cet exemple) n’est pas cette hypothèse de croissance à l’infini qui est pris en compte dans la Terminal Value (je ne suis pas rentré dans le détail des formules d’IH mais ca mérite question auprès d’IH pour savoir qu’elle hypothèse est retenue dans la valeur terminale)

La formule utilisée est celle de Damodaran.

Elle a pour beauté que justement il n’y a pas à faire d’hypothèse sur la croissance infinie. Damodaran suppose que la croissance infinie n’est pas créatrice de valeur car à long terme le ROIC converge vers le WACC.

La valeur de l’entreprise d’après la formule de Damodaran est donc égale à :
NOPAT / WACC + valeur de la croissance sur quelques années

Pour le NOPAT, il n’y a pas trop de problème, par contre du coup l’essentiel de la valorisation repose sur le WACC.

Hors ligne

 

#13 11/04/2013 12h17 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   21 

bonjour,

je me pose la question d’investir sur Michelin.

certes l’action a progressé depuis l’année dernière (+20%) et cote autour de 63€.

ceci étant, elle a baisse de 10% depuis le début de l’année, son PER est à peine supérieur à 7, ce qui n’est quand même pas élevé.

Hors ligne

 

#14 11/04/2013 12h18 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   554 

Pour moi, prendre un coût du capital de 5-6% à long terme est très dangereux, même si c’est ce qu’on enseigne aujourd’hui dan plusieurs écoles et universités. Voici pourquoi je pense cela :
Le rendement moyen des obligs US à LT était de 6% environ. Il me semble réellement dangereux de jouer avec une hypothèse du genre "une entreprise est moins risquée qu’un emprunt qui a été safe dans toute son histoire". Une hypothèse de 9% dans une industrie cyclique est déjà à mon sens assez dangereux : il faut avoir une sacrée justification, par exemple une prédictibilité du business au-dessus de la normale.

A moins de considérer que l’environnement de taux actuel est la normale à l’infini, l’actualisation doit être conservatrice à mon avis. Perso, au risque de choquer, je mettrais 12% pour Michelin, et encore, je trouve cela presque agressif.

Hors ligne

 

#15 11/04/2013 14h15 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   31 

Je tiens également à apporter mon appui aux propos de sergio. En étudiant les modèles de valorisation et les chiffres utilisés actuellement, on prend des WACC "actuels" donc ayant des conditions de financement très très bas et il est difficile d’imaginer que cela puisse être la norme pour les 10 ou 20 années à venir. Donc il convient à mon sens soit de prendre des hypothèses plus conservatrices (WACC 8-10% selon les entreprises/secteurs etc) soit d’utiliser des DCF fragmentés avec des hypothèses pour chaque partie:

ex:

WACC sur les 3 premières années: 5-6%

WACC sur la période 4-7: 8%

WACC sur la période terminale: 10%

Mais cela oblige à "timer" un peu une possible remontée des taux et donc à faire des hypothèses supplémentaires.

Hors ligne

 

#16 11/04/2013 14h21 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   87 

@IH :
Ok effectivement le modèle Damodaran simplifie la problématique de valeur terminale ; du coup cela revient à dire que le ROCE (ou le ROIC) = WACC à l’infini et donc qu’à l’infini la société ne créée ni de valeur ni de destruction de valeur. Du coup effectivement le WACC contribue pour beaucoup dans l’estimation de valeur (mais votre modèle Excel de valo est bien fait car on a une pondération selon 3 méthodes différentes : ratios / comparables / DCF avec et sans croissance - donc on pondère un peu le risque de trop se tromper sur le WACC).

@Serge :
Je vous rejoins, un WACC à 5%-6% n’est pas réaliste ; Xan parlait de la prime de risque pour 5%-6% et non du WACC ; ce qui donne environ un WACC entre 7% et 8% (trop faible pour moi comme indiqué) ; dans mon estimation je suis sur un WACC à 9,5% j’aurai pu aller sur 10% ou 10,5% mais comme je diminue la croissance par rapport aux prévisions du management, j’intègre de la prudence par ce dernier biais. Un WACC à 12% pourquoi pas, c’est peut être trop agressif par rapport à l’environnement de taux LT actuel mais, à LT dans une optique conservatrice cela se conçoit totalement.

@Ricklatrick :
Vous avez dans cette file différents scénarios de valorisation (manque celui de Serge avec un WACC mini de 12% - je le posterais ce soir pour voir le résultat) ce qui permet de vous donner certaines indications ;
Après, cet exercice chiffré est peut être insuffisant ; pour compléter votre opinion sur le Groupe, n’hésitez pas à lire les rapports annuels/Doc de référence, présentation aux analystes, étude sur le secteur et regard sur les concurrents.

Dernière modification par BearBullCarpeDiem (11/04/2013 14h24)


Parrainage : Boursorama

Hors ligne

 

#17 11/04/2013 14h51 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   554 

Honnêtement BBCD, je ne pense pas que mon scénario apporte grand chose à la file dans son ensemble par rapport à ce que vous avez déjà fait.

Votre valo me semble tout à fait convenable (OK 12% VS 9,5% donne un truc plus pessimiste, mais bon, il suffit d’amputer un quart environ sur votre DCF pour avoir une idée au doigt mouillé).
C’est juste que pour WMT, j’avais pris 9% quand je faisais mes modèles, alors, si vous mettez Michelin dans ce contexte, vous comprendrez sans doute pourquoi je dis 12%.
Comme WMT est un des meilleures business que je connaisse et peut être le plus prévisible au niveau de ses cash-flow, il ne m’arrive en fait jamais de prendre en-dessous de 9%.

Hors ligne

 

#18 16/04/2013 10h37 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   421 

J’ai commencé à revenir sur la valeur en dessous de 60, mais j’achète toujours trop tôt… Le premier support est vers 57 puis 50.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#19 16/04/2013 10h50 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   31 

La valeur va commencer à m’intéresser aussi je pense. A ce cours elle sert un dividende de 4% pour 2013, a un PER de 7 et une VE/EBITDA sous 3,5. J’attends que le couteau finisse de tomber, effectivement ça devrait être le cas vers 57.

Hors ligne

 

#20 16/04/2013 11h26 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   554 

Attention, l’EBITDA pour un groupe industriel n’apporte pas grand chose.
Déduisez le Capex car l’industrie concernée n’est pas maintenance capex light. A défaut, prenez EV/EBIT si la détermination du capex est trop complexe.
Aussi, il me semble intéressant de travail avec une marge opérationnelle normalisée.

Hors ligne

 

#21 16/04/2013 12h45 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   24 

Je surveille la valeur depuis un petit moment, sous 60 Euros bon point d’entree.

Chevreux aujourd’hui:

Michelin released its market data for March last night post close, with figures confirming recent trends, i.e. weak tyre demand in mature markets (particularly passenger tyres) and dynamic volume growth in EMs, particularly China.
Truck tyre replacement demand appears relatively more dynamic than passenger tyre replacement demand in mature markets in March and Q1 (a positive for Michelin vs. European peers) against easier comps with European March replacement volumes up 3% (5% in Q1) and US down 1% (also down 1% for the quarter).
14 www.cheuvreux.com
Europe Today
Tuesday, 16 April 2013
Michelin is due to publish its Q1 revenues on 22 April. We forecast almost a 5% revenue drop y-o-y, but expect no change in guidance. The stock remains one of our preferred names in European Autos. The recent underperformance offers an attractive entry point, in our view. The stock is our preferred play in that segment.
After five consecutive quarters of decline in tyre replacement demand, we continue to expect industry RT volumes to recover in the coming months (historically demand has not declined for more than six quarters in a row) with higher expectations for industrial tyres (on easier comps). We view the more negative pricing environment today in correlation with a more supportive tailwind from raw materials, the delta between negative prices and raw materials’ tailwind remaining comfortably positive at this stage. We note that pricing has essentially deteriorated at this stage in highly profitable consumer tyre segments, primarily in Europe.
March market data in detail
�� Mature market passenger tyre (PT) demand was weak in March and Q1 with poor weather conditions and calendar effects unfavourable.
European PT replacement (RT) volumes were down 11% in March and 9% in Q1 (with OE volumes in the region even weaker at -15% and -11%, respectively), poor weather conditions postponing the start of the summer tyre season. US PT RT figures were negative as well at -7% for March and -2% for the quarter (OE at -5% and +1%), miles driven likely staying still in standstill despite cheaper gasoline prices.
�� EM passenger tyre volumes showed opposite trends with Brazilian RT demand up 3% in March and 7% in Q1 (a positive for Pirelli), OE volumes up +2% and 7%. China was even more dynamic with RT up 17% in March (+11% in Q1) and OE at +13% and +15%.
�� Truck Tyre (TT) European RT demand rose by 3% in March and 5% in Q1 (OE volumes down 4% and 3%, respectively), US TT RT volumes weaker at -1% in March and Q1 (OE even weaker at -13% and -12%).
- Brazilian TT RT demand was positive in March (up 2%) and Q1 (up 4%), while OE reversed gains in March at -2% (+23% still for Q1).
Michelin Q1 revenues preview
�� Michelin’s Q1 revenues are due on 22 April after the market, the company will publish a press release, but host a conference call (6.30pm, +44 203 367 9453)
�� We forecast a revenues drop of almost 5% (same forecast for Conti’s tyre divisions in the quarter) on combined volumes, pricing and currencies headwinds (see details in the table below).
�� FY-12 guidance (flat EBIT) and market assumptions (flat volumes) are likely to be confirmed.
�� Comments on the pricing environment will be watched closely, given weak volumes and low raw materials (raw mats tailwind guidance should be raised to EUR500m). We expect volumes to start picking up over the coming months after five consecutive quarters of decline.
�� Relative underperformance against peers has been excessive, in our view, we retain our 1/Selected List rating, EUR90 TP. The shares look attractively valued (7x earnings, 7x EV/EBIT), management having already re-set expectations at low level.
SIKA

Hors ligne

 

#22 23/04/2015 11h58 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   17 

Je ne sais pas ce que vs en pensez mais l’annonce de Michelin d’un rachat d’actions à hauteur de 750/800M€ soit 4 à 5% de la capitalisation alors que le titre est à 2 ou 3€ de son plus haut historique ne me semble pas la solution plus créatrice de valeur pour les actionnaires…. Pourquoi ne pas avoir tenté (si les moyens le permettaient) d’en acheter quand le cour était bien plus bas, il y a quelques mois encore ?

edit: j’y pense mais on pourrait faire la même remarque à Airbus.

Dernière modification par Elias (23/04/2015 12h09)

Hors ligne

 

#23 23/04/2015 12h06 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   34 

Je me suis fait la même reflexion: annoncer un rachat d’action important alors que l’action est sur son plus haut jamais atteint, n’est probablement pas le meilleur timing…

Ceci dit, si on pense que la valeur intrinsèque de Michelin reste au dessus de son prix actuel, le rachat d’action reste relutif, ce qui est toujours une bonne nouvelle. Si on pense que la veleur intrinsèque est en dessous du prix, il vaut mieux vendre tout simplement… surtout en PEA…

Hors ligne

 

#24 23/04/2015 12h10 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Administrateur
Réputation :   1307 

Hélas, c’est très souvent le cas, Michelin ne fait pas exception.

La règle est que les rachats d’actions ont lieu sur les plus haut, les exemples pullulent. L’inverse est plutôt l’exception, hélas.

Il n’y a guère que chez les financières US où l’on trouve d’une manière plus généralisée des rachats d’actions intelligents.

Typiquement, c’est en mars 2009, quand les cours étaient les plus dépréciés qu’il y a eu le moins de rachat d’actions aux USA :
http://www.factset.com/insight/2012/9/sp500-quarterly-share-repurchases-sept-28-12.png

Hors ligne

 

#25 23/04/2015 12h17 → Michelin : ça roule toujours pour le bibendum... (michelin, pneu)

Membre
Réputation :   17 

Meme dans le cas où la valeur intrinsèque de Michelin est au-dessus du cours actuel, pourquoi ne juste pas attendre une période de consolidation ou de "solde" (car viendra forcemment un temps où il y en aura une) pour acheter encore plus de titres avec un montant similaire. On pourra même dire dans ce cas que cela profite davantage aux actionnaires.

Pour une entreprise faisant face à un marché du pneu assez difficile et dont la croissance n’a rien d’exceptionnelle, j’ai surtout l’impression que le management cherche davantage à doper le cours de bourse qu’ à allouer de manière la plus pertinente possible le cash.

Edit: super tableau Investisseurheureux. Il est bien plus explicite qu’un long discours.

Dernière modification par Elias (23/04/2015 12h19)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech