Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 14/05/2013 19h10 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Super complet le premier post de l’administrateur du forum, chapeau.

Je suis freelance (TNS) dans l’info depuis 7 ans, sans interruption, hormis fin d’année 2012 (2 mois).

Il faut avouer que c’est vraiment bien en terme de gestion de son temps et de sa vie, j’étais en CDI au début de ma vie, puis presta en SSII, puis freelance, c’est une liberté dans la tête incroyable.

Fin d’année une mission ne me plaisait pas, pourtant bien facturé, mais je suis partie en une semaine, le client n’était pas particulièrement joyeux, mais ça c’est fait correctement.

Ce statut peut devenir précaire avec le temps, a un certain age, si la demande sur la techno sur laquelle vous travaillez commence à s’estomper, il faut savoir rebondir sur autre chose.

Hors ligne

 

#27 16/05/2013 15h21 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

J’ai travaillé 5 jours pour une société en décembre 2012 par l’intermédiaire d’une SSII, bien entendu, avec laquelle un contrat à a été signé.

C’est à la SSII que je facture, mais celle-ci ne me règle pas sous prétexte que le client n’a pas payé.

5 jours de facturation ça faisait 2500€, c’est pas énorme mais quand même.

quel recours ai-je ?   (un huissier ? un avocat ?)  l’un d’entre vous à t-il déjà rencontré cette problématique ?

Hors ligne

 

#28 16/05/2013 15h28 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1309 

Problématique très fréquente.

Est-ce que sur votre contrat c’est écrit que votre règlement dépend de celui du client final ?

Hors ligne

 

#29 16/05/2013 18h26 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

non pas du tout .

je leur ai déjà écrit cela, que ma facturation ne dépendait pas de celle du client final, parce que le contrat je l’ai signé entre deux parties la SSII et moi, mais ils font mine de ne pas comprendre.

Je vais pas les lâcher de toute façon.

Hors ligne

 

#30 16/05/2013 18h58 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Modérateur
Réputation :   1084 

Pour ne pas lâcher, si vous avez un contrat béton, et la preuve que la prestation a été réalisée, pensez à passer par une "injonction de payer" (les greffes du TC offrent un service de requête dématérialisée pour recouvrer des créances avec une telle injonction, avec fort peu de frais…), cf Injonction de payer - Greffe du Tribunal de Commerce de Paris par exemple.

Il arrive un moment où les échanges d’appels téléphoniques ou d’email ne suffit plus…


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#31 18/05/2013 11h33 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Merci pour ces infos.

Je n’en aurais pas besoin, au bout de six mois après un mail cordiale de ma part mais indiquant que j’allais demander des comptes à la direction du client final. tout c’est débloqué hier, le virement va  être effectué dans les plus bref des délais, comme quoi.

encore merci

Hors ligne

 

#32 12/06/2013 22h13 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Cette file n’a pas évoqué le statut avec lequel j’interviens : entrepreneur-salarié dans une coopérative d’entrepreneurs. Je vais tenter de l’expliquer simplement.

Pour ma part, j’ai validé mon projet d’entreprise en portage salarial, mais j’ai préféré opter pour une SCOP d’entrepreneurs.

L’idée est toute simple :
1 - Mutualiser ce que les indépendants ne savent pas / ne veulent pas faire pour se concentrer sur leur métier (typiquement le juridique, les relations avec les administrations, la compta).
2 - Disposer du statut social très intéressant du salarié en CDI (chômage, retraite, emprunt bancaire) et de pleins de petits plus (tickets resto, pee, mutuelle…)
3 - Être entrepreneur (comptes imperméables avec les autres entrepreneurs de la SCOP, liberté de choisir ses clients/fournisseurs/salariés/prestations et montant/salaire à la fin du mois, avoir son code APE/établissement secondaire ou filiale)
4 - Être propriétaire de sa boite (en ayant des parts dans l’entreprise, en prenant part aux décisions)

La démarche :
1 - Rejoindre une CAE (coopérative d’activités et d’emplois -> voir page Wikipedia
2 - Signer un contrat CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise -> voir page Wikipedia
3 - Une fois que le CA est suffisant et récurrent, basculer en CDI
4 - Éventuellement et suivant les SCOP, prendre des parts dans l’entreprise et faire partie du conseil d’administration.

Les contreparties :
1 - Le principe dans une SCOP c’est 1 personne=1 voix. Les décisions générales (qui concernent la structure dans son ensemble et pas son activité propre) sont parfois longues à prendre et ne vont pas toujours dans le sens que l’on souhaiterait.
2 - Le service est logiquement payant (fixe + pourcentage sur CA) et permet de payer les permanents et la structure (dirigeant, comptable, secrétaire, locaux, salle de réunion…)
3 - Le système est peu connu et la plupart des SCOP d’entrepreneurs n’accueillent pas des activités vraiment viables (CA par tête très faible).

Dernière modification par Allstonians (12/06/2013 22h21)

En ligne

 

#33 04/07/2013 17h30 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Hello

Je suis actuellement freelance également, mais je ne suis jamais passé par hitechpro. Le service est il de qualité ? j’ai vu que l’inscription était payante, je voulais savoir si ca valait le coup (par rapport aux offres sur freelance-info qui est un site gratuit par exemple)

Hors ligne

 

#34 04/07/2013 18h18 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1309 

Les offres sur Freelance-Info sont essentiellement des offres de SSII.

Sur Hightech Prof., il y a plus de directions des achats de clients finaux, mais elles font souvent des appel d’offres restreints (sociétés référencées uniquement).

Cela dépend aussi de votre secteur d’activité, donc à part essayer…

Hors ligne

 

#35 14/02/2014 21h21 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour à tous,

Je souhaite trés prochainement me lancer en freelance !!!

Encore un de plus malgrés le matraquage fiscal sad

Je suis en train de préparer ma sortie auprés de ma SSII ( rupture co ou licenciement ), cela devrait me permettre de beneficier des aides de création d’entreprise et d’avoir un matelas pour débuter mon activité.

Je travail sur SAP dans le domaine de la BI depuis 7 ans et le marché ne me semble pas en crise pour les 5-10 prochaines années voir plutôt bon.

Mes prévisions sont un staff de 200 JH à 600 euros pour un poste de MOE en passant par une SSII.

Bon la vous être en train de vous dire,  120Ke par an  , freelance , il faut faire une eurl ( classique).

C’est ce que je me disais aussi , cependant ma stratégie n’est pas seulement de me lancer à mon compte mais de continuer à investir mais peut être au nom d’une personne morale ?

J’ai aujourd’hui :

- Un scellier  145Ke ( 100 de crédit)
- Le crédit de ma RP remboursé à 50% reste 100ke
- SCPI 125 KE ( 100 de crédit)
- Local commercial 102 KE ( 80 de crédit) SCI familiale
- 2 Parkings 30 ke
- AV 25ke
- Livret A et PEL pour mes deux enfants

Pour continuer je suis pacsé , deux enfants,  ma femme devrait accoucher le mois prochain de mon troisiéme smile , bonne nouvelle !!! 4 parts fiscales, un TMI à 14%,on s’en fou je suis  non imposable youppppiiiii

Alors la je réfléchis et me dis "et pourquoi pas une société de gestion", aux grands maux les grands remédes. Investir les bénéfices d’une sas ou sarl vers une sci ? Ou continuer a tout mettre à mon nom propre vu la faible imposition ?

Je ne sais pas quel serait le meilleur statut pour ma futur société , je pense que vous allez me dire d’aller voir l’expert comptable , mais si vous avez des conseils , n’hésitez pas.

Merci par avance.

Mathieu

Hors ligne

 

#36 15/02/2014 02h15 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Modérateur
Réputation :   1084 

Oui : allez voir un expert-comptable, ET faites des simulations sur excell (sur les 10-20 prochaines années, en fonction de plein d’hypothèses) avec des scénarios concrets et précis.

N’oubliez quand même pas :
   - que sur les 120 k€ de recette prévues, vous allez payer pas mal de charges sociales
   - de diversifier votre patrimoine en dehors de l’immobilier, qui représente à ce jour 602 k€ pour un patrimoine net de dettes de 300 k€ environ, soit 200% de votre patrimoine.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#37 03/03/2014 17h05 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

spamfanfan a écrit :

Hello

Je suis actuellement freelance également, mais je ne suis jamais passé par hitechpro. Le service est il de qualité ? j’ai vu que l’inscription était payante, je voulais savoir si ca valait le coup (par rapport aux offres sur freelance-info qui est un site gratuit par exemple)

c’est très parisien comme site, donc si vous etes freelance en province, oubliez.

Hors ligne

 

#38 03/03/2014 17h13 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

@Allstonians

Si j’ai bien compris votre message vous etes en SCOP avec d’autres freelance?
Y-a-t’il des avantages fiscaux plus intéressant qu’en SARL?
Je lis ceci:
Au minimum 16 % (et en pratique 45 %) des bénéfices sont transformés en « réserves impartageables », propriété de l’entreprise et non des associés.

:-(  comment gérez vous cela en pratique?

Une SCM (societe civile de moyen) n’est-elle pas plus adapté pour la mutualisation?

je vais creuser vos liens, merci pour le partage.

Hors ligne

 

#39 04/03/2014 07h44 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

@freesas

Moi et les chiffres, ça fait 2 (c’est pour ça que je suis dans ce système et que nous avons un directeur qui gère tous ces aspects). Mais je vais tenter une explication.
Dans la SCOP dans laquelle je suis, on peut :
- passer des frais (km, véhicule, téléphone, internet, bureau… tout ce qui est lié à l’activité)
- bénéficier de tickets restos, du CE des scops, d’un PERCO, d’un PEE (c’est donc notre CA qui est directement affecté à ces avantages)

Les bénéfices de la SCOP n’ont pas vraiment de sens (ce qui importe c’est l’activité de chacun que nous décidons de transformer en salaire, en investissement, en cagnotte en prévision de baisse d’activité…).
Ceci dit, comme nous mutualisons les bureaux, l’administratif et du personnel, nous payons chaque mois ce service à la structure. Le but est que les frais de structure soient couverts et que les investissement communs soient assurés, pas plus. Si la structure est bénéficiaire à la fin de l’année, le "bénéfice" est redistribué en 3 tiers : un tiers en réserves légales, un tiers aux associés (donc nous), un tiers à tous les salariés (donc nous).

Je ne sais pas comment font les autres SCOP mais c’est le fonctionnement que nous avons décidé en interne.

En ligne

 

#40 06/04/2014 15h39 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   25 

Bonjour,

Qu’est est-il du freelance en province : Est-ce que l’écart de rémunération est aussi conséquent qu’en île de france ? Est-ce que le nombre de jour d’inter-contrat en plus important en province qu’en ile de france ? Est-ce que cela implique d’être mobile sur 1 ou 2 régions ?


Investisseur Deep Value. Parrainage Binck
Ressources recommandées: Les daubasses|Old School Value|Graham Investor

Hors ligne

 

#41 07/11/2014 12h29 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Merci pour toutes ces informations.
J’ai 36 ans et souhaite me mettre en freelance AMOA BI. Je n’ai jamais été en intercontrat aussi. Je souhaitais savoir si:
- Il n’est pas risqué de se mettre en freelance à 36 ans (et donc de trouver un poste en fixe à 40-45 ans)?
- Faut-il commencer par trouver sa mission avant de quitter sa boite?
- Peut-on toucher le chômage la première année du fait qu’on quitte son poste?
Merci d’avance

InvestisseurHeureux a écrit :

Je suis freelance en informatique depuis 5 ans maintenant.

Voici une récap de ce que j’aurais voulu savoir quand j’ai commencé.

Structure juridique

Vous avez le choix entre Entreprise Individuelle et EURL (=SARL unipersonnelle) à l’impôt sur les sociétés, éventuellement SAS unipersonnelle.

En EI, votre patrimoine et celui de la société ne font qu’un. Tout est simple, vous pouvez même utiliser un compte bancaire perso. Les clients feront des règlements à votre prénom nom.

En EURL, votre patrimoine et différencié de celui de la société. La société peut avoir un nom commercial. Vous devrez ouvrir un compte bancaire prof (payant, autour de 25 € / mois). Les clients feront des règlements au nom de votre société.

Le choix entre les deux structures est fonction de votre CA et bénéfices. En effet, en EI, vous serez imposé directement sur les revenus (rubrique BNC). En EURL, vous vous attribuerez un salaire, et vous aurez à payer l’impôt sur les sociétés, puis l’impôts sur les revenus sur le salaire que vous vous serez versé + dividende versé.

L’EURL vous permet alors d’optimiser votre imposition (l’IS est de 15% pour un RN < 38 000 € et 33% au-dessus).

Grosso-modo pour les freelance informatique, en-dessous de 100 000 € de CA HT, ça ne change pas grand chose. Au-delà, il faut mieux privilégier l’EURL.

Il y a des fichiers Excel qui permettent de faire l’optimisation de la rémunération très bien.

Pour l’EI, l’inscription se fait au Centre de Formalité des Entreprises (faites une recherche sur Google, pour les professions libérales souvent c’est à l’URSSAF). Il y a juste un papier à remplir.

Pour l’EURL, il faudra rédiger des statuts, définir un capital et le déposer en banque avant libération. Tout est expliqué sur le site de l’APCE.

Comptabilité

En EI, vous pouvez vous débrouiller vous-même avec Ciel Compta Libéral (120 €) dans lequel vous saisirez vos dépenses et recettes. N’utilisez pas un fichier Excel. Chaque année, vous devez faire valider vos compte par une Association de Gestion Agréé comme APL Opera (225 € / an). Ceci vous évitera des erreurs et d’être imposé à 125% de votre RN.

En EURL, un expert-comptable est nécessaire car c’est + compliqué. Comptez 1500 € / an.

Pour la rédaction des factures, un fichier Excel suffit (une facture doit juste comporter un ensemble de référence obligatoire, comme le SIREN). Vous pouvez aussi utiliser Ciel Facture.

Trouver des missions

C’est la partie difficile. De + en + les directions des achats ne travaillent qu’avec des sociétés référencées et il est quasi-impossible pour un freelance d’être référencé.

Vous aurez des offres de missions ou prestations sur HiTechPros (payant). Il y aussi des sites gratuits + ou - sérieux.

Sinon il faut démarcher directement des SSII sur votre secteur de compétence et voir si elles n’ont pas des besoins à sous-traiter.

La SSII prendra en général 15-20% de commission sur la prestation. Donc si le client paye 500 € HT à la SSII, vous facturerez 400 € HT à la SSII.

Les SSII qui prennent plus de 25% de commission sont des voleurs.

Notez que vous aurez plusieurs stratégies de mission : des missions longues durée souvent moins bien payées (par exemple 500 € HT tarif client final pour un développeur) et des missions plus courtes (et svt plus intéressantes) souvent mieux payés à la journée (par exemple 600 € tarif client final pour un développeur). Les missions courtes ont aussi l’avantage de tisser petit à petit un réseau. A vous de faire vos calculs, mais l’intercontrat coute très cher en manque à gagner, donc personnellement je préfère les missions longues.

Notez que bien souvent, même les missions longues durées seront limitées à 3 ans. Les entreprises se protègent du risque de requalification du contrat en limitant les prestations à 2-3 ans. Il faudra donc anticiper la sortie et chercher une autre mission avant que l’échéance n’arrive.

Pour connaitre le bon tarif, au début demandez juste à ce que la règle des 80/20 soit appliquée, et c’est la SSII qui vous donnera le tarif. N’acceptez pas de mission où vous gagnez moins de 350 € HT / jour, quelque soit la durée.

On peut aussi travailler au forfait plutôt qu’en régie, mais c’est très difficile pour un freelance d’obtenir des offres.

Personnellement, je n’ai jamais eu d’intercontrat quand j’étais salarié en SSII et jamais non plus en freelance. C’est un bon indicateur je pense. Si déjà en SSII vous avez bcp d’intercontrats, c’est mauvais signe et vous aurez probablement la même chose en freelance.

Discrétion

Certains clients n’aiment pas les freelance, qu’ils jugent volage. Si vous êtes en sous-traitance d’une SSII (et très probablement vous le serez), mieux vaut donc taire son statut chez le client final et faire comme si vous étiez salarié de la SSII.

Se faire payer

Le règlement des factures a lieu en général à 30 jours fin de mois. De fait, vous travaillez en janvier, vous émettez votre facture fin janvier et vous serez payé fin février, voir début mars.

Notez que certaines SSII sont des mauvais payeurs et payent systématiquement en retard.

Il est très important de trouver des partenaires fiables et qui ont pignon sur rue, car travaillez c’est bien, mais être payé c’est quand même le + important.

Les faillites de SSII ça arrive, et si vous avez trop de décalage dans le payement de vos factures, ça peut vous couter deux mois de facturation perdue.

Vérifiez toujours le sérieux de la SSII sur societe.com et aller dans leur locaux. Ne rien négocier à distance.

Charges sociales

Vous aurez très rapidement à payer les cotisations URSSAF et RSI. Rassurez-vous (!), ça arrive directement dans votre boite aux lettres.

Elles sont calculées selon les chiffres N-1 voir N-2 et donc les deux premières années, vos charges seront artificiellement basses (cotisations forfaitaires) et votre bénéfice artificiellement haut.

En EI, il est possible d’écrire aux URSSAF pour demander une modulation des cotisations du travailleurs indépendant, en fonction de votre bénéfice prévisionnel (faîtes une recherche Google). Je vous le conseille fortement.

En EURL, voir avec l’expert-comptable, il doit être possible de passer des provisions pour charge.

Les frais

Vous avez intérêt à passer un maximum de frais dans votre société, pour diminuer la base imposable. Téléphone, Internet, Ordinateur, une partie du loyer, véhicule, hop, en frais. Tout doit être justifiable. Notez que les costumes ne peuvent pas passer en frais.

Pour le véhicule, vous avez le choix entre le classique frais réelle ou barème kilométrique. Mon expérience c’est que le barème est avantageux pour les grosses cylindrés et défavorables sinon, spécialement pour les motos. C’est ce qui explique que certains freelance s’achètent d’occasion des énormes BMW… C’est pas forcément pour la frime, c’est pour le barème kilométrique…

Le chômage et les vacances

Il n’y a évidemment pas de chomage si vous êtes freelance.

Un journée travaillée = une journée facturée, c’est aussi simple.

Si vous êtes malades ou faîtes un pont, ou jour férié, ou vacances, vous n’êtes pas payé.

Sécurité sociale (RSI) et Mutuelle Madelin)

En Freelance, votre sécurité sociale c’est le RSI. Il faudra compléter par une mutuelle. Une partie des frais de mutuelle peut passer en frais dans votre comptabilité si votre mutuelle est dîtes de type professionnelle "Madelin" (faîtes une recherche sur Google).

Retraite complémentaire (CIPAV) et Retraite Madelin

Pour la retraite complémentaire, vous cotiserez à la CIPAV. Ils ont la réputation d’être injoignable autrement que par lettre avec AR. Ils oublient aussi parfois des cotisants (priez que ce soit votre cas). :-)

Vous pouvez compléter par des cotisations volontaires à des contrats retraite Madelin. C’est l’équivalent des contrats PERCO en moins bien car les sommes ne sont pas déblocables avant la retraite (contrairement au PERCO où les sommes sont déblocables si achat de la RP). En résumé de part l’effet tunnel c’est de la me### sauf si vous avez 55 ans.

Se loger ou faire un prêt

Les assurances loyers impayés refusent les freelance et les agences refusent les candidats qui sont refusés par l’assurance loyer impayé. Autant dire que vous serez exclu de 90% du parc locatif en IDF.

Vous avez donc intérêt à aimer votre logement actuel, car une fois freelance c’est une galère sans nom pour en changer.

Personnellement j’ai du carrément faire des faux papiers de salariés. :-) D’autre acceptent de mettre sous un compte bloqué 12 mois de loyers en "garantie".

Même chose pour un prêt bancaire, ou souvent la banque exigera 3 années d’exercice complet pour prendre en considération vos revenus. Il y a des exceptions, notamment le Crédit Foncier qui accepte à partir de 2 ans. (de ce que j’en sais)

Rémunération espérée

Tout va dépendre du nbr de jour facturé dans l’année. Si vous travaillez bcp (personnellement je suis à 230 jours / an au moins), vous pouvez gagner (en tenant compte des charges et impôts) facilement 50% de + qu’en étant salarié.

Faire carrière en freelance

Les postes d’encadrement étant souvent réservés aux internes, en tant que freelance, vous serez limité à des postes d’exécutants, d’expertise, de chef de projet, d’AMOA ou de MOA.

Il y a parfois des postes d’encadrement de petites équipes (4 personnes). Les postes d’encadrement de moyennes ou grandes équipes (> 10) sont rares.

De fait, si votre but c’est de finir DSI, mieux vaut ne pas vous mettre freelance, ou ne pas y rester trop longtemps.

Quitter son emploi actuel ou rester sur la même mission

A vous de jouer ! Notez que vous pouvez demander un congé sabbatique (qui peut être refusé) pour faire tester le statut freelance et revenir dans votre société en tant que salarié si celui-ci ne convient pas.

On trouve aussi des collaborateurs qui sont en mission depuis 1 an, et restent sur la même mission avec la même SSII, tout en passant freelance. En général la SSII grince des dents (elle marge moins sur un freelance qu’un salarié), mais si vous êtes indispensable chez le client, ça se fait…

A vous de jouer !!!

Hors ligne

 

#42 07/11/2014 14h08 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Je suis passé à mon compte il y a 4 ans (j’avais 33 ans alors), mais plutôt orienté architecture & MOE :
- Le risque existe toujours. Personnellement, j’avais 2 ans de dépenses de coté, au cas où … d’ailleurs j’ai toujours 2 ans de dépenses en réserve liquide (Livret A et LDD) smile ;
- Pour la mission, ça dépend. C’est rassurant de pouvoir se dire "tant que je n’ai pas de mission, je garde mon travail … et ma paie !", mais l’inconvénient est : le manque de disponibilité immédiate (la plupart des missions sont pour dans 1 mois, pas à 3 … quand ce n’est pas pour le mois dernier) ainsi qu’il va falloir effectuer quelques procédures le temps de monter sa société (EURL, SASU, …) ;
- Pour le chômage, il faut : ne pas démissionner mais faire une rupture conventionnelle (ou se faire virer) et demander les aides à la création d’entreprise (15 mois de chômage ou 12 mois versé en 2 fois). Attention, si 15 mois d’allocation d’aide, on touche un complément de salaire afin de ne pas toucher moins que si on était au chômage … de ce fait, si on ne se verse rien les 15 1ers mois, on maximise ces allocations.

Cdlt,

Hors ligne

 

#43 07/11/2014 14h37 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   74 

Franchement je suis freelance et je pourrais largement faire du dp cp moe moa et de l’amoa bi (j’ai mon cv blindé d’experiences sur la plupart des logiciels bi du marché et sur cela)
Mais les seuls postes qu’on me propose sont du dev de plus en plus mal payé avec une hausse des charges (10 et 20%)
Je pense de plus en plus à redevenir salarié

Hors ligne

 

#44 07/11/2014 15h33 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   147 

En fait ça dépend du domaine dans lequel on évolue mais dans les banques, c’est devenu très difficile de se lancer en freelance, beaucoup d’établissements interdisent désormais l’appel aux freelances même via SSII ( certaines banques demandent carrément la fiche URSSAF des salariés ).

Hors ligne

 

#45 07/11/2014 17h27 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Modérateur
Réputation :   1084 

geminette a écrit :

J’ai 36 ans et souhaite me mettre en freelance AMOA BI. Je n’ai jamais été en intercontrat aussi. Je souhaitais savoir si:
- Il n’est pas risqué de se mettre en freelance à 36 ans (et donc de trouver un poste en fixe à 40-45 ans)?
- Faut-il commencer par trouver sa mission avant de quitter sa boite?
- Peut-on toucher le chômage la première année du fait qu’on quitte son poste?

A mon avis :
  - il y a un risque (mais rester salarié est aussi risqué, en fait tout est risqué, à 45 ans ce sera souvent dur de trouver/garder un poste…)
  - oui, ça vaut mieux (je dirais même : "il faut être inconscient pour faire autrement")
  - si tel est votre plan … mieux vaut rester salarié.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#46 07/11/2014 18h05 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1309 

Pour éviter la nouvelle fiscalité prohibitive sur les dividendes, en terme de structure juridique, il faut privilégier la SASU sur l’EURL.

Mais encore une fois, c’est simple : si en SSII on vous place facilement, ce que vous indiquez, vous devriez trouver facilement en free-lance, ne serait-ce qu’avec l’intermédiation des SSII.

Est-ce que ça vaut encore la peine, bonne question… Savez-vous à quel taux journalier HT votre SSII vous place ?

Hors ligne

 

#47 14/11/2014 10h58 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

InvestisseurHeureux a écrit :

Je suis freelance en informatique depuis 5 ans maintenant.



Quitter son emploi actuel ou rester sur la même mission


On trouve aussi des collaborateurs qui sont en mission depuis 1 an, et restent sur la même mission avec la même SSII, tout en passant freelance. En général la SSII grince des dents (elle marge moins sur un freelance qu’un salarié), mais si vous êtes indispensable chez le client, ça se fait…

A vous de jouer !!!

Comment se fait ce passage salarié/freelance en restant sur la meme mission: démission, rupture conventionnelle, avenant… ?

Merci par avance

Hors ligne

 

#48 14/11/2014 11h13 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1309 

C’est très simple. Vous allez voir votre commercial et lui dites, j’ai l’intention de passer freelance mais j’aimerais continuer sur cette mission, comment peut-on s’organiser.

S’en suit une négociation houleuse.

Vous avez les cartes en main :
- si vous êtes indispensable dans votre mission,
- si vous connaissez votre tarif de facturation client final (et dans toutes les missions que j’ai faites de ma carrière, j’ai toujours réussi à connaître mon tarif, il faut copiner avec les bonnes personnes).

Dans le cas contraire, il va vous envoyer bouler méchamment.

Passer freelance, c’est vraiment un état d’esprit.

Il faut être un peu mercenaire, savoir copiner, être "démerde", passer du loup à l’agneau selon les situations (notamment se faire payer ou négocier avec un intermédiaire).

La question que vous posez me laisser à penser que vous serez plutôt agneau que loup et ce n’est pas une bonne chose quand on veut passer freelance…

Hors ligne

 

#49 14/11/2014 11h34 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   74 

C’est très simple. Vous allez voir votre commercial et lui dites, j’ai l’intention de passer freelance  mais j’aimerais continuer sur cette mission, comment peut-on s’organiser.

J’ai une petite variante ;-)

Vous allez voir votre manager ( le mec qui gere les sous) et lui dites : tiens voila ma demission
J’ai l’intention de passer en freelance
J’ai une autre mission mais bon je suis ouvert EVENTUELLEMENT pour continuer sur cette mission,
Mais bon on se connait …
Comment vois tu les choses ?     

S’en suit une négociation houleuse ( eh bien casse toi pauvcon, de toute facon je me barre demain car abandon de poste = ASSEDIC et tu seras dans la merde avec ton client, mais tu peux pas me faire cela, etc etc )

Disons que c’est plus facile avec une petite ou moyenne entreprise.
Je pense connaitre les réponses de cap, cgi, …

Hors ligne

 

#50 16/12/2014 22h02 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour à tous,

Travaillant dans l’informatique et ayant négocié une rupture conventionnelle, je m’interroge actuellement sur le statut le plus interessant pour passer indépendant. La situation a surement évolué depuis les premières réponses sur ce forum… J’ai écarté l’auto-entreprenariat et en donc retenu trois statuts pour le moment :
- EIRL
- EURL (il y a t’il une différence notable entre les deux ?)
- SASU

De ce que j’ai compris, s’octroyer un petit salaire et maximiser le dividende en fin d’année était interessant il y a encore quelques mois, mais ne l’est plus maintenant. Avez-vous avec votre recul, défini quelle est la meilleure approche régimes fiscaux/sociaux ?

De mon côté je suis un peu perdu, j’ai l’impression qu’aucun ne se dégage vraiment mais je passe surement à coté de quelque chose.

Au plaisir de vous lire.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech