Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 04/01/2013 23h20 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   512 

alphavalue a écrit :

Pour Fleury Michon, j’avais publié une analyse il y a quelques temps.

Ahah! Pas mal la Dupont pour l’analyse du ROE!

Hors ligne

 

#27 04/01/2013 23h43 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   188 

Super_Pognon a écrit :

VET rebondit fort depuis plusieurs semaines.

Ouaip je suis a +41% sur mon PRU, y’a bon :-)

SAMP est descendu à un cours sympa, probablement net estate.

Je ne connaissais pas, ca a l’air pas mal, je me penche dessus dès demain. Merci de l’info.

PVL traîne toujours.

Du coup je vais peut etre en reprendre une louche tiens. :-)

Je vais peut être analyser MGI Coutier en détail, je vois que ce titre est à la mode chez les small cap value.

Fais-nous part de tes conclusions, cela semble pas mal.

Dernière modification par JeromeLeivrek (04/01/2013 23h46)


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#28 05/01/2013 02h52 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   15 

Value a écrit :

Le problème, c’est que les résultats [de SCDV] seront bien moins bons en 2012 (et sûrement aussi en 2013), ce qui changera la donne concernant les ratios calculés dans ton analyse.

Oui, le résultat net devrait chuter fortement pour les exercices 2012 et 2013 (chute des mises en chantier et faiblesse économique). Par contre je ne donne pas trop d’importance à la dernière annonce de chute du RN du premier semestre car en fait il s’agit surtout d’une hausse des dépréciations donc l’EBITDA et les différentes mesures de cash flow n’ont pas tant bougées qu’on pourrait se l’imaginer.

Je serais curieux de voir qu’elle va être l’impact réel de la chute des mises en chantier (surtout sur le résultat 2013). Wait and see…

Hors ligne

 

#29 05/01/2013 16h08 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   554 

Super_Pognon a écrit :

Je vais peut être analyser MGI Coutier en détail, je vois que ce titre est à la mode chez les small cap value.

Le dossier a l’air numériquement intéressant (quoique les marges sont vraiment pas top donc on compte beaucoup sur l’effet de volume, comme presque toujours dans l’auto).
J’ai interrogé plusieurs personnes dans le milieu, sur ce sujet parmi d’autres. Ce qui me dérange un peu, c’est que j’ai le sentiment que cette entreprise n’est pas hyper respectée par les concurrents : personne ne semble la redouter.
Autre point d’attention : je ne sais pas si l’acquisition d’Avon va créer de la valeur pour les actionnaires. D’après plusieurs entrepreneurs dans le domaine, il est dangereux de payer des multiples élevés à des périodes fastes lorsqu’on fait de la croissance externe. Plusieurs personnes m’ont dit payer environ 5 fois les résultats opérationnels lorsqu’elles réalisent des acquisitions.
Par ailleurs, je vous avoue ne pas être serein par rapport à l’explosion récente des profits dans un milieu aussi cyclique : tous les ratios doivent être strictement moyennés à mon sens.

Après, tout cela est peut être déjà largement integré dans le cours ! A vous de voir.

@ Alphapourtous : merci pour le partage sur securidev.

Hors ligne

 

#30 05/01/2013 19h19 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   74 

Sécuridev

[Le problème, c’est que les résultats seront bien moins bons en 2012 (et sûrement aussi en 2013), ce qui changera la donne concernant les ratios calculés dans ton analyse]

Bonjour,

J’aime bien Securidev (décôte sur capitaux propres, un bilan solide avec une trésorerie nette de 15 ME, l’actionnaire majoritaire se renforce régulièrement). Je ne l’ai pas en portefeuille, mais en consultant le rapport semestriel (page 7), il y a un point qui me chagrine.
http://www.securidev.com/fichier/info-12-35-86.pdf

En effet, il y a une pression sur le chiffre d’affaires, le nombre de salariés a baissé de 1624 à 1586 en quelques mois, mais la masse salariale est passée de 31 884 Me à 32 251 me, ce qui représente tout de même 43% du CA . De plus, le montant des pensions concernant  DOM Gmbh, est assez impressionnant, passant de 21,2  à 23,7 Me en 6 mois.

A+

CPaulus

Hors ligne

 

#31 05/01/2013 19h27 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   57 

A voir si c’est vraiment une baisse du nombre de salariés ou une baisse du nombre d’ETP. 40 salariés sur 1600… ce n’est pas grand chose
Mais cela peut provenir de plusieurs points, dont des points positifs :
- une politique de professionalisation qui vise à tendre vers plus de temps plein et moins de temps-partiels : hausse des ETP et baisse du nombre de salariés.
- une baisse du nombre d’arrêts maladie et donc moins de salariés pour effectuer le même travail.
- des retours de maternité donc moins de salariés de remplacements

Pour la hausse du coût salarial, hélas, nous en sommes tous là en France. L’augmentation me semble contenue vue les hausses de taux (SMIC notamment…)

Ce sont juste deux pistes pour rappeler aux lecteurs que cela peut être positif, je ne connais pas ce dossier.

Dernière modification par Geoges (05/01/2013 19h28)


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir le mois prochain"

Hors ligne

 

#32 05/01/2013 19h51 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   28 

Avon Automotive n’a pas été acquis dans une période faste pour les équipementiers US comparé à aujourd’hui.
Je n’ai pas retrouvé le prix de l’acquisition mais à la louche, ça doit être dans les 60/70M€. Si c’est ça, en effet, c’est assez cher. Plus que dans mes souvenirs.

Toujours est-il que MGIC dégage des cash-flows impressionnants qui lui permettent de rembourser sa dette à grande vitesse, activité internationale, synergie entre activités, dépenses R&D importantes… Tout un tas d’atouts qui m’avaient incité à bien renforcer à 34, convaincu par les derniers résultats.
Elle représente maintenant 4% de mon portefeuille.

Mais c’est vrai que vos arguments sont à surveiller Sergio (explosion des profits est-elle durable? …).

Si certaines personnes en savent davantage sur MGIC (prix de l’acquisition Avon…), ça peut être intéressant.

Hors ligne

 

#33 05/01/2013 20h47 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   554 

Avon a coûté 52,2 M avec 30M de goodwill pour un résultat net de 3 millions à l’époque des faits. Je comprends qu’il peut toutefois y avoir des synergies, mais je n’oublie pas qu’on est dans l’auto et que même les marges "synergisées" seront à priori pourries quand même (mais à un certain prix, cela peut parfaitement être intéressant).

Cela dit, si je compte 30 M comme frais de R&D sur les 5 dernières années, mon bénéfice total généré sur 5 ans subit une division par 2, et le PER, multiplié par 2, devient alors tout à fait normal. Mais peut-être suis-je trop dur dans mon modèle ? En tout cas, je préfère voir ce que donne cette acquisition sur une durée plus significative.

Hors ligne

 

#34 05/01/2013 22h25 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   211 

Pour être tout à fait exact, Sergio, le prix d’acquisition a été corrigé à 50,2M..cela ne change pas la donne mais c’est mieux d’avoir les chiffres exacts.

Mon interrogation, concernant MGIC, concerne deux points :
1°) le maintien du FCF sur une période de temps plus longue…
2°) l’allocation du capital…la baisse de la dette signifie (si 1° se vérifie) que du FCF sera disponible. mais pourquoi faire ? Une autre acquisition surpayée ? Une augmentation du dividende (le pay out est très faible)

Hors ligne

 

#35 06/01/2013 15h04 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   28 

Merci à vous 2!

Oui Spiny : 50,1 MUSD même (page 18 du rapport semestriel) dont 29,8 MUSD de goodwill.

Sergio, pourquoi déduire les frais de R&D du RN? Le RN les intègre déjà, non?

En cherchant sur internet sur un cours du DESCF :
"En règle générale, les FRD sont enregistrés dans les charges de l’exercice au cours duquel ils sont engagés. L’entreprise respecte donc ainsi la règle de prudence qu’impose le caractère ALÉATOIRE de l’activité de recherche et de développement."

Et je pense toujours que c’est une bonne acquisition. Sans cette acquisition, la rentabilité aurait été fortement pénalisée par les difficultés rencontrées en France.
Au S1 2012, Avon semble avoir dégagé un résultat opérationnel de 11,954 M€, soit légèrement plus de la moitié du résultat du Groupe. (page 11 du rapport semestriel)
Pas si sûr que l’acquisition ait été surpayée à la lumière de ces chiffres ;-)
Avec la parité €/$, ça doit faire un ratio VE (prix d’acquisition)/ REX S1 2012 de 3 environ. Et ce pour 1 seul semestre!!!
Inférieur à 2 en rythme annuel.
Acquérir une entreprise dans sa globalité à ce prix, c’est pas mal!

L’avenir nous dira si ces performances sont durables, et c’est sur ce point que je te rejoins Sergio.

Dernière modification par Value (06/01/2013 15h05)

Hors ligne

 

#36 06/01/2013 16h26 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   554 

Value, dans le modèle proposé, je mesure le goodwill comme un surplus sur les coûts de R&D qui sont déjà pris en compte sur les années précédentes. Ainsi, je passe le goodwill en charge (surplus de R&D si vous préferez) sur les 5 dernières années pour réevaluer l’impact du ré-investissement du  bénéfice dans l’hypothèse où on brûlerait le goodwill.

Cela étant dit, cette hypothèse est sévère dans le cas où l’acquisition est créatrice de valeur, ce que je ne saurais dire aujourd’hui. Si les chiffres que vous donnez sont pérennes, alors c’est un bon deal et il n’y a pas lieu de le faire.

Concernant votre hypothèse VE = prix d’acquisition, vous supposez qu’Avon n’a pas de dettes ?

Hors ligne

 

#37 06/01/2013 17h53 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   28 

Oui, j’y pensais lorsque j’ai écrit cela et je n’ai pas trouvé l’endettement d’Avon au moment de l’acquisition (si quelqu’un le connaît, je suis preneur).
De toute manière, si endettement il y avait, il ne devait pas être lourd, puisque le bilan de MGIC est sain.
Cela ne changerait que peu le ratio VE/REX que j’avais volontairement laissé approximatif.

OK pour votre méthode "d’amortissement" du goodwill.
Vous avez tout à fait raison d’être prudent. Ce ne serait pas la première fois qu’une boîte fait une dépréciation sur goodwill ;-)

Bonne continuation

Dernière modification par Value (06/01/2013 17h54)

Hors ligne

 

#38 07/01/2013 23h37 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   143 

Je n’ai pas vu de topic dédiés aux valeurs US, en fouinant sur mon screener adoré finviz.com

Je vois beaucoup de boîtes liées à l’éducation. Le secteur est-il touché par des changements de loi ou autre ?

Hors ligne

 

#39 08/01/2013 00h21 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   554 

Bonjour Superpognon,

Deux problèmes dans ce secteur qui le rendent très attractif pour les short sellers (et ils ont bien raison à mon avis) :
- Prêts étudiants défaillants, donc + d’impayés, donc gros problèmes de liquidités possibles, donc refinancement (sur ce point, ITT Educational Services était un short particulièrement attrayant dans mon portefeuille virtuel de shorts).
- Le gouvernement veut limiter le sponsoring des prêts étidiants pour ces écoles parce que l’employabilité est faible par rapport aux prix payés par les étudiants. Il y a un risque réglementaire qui pèse, et donc une possible baisse des revenus.
- Les nouveaux recrutements vont mal suite à la mise en lumière de ces problèmes.

Sur ce thème, toutes les boîtes sans exceptions sont délaissées. Si vous trouvez les meilleures, vous avez vos chances. Je suis en train de regarder ce secteur pour voir s’il y a au moins un truc viable, mais attention, c’est comme la crise des subprimes (en beaucoup plus petit évidemment) : pour passer outre, il va falloir être sacrément bon (en trouvant l’équivalent de M&T Bank ou Nicholas Financial). Beaucoup de boîtes sont cheap pour de très bonnes raisons. Beaucoup vont sans doute survivre, mais possiblement après refinancement par dilution des actionnaires existants, ce qui ne nous intéresse guère.

Nous recherchons deux choses : un bon taux d’employabilité, une bonne qualité de crédit chez les étudiants. En option, nous voulons bien des cursus en ligne (je pense que c’est une call option sur l’avenir).

Hors ligne

 

#40 08/01/2013 01h08 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   512 

Très bon post Sergio!

SP a écrit :

Le secteur est-il touché par des changements de loi ou autre ?

Oui, la 90/10. Le business model de la plupart des acteurs du secteur est intenable en l’état.

L’ecrémage est inévitable, et sera - ahma - en lien direct avec le prestige (ou non) de l’institution.

Comme l’a écrit sergio, beaucoup de boites sont cheap pour de très bonnes raisons - le secteur va se transformer, c’est certain.

On retrouve outre-Atlantique une situation très analogue dans l’industrie de l’imprimerie (le côté législatif en moins).

Dernière modification par thomz (08/01/2013 01h09)

Hors ligne

 

#41 10/01/2013 08h30 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   19 

Bonjour,

Pour ma partie small caps….

je surveille de près actuellement : PSB, CAPELLI, LDLC, ALMIC.

J’ai choisi ces valeurs à surveiller pour le rendement, le faible per et la stabilité des résultats

J’ai en portefeuille pour long terme en small:
LAN-BCC ( pru 32)  VRAP (pru 19.20) chargeurs ( pru 3.08) et Auréa ( pru 4.51)

Hors ligne

 

#42 11/01/2013 07h26 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   19 

Je suis rentré sur psb à 21.25 (100) et sur capelli à 1.45 (3400).

Je pense rentrer sur ldlc aujourd’hui ( en tout cas , j’aimerais bien avec un PRU inférieur à 7)

Pour Almic, je me tate vu le cours. J’espére à 6.25/6.3.

Hors sujet: je regarde rallye

Hors ligne

 

#43 11/01/2013 07h46 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   421 

Je suis rentré sur ALMIC il y a quinze jours a 6.21. Ils viennent d’annoncer un gros contrat, je doute qu’on revoie les 6.21 dans les jours qui viennent.

J’avais vendu PSB a 27 à l’annonce du pw. Peut etre ai-je raté un rachat a 21. Le risque qu’elle se fasse massacrer m’a semblé trop important. Tant pis pour moi. C’est une belle société

Et bien voilà une affaire rondement menée pour ALMIC, vendu à 7.25… Je vais essayer de me racheter.

Racheté à 6.80 j’aime quand ca se passe comme ca !

Dernière modification par bifidus (11/01/2013 15h28)


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#44 11/01/2013 11h47 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   65 

Bonjour à tous,

Depuis quelques semaines j’ai quelques lectures sur AUDIKA, pourquoi me direz-vous ? Bien simplement que dans mon entourage je vois de plus en plus de jeunes retraités se faire appareiller  chez AUDIKA et je constate le fleurissement d’agence dans  des petites villes moyennes.

Avant de regarder les données de la société je pensai avoir affaire à un gros groupe dont l’avenir est très prometteur, le papy-boom n’étant pas encore arrivé.
En réalité je découvre qu’il s’agit d’une relative petite société dont la capitalisation boursière est inférieure à 100 millions d’euros et que le chiffre d’affaire n’est pas très élevé (pas aussi élevé que ce à quoi je pouvais m’attendre).
La société est présente en France et en Italie, en nombre de centre, la répartition géographique est de l’ordre de 90% sur la France et 10% sur l’Italie.

Les graphiques ci-après résument bien la situation, soit hausse du CA sur les derniers exercices mais résultat net qui se dégrade progressivement :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/1607_sans_titre.png

Points positifs :
Marché porteur, surtout dans les deux décennies qui sont à venir,
Augmentation régulière du nombre de points de vente et augmentation de ce fait de la notoriété,
Politique de distribution du dividende claire, environ 1/3 du résultat est distribué soit un rendement actuel de l’ordre de 2 à 3%.
Hausse de 63% des capitaux propre entre 2007 et 2011,
Taux d’endettement stable depuis 2007 (environ  35%) et en baisse depuis 2009.

Points négatifs :
Management vieillissant,
Résultat net en diminution sur les dernières années (-23% depuis 2007)

En conclusion je ne sais pas trop quoi penser car je suis partagé entre le fait que ce créneau ne demande qu’à se développer dans les prochaines années et en même temps je suis perplexe de voir un résultat en baisse depuis 2007 avec en même temps un chiffre d’affaire qui continue de croitre en même temps que le nombre de points de vente.
A mon avis cette société mérite d’être présente dans un portefeuille pour une optique de très long terme (papy-boom) l’attente d’une amélioration de la rentabilité étant jusqu’à présent rémunéré par un dividende.

Avez-vous un avis sur cette petite valeur.

En vous remerciant par avance,

Max

Hors ligne

 

#45 11/01/2013 12h49 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   554 

Bonjour et merci pour avoir soulevé un sujet intéressant, qui occupe un coin de mon esprit depuis quelques années.

Si je comprends bien, Audika est un distributeur, par exemple de la marque Siemens qui fait des appareils auditifs, et il prennent une marge de distribution pour leur service.

Qu’est-ce qui empêche un réseau de distribution établi de faire exactement la même chose ? C’est la question que je me pose depuis 2 années.
Très récemment, Affelou vient de créer un segment pour vendre des appareils auditifs. Je ne serai pas pariculièrement étonné que d’autres suivent. Pensez-vous que les marges d’Audika pourront se maintenir dans le temps ? Une enseigne comme Affelou peut avoir un effet de volume fort et, pourquoi pas, proposer des tarifs plus compétitifs qu’Audika sur les mêmes appareils s’ils en commandent en grande quantité, qu’en pensez-vous ?

Possiblement, la grande distribution pourrait s’y mettre, mais je reste plus sceptique sur ce point là : en effet, en France, il n’existe aucune enseigne capable de travailler avec des marges "fines comme des lames de rasoir" comme Wal-Mart aux US par exemple.

Enfin bref, j’ai un peu le sentiment qu’Audika vit bien à cause de l’inertie des grandes enseignes, mais cela va-t-il pouvoir durer dans le temps ? Voilà la question existencielle que je me pose.

Hors ligne

 

#46 11/01/2013 13h12 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   421 

Avoir des résultats en baisse continue depuis 2007 (où elle était donnée pour une pépite à 40 euros) sur un secteur aussi porteur est un véritable tour de force…

Bien sur elle est pas chère, mais je préfère payer un peu plus pour des maisons de retraites.
Par exemple LNA (que je ne connais pas, j’ai surtout du Medica) doit avoir la meme capitalisation, le meme pe, mais un résultat en hausse constante depuis 2007, avec en plus une prime spéculative de rachat par un plus gros.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#47 11/01/2013 14h27 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   65 

Bifidus,
Ce qui m’inquiète avec les maisons de retraite est le risque d’ingérence de l’état.
En effet, un senior qui va en maison de retraite va débourser par exemple 2000€/mois pour y être hébergé ce qui correspond à un coût énorme pour la majorité de la population, je crains fort que dans une démarche de populisme le gouvernement, (actuel ou un autre) ne contrôle trop les tarifications et que cela pèse fortement sur les marges.
Le coût d’un appareillage, même s’il est important (plusieurs centaines d’euros) risque moins d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur le taux de marge que réalise la société.
En fait, je me dis que si AUDIKA souhaite améliorer la marge en augmentant les prix de vente cela sera moins visible pour le consommateur qu’en cas de hausse du tarif de la maison de retraite ou les pouvoirs publics pourront pointer du doigt les agissement en disant « c’est un scandale de faire du bénéfice sur l’hébergement des anciens ! »
Ce qui est vraiment embêtant c’est de constater une baisse régulière du résultat net depuis 2007, je n’en ai pas encore l’explication.

Sergio,
Ma crainte est la même que la tienne à savoir qu’un gros opérateur du genre AFFLELOU n’entre dans la dance avec force et réseau.
La question que je me pose est de savoir si le métier d’opticien et d’audioprothésiste sera réellement conciliable, il n’y aurait-il pas un risque pour l’opticien en question de  passer d’une image fun et dynamique (cf les pubs Aflelou, optic 2000….) à une image d’opticien à mamie qui s’occupe aussi de son appareil auditif…
J’ai l’impression (peut être que je me trompe) que les gens souhaitent moins qu’à une époque le mélange des métiers (le banquier qui fait l’assureur ou de la téléphonie…).
Ce qui me séduit dans AUDIKA c’est le maillage territorial qu’ils sont en train de faire (quand on est dans le notariat le maillage est une des obsessions) en augmentant le nombre de points de vente de 4/5% chaque année.
Les appareils fonctionnent avec des piles que le consommateur achète en plaquette et il existe des formules de parrainages, un client apporte un nouveau client et il lui sera offert une plaquette de piles ou ce genre de chose, je trouve que pour ce type de commerce l’effet bouches à oreilles est très important.

Max

Hors ligne

 

#48 11/01/2013 14h39 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   21 

les métiers d’opticien et d’audioprothésiste sont très proches : mêmes écoles, etc. (c’est une spécialisation vers l’un ou l’autre).

du coup, beaucoup font les 2 et beaucoup de magasins d’optique proposent aussi la surdité.

Hors ligne

 

#49 11/01/2013 15h19 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   65 

Voici un petit graphique que je me suis amusé à faire de 2007 à 2012 (2012 calculé sur la base du même bénéfice que 2011) :
En bleu le PER calculé sur le cours moyen (250 séances)
En rouge le PER calculé sur le cours le plus élevé
En vert le PER calculé sur le cours le plus bas.
Le but était de visualiser les différences de valorisations que peut donner le marché pour une même année.
On constate une diminution des PERs révélatrice de l’absence de croissance des bénéfices.
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/1607_sans_titre2.png

Dernière modification par Notariat76 (11/01/2013 15h26)

Hors ligne

 

#50 11/01/2013 15h41 → Micro Caps européennes : capitalisation < 300 M€ (micro caps, small caps)

Membre
Réputation :   188 

Notariat76 a écrit :

On constate une diminution des PERs révélatrice de l’absence de croissance des bénéfices.

Heu, je ne crois pas qu’on puisse en tirer une conclusion aussi radicale.

PER = prix / benef, donc si les PER diminuent c’est :

- soit que les benef augmentent,
- soit que les prix diminuent,
- soit que les benef diminuent mais moins vite que les cours,
- soit que les prix augmentent mais moins vite que les benef.


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech