Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#101 14/05/2012 10h56 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   20 

@Saydji, tu es sur qu’ils servent du Cristal au Bon ?
Quelle est ta source pour ce dîner que tu mentionnes ?

Hors ligne

 

#102 14/05/2012 11h05 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   48 

Je n’ai rien dit de tel, il y a méprise je pense smile

Hors ligne

 

#103 14/05/2012 11h46 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   69 

oui, c’est Sky qui en parlait !


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#104 18/05/2012 10h36 → Francois Hollande président...

Administrateur
Réputation :   1307 

CIB Natixis a écrit :

Les français ont le sentiment d’une grande dégradation de leur économie et de la présence de politiques de rigueur qui affaiblissent l’emploi et leur niveau de vie. Pourtant, quand on examine la situation des finances publiques, de la compétitivité, du commerce extérieur, du niveau de gamme de la production, des entreprises, on s’aperçoit que le processus d’ajustement et d’amélioration a à peine débuté en France, alors qu’il est beaucoup avancé sur certain points en Espagne, en Italie, au Portugal, et bien sûr depuis longtemps en Allemagne. L’ajustement qui est inévitable est encore à venir en France.

Source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=63979

La présidence de F. Hollande est un cadeau empoisonné.

Sauf s’il est rattrapé par les affaires, N. Sarkozy aura eu tout bon en ne faisant qu’un seul mandat et est parfaitement en ligne avec son objectif initial de faire de l’argent en monnayant sa notoriété, comme Bill Clinton, le fossoyeur du Glass–Steagall Act.

Hors ligne

 

#105 19/05/2012 17h22 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   60 

CIB Natixis a écrit :

L’ajustement qui est inévitable est encore à venir en France.

Voilà qui fait du bien à entendre.

Je note :

1- ajustement : INEVITABLE

2- encore à venir : c’est évident (et scandaleux que RIEN je dis bien RIEN encore n’ait été fait, devant l’incompréhension de la presse étrangère, il me semble)

Je dis rien car je ne considère pas les quelques 20 milliards (qui ne sont même pas des baisses de dépenses mais surtout des hausses de prélèvements) sur le budget 2012 comme autre chose qu’un amorçage de la pompe (pompe à dégonfler, plutôt). En 2013 il en faudra 40, autant en 2014 (donc 80), 2015 (120), 2016 (160), 2017 (200). De plus, la croissance de 0% qui était prévisible va obliger d’ores et déjà avant l’été à une loi de finance rectificative.

Egalement  : les syndicats d’après ce que j’ai compris (arrêtez-moi si je me trompe) sont aux premier rang pour "demander" maintenant que les socialistes sont élus. Demander quoi? C’est proprement sidérant. Je vais finir par croire au fameux "déni de réalité" des Français dont parle la presse étrangère.

espenlind13 a écrit :

placementapapa31 a écrit :

Je me demande d’ailleurs depuis longtemps s’il y a une raison occulte sous cette disposition fiscale rendant le PFL seule possibilité pour les PV sur actions…

Ce n’est pas à proprement parler du PFL puisque ce n’est pas libératoire (à la différence de l’imposition sur du revenu de valeur mobilière, par exemple, sur lequel le PFL est prélevé à la source (= teneur de compte)). C’est davantage un taux d’imposition forfaitaire.

Je comprends mal votre distinction entre un PFL authentique et un taux forfaitaire? Mais ça m’intéresse…

Dernière modification par placementapapa31 (19/05/2012 17h32)

Hors ligne

 

#106 04/06/2012 18h58 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   60 

Le rapport de l’Inspection Générale des Finances parle ce matin d’un effort budgétaire de 5 MILLIARDS à trouver par an.

Le ministre Pierre Moscovici aujourd’hui certifie que la France tiendra l’objectif de PIB de 3% du PIB en 2013.

Mise au point nécessaire :

- Ce n’est pas 5 milliards par an qu’il faut trouver, c’est 40 MILLIARDS PAR AN à partir du budget 2013 (près de 20 milliards ont déjà été trouvés sur le budget 2012 par l’ancien gouvernement)

- 3% du PIB ça fait environ 60 milliards de déficit : OR EN 2013 C’EST ENVIRON A 40 MILLIARDS DE DEFICIT QU’IL FAUDRAIT DESCENDRE, avant de dégager un excédent à partir de 2015 (pour commencer à se désendetter à partir de 2018)

Alors que se passe-t-il???

Dernière modification par placementapapa31 (04/06/2012 19h00)

Hors ligne

 

#107 04/06/2012 19h52 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   11 

il se passe qu’on maquille les chiffres pour ne pas dire "on y arrivera pas" c’est pas vendeur avant une élection.

cependant je pense qu’il est préférable de tendre vers l’équilibre calmement et pas comme  un bourrin à la Rajoy !

les espagnoles vont manger 2 ans de récession et une dette toujours pas équilibrée avec cette méthode … va t-il continuer quand le chômage passera les 30 %

Hors ligne

 

#108 04/06/2012 20h16 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   60 

Je n’ai peut-être pas été clair : plus 5 MILLIARDS d’euros par an CA NE PASSE SIMPLEMENT PAS.

Qu’on cherche le début du désendettement (baisse du ratio dette/PIB) en 2017 ou en 2018 ou en 2020…, il faut enclencher le processus. C’est un simple problème d’intérêts composés et d’effet boule de neige côté débiteur. Pour 2017 ça passe en commençant maintenant compte tenu du taux moyen sur le stock de dette, pour l’instant bas (il devrait encore baisser compte tenu des taux des nouvelles émissions actuelles). Cela peut passer en commençant disons un an plus tard, si on prend en compte cette baisse des charges financières. Avec le risque cependant que les taux remontent et que l’on se retrouve avec un stock de dette plus haut et un taux moyen plus haut, générant plus de charges financières.

Ou alors on est vraiment sûr de se financer à 2% pendant 10 ans… Dans ce cas avec les moins 20 milliards de 2012, moins 25 milliards en 2013 donc, moins 40 milliards en 2014, ça peut peut-être passer encore. Mais il me semble que le temps presse, car le problème de la France c’est qu’elle n’a ACTUELLEMENT pas d’excédent primaire (càd le déficit n’est pas dû qu’aux intérêts mais au déséquilibre sec dépenses-recettes).

Dernière modification par placementapapa31 (04/06/2012 20h35)

Hors ligne

 

#109 10/09/2012 20h51 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   16 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/0 … baisse.php

et voila… L’abattement sur dividendes qui passerait de 40% à 20%… décidément pas facile de faire une stratégie patrimoniale dans un environnement fiscal si mouvant

Hors ligne

 

#110 10/09/2012 21h36 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   119 

La grande question est alors de savoir le sort qui sera réservé à l’abattement forfaitaire (maintenu, abaissé, supprimé ??) S’il est maintenu, avec un PF de taille raisonnable,  on pourra encore faire une diversification internationale…Sinon arrivera vite un moment où il faudra préférer un investissement A, même d’une qualité intrinsèque un peu inférieure au choix B, juste parce que A est éligible au PEA…
:-(

Hors ligne

 

#111 10/09/2012 22h04 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

Ou bien investir dans des OPCVM de capitalisation.. à condition, que les com de gestion soient moins elevees que la fiscalité…

Hors ligne

 

#112 30/09/2012 10h11 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

La tribune a écrit :

Hollande accélère l’euthanasie des rentiers

Il faut rendre cette justice à François Hollande. Voilà un président de la République qui fait ce qu’il dit. Ce premier budget du quinquennat est en tout point conforme à ses promesses de la campagne présidentielle. Tout y est, ou presque : le retour affiché, même s’il est peu crédible, du déficit public à 3% du PIB, l’alignement de la fiscalité du travail et du capital, la taxe à 75% au-dessus de 1 million d’euros de revenus, le rétablissement du barème de l’ISF, le plafonnement de la plupart des niches fiscales et l’alourdissement de l’impôt payé par les grandes entreprises. Côté dépenses, le budget finance les créations d’emplois publics dans les priorités fixées -éducation, sécurité et justice-, qui sont plus qu’intégralement compensées par des suppressions de postes dans les autres ministères.

Tout ceux qui ont voté pour Hollande le 6 mai n’ont pas lieu d’être mécontents. Ils ont voulu la rigueur de gauche, là voilà ! Certes, ce n’est pas le « grand soir » fiscal espéré par les plus fanatiques, mais 2012 marque bien un vrai tournant après vingt cinq ans pendant lesquelles l’idéologie libérale dominante a consisté à baisser les impôts. La droite, comme la gauche, ont cédé tour à tour à cette mode venue d’outre-Atlantique, selon laquelle il était forcément bon pour la croissance de distribuer du pouvoir d’achat par l’allègement des impôts. On en a vu le résultat désastreux : comme parallèlement, on n’a pas réduit les dépenses publiques, la dette s’est envolée. Il fallait bien que la facture arrive un jour et il faut reconnaître que si la note est douloureuse, elle n’est pas inattendue. On peut même espérer un effet vertueux et pédagogique sur tous les Français de ce brutal rappel à la réalité. La seule « surprise » du budget 2013 est la création d’un « bouclier fiscal de gauche », qui plafonne à 75% l’imposition totale des contribuables concernés par l’ISF. Ce bouclier qui rétablit, à un taux plus faible de 10 points, et en y incluant la CSG, le plafonnement Bérégovoy-Rocard de 1988, est révélateur de la gêne du pouvoir dans sa volonté de taxer les « riches ». Et de fait, comme l’avait dit François Hollande début septembre, lors de la polémique sur le vrai-faux départ de Bernard Arnault en Belgique, la surtaxe de 18% portant à 75% l’imposition des revenus d’activité supérieurs à 1 million d’euros ne portera que sur 2012 et 2013. A priori, cette exception française disparaitra donc dans deux ans. Vu le rendement extrèmement faible de cette mesure "exceptionnelle" de crise, il n’y aura pas lieu de la regretter, au-delà du symbole !

Au final, la principale rupture du budget 2013 est la suppression du prélèvement libératoire sur les revenus de l’épargne. Cette mesure, en apparence de justice fiscale, aligne la taxation du travail et du capital. Mais c’est oublier que le capital est déjà très lourdement impacté, par le biais de l’inflation. Ainsi, quand un individu perçoit un revenu annuel brut de 4% sur son capital, ce qui est déjà bien, son rendement réel est  minoré d’environ 2 points, qui correspond à l’érosion monétaire. Mais comme il est taxé sur la base de son rendement brut, l’imposition réelle du capital représente en fait le double du taux d’imposition. Or, celui-ci avait déjà été porté par Nicolas Sarkozy de 28% à 39,5%, en incluant les 15,5 points de prélèvements sociaux sur le capital (soit 79%). En appliquant les nouveaux taux du barème Hollande (45% au-delà de 150.000 euros par part, 49% en ajoutant la contribution exceptionnelle Sarkozy de 4% au-delà de 250.000 euros), on va atteindre à partir de 2012 des niveaux d’imposition brute qui pourront atteindre de 60,5% à 64,5% et donc de 121% à 129% en terme réel !!! Si ce n’est pas confiscatoire, qu’est ce qui l’est…

En alignant fiscalité du travail et du capital, François Hollande vient donc donner un coup d’accélérateur à l’euthanasie des rentiers dont parle Keynes. Autant dire tout de suite que la dette française ne sera jamais remboursée, ce sera plus simple ! Une chose est sûre : un épargnant français n’a plus aucune raison de détenir une OAT à dix ans, sinon dans le cadre fiscal préservé de l’assurance-vie, et encore… Sauf à accepter de payer l’Etat pour qu’il lui serve de coffre-fort ce qui est déjà en partie le cas puisque les rendements réels des emprunts du Trésor sont négatifs jusqu’à deux ans de maturité… Tout cela serait très bien si cette réforme fiscale conduisait les Français à réduire leurs bas de laine pour consommer plus (de produits français, version Montebourg) ou en tout cas à réorienter leurs placements de la rente vers le risque, des obligations d’Etat vers le financement des entreprises (les dividendes sont en effet relativement épargnés pour l’instant par la rigueur fiscale de gauche). C’est peut-être le but vertueux recherché par la réforme Hollande qui connaît si bien la fiscalité que certains voient en lui le véritable chef du bureau de la législation fiscale à Bercy…. A un gros détail près : qui alors va acheter les 170 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme que le Trésor va devoir émettre l’an prochain ? A force de traiter le riche épargnant comme une vache à lait, le gouvernement court le risque de renforcer encore plus le pouvoir des investisseurs étrangers dans le financement de la dette française… Et de s’enfermer encore un peu plus dans le piège de l’austérité exigée par les marchés financiers…

Source : Hollande accélère l’euthanasie des rentiers

Dernière modification par Paddington (30/09/2012 12h09)

Hors ligne

 

#113 12/10/2012 08h47 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   69 

Amis forumeurs bonjour,
du nouveau dans votre boite aux lettres ces jours ci ?
La rafale d’enveloppes bleu indigo "Direction Générale des Finances Publiques" ?
IR, ok j’assume;
ISF : j’ai "sorti" un de mes enfants de notre foyer fiscal (donc baisse) mais… rassurez-vous : la contribution exceptionnelle de M Hollande comble largement cette baisse et donc je paye la même somme qu’avant.
Bon, "plaie d’argent n’est pas mortelle"  smile  et Cahuzac a promis que cela ne durerait pas !


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#114 12/10/2012 09h23 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   31 

C’est sur que pour essayer de s’en sortir, il faudra pas trop compter sur ce gouvernement…

Jean-Marc Ayrault a écrit :

Je veux être clair: si nous avons fait une réforme fiscale, c’est pour favoriser l’investissement, pour favoriser l’innovation, favoriser la prise de risques mais pas pour financer la rente

la bonne blague, favoriser l’innovation et l’investissement en tuant les PME… Prenez des risque, on vous taxera "a fond" quand vous revendrez…

Hors ligne

 

#116 14/10/2012 01h32 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   60 

Paddington a écrit :

En alignant fiscalité du travail et du capital, François Hollande vient donc donner un coup d’accélérateur à l’euthanasie des rentiers dont parle Keynes

Je ne sais pas si cette formulation est assez précise. L’alignement de la fiscalité va favoriser les petites rentiers ACTUELS, ceux qui ont un capital déjà constitué et dont les revenus financiers restent dans les basses tranches.

Par contre les rentiers FUTURS seront plus rare car il va être plus dur de se constituer un capital avec la nouvelle imposition.

Tout cela est bel et bon, mais : ce rentiers futurs n’iront-ils pas créer leur richesse (et de la richesse) ailleurs, puisque ce n’est plus possible ici?

Hors ligne

 

#117 15/10/2012 01h09 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

oui.

Hors ligne

 

#118 15/10/2012 02h24 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   31 

interview "effrayante" de L.Parisot… je ne sais pas ou on va, mais le message me semble assez clair

Laurence PARISOT a écrit :

Extrait:

Nous savons tous que la situation économique est gravissime. Moi-même, je disais avant l’élection que la situation était préoccupante. Mais aujourd’hui, nous sommes passés d’un avis de tempête à un avis d’ouragan. Certains patrons sont en état de quasi-panique

Il y a dix ans, l’Allemagne était l’homme malade de l’Europe et si nous ne faisons rien, bientôt ce sera au tour de la France.

30 milliards d’euros, ce serait le minimum pour réduire l’écart avec l’Allemagne

Je qualifierais même de trompe l’œil la réduction de 10 milliards qu’il affiche. Elle consiste seulement en un ralentissement de la hausse habituelle des dépenses. Imaginez une personne qui, après avoir grossi chaque année de deux kilos, croirait maigrir en n’en prenant qu’un!

L’ignorance économique dans laquelle les Français ont été maintenus depuis des années est scandaleuse et explique ce grand «bordel» intellectuel.

Il faut dire les choses clairement. L’article 6 n’est pas acceptable, même modifié. Nous ne serons pas les complices d’une erreur économique fondamentale et désastreuse. Sur ce refus vient de se constituer pour la première fois de l’Histoire ce que l’on pourrait appeler une interpatronale de vingt organisations, qui toutes demandent le retrait pur et simple de cet article.

Source : Laurence Parisot : «La situation est gravissime»

Dernière modification par jeamb (15/10/2012 02h30)

Hors ligne

 

#119 15/10/2012 02h25 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   243 

d’accord avec theblackcarpet !

Dernière modification par sissi (15/10/2012 04h32)

En ligne

 

#120 15/10/2012 17h01 → Francois Hollande président...

Modérateur
Réputation :   1080 

placementapapa31 a écrit :

Tout cela est bel et bon, mais : ce rentiers futurs n’iront-ils pas créer leur richesse (et de la richesse) ailleurs, puisque ce n’est plus possible ici?

Oui, si la fiscalité est nettement plus favorable au capital qu’au travail ailleurs (c’est le cas), et s’il n’y a rien d’autre qui "compense" et puisse les inciter à être/rester en France.

Après, peut-on vraiment considérer que la plus-value d’un entrepreneur qui revend sa société après quelques années est purement un revenu du capital ? N’est ce pas dans ce cas largement un revenu qui a aussi largement été généré par son travail ?

Le débat qui a été initié par les "pigeons" a-t-il été initié par des personnes qui entreprennent et vendront la société à laquelle ils auront consacré 60-70h/semaine, ou par des anciens entrepreneurs qui sont devenus des investisseurs en start-up et qui y placent à présent leur argent en leur apportant leurs précieux conseils et soutiens ? Ce débat me semble avoir fait pas mal d’amalgames….

Si on veut réellement favoriser la création de start-up et le développement d’entreprises, ce n’est pas forcément la fiscalité de l’entrepreneur qu’il faut aménager (c’est largement son travail qui est rémunéré, souvent aussi son capital si l’entrepreneur mise aussi son capital dans l’affaire ou apporte sa caution, et distinguer les deux est alors peu évident…), c’est la fiscalité de tous ceux qui permettent de créer ou développer des entreprises générant de l’activité en France en général, que ce soit par leur travail ou par leur capital. Je ne sais pas trop comment, par contre.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#121 15/10/2012 17h21 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

Je suis d’accord avec vous, d’une façon générale de toute façon en France les assiettes des impôts ne sont pas assez larges et les impôts trop nombreux.

Un bon impôt est un impôt a assiette large et facilement compréhensible et collectable (on peut pas dire que ca soit vraiment le cas de beaucoup chez nous)

Par exemple l’IR devrait être étendu à tous et pas seulement 49% des gens, on devrait monter un peu la TVA (hors produits première nécessité) et dégager la CRDS (qui d’ailleurs devait au départ être limitée).

On devrait également taxer la PV sur la résidence principale si ca n’est pas réinvesti dans l’achat d’une résidence principale par exemple

Hors ligne

 

#122 15/10/2012 17h28 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   21 

pour suivre le point développé par GBL, la distinction entre capital et travail n’a de sens que lorsque l’on fait de la macroéconomie afin de modéliser les actions et les acteurs.

le pb, c’est qu’en France cette distinction est "tombée" dans le discours courant et sert de base à un discours clivant de lutte des classes où :
l’on distingue et oppose le capital et le travail
la rente porte l’image des rentiers de Balzac

j’en viens du coup à me demander les choses suivantes :
n’est-ce pas une rente caractérisée que d’être fonctionnaire dans la France de 2012 au sens où il s’agit d’avoir un revenu assuré sur la durée (en salaire comme en retraite) lié à une position sociale ?
a contrario, peut on réellement qualifier de rente et de rentier des revenus qui ont été constitué d’une façon liée à l’époque dans laquelle nous vivons ? pour le dire différemment, si dans le privé, en France, aujourd’hui on était assuré d’avoir du boulot jusqu’à la retraite y aurait il autant de monde sur ce forum ?

Hors ligne

 

#123 15/10/2012 17h36 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

Pour moi la rente c’est le capital constitué sans échange de son temps :

ex. location immobilière, placement en valeurs mobilieres, etc…

L’investissement dans sa société n’en fait pas partie.

Je pense qu’on devrait avoir 2 curseurs pour définir la taxation,

1) est ce une rente (donc en échange de temps passé ou pas)
2) si c’est une rente, quel est le dégré de risque

Si c’est une rente la taxation devrait être plus élevée, si c’est plus risqué moins élevé par rapport à plus élevé.

Donc :

- Je ne pense pas qu’être fonctionnaire puisse être considéré comme une rente (ils bossent et ils sont payés en échange d’un temps alloué)
- Les entrepreneurs non plus

On peut se poser la question, est ce normal que quelqun qui n’a fait que détenir 200m2 à Paris (non loués !!) de 1999 à 2010 a gagné l’équivalent de 9090 euros par mois net d’impots pendant 10 ans ?

Hors ligne

 

#124 15/10/2012 17h57 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   21 

j’entends bien, mais là vous parlez d’un héritage, pas d’un capital constitué au fur et à mesure.

a contrario, gérer un patrimoine de biens immobiliers sur lesquels sont faits des travaux, que l’on démarche des banquiers, que l’on sélectionne et gère régulièrement des locataires, ce n’est plus tant une rente que cela.

mon point est de dire que la notion de rente st généralement dans l’opinion courante assez dévoyée et polluée.

au cas d’espèce, soucrire à des obligations est une rente. pourtant, certains en font leur métier …

Hors ligne

 

#125 15/10/2012 18h07 → Francois Hollande président...

Membre
Réputation :   

Pourquoi un héritage ? je ne comprends pas ou j’ai parlé d’héritage

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech