Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#2151 16/03/2016 15h18 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   125 

Geronimo a écrit :

Q2000 a écrit :

Je sais pas quoi dire de plus.. Je cherche un proxy qui montre l’évolution de l’intérêt pour SYW et celui la me paraît bon. À vrai dire je m’en fiche de vous convaincre ou pas.. Par contre vous n’en proposez pas de mieux :-)

Je ne cherche à convaincre personne ni à être spécialement convaincu (je n’ai pas de CTO), je parlais juste de méthodologie pour pouvoir avoir une évaluation par rapport à des comparables.

Apres de dire que Amazon écrase  SYW bein.. Rien de neuf, Sears le ringard le fait déjà :-) (ils doit avoir qqs 100aine de $ de sales sur SYW seul VS des milliards)

Je pense déjà qu’il y a un grosse zone d’ombre sur ce qu’est un membre SYW et donc une "vente SYW"

je comprends bien mais on parle pas de la même chose…  (bis)

moi je parle juste de l’actractivité du site SYW seul
=> i.e le mec qui se dit "je vais sur SYW.com acheter qqchose"
pour moi ça doit faire juste qqs centaines de millions de $$ tout mouillé et pas du total de sales flaggé "SYW" dont une immense majorité est faite chez sears avec le mec qui mets son numéro de membre SYW quand il est sur sears.com ou en magasin

Allez j’en resterai là dans la discussion avec vous…

Dernière modification par Q2000 (16/03/2016 15h19)

Hors ligne

 

#2152 16/03/2016 22h18 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   60 

Le plus amusant, c’est que ces spéculations sur Sears datent d’il y a 10 ans; un peu comme une vieille idée ressortie d’un tiroir.

Voici quelques extraits d’un article daté de 2007:

Barron’s (2007) a écrit :

Too, the retailer’s real estate has considerable value that is not reflected in the stock. Add up this real estate, valuable brands like Kenmore and Craftsman, and Sears’ huge appliance and home-remodeling business, and the company could have a liquidation value of more than $300 a share. The worse Sears performs in the next year or so, the more likely Lampert is to monetize and harvest this potential real-estate bonanza.

Yet Lampert seems to make lots of right moves, he adds. He’s changing the product mix to feature higher-margin merchandise such as Lands’ End fashions, and home-decor merchandise. He’s also beginning to push big-ticket items like Kenmore appliances out of the mall and into free-standing Kmart box locations….

And, according to Dreher, Lampert is making unsexy but crucial investments in technology and software to update antiquated distribution, point-of-sale, sourcing and price-optimization systems. Not least, the value of Sears’ real estate, or what he calls the company’s "land bank," is rising with the company’s absorption of Macy’s and Mervyns excess real estate.

To many observers, Sears’ real estate is what ultimately will deliver big returns to investors. Sears owns, among other things, 518 of the 861 legacy Sears general-merchandise stores, located in some of the best malls in the U.S., by virtue of the clout that Sears Roebuck’s onetime developing arm, Homart, was able to exert. Leased Sears stores generally pay below-market rents, and have lenient covenants as far as common-area maintenance obligations and building-use restrictions.

Time is money, and Lampert has made few moves to monetize Sears’ real estate. More likely, he wants to buy in as much of the stock as he can to increase ESL’s eventual returns. For other investors, too, a big payday could lie in the offing. And the Eddie cult could live on.

Source: A Storied Name on Sale? - Barron’s

Seule différence, les $300 sont devenus $150.

Il y a 8 ans; la thèse d’investissement était la même qu’aujourd’hui. Le rendement des investisseurs qui avaient suivi cette thèse sont par contre très loin de ce que d’autres promettent aujourd’hui.

Et en 2009, Barron’s donnait le complément de la thèse dans ce très bel article "Washed Out":
Washed Out - Barron’s

En résumé:
- Lampert l’allocateur de capital de génie, le nouveau Warren Buffet, a enfin trouvé en SHLD son mini-Berkshire
- Des rachats d’actions massifs au dessus de $100, tellement la décote est forte au vu de la valeur dans la holding
- La valeur de l’immobilier, des marques, de Home Services
- Les problèmes, bizarrement oublié par les bulls actuels ("Sears, for example, couldn’t dump all its 250 million square feet of retail space without destroying the values of retailing properties for years to come."; "And the Kenmore, DieHard and Craftsman brands (but not Land’s End) are so closely identified with Sears that it’s difficult to ascribe much value to them if they are offered independent of Sears.")

Et finalement, une conclusion tirée il y a 7 ans déjà, pleine de bon sens paysan et d’autant plus vraie lorsqu’on la lit aujourd’hui:

Sears and Kmart were poorly run for years before Lampert came on the scene. Perhaps the hedge-fund chief should’ve heeded the famous adage of his hero, Warren Buffett: "When a management team with a reputation for brilliance tackles a business with a reputation for bad economics, it’s the reputation of the business that remains intact."

But that assumes that Lampert is as brilliant as he thinks he is.

Dernière modification par SirConstance (16/03/2016 23h15)

Hors ligne

 

#2153 17/03/2016 03h06 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

vbvaleur a écrit :

Pour moi y’a 60 % de chance que l’entreprise fasse défaut en 2016 ,Eddie est en train de chercher des liquidités pour survivre et il gère un fond d’investissement en hémorragie donc ce gars n’a pas intérêt à faire chuter l’action .

Des chiffres du bilan pour étayer vos propos ? (je ne cherche qu’à être convaincu)

frèr a écrit :

- Les problèmes, bizarrement oublié par les bulls actuels ("Sears, for example, couldn’t dump all its 250 million square feet of retail space without destroying the values of retailing properties for years to come."; "And the Kenmore, DieHard and Craftsman brands (but not Land’s End) are so closely identified with Sears that it’s difficult to ascribe much value to them if they are offered independent of Sears.")

Pouvez-vous expliquer et argumenter où est le problème ? A moins que le but était juste d’utiliser une sémantique IFienne pour quoter du négatif.

Dernière modification par Reitner (17/03/2016 05h28)

Hors ligne

 

#2154 17/03/2016 10h19 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   213 

SirConstance a écrit :

Le plus amusant, c’est que ces spéculations sur Sears datent d’il y a 10 ans; un peu comme une vieille idée ressortie d’un tiroir.

Oulah, c’est encore bien plus vieux que cela comme thèse, je crois en avoir lue une des années 80 sur la liquidation des actifs immobiliers… Le mec doit doit y être depuis bientôt 40 ans… Je n’ai malheureusement plus le lien. J’ai trouvé ça dans les archives de Sears, ça pourrait dater d’hier.

Sears Archives a écrit :

In 1980, Sears, Roebuck and Co. announced the formation of a corporate office and plans for major restructuring. This resulted in renaming the retail business the Sears Merchandise Group and the insurance business Allstate Insurance Group in early 1981. When Sears acquired the Dean Witter Reynolds Organization, Inc. and Coldwell Banker & Company later that year, it formed the Dean Witter Financial Services Group and the Coldwell Banker Real Estate Group. The following year, Sears formed a world trading company. It became Sears World Trade, whose activities were reduced and transferred to the Sears Merchandise Group in 1986.

The financial services strategy worked. The corporation --plus the Discover Card introduced in 1985--grew into the 1990s, with revenues reaching $59 billion in 1992. That year Sears announced it would again reshape the company to give it greater strength and marketing focus and to give its shareholders a better return on investment.

As part of this restructuring, the Sears Merchandise Group, reorganized around its apparel, home and automotive businesses, closed many of its under-performing retail locations including some mall-based stores. Its unprofitable general catalog operations also were closed in 1993, leaving a smaller -- but successful -- direct-response business.

In early 1993, Sears also completed an initial public offering (IPO) of 20 percent of its Dean Witter organization, then called Dean Witter. In the second largest stock dividend distribution in U.S. history, Sears spunoff its remaining shares of Dean Witter to Sears shareholders. Later in the year, Sears established another financial milestone through the IPO of 20 percent of Allstate’s stock. At the time, it was the largest IPO in U.S. history. The remaining Allstate shares were distributed to shareholder in 1995. As the result of these actions, shareholders of Sears then owned shares in three separate and non-affiliated companies: Sears, Roebuck and Co., Allstate and Dean Witter Discover & Co. (now Morgan Stanley Dean Witter & Co.).

In addition, Sears sold the Coldwell Banker Residential Services, the Sears Mortgage Banking Group and the Homart Development Company. Total proceeds from these transactions, about $4 billion, were used to reduce overall corporate debt. With its diversified companies divested, Sears, Roebuck and Co. had returned to its retailing roots.

In 1997, Sears sold its majority interest in Sears, Roebuck de Mexico.

A major expansion of Sears.com in 1999 heralded a new era of enhancing the customer experience through Web-based technology. With Sears.com, the company began serving as a single national "clicks and bricks" resource for researching, buying, delivering, installing, maintaining and repairing the top brands of home-related products - major appliances, home electronics, heating and cooling systems, lawn and garden equipment, jewelry and watches, recreation/games, power tools, repair parts and select apparel items.

Dernière modification par Wawawoum (17/03/2016 10h25)

Hors ligne

 

#2155 21/03/2016 17h42 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   51 

Bonjour à tous;

Les clients de Fairlhome quittent encore le bateau SHLD :

SEC FORM
            4


Plus que 26,875,848 actions sous "contrôle" de Bruce

Sinon coté corporate;

Sears Holdings Announces Pricing Of $750 Million Senior Secured Term Loan Facility | Sears Holdings Corporation

Sears émét un prêt pour re-financer son crédit revolving.
3% de discount sur le pair et un taux d’intéret de 750 points au dessus du Libor.
Le point positif c’est qu’il y a encore des gens qui prêtent, point négatif … le taux.

Hors ligne

 

#2156 21/03/2016 18h31 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   -6 

Pour ceux qi ne l’ont toujours pas compris, SEARS HOLDING  est un cas d’école typique de value trap….

La these de BERKOWITZ ( et de son acolyte LAMPERT) est que SI ( j’insiste sur le SI) l’immobilier de SEARS est correctement transformé ( mais tout ca prend du temps !) , SEARS vaut 147$…

Le probleme c’est que quand on regarde le bilan de SEARS HOLDING , on s’apercoit que :

-  que sa valeur net net  ( VANN ) est negative !!!
- que sa valeur net estate ( VANE) est negative !!!!
- que sa valeur net tangible  (VANT)est negative !!!
- que sa solvabilité est faible..

Bref, l’hypothese des 147$ tient bel et bien a une future vente de tout l’immobilier de SEARS et non pas d’une valorisation courante, donc c’est de la pure spéculation et non de l’investissement deep value…

Bien sur l’IF niera tout en bloc mais rien ne présage de la réalisation de la valeur réelle de SEARS , ni du fait que LAMPERT et BERKOWITZ p,euvent flouer les petits actionnaires si la thèse s’avérait exacte, vu qu’ils possèdent 80% des actions.

Etant donne les ratios décrits au dessus ( VANN, VANE, VANT), BERKOWITZ et LAMPERT courent sans arret après l’argent, pour payer les dettes….

On est donc loin d’avoir l’assurance que l’immobilier soit vendu a sa juste valeur, et donc que la these soit validée…

De plus etant donné la pietre communication de LAMPERT , franchement pas de quoi etre rassuré!
LAMPERT a indiqué reduire drastiquement les couts de structure de SEARS….

Vous avez vu une news indiquant de ce qu’ils ont fait pour cela alors qu’on est fin du premier trimestre?
Ben NON rien du tout!!!!

Bref surtout ne faites pas comme l’IF qui a fait de SEARS sa ligne principale ( et de loin !).
Au contraire , faites , au pire, en une toute petite ligne, car SEARS est clairement une value trap!

Hors ligne

 

#2157 21/03/2016 19h30 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   51 

Cher Olivier 2805,
Participation fort constructive et merci de venir avec un oeil neuf…
Vos diverses remarques sont des arguments eculés.

On ne va pas remettre encore une fois le couvert sur un débat stérile.
Il est clair que ce dossier fait débat et je pense que celui-ci à fait long feu.

Le camp des pro et des contre est à présent délimité et je ne pense pas que quiquonque se fasse un nouvel avis avant de nouvelles fraiches au niveau corporate.
Il y a 87 pages sur ce fil d’arguments recevables des deux cotés et seul le temps apportera une certaine vérité.

Hors ligne

 

#2158 21/03/2016 22h44 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   554 

Je me permets de nuancer un peu car je n’aime pas trop le terme de "camp".
En fait, il me semble tout le monde est plus ou moins d’accord sur le fait que les opérations de Sears ne vont pas bien et n’ont pas d’avenir en tant qu’entités "brick & mortar", y compris Lampert. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a anticipé les problèmes et a choisi d’investir pro-activement plus que ses cash-flows dans d’autres businesses que le simple retail.

Il convient aussi de nuancer la position de l’IF : la thèse Sears déclinée de plusieurs manières différentes, a été écrite pour expliquer que malgré les problèmes évidents du retail, qui va peut-être mourir un jour (et surement sous sa forme actuelle), Sears a beaucoup d’autres actifs, dont certains de valeur. Dans ces actifs, on compte l’un des plus grands parcs immobiliers aux US (le plus grand avant séparation de Seritage). Il me semble que tout le monde est plus ou moins d’accord sur ces constats. Les points de désaccords sont sur la valorisation, entre autres, du parc immobilier.

Ce qui me semble particulièrement intéressant vis-à-vis de cet élément, c’est justement le fait que le parc immobilier prend de la valeur au fur et à mesure que Sears libère les emplacements. Cette dynamique ne semble pas bien comprise par le marché côté holding, alors qu’elle est parfaitement comprise et intégrée côté Seritage. Seritage, contrairement à Sears, est assez facile à évaluer en valeur de marché. On peut le faire emplacement par emplacement, comme on peut le faire à l’aide d’un DCF ou, de manière équivalente, par un multiple du FFO.

Si on suppose un loyer de marché sur 80% de la surface de Seritage et un loyer en-dessous du marché sur le reste, on arrive à un estimé de 8 à 10 milliards (selon les hypothèses de loyer et le multiple choisi pour le FFO). Ce doit être une approximation décente de la valeur de ces biens sur le marché privé.
Une estimation très conservatrice, en prenant une répartition 50/50 nous amène plutôt aux environs de 6 milliards.

C’est précisément ce qui me rend confiant sur la valeur de marché de l’immobilier de Sears, et sur le fait qu’un estimé de 6 milliards est extrêmement conservateur. Mais je comprends bien que la véritable valeur de l’immobilier ne peut pas être réalisée par un sale leaseback à la Seritage, mais bien par une libération puis mise en vente des emplacements - d’où mon estimé plus conservateur dans un scénario de downside. Il ne serait certainement pas aberrant que le parc de Sears, avec plus de propriétés que Seritage et beaucoup plus de baux, vaille plutôt dans les 15 milliards en valeur de marché (en accordant une prime à Seritage pour une meilleure qualité globale du portefeuille).

P.S. : cette thèse m’engage personnellement, j’y ai investi mon argent (je ne prends pas de risque avec l’argent des autres sans m’engager dans l’investissement), et je suis peut être un abruti fini. Mais il est indécent (et de mauvais ton) d’étendre ce constat à d’autres personnes que moi.

Hors ligne

 

#2159 21/03/2016 23h12 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   266 

sergio8000 a écrit :

C’est d’ailleurs pour cela qu’il a anticipé les problèmes et a choisi d’investir pro-activement plus que ses cash-flows dans d’autres businesses que le simple retail.

Il y a eu d’autres investissements que Shopyourway ?
(qui a été lancé il y a maintenant 7 ans et sur lequel la société communique toujours aussi peu, avec à peu près aucun chiffre…)

Dans ce qui existe :
- l’immobilier était déjà là.
- le retail allait mal et va encore moins bien.
- les marques KCD existaient et existent encore mais avec une valorisation dégradée.
- home services est en baisse de 20% sur 5 ans.
- et enfin je lis donc souvent la "call option" shopyourway dans lequel beaucoup serait investi…et qui in fine serait le seul poste d’investissements.

J’en aurais loupé d’autres ?
S’ il n’y a rien d’autre, ça fait peur pour le ROI de shopyourway non ?

Dernière modification par Geronimo (21/03/2016 23h51)

Hors ligne

 

#2160 22/03/2016 00h17 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   554 

Vous avez raison : les investissements portent sur l’IT / le traitement de données et SYW, donc, grosso modo, SYW.
SYW est pour moi une call-option car je ne sais pas encore en évaluer le ROI et la valeur (notamment à cause d’un double système de promotion qui revient à payer un client à consommer un produit déjà potentiellement en promotion). Si vous êtes sûr que c’est négatif, c’est votre droit. J’attends d’avoir plus de données pour en tirer une conclusion définitive.

Si vous avez raison, cela signifie simplement que la NAV de Sears a baissé ces dernières années, et c’est une possibilité tout à fait envisageable pour moi aussi (mais qui n’est pas une certitude pour autant).

Mon propos est de dire que cette NAV est tout de même très au-dessus du cours de bourse.

Il y a les investissements simples : ceux qui ont une NAV et qui augmente dans le temps de manière évidente pour tous, qu’on achète sous leur NAV avec une marge de sécurité raisonnable, et qui se passent généralement bien. On parle de choses comme Seritage, Tessenderlo, Orchestra, etc.

Il y a ceux un peu plus compliqués : on a une NAV, celle-ci baisse. Cependant, si on ne voit pas comment elle peut aller à zéro et qu’on achète véritablement très en-dessous de cette NAV, de très bonnes choses peuvent arriver. On parle de choses comme SHLD ou Lakes Entertainment (aujourd’hui Golden Entertainement) où il faut savoir tenir ses convictions lorsqu’il ne se passe rien pendant fort longtemps. Un jeu d’actifs dormants peut être psychologiquement difficile à gérer, mais les upsides peuvent être démentiels et arriver lorsqu’on n’en attend plus rien…

Je comprends que beaucoup se sentent bien plus à l’aise avec les investissements simples.

Dernière modification par sergio8000 (22/03/2016 00h18)

Hors ligne

 

#2161 22/03/2016 18h24 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   51 

Bonjour Serge,

Je souhaite revenir un peu sur SYW si vous me le permettez, et si vous avez un peu de temps à m’accorder pour un échange c’est sympa.

Shop your way est un réseau social avec programme de fidélité.
Les clients les plus actifs sur le réseaux gagnent des points de réputation (reward) qui permet de monter dans la "hiérarchie" des membres et obtenir de plus grosse remises etc…
D’autre part tous les clients sont incentivés à utiliser le site pour faire leur achat avec des bons d’achat ou des remises à date de validité limité. (Je me suis inscrit et je recois environ 3 mails par semaine pour m’informer de telle ou telle offre).

J’ai repris l’intégralité des rapports depuis 2007.
Il n’est pas fait mention de shopyourway avant 2009 (pour cause cela a été annoncé en 2009).
J’ai recherché le nombre d’occurences Shopyourway dans les rapports et voici :

2009 : 2
2010 : 1
2011 : 1
2012 : 17
2013 et suivante : Environ 25

En résumé lancement du projet en 2009 et première communication vers 2012.
Ce qui est intéressant de constater :
Margin rate jusqu’a 2010 : Environ 27,5% et assez stable (Max : 27,7% Min :27,1%)
2011 : 25,5%
2012 : 26,4%
2013 : 24,2%
2014 : 22,9%
2015 : 23,1%

J’ai donc rapporté l’écart entre ces années à la moyenne pré 2010 au CA réalisé sur chaque année
Depuis 2010 nous avons perdu en Margin Gross : 4,875 Mds

Je ne sais pas si il y a un lien de causalité entre l’apparition de Shopyourway dans la stratégie et la baisse de la marge brute mais je pense que ce n’est pas étranger.

D’autre part, comme Sears nous l’explique les dollars offerts aux membres sont comptabilisés en charges lors de l’emission et s’extournent à expiration.
En 2013 cela a "couté" 282 M$ soit environ soit environ 0,8% de marge
Dans une phase de ramp-up (qui je l’espère est en cours) ce montant ne va pas cesser d’augmenter à l’instar d’un BFR pour une entreprise en croissance.
D’autre part; sur le site shopyourway il y a également des réductions (qui ont pour conséquence de baisser le CA et donc le margin rate). Etant donné que c’est à mon avis dans l’ADN de shopyourway de faire des promos, je ne vois pas cet état de fait s’arreter.
Cependant, il y a une possible amélioration avec la mise à disposition de cette place de marché a d’autres acteurs que SHC. Ces partenaires payerons des fees à SHC pour l’utilisation et un % des ventes.
(voir post de Q2000)
Amazon arrive bien à faire 30% de Margin rate, alors le 27% historique est envisageable à moyen terme.

Enfin concernant les SGA
Le déploiement de cette plateforme engendre des coûts, qui passe en charges, malheureusement SHC ne disclose pas la décomposition de ce poste. Mais n’importe quel gestionnaire sait que les sources d’économies les plus importantes se font sur les frais généraux, je ne pense pas que Lampert ne le sache pas non plus… les baisses constatées n’ont pas été vraiment significatives je pense donc qu’il doit y avoir une masse incompréssible lié à SWY. (après retraitement des spinoff)
Une fois les coûts de developpement passés, les couts de maintenance ne devraient pas être du même ordre. (en relatif en tout cas)

A mes yeux et au regard de la description ci-dessus on ne peut pas considérer SWY comme seulement une call-option, pour moi elle fait partie de l’équation (mais pas dans un scénario de liquidation).

Je ne sais pas si j’ai apporté quelque chose de nouveau, mais cela m’a permis de poser ma réflexion.

Hors ligne

 

#2162 22/03/2016 18h49 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   266 

Pryx a écrit :

Enfin concernant les SGA
Le déploiement de cette plateforme engendre des coûts, qui passe en charges, malheureusement SHC ne disclose pas la décomposition de ce poste. Mais n’importe quel gestionnaire sait que les sources d’économies les plus importantes se font sur les frais généraux, je ne pense pas que Lampert ne le sache pas non plus… les baisses constatées n’ont pas été vraiment significatives je pense donc qu’il doit y avoir une masse incompréssible lié à SWY. (après retraitement des spinoff)
Une fois les coûts de developpement passés, les couts de maintenance ne devraient pas être du même ordre. (en relatif en tout cas)

En tout cas, il semble le community manager de SYW est passé à mi-temps depuis début mars : Twitter, Facebook (respectivement seulement 1 et 2 messages en mars).

Les commentaires sur Facebook donnent également une idée des avis des utilisateurs , notamment un récent assez representatif  :

I think you guys have to work on getting your current programs working before you start adding new ones.

Dernière modification par Geronimo (22/03/2016 18h57)

Hors ligne

 

#2163 23/03/2016 01h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   554 

Pryx, tout ce que vous dites me semble sensé et j’ai également produit un travail sur les marges pour essayer de jauger l’impact de SYW. Bien sûr, il y a forcément une inexactitude - théoriquement, le profil de marge d’un business en ligne doit être supérieur à un business "brick & mortar" à volume comparable. Le business ont d’énormes avantages (c’est entre autres ce qui fait qu’Amazon, Alibaba et JD.com ont des sacrées positions compétitives) :
1 - Moins de besoin en capex, même vis-à-vis d’un Wal-Mart,
2 - Possibilité d’investir en passant par le compte de résultat, et donc de réaliser des investissements fiscalement déductibles,
3 - Une structure de coûts fixes moins élevées.

Donc non seulement vous avez moins de coûts et d’investissement, et vous êtes en quelque sorte sponsorisé par l’Etat pour vos éventuels investissements. Je pense donc qu’à terme, si la stratégie fonctionne (ce qui n’est pas garanti pour des raisons évidentes - rien n’est d’ailleurs jamais garanti), on doit même pouvoir améliorer la marge globale.

Chaque point de marge gagné donne autour de 200 millions en bottom line (Sears ne paiera pas de taxes pendant un bon moment).

Tout cela est fort intéressant, très prometteur dans le concept (même si une meilleure exécution s’impose), mais je n’irai pas le valoriser dans mon calcul de NAV.

Dernière modification par sergio8000 (23/03/2016 01h28)

Hors ligne

 

#2164 23/03/2016 12h03 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Réputation :   1307 

Geronimo a écrit :

Pryx a écrit :

Enfin concernant les SGA
Le déploiement de cette plateforme engendre des coûts, qui passe en charges, malheureusement SHC ne disclose pas la décomposition de ce poste. Mais n’importe quel gestionnaire sait que les sources d’économies les plus importantes se font sur les frais généraux, je ne pense pas que Lampert ne le sache pas non plus… les baisses constatées n’ont pas été vraiment significatives je pense donc qu’il doit y avoir une masse incompréssible lié à SWY. (après retraitement des spinoff)
Une fois les coûts de developpement passés, les couts de maintenance ne devraient pas être du même ordre. (en relatif en tout cas)

En tout cas, il semble le community manager de SYW est passé à mi-temps depuis début mars : Twitter, Facebook (respectivement seulement 1 et 2 messages en mars).

C’est même pire que ça, puisque le FB de SYW a seulement 130 k fans vs 3 M pour Sears (ce qui est 10 fois moins que Walmart et 4 fois moins que Macy).

Le b.a.-ba d’une stratégie de réseau social serait d’utiliser le FB de Sears pour communiquer sur le FB de SYW et faire "monter" le nbr de fans FB de SYW en captant une partie des fans du FB de Sears.

On voit aussi que lorsqu’une news est postée sur le FB SYW, elle récole quelques "j’aime" au plus, laissant à penser que les "fans" ne sont pas impliqués (ratio "j’aime" par news / nbr de fans de la page) mauvais.

Dit autrement, je ne sais pas ce qu’il est de SYW, mais sur les réseaux sociaux, leur stratégie est "perfectible".

Hors ligne

 

#2165 23/03/2016 16h11 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   30 

Pour ceux qui se posent des questions sur la chute du titre depuis début mars, voici peut-être un élément de réponse:
Moody’s assigns Ba3 rating to Sears Holding’s secured term loan

Moody’s a écrit :

The negative rating outlook reflects Moody’s expectations the company will face challenges in mitigating operating losses and reducing its high cash burn despite its ability to monetize additional real estate as needed to maintain liquidity. The negative outlook recognizes the company’s benign debt maturity profile with no meaningful debt maturities until 2018 but recognizes the company’s high cash needs including minimum pension contributions of approximately $596 million in 2016 and 2017, annual interest expense of $300 million and annual capex of $200 million.

In light of the negative outlook, an upgrade in the near-term is unlikely.


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#2166 23/03/2016 17h07 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   18 

Bonjour WhiteTiger,

Vous avez peut être raison mais je pense plutôt que c’est lié au largage conséquent d’actions par le fonds de Berkowitz (Fairholme). La vente est plutôt significative : lien transactions

InvestisseurHeureux a écrit :

Le b.a.-ba d’une stratégie de réseau social serait d’utiliser le FB de Sears pour communiquer sur le FB de SYW et faire "monter" le nbr de fans FB de SYW en captant une partie des fans du FB de Sears.

On voit aussi que lorsqu’une news est postée sur le FB SYW, elle récole quelques "j’aime" au plus, laissant à penser que les "fans" ne sont pas impliqués (ratio "j’aime" par news / nbr de fans de la page) mauvais.

Dit autrement, je ne sais pas ce qu’il est de SYW, mais sur les réseaux sociaux, leur stratégie est "perfectible".

Je partage votre avis sur la piètre qualité de SYW. Cela fait plus d’un an que je regarde régulièrement le nombre de like et c’est vraiment désespérant, sans parler des commentaires négatifs qu’on peut lire.
En revanche, je me questionne sur la pertinence d’utiliser la plateforme facebook de Sears pour promouvoir SYW : utiliser une marque en déclin dont on essaie de se séparer ne semble pas pertinent pour valoriser une nouveau service qui se veut être "universel".

J’avoue que j’ai une certaine curiosité quant à la fin de l’histoire pour Sears dont je suis actionnaire. On verra mais ce ne sont pas les histoires qui manquent smile

Cdlt

Dernière modification par Boutman (23/03/2016 22h44)


"The greatest obstacle to discovery is not ignorance, it's the illusion of knowledge".

Hors ligne

 

#2167 24/03/2016 15h51 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Réputation :   1307 

Boutman a écrit :

En revanche, je me questionne sur la pertinence d’utiliser la plateforme facebook de Sears pour promouvoir SYW : utiliser une marque en déclin dont on essaie de se séparer ne semble pas pertinent pour valoriser une nouveau service qui se veut être "universel".

J’avais justement compris qu’au contraire dans chaque magasin Sears on faisait la promo de Shop Your Way et que c’était l’intérêt de SYW que de faire des ponts entre le Web et les magasins physiques.

J’ai surtout l’impression que côté informatique Shop Your Way et Sears sont cloisonnés, ce qui expliquerait que le FB de Sears soit actif et pas celui de SYW.

Pour moi qui "suit" le dossier en "spectateur", l’attrait de Sears m’apparaît à 99% sur l’immobilier et l’intégrité présumée de Lampert et Berkowitz à ne pas spolier les minoritaires.

Quand Serge parle de Call Option pour SYW, c’est bien le mot, car pour le moment, les indices de la réussite ne sont pas probants (la déshérence du FB de SYW en est un autre exemple).

Quant aux autres spinoff (Sears Canada, Lands’ End, Orchard Supply, Sears Hometown and Outlet Stores et Seritage REIT), si l’on se réfère au cours de bourse respectif, ils semblent confirmer que seul l’immobilier a de la valeur ; clairement significative si l’on considère la dernière publication trimestrielle.

Hors ligne

 

#2168 24/03/2016 17h40 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   554 

Le gros de la valeur tangible est bien l’immobilier aujourd’hui, ne nous leurrons pas.
Les marques ont tout de même pas mal de valeur, y compris Lands’End (qui expérimente beaucoup en maintenant quatre canaux de commercialisation), mais KCD sert grosso modo à netter la valeur négative du retail. Côté Home Services, cela se discute (peu d’informations données). Le plus conservateur est bien de considérer que tout ce qui n’est pas immobilier annule la valeur de la partie retail sans immobilier et que la valeur de Sears restante, celle pour laquelle on paie la market cap, est précisément l’immobilier.

Ainsi, un des plus grands parcs de l’immobilier US est à vendre au prix d’environ 1,5 milliards, avec tous les inconvénients qu’on lui connaît (et qu’on ne conteste pas).

PS : je pense que la base de clients a de la valeur à travers SYW et Sears.com, mais peu importe ce que je pense. Il vaut mieux considérer les faits et rester conservateur. S’ils surprennent à l’upside, c’est tant mieux.

Dernière modification par sergio8000 (24/03/2016 17h45)

Hors ligne

 

#2169 25/03/2016 08h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   266 

sergio8000 a écrit :

Le plus conservateur est bien de considérer que tout ce qui n’est pas immobilier annule la valeur de la partie retail sans immobilier et que la valeur de Sears restante, celle pour laquelle on paie la market cap, est précisément l’immobilier.

Ainsi, un des plus grands parcs de l’immobilier US est à vendre au prix d’environ 1,5 milliards

Euh…il y a 14 milliards de dettes, et clairement retail + KCD + Home Services + SYW ne font pas 14 millards.

Que faites vous du passif dans votre calcul ?

Dernière modification par Geronimo (25/03/2016 08h08)

Hors ligne

 

#2170 25/03/2016 09h00 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   213 

Bon allez, je pose les popcorns et je me lance.

Sergio8000 a écrit :

Je me fiche par ailleurs complètement de la valeur immobilière, car je ne paie rien de toute façon pour cela.

Sergio8000 a écrit :

Le gros de la valeur tangible est bien l’immobilier aujourd’hui, ne nous leurrons pas.

Serge, que de chemin parcouru !

Geronimo a écrit :

Euh…il y a 14 milliards de dettes, et clairement retail + KCD + Home Services + SYW ne font pas 14 millards.

Que faites vous du passif dans votre calcul ?

Vous y allez un peu fort. Il n’y a plus que 13 milliards en 2015, dont 6 sont couverts par les actifs courants. Çà fait plus que 7 à aller chercher. KCD, j’y mettrais bien 3 milliards, Berkowitz en voit 5 mais d’un autre côté, il voit 147$ d’actifs par action chez SHLD donc bon…

KCD + Home Services + SYW pour 7 milliards, cela me parait cher, très cher tout de même dans le cadre d’une évaluation prudente, je suis d’accord avec vous sur ce point, cher chef Apache.

Autre point, en ce qui concerne les "non-guarantors" et les pensions : de ce que j’en comprends, selon l’accord passé par Sears avec le PBCG, le PBCG prend comme collatéral la REMIC et les marques KCD détenues sur ces entités pour garantir les pensions, donc il semble que la théorie du "si c’est du non-guarantor, je suis chat-perché" (théorie qui était déjà bancale au départ avec les 28 milliards de receivables…), est bel et bien finie.

Bon, je reprends mes popcorns, et je me mets un épisode de Sears. Ou alors le dernier de Valeant…

Dernière modification par Wawawoum (25/03/2016 09h02)

Hors ligne

 

#2171 25/03/2016 10h18 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   48 

Je ne lis rien d’incohérent dans les propos de Sergio8000.

On peut ne pas être d’accord avec son analyse, mais il n’y a pas d’erreur logique. Il dit simplement que son évaluation des autres actifs que l’immobilier couvre au moins l’EV (dettes + capitalisation boursière), donc que l’immobilier vient gratuitement ; or justement l’immobilier forme le gros de la valeur tangible de Sears. C’est donc une bonne affaire ! Et même si l’immobilier valait 0 la valeur intrinsèque de Sears resterait supérieur à l’EV.

C’est comme ça que je l’interprète en tout cas.

Hors ligne

 

#2172 25/03/2016 11h04 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   125 

l’accord avec le PBGC (organisme US qui controle les fonds de pensions) me parait pas non plus hyper contraignant. (l’accord est dispo via l’annex 10.1 du dernier form 8)

EX-10.1

=> en revanche pour celui qui n’arrive pas à dormir une nuit, il y a de la lecture avec énormément d’infos super (bien trop..) détaillées

Je pense que le diable est dans les détails et là il y a beaucoup trop de détails pour moi. pour savoir si Sears s’est fait tordre le bras où si Lampert a bétonné quoique ce soit

En revanche il y a plusieurs éléments qui rendent caduque l’accord et en premier le funding de 85% du plan

Aujourd’hui le plan c’est
ASSET = 4054M$
Liabilities= 5623
=> % funding = 72%

Je suis pas specialiste et je dis peut etre une enorme bétise mais je comprend que en ajoutant "que" 700M$ on atteint les 85% et le PBGC sera content

d’ailleurs si les taux montaient un peu, l’effort sera bien moindre voire aucun effort serait necessaire pour liberer les actifsd REMIOC et KCD

Accord PBGC a écrit :

Termination. This Agreement and all other Transaction Documents shall terminate and shall be of no further effect, and any Springing Lien shall be released upon the earliest to occur of the following:

(a) Achievement of 85% Funding. The Pension Plan achieves an 85% funded level on a Termination Basis as of the last day of two consecutive plan years of the Pension Plan; provided that the Company may, at any time, provide to PBGC a calculation of the Pension Plan’s funding percentage on a Termination Basis with supporting documentation, and request PBGC’s review thereof and, in such event, PBGC will promptly inform the Company in writing that it agrees or disagrees with such calculation and, if it disagrees with such calculation, will simultaneously provide the Company with the UBL Documentation relating to such disagreement and a written explanation of the bases upon which it disagrees. During the period five (5) Business Days after so providing such UBL Documentation and written explanation, PBGC shall, if requested by the Company in writing, meet and confer with the Company (including for either Party, its selected advisors) and address, in good faith, any issues or questions that the Company may, in good faith, have with respect to the UBL Documentation or such disagreement.

(b) Passage of Time. Five years after the earlier of (i) the Closing Date and (ii) November 3, 2015; provided that, if PBGC has commenced an enforcement action with respect to its rights hereunder or any other Transaction Document, this Agreement, the Transaction Documents, and any Springing Lien shall not terminate solely as a result of the lapse of time until such enforcement action is finally resolved.

(c) Standard Termination of Pension Plan. The Company completes a standard termination of the Pension Plan. Any such standard termination will be deemed completed for purposes of this Agreement upon the expiration of the Audit Period

Dernière modification par Q2000 (25/03/2016 11h07)

Hors ligne

 

#2173 25/03/2016 11h05 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   13 

Personnellement, j’ai plus de problème avec l’affirmation :

KCD sert grosso modo à netter la valeur négative du retail.

Car la valeur négative du retail n’est pas connue ni estimable (sauf en étant capable de prévoir le futur). Le worst case scénario est inversement corrélé à la la taille de l’ego de Lampert.

Dernière modification par etzanas (25/03/2016 11h06)

Hors ligne

 

#2174 25/03/2016 11h20 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   213 

Q2000 a écrit :

l’accord avec le PBGC (organisme US qui controle les fonds de pensions) me parait pas non plus hyper contraignant. (l’accord est dispo via l’annex 10.1 du dernier form 8)

À priori non, il n’est pas trop contraignant, le problème, c’est juste qu’il y a pas mal de détails pas trop contraignants qui sont au final un peu contraignants quand même. Vous remarquerez qu’il s’agit quand même d’actifs qui, dans l’idée de départ, étaient intouchables en cas de banqueroute.

Q2000 a écrit :

d’ailleurs si les taux montaient un peu

"si"… Comment la FED peut-elle monter significativement les taux alors que les autres pays font du QE à tour de bras ? Je n’ai pas la réponse à cette question, mais il me semble extrêmement difficile pour la FED de bouger. Vous me direz, il y a un moment où les bancaires, les assurances et les pensions vont commencer à forcer les banques centrales à remonter les taux. Enfin, personne ne sait quand ni comment.

Evariste a écrit :

Il dit simplement que son évaluation des autres actifs que l’immobilier couvre au moins l’EV (dettes + capitalisation boursière)

Le dire, c’est bien, le prouver avec des chiffres, c’est plus difficile, et je pense, encore un poil optimiste.

Dernière modification par Wawawoum (25/03/2016 11h23)

Hors ligne

 

#2175 25/03/2016 11h26 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   401 

@evariste

Je redécouvre cette file que je n’ai pas consulté et où je ne suis pas intervenu depuis 2014: je ne viens que de la survoler, ne voulant pas perdre du temps à relire en détail les dizaines et dizaines de pages depuis.

Je  réponds donc à votre post que l’aspect très drôle est la reculade très récente de Sergio, quand on pense à ses certitudes d’avant (la baisse persistante du cours de bourse le déprime-t-elle?):

-  qui pariait en 2014 et jusqu’il y a peu principalement sur un scénario de continuation de Sears avec juste un redimensionnement à la baisse du retail "physique"; avec SYW, les marques, la réassurance, etc. devant valoir à terme des *dizaines* de Md$; plus que la valeur de l’immobilier qui ne peut être pleinement monétisé qu’en tuant le retail (car si on vend l’immobilier, le retail, qui fait des pertes récurrentes, ne pourra pas en plus payer des loyers de marché)

-  et qui a été obligé apparemment très récemment de se rendre à l’évidence, à savoir que le scénario de continuation a une valeur nulle, et que le seul scénario intéressant est celui de la liquidation de ce Groupe, en essayant de monétiser l’immobilier et en espérant que cela sera possible avant que les pertes des activités retail ET de SYW ne dépassent la valeur de l’immobilier moins la dette actuelle (y compris dettes pensions), conduisant alors les actionnaires à tout perdre.

Dernière modification par parisien (25/03/2016 11h36)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech