Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 30/03/2012 23h55 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   60 

Sinclair a écrit :

Les Placements de l’épargne à long terme de Jean-François de Laulanié

Loin de la bouillie intellectuelle quotidienne, la vérité nue.

Je suis justement dessus. Un livre qui permet de prendre du recul par rapport au brouhaha ambiant, en effet.

Sinclair a écrit :

Psychologie de l’investisseur et des marchés financiers de Mickaël Mangot

Apprenez à vous connaître, sinon vous serez condamné à répéter les mêmes erreurs ad nauseam.

Ce livre semble passionnant. Avez-vous un exemple d’erreur répétée due à ce genre de méconnaissance de soi? (et de soi agissant comme la foule)

Dernière modification par placementapapa31 (30/03/2012 23h55)

Mots-clés : behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental

Hors ligne

 

#2 31/03/2012 11h29 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   57 

placementapapa31 a écrit :

Avez-vous un exemple d’erreur répétée due à ce genre de méconnaissance de soi? (et de soi agissant comme la foule)

Un biais cognitif redoutable consiste à compartimenter les décisions économiques (revenu du travail, dépenses de consommation courante, dépenses d’équipements, achat de résidence principale, placements de sécurité, placements de revenus, placements de croissance, etc.) et à essayer d’optimiser chaque compartiment et chaque décision, sans tenir compte de l’intérêt global.

Ainsi je peux passer 5 minutes pour économiser 20 centimes sur l’achat d’un paquet de café, sans réfléchir au fait que 2.40€/heure, c’est misérable comme rendement. J’ai optimisé mon achat de café et c’est satisfaisant pour l’ego.

Mais pour mon patrimoine, j’aurais peut-être mieux fait d’utiliser ce temps à lire un rapport annuel, ou à faire des heures sup à mon travail.

Une autre conséquence de ce biais est la difficulté à vendre une ligne en perte. On voudrait que chaque ligne soit gagnante. C’est associé à un autre biais, l’ancrage au prix d’achat.

Ou encore, pour répondre au besoin de sécurité, les gens placent leur argent sur un livret, alors qu’ils pourraient obtenir cette même sécurité via la diversification, mais dans leur esprit les actions ça ne peut pas rentrer dans le compartiment sécurité (il y a en plus souvent confusion entre risque et volatilité).

Hors ligne

 

#3 31/03/2012 16h51 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   60 

Très intéressant.

IH il faudrait absolument faire un sujet sur la question des biais cognitifs qui menacent l’investisseur.

Chacun pourrait apporter à la fois le fruit de ses lectures et son vécu personnel, forcément truffé d’erreurs dues à ce genre de bais.

Je termine L’Argent de Zola comme vous savez, il y a là-dedans des tonnes de biais cognitifs intemporels à identifier : par exemple le danger de se prendre, dès qu’on a 3 pauvres actions qui ont monté, pour un grand capitaliste!

Hors ligne

 

#4 31/03/2012 18h35 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   57 

placementapapa31 a écrit :

IH il faudrait absolument faire un sujet sur la question des biais cognitifs qui menacent l’investisseur.

Ne serait-il pas intéressant de créer une rubrique aïkido de l’investisseur ? Identifier toutes les menaces qui pèsent sur notre enrichissement : notre cerveau, nos émotions, notre environnement social, nos croyances, tous ces gens qui nous veulent du bien, les gourous de la finance, les conseilleurs pas payeurs, les mass médias, la liste est très longue…

Et nous former à y faire face, bien sûr.

Dernière modification par Sinclair (31/03/2012 18h36)

Hors ligne

 

#5 31/03/2012 21h25 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   211 

Dans le domaine de la finance comportementale, je ne peux que chaleureusement vous recommander la lecture de James Montier, un must dans le genre :

The little book of Behavioral Investing

Hors ligne

 

#6 02/04/2012 16h39 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   60 

ZOLA - L’ARGENT a écrit :

Son grand argument contre le jeu était que, mathématiquement, le joueur devait toujours perdre : s’il gagne, il a à déduire le courtage et le droit de timbre ; s’il perd, il a en plus à payer les mêmes droits ; de sorte que, même en admettant qu’il gagne aussi souvent qu’il perd, il sort encore de sa poche le timbre et le courtage. Annuellement, à la Bourse de Paris, ces droits produisent l’énorme total de quatre-vingts millions. Et il brandissait ce chiffre, quatre-vingts millions que ramassent l’État, les coulissiers et les agents de change.

Pour moi un des premiers bais cognitifs de l’investisseur c’est de ne pas se méfier assez des intermédiaires, de ne pas avoir assez conscience de la façon dont ils "gagnent" leur vie : COMMISSIONS, COMMISSIONS, COMMISSIONS !

Je re-cite ma phrase préférée de W. Bernstein dans "The four Pilars of investing" :

W. BERNSTEIN a écrit :

The broker is not your buddy

Hors ligne

 

#7 02/04/2012 17h54 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   82 

Un biais en immobilier, serait de voir le bien seulement (prix et disposition/surface), et non pas son environnement direct.

Autre point, mais cela c’est aprés que la connerie soit arrivé, c’est la dissonance cognitive. C’est un mécanisme de défense de notre inconscient qui diminue notre tension psychologique en trouvant des excuses à un mauvais choix.

Plus l’investissement et l’engagement de la personne lui ont coûté, moins elle est prête à y renoncer. Selon Gregory Bateson

Lors d’enquêtes, on observe que plus un choix s’est montré difficile et engagé (d’une grande école, d’un appartement, voire d’un conjoint), plus on a tendance ensuite à estimer avoir effectué le bon, et donc à oublier certains éléments de l’environnement ayant peu de rapport avec ce choix

Les mécanismes des ventes pyramidales s’appuient fortement sur le refus irrationnel de faire marche arrière alors qu’on s’est sûrement fourvoyé

(Dissonnance cognitive sur Wikipedia; lire le paragraphe "exemples")

Dernière modification par BorderLine (02/04/2012 17h55)

Hors ligne

 

#8 02/04/2012 18h20 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   60 

Dans la foulée de ce que dit borderline, je me souviens de travaux cités dans le Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, ouvrage qui a eu un certain succès fin années 90, il s’agissait de recherches sur "l’escalade d’engagement" ("escalation of comitment, études anglo-saxonnes), montrant que les décideurs avaient tendance à s’obstiner dans  une idée même si elle est mauvaise. La cause : c’est LEUR idée!

Et en pratique j’ai pu observer ça plusieurs fois chez des créateurs d’entreprise (en général ça a mal fini).

J’ai trouvé ça :

Escalation of commitment - Wikipedia, the free encyclopedia

"the phenomenon where people justify increased investment in a decision"

Intéressant…

Dernière modification par placementapapa31 (02/04/2012 18h31)

Hors ligne

 

#9 02/04/2012 20h49 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   57 

Un excellent article des Daubasses :
Le process, le process… et le process ! | Le Blog des Daubasses – Premier site francophone de l’investissement dans la valeur
ou comment le process et les statistiques nous aident à surmonter nos multiples biais, pour coacher une équipe de base-ball ou gérer un portefeuille (exactement ce que fait IH, soit dit en passant).

Hors ligne

 

#10 02/04/2012 21h06 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   12 

Un des biais cognitifs classiques de l’investisseur c’est le biais de la connaissance après les faits, genre "j’avais dit qu’il fallait acheter/vendre" … on a tendance à surestimer sa capacité à prédire les évènements

Hors ligne

 

#11 02/04/2012 21h25 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   60 

chroom a écrit :

biais de la connaissance après les faits[/url], genre "j’avais dit qu’il fallait acheter/vendre" … on a tendance à surestimer sa capacité à prédire les évènements

Ne peut-on inclure dans ce phénomène la surestimation de sa capacité à prédire due à un succès précédent?

Exemple : la semaine dernière j’ai vendu lorsque le CAC était à 3500 car j’ai flairé (cru flairer) que le vent tournait, ce minuscule succès ne va-t-il pas m’amener à surestimer mes capacités à "timer" le marché? Car tous les "patrimoniaux" savent qu’on ne peut timer le marché…

Un autre passage de l’ "Argent" :

ZOLA a écrit :

Et si vous aviez vu le calme de l’oncle, au milieu de ces catastrophes ! il l’avait bien prédit, il triomphait, serré dans son col de crin… Pas un jour il n’a manqué la Bourse, pas un jour il n’a cessé de jouer son jeu infime, sur le comptant, satisfait d’emporter sa pièce de quinze à vingt francs, chaque soir, ainsi qu’un bon employé qui a bravement rempli sa journée. Autour de lui, les millions croulaient de toutes parts, des fortunes géantes se faisaient et se défaisaient en deux heures, l’or pleuvait à pleins seaux parmi les coups de foudre, et il continuait, sans fièvre, à gagner sa petite vie, son petit gain pour ses petits vices… Il est le malin des malins, les jolies filles de la rue Nollet ont eu leurs gâteaux et leurs bonbons.

Il s’agit de la description du comportement d’un petit investisseur, au beau milieu d’une bulle folle, qui lui continue, imperturbable et insensible, à gagner son minuscule mais régulier retour.

Je ne sais trop quoi en penser :

- d’un côté la logique patrimoniale très présente sur ce forum me semble aller dans ce sens : gain modéré mais certain qui fait grossir le "pot"

- d’un autre côté, est-il rationnel de rater une flambée, à condition de ne pas être trop gourmand et de sortir tôt? Un retour global de LT ne se construit-il pas à coup de retour important sur quelques courtes périodes + des retours plus modestes le reste du temps? Je n’en sais rien personnellement, je pose juste la question smile

Dernière modification par placementapapa31 (06/04/2012 17h35)

Hors ligne

 

#12 13/12/2015 17h53 → Investissement comportemental : biais cognitifs de l'investisseur (behavioural finance, biais cognitif, investissement comportemental)

Membre
Réputation :   225 

Je partage un article (de 2014 en anglais) de ’alpha architect’ par Wesley R. Gray sur les biais cognitifs dans le domaine de l’investissement.
L’auteur veut montrer que l’investissement systématique est toujours supérieur à l’investissement discrétionnaire d’un stock-pickeur (sauf si on s’appelle Warren Buffett qui est une anomalie statistique).
Au-delà de la conclusion je trouve la présentation des biais instructive.
Nous sommes tous maintenant informés de ces biais. Que faisons-nous pour nous en prémunir?

trying_too_hard_final.pdf]Are you trying too hard?


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech