Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 18/04/2012 21h28 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   83 

Le sujet n’est pas très investissement, mais comme de nombreux intervenants sont freelance en informatique je viens recueillir vos avis. C’est finalement investir en moi (encore plus risqué que les bancaires).

Je compte me lancer en freelance dans le domaine de la business intelligence, analyse de données, analytics, big data. Domaine qui n’est pas encore très développer en France sur la partie Analytics/Big data mais qui devrait se développer.

Je compte me lancer principalement car je suis quelqu’un qui s’implique et j’aimerais m’impliquer dans une société et d’être responsable, ici là mienne. J’ai un matelas financier plus que correct pour tenir un bon moment.

Néanmoins, j’aimerai avoir l’avis de ceux d’entre vous qui sont freelance pour avoir des conseil ou savoir comment vous avez commencé.

Merci beaucoup.

Mots-clés : freelance informatique

Hors ligne

 

#2 20/04/2012 08h32 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1307 

Je suis freelance en informatique depuis 5 ans maintenant.

Voici une récap de ce que j’aurais voulu savoir quand j’ai commencé.

Structure juridique

Vous avez le choix entre Entreprise Individuelle et EURL (=SARL unipersonnelle) à l’impôt sur les sociétés, éventuellement SAS unipersonnelle.

En EI, votre patrimoine et celui de la société ne font qu’un. Tout est simple, vous pouvez même utiliser un compte bancaire perso. Les clients feront des règlements à votre prénom nom.

En EURL, votre patrimoine et différencié de celui de la société. La société peut avoir un nom commercial. Vous devrez ouvrir un compte bancaire prof (payant, autour de 25 € / mois). Les clients feront des règlements au nom de votre société.

Le choix entre les deux structures est fonction de votre CA et bénéfices. En effet, en EI, vous serez imposé directement sur les revenus (rubrique BNC). En EURL, vous vous attribuerez un salaire, et vous aurez à payer l’impôt sur les sociétés, puis l’impôts sur les revenus sur le salaire que vous vous serez versé + dividende versé.

L’EURL vous permet alors d’optimiser votre imposition (l’IS est de 15% pour un RN < 38 000 € et 33% au-dessus).

Grosso-modo pour les freelance informatique, en-dessous de 100 000 € de CA HT, ça ne change pas grand chose. Au-delà, il faut mieux privilégier l’EURL.

Il y a des fichiers Excel qui permettent de faire l’optimisation de la rémunération très bien.

Pour l’EI, l’inscription se fait au Centre de Formalité des Entreprises (faites une recherche sur Google, pour les professions libérales souvent c’est à l’URSSAF). Il y a juste un papier à remplir.

Pour l’EURL, il faudra rédiger des statuts, définir un capital et le déposer en banque avant libération. Tout est expliqué sur le site de l’APCE.

Comptabilité

En EI, vous pouvez vous débrouiller vous-même avec Ciel Compta Libéral (120 €) dans lequel vous saisirez vos dépenses et recettes. N’utilisez pas un fichier Excel. Chaque année, vous devez faire valider vos compte par une Association de Gestion Agréé comme APL Opera (225 € / an). Ceci vous évitera des erreurs et d’être imposé à 125% de votre RN.

En EURL, un expert-comptable est nécessaire car c’est + compliqué. Comptez 1500 € / an.

Pour la rédaction des factures, un fichier Excel suffit (une facture doit juste comporter un ensemble de référence obligatoire, comme le SIREN). Vous pouvez aussi utiliser Ciel Facture.

Trouver des missions

C’est la partie difficile. De + en + les directions des achats ne travaillent qu’avec des sociétés référencées et il est quasi-impossible pour un freelance d’être référencé.

Vous aurez des offres de missions ou prestations sur HiTechPros (payant). Il y aussi des sites gratuits + ou - sérieux.

Sinon il faut démarcher directement des SSII sur votre secteur de compétence et voir si elles n’ont pas des besoins à sous-traiter.

La SSII prendra en général 15-20% de commission sur la prestation. Donc si le client paye 500 € HT à la SSII, vous facturerez 400 € HT à la SSII.

Les SSII qui prennent plus de 25% de commission sont des voleurs.

Notez que vous aurez plusieurs stratégies de mission : des missions longues durée souvent moins bien payées (par exemple 500 € HT tarif client final pour un développeur) et des missions plus courtes (et svt plus intéressantes) souvent mieux payés à la journée (par exemple 600 € tarif client final pour un développeur). Les missions courtes ont aussi l’avantage de tisser petit à petit un réseau. A vous de faire vos calculs, mais l’intercontrat coute très cher en manque à gagner, donc personnellement je préfère les missions longues.

Notez que bien souvent, même les missions longues durées seront limitées à 3 ans. Les entreprises se protègent du risque de requalification du contrat en limitant les prestations à 2-3 ans. Il faudra donc anticiper la sortie et chercher une autre mission avant que l’échéance n’arrive.

Pour connaitre le bon tarif, au début demandez juste à ce que la règle des 80/20 soit appliquée, et c’est la SSII qui vous donnera le tarif. N’acceptez pas de mission où vous gagnez moins de 350 € HT / jour, quelque soit la durée.

On peut aussi travailler au forfait plutôt qu’en régie, mais c’est très difficile pour un freelance d’obtenir des offres.

Personnellement, je n’ai jamais eu d’intercontrat quand j’étais salarié en SSII et jamais non plus en freelance. C’est un bon indicateur je pense. Si déjà en SSII vous avez bcp d’intercontrats, c’est mauvais signe et vous aurez probablement la même chose en freelance.

Discrétion

Certains clients n’aiment pas les freelance, qu’ils jugent volage. Si vous êtes en sous-traitance d’une SSII (et très probablement vous le serez), mieux vaut donc taire son statut chez le client final et faire comme si vous étiez salarié de la SSII.

Se faire payer

Le règlement des factures a lieu en général à 30 jours fin de mois. De fait, vous travaillez en janvier, vous émettez votre facture fin janvier et vous serez payé fin février, voir début mars.

Notez que certaines SSII sont des mauvais payeurs et payent systématiquement en retard.

Il est très important de trouver des partenaires fiables et qui ont pignon sur rue, car travaillez c’est bien, mais être payé c’est quand même le + important.

Les faillites de SSII ça arrive, et si vous avez trop de décalage dans le payement de vos factures, ça peut vous couter deux mois de facturation perdue.

Vérifiez toujours le sérieux de la SSII sur societe.com et aller dans leur locaux. Ne rien négocier à distance.

Charges sociales

Vous aurez très rapidement à payer les cotisations URSSAF et RSI. Rassurez-vous (!), ça arrive directement dans votre boite aux lettres.

Elles sont calculées selon les chiffres N-1 voir N-2 et donc les deux premières années, vos charges seront artificiellement basses (cotisations forfaitaires) et votre bénéfice artificiellement haut.

En EI, il est possible d’écrire aux URSSAF pour demander une modulation des cotisations du travailleurs indépendant, en fonction de votre bénéfice prévisionnel (faîtes une recherche Google). Je vous le conseille fortement.

En EURL, voir avec l’expert-comptable, il doit être possible de passer des provisions pour charge.

Les frais

Vous avez intérêt à passer un maximum de frais dans votre société, pour diminuer la base imposable. Téléphone, Internet, Ordinateur, une partie du loyer, véhicule, hop, en frais. Tout doit être justifiable. Notez que les costumes ne peuvent pas passer en frais.

Pour le véhicule, vous avez le choix entre le classique frais réelle ou barème kilométrique. Mon expérience c’est que le barème est avantageux pour les grosses cylindrés et défavorables sinon, spécialement pour les motos. C’est ce qui explique que certains freelance s’achètent d’occasion des énormes BMW… C’est pas forcément pour la frime, c’est pour le barème kilométrique…

Le chômage et les vacances

Il n’y a évidemment pas de chomage si vous êtes freelance.

Un journée travaillée = une journée facturée, c’est aussi simple.

Si vous êtes malades ou faîtes un pont, ou jour férié, ou vacances, vous n’êtes pas payé.

Sécurité sociale (RSI) et Mutuelle Madelin)

En Freelance, votre sécurité sociale c’est le RSI. Il faudra compléter par une mutuelle. Une partie des frais de mutuelle peut passer en frais dans votre comptabilité si votre mutuelle est dîtes de type professionnelle "Madelin" (faîtes une recherche sur Google).

Retraite complémentaire (CIPAV) et Retraite Madelin

Pour la retraite complémentaire, vous cotiserez à la CIPAV. Ils ont la réputation d’être injoignable autrement que par lettre avec AR. Ils oublient aussi parfois des cotisants (priez que ce soit votre cas). :-)

Vous pouvez compléter par des cotisations volontaires à des contrats retraite Madelin. C’est l’équivalent des contrats PERCO en moins bien car les sommes ne sont pas déblocables avant la retraite (contrairement au PERCO où les sommes sont déblocables si achat de la RP). En résumé de part l’effet tunnel c’est de la me### sauf si vous avez 55 ans.

Se loger ou faire un prêt

Les assurances loyers impayés refusent les freelance et les agences refusent les candidats qui sont refusés par l’assurance loyer impayé. Autant dire que vous serez exclu de 90% du parc locatif en IDF.

Vous avez donc intérêt à aimer votre logement actuel, car une fois freelance c’est une galère sans nom pour en changer.

Personnellement j’ai du carrément faire des faux papiers de salariés. :-) D’autre acceptent de mettre sous un compte bloqué 12 mois de loyers en "garantie".

Même chose pour un prêt bancaire, ou souvent la banque exigera 3 années d’exercice complet pour prendre en considération vos revenus. Il y a des exceptions, notamment le Crédit Foncier qui accepte à partir de 2 ans. (de ce que j’en sais)

Rémunération espérée

Tout va dépendre du nbr de jour facturé dans l’année. Si vous travaillez bcp (personnellement je suis à 230 jours / an au moins), vous pouvez gagner (en tenant compte des charges et impôts) facilement 50% de + qu’en étant salarié.

Faire carrière en freelance

Les postes d’encadrement étant souvent réservés aux internes, en tant que freelance, vous serez limité à des postes d’exécutants, d’expertise, de chef de projet, d’AMOA ou de MOA.

Il y a parfois des postes d’encadrement de petites équipes (4 personnes). Les postes d’encadrement de moyennes ou grandes équipes (> 10) sont rares.

De fait, si votre but c’est de finir DSI, mieux vaut ne pas vous mettre freelance, ou ne pas y rester trop longtemps.

Quitter son emploi actuel ou rester sur la même mission

A vous de jouer ! Notez que vous pouvez demander un congé sabbatique (qui peut être refusé) pour faire tester le statut freelance et revenir dans votre société en tant que salarié si celui-ci ne convient pas.

On trouve aussi des collaborateurs qui sont en mission depuis 1 an, et restent sur la même mission avec la même SSII, tout en passant freelance. En général la SSII grince des dents (elle marge moins sur un freelance qu’un salarié), mais si vous êtes indispensable chez le client, ça se fait…

A vous de jouer !!!

En ligne

 

#3 20/04/2012 09h43 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   10 

Je complète pour la partie comptable : Ne travaillez pas avec Ciel ( en l’occurence Ciel Comptabilité libérale) ceci pour ûne raison simple : si vous adhérez à une AGA ( Association de Gestion Agrée) et vous y êtes quasiment obligé pour un  pas être imposé sur 125% de votre bénéfice, ce logiciel ne permet pas de préparer les tableaux de contrôle et les documents nécessaires pour l’AGA. En particulier le contrôle de TVA, pas évident pour un non professionnel. Vous êtes donc obligé de les préparez à la main ce qui est une aberration.

Ce que je vous conseille de faire, c’est de contacter un expert-comptable en proposant de faire vous même la saisie mensuelle des factures pour réduire son coût, soit directement par un accès internet au logiciel de l’expert-comptable ( Quadrattus de CEGID par exemple)) soit d’acheter la version entreprise du logiciel de l’expert-comptable, pour saisir vous même et exporter, en fin d’année, chez l’expert vos écritures pour qu’il vous fasse la déclaration 2035, la préparation des documents pour l’AGA.

C’est cette dernière option que je propose à mes clients. J’utilise les logiciels EIC, et la version entreprise coûte 250€ HT une fois pour toute à mes clients.

Dernière modification par patrick (20/04/2012 09h44)

Hors ligne

 

#4 20/04/2012 11h09 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   12 

Excellent toutes ces infos, merci !

Hors ligne

 

#5 20/04/2012 11h20 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Ayant été très récemment en recherche d’emploi(profil expérimenté java/J2EE), j’ai étudié la possibilité de me lancer en tant que freelance avec les aides à la création d’entreprise(accre+arcep).

Mais j’ai du me résoudre à abandonner cette solution car avec la crise+les élections ça n’est vraiment pas évident de trouver des missions en ce moment:
->J’ai démarché directement plusieurs petites SSII qui travaillent habituellement avec des freelance mais elles ont actuellement très peu de missions à proposer, et lorsqu’elles en ont, elles privilégient le replacement de leurs salariés en intercontrat ou les embauches en CDI.
->J’ai eu également plusieurs contacts avec des intermédiaires plus ou moins sérieux en déposant mon CV sur des sites de freelance. Ils vous font miroiter des dizaines de missions mais ils n’ont rien de bien concret ou alors lorsqu’une mission se présente, il y a 50 personnes sur le coup.
->Enfin, j’ai pu constater que le taux journalier moyen  de facturation était plutôt orienté à la baisse en ce moment.

Cette recherche a donc été chronophage et n’a abouti à rien: une bonne dizaine d’entretiens inutiles, vous bossez pour préparer un entretien et apprenez le jour même que celui-ci est annulé etc…

A moins d’être sur une techno de niche ou d’avoir un bon réseau, ça n’est donc pas une période propice pour se lancer en indépendant.

Hors ligne

 

#6 20/04/2012 11h41 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Rien à redire sur le message d’IH, tout y est dit.
Mieux vaut démarrer sans monter de société je pense, l’intérêt principal de la société est de jongler entre la rémunération et les dividendes (classiquement profiter du taux de l’IS réduit pour se verser des dividendes jusqu’au plafond puis rémunération), mais comme on sent bien que l’abattement sur les dividendes va disparaître, mieux vaut attendre les après élections.
Par contre je ne suis pas d’accord sur le fait d’écarter le Madelin, mais j’en ai déjà discuté avec IH, d’autant qu’on trouve des madelin sur internet avec des frais d’entrée à 0% maintenant. Effectivement à 30 ans mieux vaut ne pas y verser grand chose, surtout si on a l’ambition d’être indépendant financièrement à la retraite, mais quand même ca ne coute pas grand chose au final avec les impots gagnés dessus et je trouve ca humble de se dire que si on s’est fourvoyé sur ses placements et/ou qu’on n’a pas atteint l’indépendance financière souhaité d’avoir ce petit plus pour compenser une maigre retraite, que si un accident de la vie divers style divorce, au moins il y a ce parachute pour ne pas finir sa vie tristement. Perso j’y mets une centaine d’euros par mois, moins les impots, autant dire que c’est indolore, j’ai commencé à 29 ans, jusque 65 ans ca devrait faire une somme correcte avec un taux de rente garanti. Alors oui c fiscalisé à la sortie, les fonds sont souvent pas les meilleurs et les frais elevés, mais bon si j’ai fait de mauvais investissements… en gros c une assurance.

Hors ligne

 

#7 20/04/2012 12h47 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   83 

Merci beaucoup pour ces réponses qui sont extrêmements complêtes qui vont bien alimenter ma réflexion.

Hors ligne

 

#8 20/04/2012 13h05 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   231 

InvestisseurHeureux a écrit :

A vous de jouer ! Notez que vous pouvez demander un congé sabbatique (qui peut être refusé)

Si on répond aux critères d’ancienneté, il ne peut pas être refusé.

En revanche, il peut y avoir négociation sur la date de départ s’il s’agit d’une petite entreprise dont une partie du personnel est déjà en congé.

Source : http://vosdroits.service-public.fr/F2381.xhtml

Dernière modification par Nikki (20/04/2012 15h05)

Hors ligne

 

#9 20/04/2012 21h13 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1307 

patrick a écrit :

Je complète pour la partie comptable : Ne travaillez pas avec Ciel ( en l’occurence Ciel Comptabilité libérale) ceci pour ûne raison simple : si vous adhérez à une AGA ( Association de Gestion Agrée) et vous y êtes quasiment obligé pour un  pas être imposé sur 125% de votre bénéfice, ce logiciel ne permet pas de préparer les tableaux de contrôle et les documents nécessaires pour l’AGA. En particulier le contrôle de TVA, pas évident pour un non professionnel. Vous êtes donc obligé de les préparez à la main ce qui est une aberration.

Je m’inscris au faux à vos propos. :-)

(je parle dans le cas d’une EI, je ne connais pas pour l’EURL)

Ciel Compta Libérale permet tout à fait de produire des récap de TVA. Il y a aussi des reporting exprès pour les AGA, notamment sur les frais mixtes.

C’est le logiciel que j’utilise depuis le début, j’en suis très content et mon AGA est satisfaite des reportings que je fournis.

Je n’ai aucun calcul à faire manuellement. Je saisis mes dépenses/recette que je ventile dans des rubriques (parfois c’est très chiant car il y a des TVA mixtes ou des ventilations sur plusieurs rubriques comme pour les URSSAF, mais Ciel n’y est pour rien !). Ensuite j’édite les reportings et c’est tout.

En ligne

 

#10 21/04/2012 13h44 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   57 

Une autre possibilité est d’externaliser totalement la comptabilité. C’est coûteux mais ça permet 1) de se concentrer sur son business, 2) de ne pas se prendre la tête. Si les heures économisées sont transformées en heures facturées, vous serez largement gagnant. La principale contrepartie, c’est de trouver un comptable de confiance.

En tout cas, j’ai toujours procédé ainsi pour ma société. Focus sur le coeur de métier. Certaines économies n’en sont pas, il faut faire le calcul global.

Hors ligne

 

#11 21/04/2012 17h39 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   16 

tigrou a écrit :

Ayant été très récemment en recherche d’emploi(profil expérimenté java/J2EE), j’ai étudié la possibilité de me lancer en tant que freelance avec les aides à la création d’entreprise(accre+arcep).



Cette recherche a donc été chronophage et n’a abouti à rien: une bonne dizaine d’entretiens inutiles, vous bossez pour préparer un entretien et apprenez le jour même que celui-ci est annulé etc…

A moins d’être sur une techno de niche ou d’avoir un bon réseau, ça n’est donc pas une période propice pour se lancer en indépendant.

Si je peux me permettre vous parlez comme parlent ceux qui racontent qu’ils ont envoyé 400 CV et n’ont reçu aucune réponse. Bref, si le contexte est peut être un plus dur qu’avant il y a toujours de l’activité.
Le fait de pousser du bout du bâton pour voir si la bête est vivante ne vous mets pas dans les meilleures dispositions pour réussir votre lancement.

Hors ligne

 

#12 22/04/2012 10h17 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1307 

InvestisseurHeureux a écrit :

Le chômage et les vacances

Il n’y a évidemment pas de chomage si vous êtes freelance.

Un journée travaillée = une journée facturée, c’est aussi simple.

Si vous êtes malades ou faîtes un pont, ou jour férié, ou vacances, vous n’êtes pas payé.

J’auto-commente mon propos pour préciser que le droit au chômage se calcule facilement. J’en avais déjà parlé dans la file : Gagne-t-on plus en freelance que comme salarié ?.

Puisque la durée du chômage est de 24 mois et le montant des indemnités dépend du salaire.

Pour un salaire de 45 k€ brut annuel, l’indemnité est de 1950 € / mois. Il s’en suit donc que vos "droits au chômage" ne sont ni plus ni moins qu’une rente mensuelle de 1950 € / mois plafonnée à 46 800 € et qui se déclenche en cas de licenciement.

A cela j’ajoute que nécessairement, nous aurons en France des réformes comme en Italie ou Espagne, et que les salariés auront de - en - de droits : contrat + flexible, chômage + court etc.

Et je pense qu’ils seront les grands perdants (ce sera encore + vrai pour les fonctionnaires), car ils auront "accepté" des rémunérations plus faibles en contre-partie d’une certaine protection sociale.

Au final, celle-ci va s’étioler et le manque à gagner en rémunération sera de - en - compensé par une protection sociale.

Je le vois déjà pour les salariés de SSII : ils sont svt obligés d’accepter des missions pourries pour éviter l’inter-contrat ou sinon ils sont virés. Au final, hormis le chômage (qu’encore une fois il est parfaitement facile de chiffrer, cf. infra), ils ne me paraissent donc pas vraiment plus "protégés" que moi qui suis freelance, mais gagnent nettement moins.

En ligne

 

#13 01/05/2012 22h12 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

A propos je me suis fait la réflexion suivante à propos du freelance et d’une "optimisation" fiscale dans le cas où l’on a peu de frais professionnels.

1° Utiliser l’auto entrepreneur

Plafond Auto Entrepreneur de 32 600 Euros.

Vous facturez à 400 euros HT.
Le chiffre d’affaires est de : 81 journées soit 32 400 Euros.
Pour l’activité de consulting, le régime micro social est de 18,30%.
On a en salaire : 26 470 euros et ramené sur 12 mois : 2 205 euros mensuels.
81 journées de travail c’est 4 mois de travail à la suite…

Cela semble pas mal, non?

2° et après le plafond?

Pour ne pas lâcher le client et finir les missions…
Vous passez par une société de portage qui vous fera des fiches de salarié…
Vous faîtes 2 mois supplémentaires toujours à 400 euros.

40 * 400 * 0.5 = 8 000 euros pour vous en salaire (et vous cotisez les 4 trimestres du régime général car c’est du salarié).

Si vous prenez ces 8 000 euros ajouté aux sommes précédentes, le salaire mensuel net devient 2872 euros pour 6 mois de travail… et vous avez cotisé au régime général pour avoir 4 trimestres…

Est-ce que quelqu’un sait si on peut cumuler auto entrepreneur et portage salarial?
Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais ça marche sur le papier, non?

Hors ligne

 

#14 01/05/2012 22h33 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Modérateur
Réputation :   1080 

jaidelachance :

Celui qui cotise au minimum pour la retraite pendant toute sa carrière aura une retraite … au minimum.

Au niveau du "cumuler auto entrepreneur et portage salarial" je ne sais pas si c’est interdit explicitement, mais ce que vous décrivez me semble clairement en dehors de l’esprit de la loi sur les AE, donc de toute manière pas sans risques.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#15 12/05/2012 00h06 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   83 

Je voulais remercier encore une fois les membres pour leurs réponses. Finalement je n’irais pas dans cette voie ayant eu un réponse tardive pour un poste intéressant.

Je tient à rajouter aussi que j’avais commencé à établir un dossier en suivant point par point le guide de l’acpe (Accueil - APCE, agence pour la création d’entreprises). En toute franchise si je trouvais cela un peu perte de temps au début, cela m’a permit de pas mal réfléchir et affiner ma démarche (étant dans un cas où je n’avais pas de contraintes temporelles donc le temps de paufiner).

Hors ligne

 

#16 15/05/2012 23h39 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Ce message concerne ceux qui ont fait le choix de passer en Freelance.

Je suis salarié de SSII depuis 5 ans maintenant. Je n’ai eu que des missions relativement longues (5 missions d’1 an environ) et a peine 3 ou 4 jours d’inter-contrat.

J’ai été contacté par un ancien client (qui a changé de boite depuis) pour une mission de 6 mois. Je lui ai indiqué mon envie de passer Freelance et il m’a dit que la modalité d’intervention lui été égale (ils ont des boites de portage avec lesquelles ils ont l’habitude de travailler…)

Le seul "souci" est qu’il souhaite me voir commencer rapidement…

A votre avis, et selon votre expérience, quel est le délai le plus court que je puisse espérer pour effectuer toutes les démarches ? (je n’ai encore réellement arrêté mon choix sur la structure mais je pense retenir le régime de EURL).

Merci d’avance pour vos avis éclairés.

ps: je fais ici abstraction du fait que je sois en CDI et que j’ai donc théoriquement une période de préavis qui devrait être négociable (une rupture conventionnelle serait idéale !).


+/- Buy&Hold depuis Juillet 2011. Répartition Cible: Actions  60% - Immo. (REIT) 30% - Obligations 10% - Monétaire 6 mois de salaire. Devises : 10% € - 35% £ - 55% $ (CAD/USD)

Hors ligne

 

#17 16/05/2012 10h21 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

IH a écrit :

Discrétion

Certains clients n’aiment pas les freelance, qu’ils jugent volage. Si vous êtes en sous-traitance d’une SSII (et très probablement vous le serez), mieux vaut donc taire son statut chez le client final et faire comme si vous étiez salarié de la SSII.

Personnellement c’est surtout la jalousie des responsables et collègues qui me font taire, quand ils apprennent votre statut et surtout votre TJM bonjour les remarques…

IH a écrit :

Les frais
../..
Pour le véhicule, vous avez le choix entre le classique frais réelle ou barème kilométrique.

Sachez que si vous déclarez au réel, vous devez pouvoir TOUT justifier, selon un expert comptable le fisc est beaucoup plus regardant si vous êtes au réel et ne vous loupera pas, perso j’utilise le barème, simple et économique en temps. Mais je n’ai pas de grosse cylindrée (4CV) il va falloir que je songe à passer à la BM… ;-)

IH a écrit :

Rémunération espérée

Tout va dépendre du nbr de jour facturé dans l’année. Si vous travaillez bcp (personnellement je suis à 230 jours / an au moins), vous pouvez gagner (en tenant compte des charges et impôts) facilement 50% de + qu’en étant salarié

Perso j’ai doublé mon salaire pour 220j facturés sur 2011 et encore je lâche 12% pour mon rapporteur de mission…néanmoins c’est plutot bien pour commencer quand vous n’avez pas de contact, après vous développerez un réseau et vous aurez les missions par bouche à oreille.

Hors ligne

 

#18 04/01/2013 16h53 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1307 

InvestisseurHeureux a écrit :

Se loger ou faire un prêt

Les assurances loyers impayés refusent les freelance et les agences refusent les candidats qui sont refusés par l’assurance loyer impayé. Autant dire que vous serez exclu de 90% du parc locatif en IDF.

Vous avez donc intérêt à aimer votre logement actuel, car une fois freelance c’est une galère sans nom pour en changer.

Personnellement j’ai du carrément faire des faux papiers de salariés. :-) D’autre acceptent de mettre sous un compte bloqué 12 mois de loyers en "garantie".

Même chose pour un prêt bancaire, ou souvent la banque exigera 3 années d’exercice complet pour prendre en considération vos revenus. Il y a des exceptions, notamment le Crédit Foncier qui accepte à partir de 2 ans. (de ce que j’en sais)

Pour la caution bancaire, j’ai donc du mettre 12 mois de loyer dans un CAT qui rapporte 1,91% en taux acturiel et qui est nanti par la banque au titre de la caution. La banque prend 2,4% de frais annuel pour cette opération.

Donc je les paye pour qu’ils me gardent mon argent chez eux…

Et je dois encore les remercier puisque ce n’est pas toutes les banques qui proposent ce service.

Plusieurs propriétaires/agences ne veulent pas de caution bancaire mais seulement une (si le garant gagne 3 fois le loyer) voir deux cautions solidaires.

D’autres propriétaires/agences, si vous n’avez pas de CDI, ce n’est pas la peine de visiter l’appartement, quelques soient vos revenus TNS (Travailleur Non Salarié).

En ligne

 

#19 05/01/2013 20h21 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   48 

Avez vous pensé à vous arranger avec le propriétaire pour payer un an de loyer en guise de caution?
Ca vous coûtera moins cher et vous pourriez en profiter pour entretenir de bonnes relations avec votre propriétaire.

Une personne de mon entourage a été confronté à cette situation et a préféré payer l’intégralité du bail directement, ça coûtait bien moins cher.

Hors ligne

 

#20 05/01/2013 22h03 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   146 

Malheureusement en IDF, les propriétaires ont tellement de demandes qu’ils n’acceptent quasiment qu’une personne avec CDI ET avec garant gagnant 4 fois le loyer …
Moi le conseil que je donnerai est de commencer en salarié dans une SSII, trouver un logement à louer ou à acheter et une fois que vous avez de l’expérience, des contacts et votre logement lancez-vous comme freelance.

Freelance c’est surtout une mentalité plus qu’autre chose, si vous aimez travailler 35 heures par semaine, avoir un travail pépère et la garantie de l’emploi ne vous lancez pas, parce que les "employeurs" sont souvent plus exigeants envers un freelance qu’un salarié.

Malheureusement en France, de plus en plus de clients refusent de travailler avec des freelance ( même via une SSII ) parce qu’il faut savoir que les SSII préfèrent placer leurs propres salariés ( plus de marge… ) et que les directions des achats de ces grands groupes ont des relations incestueuses avec le monde des SSII ( les SSII référencées sont souvent créées par le mari, le cousin, la maitresse… de qqn d’influent dans la boite )

Hors ligne

 

#21 06/01/2013 00h21 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Autre forum de qualité pour ce type de question : Freelance-info : 3000 missions et forums d’aide

En bonus, il y a des simulateurs à peu près pour tout sur la vie du freelance. A titre personnel, je suis tombé un jour sur ce site web ci-dessus et j’ai posé ma démission pour devenir freelance exactement 10 jours plus tard.

Hors ligne

 

#22 06/01/2013 16h13 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Administrateur
Réputation :   1307 

Saydji a écrit :

Avez vous pensé à vous arranger avec le propriétaire pour payer un an de loyer en guise de caution?

Une personne de mon entourage a été confronté à cette situation et a préféré payer l’intégralité du bail directement, ça coûtait bien moins cher.

En effet, cela se fait parfois, mais encore faut-il pouvoir accéder au propriétaire. L’agence fait barrière.

ZeBonder a écrit :

Malheureusement en France, de plus en plus de clients refusent de travailler avec des freelance ( même via une SSII ) parce qu’il faut savoir que les SSII préfèrent placer leurs propres salariés ( plus de marge… ) et que les directions des achats de ces grands groupes ont des relations incestueuses avec le monde des SSII ( les SSII référencées sont souvent créées par le mari, le cousin, la maitresse… de qqn d’influent dans la boite )

Il y a ça et les avantages en "nature".

En ligne

 

#23 06/01/2013 17h17 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Investisseurheureux a bien fait le tour du sujet.

je précise que en société non seulement l’expert comptable peut effectuer des provisions mais il a l’obligation d’en passer.

Le compte bancaire en entreprise individuel : il n’y a pas d’obligation d’en avoir un séparé de ses comptes personnels, mais il est suicidaire de ne pas le faire (il sera à votre nom et la banque n’a pas à savoir qu’il est à usage professionnel, ils en profiteraient pour vous facturer des frais,….professionnels).
En cas de contrôle fiscal la première chose que demande le fisc (et de le certifier par écrit) est si toutes vos opérations sont sur un compte séparé, dans le cas contraire vous devrez tout justifier, y compris les versements de la grand mère pour l’anniversaire du petit …. sur 3 ans.

En entreprise individuel vous payez des impôts sur toutes vos entrées nettes de charges mais que sur vos encaissements (c’est une comptabilité de recettes dépenses).
En société vous payez des impôts sur les sociétés en tenant compte des créances dettes, donc une facture non encaissée est prise en compte; par contre vous ne payez des impôts personnels que pour ce que vous vous payez. Si vous avez des bénéfices importants dont vous n’avez pas besoin vous pouvez  les laissez dans l’entreprise.

Madelin : c’est déductible et par capitalisation il y a donc une certaine visibilité (attention aux tables de mortalité qui évoluent); en se débrouillant bien pas de frais d’entrée. C’est un excellent dispositif (ne serait ce que parce qu’il n’y a pas d’équivalent.

Néanmoins cotisez au régime légal au moins pour cumuler les trimestres.

Pour démarrer en EI c’est immédiat, il suffit d’envoyer un courrier aux impôts et d’ouvrir un nouveau compte à la banque.

Dernière modification par PhbFr (06/01/2013 17h21)

Hors ligne

 

#24 07/01/2013 11h58 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   

Bonjour IH,

dans votre 1er post vous parlez d’EI et de SASU mais votre développement se borne à l’EI et l’EURL, savez vous si le statut de SASU peut se montrer plus intéressant?
Après qu’une connaissance m’ai fait part de ce choix pour se lancer en freelance, je commence mes recherches sur le sujet dont voici ma 1ère synthèse.

Structure juridique

Pour créer une SASU, il sera nécessaire de rédiger des statuts, de publier une annonce dans un journal d’annonces légales, de remplir un formulaire m0, d’obtenir un certificat de dépôt de fonds pour les apports en numéraire (création à partir de 1euro de capital)
Pour toutes les décisions prises par l’associé unique un procès-verbal devra être établi et déposé au CFE, accompagné de diverses formalités, et un registre des décisions devra être tenu.

L’associé unique d’une SASU est responsable dans la limite des apports qu’il a effectués.

En SASU, Lorsque l’associé unique de la SASU exerce également la direction de l’entreprise vous n’êtes pas considéré comme un travailleur non salarié, mais comme un dirigeant assimilé salarié:
Avantages:
- bénéficie du régime général de la sécurité sociale
- meilleure assurance vieillesse que les travailleurs indépendants

inconvénients
- ne peut bénéficier du régime de l’assurance chômage (parce que considéré comme mandataire social)

Comptabilité

Les bénéfices d’une SASU sont imposables à l’IS MAIS vous pouvez opter temporairement à l’IR pour une durée maximale de 5 ans.
Les montants qui seront versés en capital permettront de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu ou d’une réduction d’ISF

Hors ligne

 

#25 14/05/2013 15h54 → Freelance informatique : comment se lancer en freelance ? (freelance informatique)

Membre
Réputation :   73 

Bonjour Freesas,

Pour la première partie structure juridique, L’EURL a les mêmes obligations.

Dans les inconvénients d’être salarié (dirigeant assimilé salarié)
- Il est soumis aux mêmes charges sociales qu’un salarié (soit 60%) alors qu’un TNS est plutot vers 35% D’où l’interet de se payer un salaire équivalent au SMIC.

- Autre inconvenient : il est beaucoup plus compliqué d’ajuster un salaire qu’une remunération.
La remunération en EURL peut etre variable d’un mois à l’autre (suite à une décision en AG) alors qu’un salaire est défini.

Dernière modification par francoisolivier (14/05/2013 16h08)

En ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech