Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 11/04/2011 12h24 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Merci d’une réponse aussi détaillée.
Vous avez raison, je me suis écarté de ma liste de référence et je ne m’étais pas assez renseigné sur la fiscalité des dividendes étrangers.
Je vais donc corriger le tir.
Il faut pratiquer pour apprendre …

Hors ligne

 

#52 13/04/2011 14h43 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

J’ai constaté depuis le détachement réçent de dividende que FMU et surtout KMU (deux valeurs que vous avez peut-être encore actuellement) ont subi une chute bien plus violente que le montant dudit dividende.

Je m’intéresse à la bourse depuis seulement quelques mois, cette année est donc la première où je vais pouvoir observer la manière dont le marché réagit avant et après les dividendes.

Je me permets ainsi de vous demandez de part votre experience si cette réaction sur FMU et KMU est classique (vente après encaissement du dividende, valeur moins attractive car le dividende devient désormais très lointain ?) ou s’il s’agit de cas plutot isolés.

J’ai regardé KMU sur 2 ans et j’ai l’impression que chaque année ça rechute/stagne pendant une période plus ou moins longues (à compter en semaines) avant de repartir mais je n’ai pas eu le temps de pousser ma recherche pour l’instant. J’attends surtout de voir d’autres exemples dans le courant du mois de Mai.

Hors ligne

 

#53 13/04/2011 16h47 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Dans votre méthode, la difficulté est bien de constituer une liste de référence, surtout si l’on maîtrise mal les paramètres financiers des entreprises.
Suivant surtout les avis de ce forum concernant les valeurs de rendement, j’ai donc constitué une liste de 20 valeurs, dont j’ai 10 en portefeuille (marquées d’un * ici)
Pensez-vous que ce soit suffisant pour opérer des arbitrages en fonction de la variation des rendements ?

IML    AFFINE    *
ALP    ADLPARTNER    *
FTE    FRANCE TELECOM    *
DNX    DNXCORP    *
KMU    KLEMURS   
ABCA    ABC ARBITRAGE    *
FMU    FONCIERE DES MURS    *
EIFF    TOUR EIFFEL    *
VIV    VIVENDI    *
NEO    NEOPOST    *
CNF    CRCAM NORD FRANCE   
FDR    FONCIERE DES REGIONS   
AURS    AURES TECHNOLOGIES    *
CCN    CRCAM NORM SEINE   
KN    NATIXIS   
GSZ    GDF SUEZ   
VIE    VEOLIA ENVIRONNEME   
FP    TOTAL   
RAL    RALLYE   
ONLK    UNIBAIL RODAMCO   
ALTA    ALTAREA

Hors ligne

 

#54 16/04/2011 09h17 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Ulysse a écrit :

J’ai constaté depuis le détachement réçent de dividende que FMU et surtout KMU (deux valeurs que vous avez peut-être encore actuellement) ont subi une chute bien plus violente que le montant dudit dividende.
Je me permets ainsi de vous demander de part votre experience si cette réaction sur FMU et KMU est classique (vente après encaissement du dividende, valeur moins attractive car le dividende devient désormais très lointain ?) ou s’il s’agit de cas plutot isolés.

Les petites valeurs de rendement ont un comportement bien particulier : le cours monte avant le détachement, il baisse après (plus que du montant du dividende) puis nous partons pour plusieurs mois de calme, essentiellement parce que les investisseurs pensent qu’il y a mieux à faire ailleurs.
Ceci dit, si les choses étaient aussi ’mécaniques’, nous serions riches… Parfois, le ’trou’ du détachement est comblé en une poignée de séances.
Si vous modifiez les courbes en actualisant du montant du détachement, vous verrez que la tendance graphique est très différente. J’en viens donc à mon propos : le but de ma méthode est, certes, de maximiser les dividendes perçus; mais ceci dans un souci de long terme (lorsque j’aurai besoin d’un complément de revenu). D’ici là, en phase d’épargne, ce qui m’intéresse est plutôt le rendement courant. Si je vois une grosse opportunité, j’accepte de vendre un titre qui n’a pas détaché au profit d’un autre qui a déjà détaché; j’ai alors raté le dividende de l’année sad.
C’est pourquoi (comme je l’ai indiqué précédemment), je compare les rendements en ’coupon zéro’ i.e. le dividende rapporté au cours après détachement. Le jour du détachement, ce rendement ne change pas.

S’agissant de KMU, la baisse actuelle vient vraisemblablement du fait que le dividende 2010, très élevé, a été clairement annoncé comme non souhaité par l’entreprise qui répond à ses obligations fiscales. Ainsi, il est prudent de considérer que le prochain dividende se situera plutôt vers les 1,15; du coup, le rendement baisse pour une valeur peu liquide et pas du tout diversifiée. Je crains que le plancher du cours ne soit pas encore atteint.
Pour cette raison (baisse du dividende prévisible pour l’exercice 2011), j’ai coupé ma position au profit de NEO.

S’agissant de FMU, j’avais une très grosse ligne dessus, et j’en ai basculé plus de la moitié avant le détachement pour profiter de la hausse substantielle de ces derniers mois. J’ai ’remonté’ un capital certain sur IML et ALP notamment. Je me suis rendu compte à cette occasion que des lignes déséquilibrées offraient des possibilités de permutation partielle interne, ce qui offre d’autres occasions d’augmenter les revenus : au lieu de se concentrer sur l’interface entre le plus petit rendement des valeurs détenues et le plus gros de la watching list, je peux aussi jouer sur toutes les lignes détenues, c’est sans doute un relai de croissance de mes dividendes futurs.
Si FMU continue de baisser, je vais bientôt recharger !


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#55 16/04/2011 09h29 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Linards a écrit :

Dans votre méthode, la difficulté est bien de constituer une liste de référence, surtout si l’on maîtrise mal les paramètres financiers des entreprises.

Je vous invite à vous plonger dans l’univers comptable qui recèle plein de choses intellectuellement intéressantes. En plus, vous vous sentirez plus autonome, responsable de vos investissements.

Linards a écrit :

Suivant surtout les avis de ce forum concernant les valeurs de rendement, j’ai donc constitué une liste de 20 valeurs, dont j’ai 10 en portefeuille (marquées d’un * ici)
Pensez-vous que ce soit suffisant pour opérer des arbitrages en fonction de la variation des rendements ?

Plus la liste sera longue, plus les opportunités seront nombreuses, c’est une question de taille d’échantillon.
Si l’on joue à "cherchez l’intrus" dans votre liste, je dirais que KN n’a rien à y faire. Attention aux banques d’investissement qui sont les plus fragiles en cas de crise. Avec le risque qui pèse sur la dette des états, je ne crois pas que les bancaires remplissent favorablement le critère ’êtes-vous prêt à porter ce titre pendant 5 ans ?’. Les CRCAM n’ont qu’une activité de banque de détails ce qui les exonère (plus ou moins) du risque systémique.

Enfin, je me suis doté d’un critère sur le poids de la dette des entreprises qui est rédhibitoire pour quelques titres comme GSZ, VIE et RAL. Je pense que la dette doit se regarder sérieusement, surtout à l’aube de la remontée des taux.
La qualité des titres en watching list est fondamentale : vous achèterez un titre parce qu’il cote anormalement bas, ou moins qu’un autre tout aussi bon, mais pas parce que tel problème comptable / financier fragilise l’entreprise qui, du coup, ne tiendra pas le rythme d’un dividende élevé sur un certain nombre d’années.
Dit autrement, on cherche à capter des écarts dans un mouvement brownien de titres de qualité, pas à vendre un titre de qualité pour un mégot de cigarette.


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#56 22/04/2011 14h12 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Oui, je vais travailler le sujet, mais il faudra du temps.
En attendant j’ai élargi ma liste empiriquement (ci-dessous) et renforcé le portefeuille existant, pour bénéficier des dividendes des prochaines semaines.
Je vais voir comment se comportent les 11 valeurs en portefeuille (marquées d’une *) après les détachements.
Ensuite j’étudierai sérieusement chaque valeur pour laquelle je serai tenté d’arbitrer, au fur et à mesure que le cas se présentera.
Reste que je n’ai pas bien saisi comment calculer, en cours d’année, le rendement hors coupon … vous prenez en compte le cours au lendemain du détachement, mais ensuite ?
Je vous souhaite un bon week end.

ABCA    ABC ARBITRAGE    *
ACAN    ACANTHE DEV.   
ALP    ADLPARTNER    *
IML    AFFINE    *
ALTA    ALTAREA   
AURS    AURES TECHNOLOGIES    *
CAT31    CA TOULOUSE 31 CCI   
CO    CASINO GUICHARD   
CRAP    CRCAM ALP.PROV.CCI   
CRAV    CRCAM ATL.VEND.CCI   
CRBP2    CRCAM BRIE PIC2CCI   
CIV    CRCAM ILLE-VIL.CCI   
CRLA    CRCAM LANGUED CCI   
CRLO    CRCAM LOIRE HTE L.   
CMO    CRCAM MORBIHAN CCI   
CNF    CRCAM NORD FRANCE    *
CCN    CRCAM NORM SEINE   
CAF    CRCAM PARIS ET IDF   
CRSU    CRCAM SUD R.A.CCI   
CRTO    CRCAM TOURAINE CCI   
DNX    DNXCORP    *
ES    ESSO   
EUR    EURO RESSOURCES   
FDR    FONC DES REGIONS   
FMU    FONCIERE DES MURS    *
FTE    FRANCE TELECOM    *
GSZ    GDF SUEZ   
ICAD    ICADE   
KMU    KLEMURS   
LI    KLEPIERRE   
LAC    LACIE   
LD    LOCINDUS   
MEET    MEETIC   
MMT    METROPOLE TV   
NEO    NEOPOST    *
RAL    RALLYE   
SAN    SANOFI-AVENTIS   
SMTPC    SMTPC   
SEV    SUEZ ENVIRONNEMENT   
THEP    THERMADOR GROUPE   
FP    TOTAL   
EIFF    TOUR EIFFEL    *
ONLK    UNIBAIL RODAMCO   
VIE    VEOLIA ENVIRONNEME   
VIV    VIVENDI    *
ZIF    ZUBLIN IMMOBILIERE

Hors ligne

 

#57 22/04/2011 20h02 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Linards a écrit :

Reste que je n’ai pas bien saisi comment calculer, en cours d’année, le rendement hors coupon … vous prenez en compte le cours au lendemain du détachement, mais ensuite ?

Actuellement, nous travaillons au vu des dividendes de l’exercice 2010. Certains sont versés, d’autres pas, et d’autres ont détaché un acompte. Ceci modifie le rendement courant et introduit un biais dans la comparaison de titres, suivant qu’ils ont, ou non, détaché tout ou partie du dividende.
Pour éviter ce biais, je rapporte le montant du dividende au cours tel qu’il serait si le dividende était intégralement détaché.

La formule du rendement "classique" est :
DIVIDENDE
/
COURS

La formule du rendement "coupon 2010 zéro" est :
DIVIDENDE
/
(COURS - DIVIDENDE + CE QUI A DEJA ETE VERSE)

Exemple :
ABCA sert un dividende 2010 de 0,55 et a déjà versé 0,20 d’acompte.
Le rendement du jour (pour un cours de 7,50) est de 0,55/7,50 = 7,33%. Quant au rendement coupon zéro, il est de 0,55/(7,50-0,55+0,20) = 7,69%.
Ainsi, le jour du détachement, le rendement coupon zéro ne bondit pas contrairement au rendement courant.
Je conviens que ce rendement est plutôt attrayant et ne correspond pas à la réalité, mais il permet de comparer des choses comparables.
J’espère avoir été clair.

P.S. : je vois ZIF dans votre liste, il me semble urgent de vous définir des critères de présélection… Nous avions parlé de cette valeur dans une autre file ici même (je ne sais plus laquelle) et le verdict n’était pas encourageant.


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#58 23/04/2011 22h16 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   145 

Jean-Marc,

Je m’interesse de près a votre stratégie, j’aimerais avoir votre avis sur la perennité des dividendes de deux de vos lignes : IML et ALP

IML => des raisons fiscales entrainent un dividende élevé cette année, mais pensez vous que le dividende restera acceptable les années à venir ?

ALP => Savez vous quelle est la raison de la très forte hausse du dividende cette année ? sauf erreur, j’ai pu lire dans leur rapport annuel qu’il s’élevait seulement à 0.25€ en 2009 soit un rendement d’environ 2.5%
Le niveau dividende actuel vous semble-t-il pouvoir durer ou est-il exceptionnel ?


investment in knowledge pays the best interest -Parrain sympa pour l'Investisseur Francais

Hors ligne

 

#59 24/04/2011 19h46 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Thomas a écrit :

IML => des raisons fiscales entrainent un dividende élevé cette année, mais pensez vous que le dividende restera acceptable les années à venir ?

IML a annoncé que le dividende 2010 (payé en 2011) est majoré par obligation fiscale due au statut SIIC. Mais cette obligation avait déjà poussé la société à verser, en 2010 (sur l’exercice 2009) un dividende exceptionnel de 0,58 après un dividende ’classique’ de 1,20. L’obligation s’appliquera encore en 2011 mais dans une ampleur encore inconnue. A ce stade, je pars un peu au pif sur une prévision de dividende 2011 de 1,65, à ajuster au moment des semestriels.
Un bon point pour IML néanmoins : une bonne communication lors des semestriels, y compris sur l’implication de l’obligation SIIC à mi-parcours, qui aide à se faire une idée. Rendez-vous en septembre sur ce dossier.
Quoi qu’il en soit, le titre reste bien côté avec un dividende de 1,65.

Thomas a écrit :

ALP => Savez vous quelle est la raison de la très forte hausse du dividende cette année ? sauf erreur, j’ai pu lire dans leur rapport annuel qu’il s’élevait seulement à 0.25€ en 2009 soit un rendement d’environ 2.5%
Le niveau dividende actuel vous semble-t-il pouvoir durer ou est-il exceptionnel ?

ALP était sur un rythme de 0,25 ce qui est peu. En 2009, un dividende exceptionnel de 3,39 a purgé la trésorerie, permettant à l’actionnaire majoritaire de racheter les actions d’un fonds sortant.
2009 a aussi été l’année de l’abandon d’activités en perte, c’est pourquoi le dividende 2010 à 1,20 semble devenu le nouveau rythme. Si vous vous plongez dans le bilan de 2009, vous y verrez un poste lourdement déficitaire sur les activités abandonnées (de mémoire je crois que c’est l’OFUP).

Dernière modification par Jean-Marc (22/05/2011 19h16)


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#60 29/04/2011 15h26 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Oui, cette formule de calcul du rendement est bien claire.
Comme je disais, je vais épurer cette liste au fur et à mesure que je pourrai l’étudier, et en retirer ZIF et ACAN par exemple.
Encore une précision, sans vouloir abuser : dans l’exemple de votre arbitrage partiel de FMU, avez-vous réagi en considérant par exemple que la PV latente était supérieure au dividende attendu, ou bien vous en êtes-vous tenu à la comparaison des rendements courants ?

Hors ligne

 

#61 30/04/2011 11h18 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Linards a écrit :

dans l’exemple de votre arbitrage partiel de FMU, avez-vous réagi en considérant par exemple que la PV latente était supérieure au dividende attendu, ou bien vous en êtes-vous tenu à la comparaison des rendements courants ?

Lorsque FMU est monté vers 23 € avant détachement, j’affichais une PV d’environ 50%. Mais même si j’étais en moins-value, dès lors qu’une permutation de titres s’avère fructueuse, je me lance. Sur ce cas particulier, j’ai ’remonté’ du cash de FMU vers IML et ALP avant leur détachement, donc peu importe que je touche le dividende de FMU ou ALP, le tout c’est d’être là pour la mousson wink
Comme je l’avais indiqué dans un précédent post, je dispose d’une réserve de moins-values qui me permet de ne pas me poser de question pour arbitrer un titre au profit d’un autre. Mais un jour je devrai intégrer la fiscalité de la plus-value, par exemple en réservant une partie de la vente à la provision de l’impôt; du coup, ça diminuera le nombre d’opportunités puisque le critère d’augmentation du dividende de (par exemple) 10%, devra s’entendre une fois la réserve fiscale opérée, ce qui compliquera le critère d’opportunité.
L’idéal est de commencer cette méthode tôt (au moins huit ans avant d’avoir besoin de revenus complémentaires) et la déployer dans un PEA pour ne pas être impacté par la fiscalité lors des permutations et pouvoir, au terme des huit ans, faire des retraits très peu imposés (12,3% des plus-values qui ne sont qu’une fraction du retrait).


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#62 02/05/2011 19h40 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Bonsoir jean-marc

j’aime bcp votre philosophie
il y a quand même quelques points que j’aimerai ,si possible, que vous m’expliquiez

1/je n’ai pas trop compris si vous aviez un pea ou un compte titre?

2/vous parlez de votre liste mais vous ne listez pas l’ensemble de vos critères (si j’ai bien compris une dizaine)

3/ pouvez vous développer votre opinion sur fte car le ration fp/dette me parait tangent avec la remontée (théorique) des taux d’intérêts dans un avenir proche

4/ quel est votre (ou vos) courtier?

si je comprends bien votre but en cas e pea est de sortir dans 20 ans un montant (issu de vos div) chaque année c a dire de progressivement vider (je dis bien dans 20 ans) votre pea (si vous parlez bien d’un pea)
en tout cas merci pour votre "saga" je la trouve intéressante même si certains point m’échappe encore (futures questions mais point trop n’en faut :-)


Conformité AMF :  je suis investi en TOTAL, j'en ai dans mon réservoir.

Hors ligne

 

#63 02/05/2011 22h01 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

zendoi a écrit :

1/je n’ai pas trop compris si vous aviez un PEA ou un compte titre?

Les deux.
Evidemment, la méthode s’épanouit dans un PEA car celui-ci évite d’une part, le rabot de 12,3% de PS, d’autre part de gérer des provisions pour plus-values de cessions (qui diminuent l’attrait de la permutation de deux titres).
Encore faut-il être prêt à attendre 8 ans pour pouvoir faire des retraits sans fiscalité ni clôture automatique du PEA.
C’est pourquoi j’ai aussi une part de mes lignes en compte-titres ordinaire (CTO). J’envisage, d’ici quelques années quand les enfants auront quitté le nid, d’acquérir enfin ma résidence principale à la bonne taille (et hop, 2 pièces de moins). J’aurai alors aux alentours de la cinquantaine, d’où des perspectives d’emprunt limitées à une douzaine d’années et donc un apport substantiel nécessaire. Il est vraisemblable que je devrais solder CTO pour ne conserver que le PEA.

zendoi a écrit :

2/vous parlez de votre liste mais vous ne listez pas l’ensemble de vos critères (si j’ai bien compris une dizaine)

Oui et c’est volontaire, car ces critères me sont propres : ils me servent à répondre à la question "suis-je prêt à conserver cette action 5 ans en espérant recevoir des dividendes élevés ?". Ceci dit, je suis intéressé à une file spécifique où les membres réputés de ce forum donnent leur vision du sujet.
Mes critères peuvent évoluer et un regard extérieur est clairement ce qui m’intéresse dans ma participation à cette file.

zendoi a écrit :

3/ pouvez vous développer votre opinion sur FTE car le ratio fp/dette me parait tangent avec la remontée (théorique) des taux d’intérêts dans un avenir proche

Je n’ai pas trop d’avis au-delà du fait que la dette n’est relativement pas si élevée. J’ai indiqué précédemment que je regarde le nombre d’années nécessaires au remboursement théorique de la dette au regard du bénéfice net augmenté des dotations aux amortissements. Dans le cas de FTE, nous sommes sur 7 ans ce qui est raisonnable. je rappelle l’engagement (qui n’engage que ceux qui l’écoute) d’un dividende de 1,40 pour 3 exercices.

zendoi a écrit :

4/ quel est votre (ou vos) courtier?

Je suis chez ING Direct. J’y ai basculé mon CTO il y a environ 3 ans, j’y ai ouvert mon PEA l’an dernier et j’ai fini par basculer mon compte courant le mois dernier. D’ailleurs je veux bien parrainer les candidats au transfert tongue

zendoi a écrit :

si je comprends bien votre but en cas de PEA est de sortir dans 20 ans un montant (issu de vos div) chaque année c’est-à-dire de progressivement vider (je dis bien dans 20 ans) votre PEA (si vous parlez bien d’un PEA).

Pour le PEA qui me servira à long terme si je tiens le coup d’ici là, je vise des retraits progressifs, dans l’idéal limités aux dividendes que je perçois dedans pour conserver la capacité du portefeuille à en générer.

zendoi a écrit :

en tout cas merci pour votre "saga" je la trouve intéressante même si certains points m’échappent encore (futures questions mais point trop n’en faut :-)

you’re welcome.

Dernière modification par Jean-Marc (22/05/2011 19h20)


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#64 03/05/2011 20h38 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

@jean-marc

"Mes critères peuvent évoluer et un regard extérieur est clairement ce qui m’intéresse dans ma participation à cette file."

Tu as répondu à une de mes questions en donnant cette réponse alors je prends la balle au bond…

dans une des discussion tu as parlé de prendre comme principe un maximum de 10 ans pour le remboursement théorique maximum de la dette d’une société

je cite:
J’ai donc regardé la durée de remboursement théorique de la dette, soit le ratio de la capacité d’autofinancement (CAF) par les passifs exigibles. Surprise : pour des sociétés présentant une faible solvabilité (VIV, FTE, RAL, NEO qui sont toutes à environ 0,9), les durées sont très différentes : FTE : 6 ans; VIV 3 ans; NEO 7 ans; RAL 14 ans.
Je pense me caler sur une durée maximale de 10 ans pour considérer une société éligible à ma watching list, s’agissant du critère sur la dette.
Qu’en pensez-vous ?

ben justement ne penses tu pas que ce soit trop long? je veux dire par là que les économistes parlent souvent d’un cycle économique d’une durée moyenne de 7 ans. Je me dis qu’avec 7 ans l’ensemble du cycle pourra montrer si oui ou non une société a réellement la capacité de rembourser ses dettes non?
merci et bonne soirée à tous


Conformité AMF :  je suis investi en TOTAL, j'en ai dans mon réservoir.

Hors ligne

 

#65 10/05/2011 16h05 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Jean-Marc a écrit :

J’ai donc regardé la durée de remboursement théorique de la dette, soit le ratio de la capacité d’autofinancement (CAF) par les passifs exigibles. Surprise : pour des sociétés présentant une faible solvabilité (VIV, FTE, RAL, NEO qui sont toutes à environ 0,9), les durées sont très différentes : FTE : 6 ans; VIV 3 ans; NEO 7 ans; RAL 14 ans.
Je pense me caler sur une durée maximale de 10 ans pour considérer une société éligible à ma watching list, s’agissant du critère sur la dette.
Qu’en pensez-vous ?

C’est logique. Plus le niveau de CAF est faible, plus la volatilité du ratio est forte. Lorsque le niveau de CAF est trop faible, il est indispensable de regarder si c’est exceptionnel ou si c’est habituel : dans un cas, le ratio ne signifie plus grand chose (car l’année suivante, la CAF peut doubler, et le nombre d’année pour se désendetter être divisée par deux), dans l’autre cas, il est potentiellement grave, ça veut dire que l’activité courante de l’entreprise a du mal à faire face à son encours, de manière structurelle.

Enfin je pense qu’il est important de comparer ce ratio à secteur identiques, il doit y avoir des secteurs où les encours de dette sont naturellement plus élevés que d’autres

Il convient donc d’analyser l’évolution de la CAF, le niveau de CAF, ainsi que le niveau de l’encours de la dette, et de faire des comparaisons avec des sociétés dans le même secteur avant de pouvoir tirer des conclusions solides sur ce ratio.

Ce critère des 10 ans doit donc tenir compte de ces éléments, si ce n’est pas le cas, il peut vous faire passer à côté d’une société solvable mais qui a merdé une année, ou le contraire, une société moins solvable qui aurait eu une année de CAF exceptionnellement bonne tirant le ratio vers le haut.

Dernière modification par Cyril (10/05/2011 16h09)

Hors ligne

 

#66 10/05/2011 17h21 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   66 

Je suis d’accord avec Cyril, les utilities et les télécoms doivent faire face à des investissements à très long terme et extrêmement coûteux que n’ont pas réellement des valeurs telles que Rallye.

La construction d’un réseau de fibre optique ou d’un pipeline n’est absolument pas dans le même ordre de temps et de valeur qu’un investissement que ferait Rallye donc leur dette ne peuvent être comparées !

Dernière modification par Ratpack (10/05/2011 17h43)

Hors ligne

 

#67 14/05/2011 17h00 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Cyril a écrit :

Plus le niveau de CAF est faible, plus la volatilité du ratio est forte. Lorsque le niveau de CAF est trop faible, il est indispensable de regarder si c’est exceptionnel ou si c’est habituel

Bien vu. Je vais lisser sur les trois derniers exercices, ça va m’occuper quelques heures wink

Cyril a écrit :

Enfin je pense qu’il est important de comparer ce ratio à secteur identique, il doit y avoir des secteurs où les encours de dette sont naturellement plus élevés que d’autres.
Il convient donc d’analyser l’évolution de la CAF, le niveau de CAF, ainsi que le niveau de l’encours de la dette, et de faire des comparaisons avec des sociétés dans le même secteur avant de pouvoir tirer des conclusions solides sur ce ratio.
Ce critère des 10 ans doit donc tenir compte de ces éléments.

Oui et non : en soi, la dette n’est pas à fustiger, ce sont des capitaux qui permettent d’investir sans que l’actionnaire ne soit sollicité pour abonder les capitaux propres. La question est plus de savoir si des variations de taux, qui ont une incidence sur les annuités, ou une mauvaise passe, qui sera d’autant plus douloureuse que les annuités sont toujours là, peuvent amener l’entreprise à souffrir au point de raboter voire couper son dividende.
C’est pourquoi, outre un critère de durée théorique de remboursement de 10 ans, je filtre aussi sur la marge opérationnelle qui, lorsqu’elle est élevée, permet de résister aux baisses de régime sans passer dans le rouge.

zendoi a écrit :

Les économistes parlent souvent d’un cycle économique d’une durée moyenne de 7 ans. Je me dis qu’avec 7 ans l’ensemble du cycle pourra montrer si oui ou non une société a réellement la capacité de rembourser ses dettes non?

Nous savons bien que l’entreprise ne remboursera pas ses dettes, ni sur 7 ans ni sur 10 ans, puisqu’elle re-emprunte régulièrement au gré de ses besoins d’investissement; mon calcul est théorique : il permet de mesurer le poids de la dette, c’est tout. Si l’on cherche à mesurer l’intérêt de cette dette, la réponse n’est ni 7 ans ni 10 ans : il faut comparer la durée de remboursement de la dette à la durée de vie (durée d’amortissement comptable) des actifs financés par l’emprunt; un tout autre exercice…


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#68 16/05/2011 08h30 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Modérateur
Réputation :   41 

Bonjour,

Je viens de me taper tout l’historique de la file avec beaucoup d’interêt: bravo, beau travail, et merci de le partager ici.

Ca arrive a point nommé, car je m’interesse depuis quelques mois au dividendes comme base d’une stratégie, chose que je n’avais jusqu’alors jamais pris en considération, étant plus préoccupé par des opportunités d’achat sur le critère du secteur d’activités, ou l’attrait spécifique d’une entrprise par exemple (les small cap en particulier).

C’est assez simple comme fonctionnement, et ça a leu mérite d’éviter toute prise de tête subjective: on suit ses critères et c’est tout.

L’enjeux en effet, et c’est relevé par plusieurs personnes, c’est le choix des valeurs de la "watching list"… mais petit à petit, je comprends bien votre logique qui consiste à voir (ou à imaginer) à 10 ans.

Quelques questions me viennent:

- qu’est-ce que vous utilisez pour faire votre suivi: une feuille excel perso, un logiciel spécifique ?

- ING ??? c’est vachement cher non ?

- quand est-ce que vous faites vos arbitrages: tous les soirs ? toutes les semaines ? Avez-vous "automatisé" un système d’alerte pour vous prévenir d’une opportunité de vente/achat ?

Jean-Marc a écrit :

S’agissant de FMU, j’avais une très grosse ligne dessus, et j’en ai basculé plus de la moitié avant le détachement pour profiter de la hausse substantielle de ces derniers mois. J’ai ’remonté’ un capital certain sur IML et ALP notamment. Je me suis rendu compte à cette occasion que des lignes déséquilibrées offraient des possibilités de permutation partielle interne, ce qui offre d’autres occasions d’augmenter les revenus : au lieu de se concentrer sur l’interface entre le plus petit rendement des valeurs détenues et le plus gros de la watching list, je peux aussi jouer sur toutes les lignes détenues, c’est sans doute un relai de croissance de mes dividendes futurs.
Si FMU continue de baisser, je vais bientôt recharger !

Je ne suis pas sur d’avoir bien compris cela… vous pouvez préciser, ou le dire autrement ?

Hors ligne

 

#69 16/05/2011 10h46 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   

Jean-Marc a écrit :

Cyril a écrit :

Plus le niveau de CAF est faible, plus la volatilité du ratio est forte. Lorsque le niveau de CAF est trop faible, il est indispensable de regarder si c’est exceptionnel ou si c’est habituel

Bien vu. Je vais lisser sur les trois derniers exercices, ça va m’occuper quelques heures wink


C’est pourquoi, outre un critère de durée théorique de remboursement de 10 ans, je filtre aussi sur la marge opérationnelle qui, lorsqu’elle est élevée, permet de résister aux baisses de régime sans passer dans le rouge.

En fait, pour faire bien, il faudrait que vous fassiez un graphique avec l’évolution de la CAF en valeur absolue, l’évolution de l’encours en valeur absolue, et l’évolution du ratio, que vous placeriez par exemple sur l’echelle de droite, en nombre d’année de CAF pour se désendetter.

Une fois que vous avez fait ça, utiliser la marge opérationnelle est un plus pour affiner. La comparaison est peut-être moins intéressante, surtout si vous prenez l’évolution de la CAF sur plusieurs années (ce qui corrige les limites que vous avez soulignées dans un précédent post)

Dernière modification par Cyril (16/05/2011 10h49)

Hors ligne

 

#70 16/05/2011 20h58 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

VerbalKint a écrit :

L’enjeu en effet, et c’est relevé par plusieurs personnes, c’est le choix des valeurs de la "watching list"… mais petit à petit, je comprends bien votre logique qui consiste à voir (ou à imaginer) à 10 ans.

… disons 5 ans, c’est déjà pas mal. wink

VerbalKint a écrit :

- qu’est-ce que vous utilisez pour faire votre suivi: une feuille excel perso, un logiciel spécifique ?

Une feuille Excel assez sophistiquée depuis le temps que je la triture.

VerbalKint a écrit :

- ING ??? c’est vachement cher non ?

0,3% de frais de courtage minimum de 9 €; pas de frais de garde; une interface assez confortable. J’observe ici que certaines banques en ligne comme Binck ou Saxo sont loin d’être opérationnelles sur les prélèvements sociaux ou les opérations sur titres en général. Ca ne se voit pas sur les prospectus, donc gare.
Mais BourseDirect est moins chère avec des services qui semblent appréciés. Disons qu’il y a aussi un avantage à avoir tous ses comptes au même endroit : un virement depuis son compte courant vers son PEA prend 15 secondes sur une banque unique, et 48h minimum entre deux banques.
Lorsque j’ai opté pour ING, j’ai comparé un ensemble de critères dont celui-ci : ING offre (je crois) un bon compromis sur l’ensemble des thématiques qui m’intéressent (AV, CTO, PEA, CC, livret épargne).

VerbalKint a écrit :

- quand est-ce que vous faites vos arbitrages: tous les soirs ? toutes les semaines ? Avez-vous "automatisé" un système d’alerte pour vous prévenir d’une opportunité de vente/achat ?

Je suis à mon bureau moins d’un jour sur deux en moyenne; je procède aux arbitrages uniquement lorsque je suis devant mon écran à une heure d’ouverture des marchés : je regarde les deux carnets d’ordre pour apprécier à quels cours, précisément, la permutation va avoir lieu; si ça me convient, je me dépêche avant que le carnet ne bouge significativement !
Grosso modo, je procède à un arbitrage par mois environ, ce qui est compatible avec l’exercice de mon métier; ces situations ne sont pas si fréquentes que ça et je réfléchis d’ailleurs à augmenter ce rythme pour plus de performance; ce sera (si c’est concluant) l’objet d’un futur post !!

VerbalKint a écrit :

Jean-Marc a écrit :

S’agissant de FMU, j’avais une très grosse ligne dessus, et j’en ai basculé plus de la moitié avant le détachement pour profiter de la hausse substantielle de ces derniers mois. J’ai ’remonté’ un capital certain sur IML et ALP notamment. Je me suis rendu compte à cette occasion que des lignes déséquilibrées offraient des possibilités de permutation partielle interne, ce qui offre d’autres occasions d’augmenter les revenus : au lieu de se concentrer sur l’interface entre le plus petit rendement des valeurs détenues et le plus gros de la watching list, je peux aussi jouer sur toutes les lignes détenues, c’est sans doute un relai de croissance de mes dividendes futurs.
Si FMU continue de baisser, je vais bientôt recharger !

Je ne suis pas sur d’avoir bien compris cela… vous pouvez préciser, ou le dire autrement ?

Là je dis deux choses :
1/ Ma ligne FMU, que j’avais gonflée par plusieurs apports d’épargne notamment, car objet d’une conviction forte sur le dividende, avait beaucoup grossi. Lorsque le cours a grimpé à 23 €, le rendement a mécaniquement diminué. Il devenait intéressant, avant le détachement, de vendre une partie de la ligne pour charger sur d’autres lignes moins grosses mais plus rémunératrices qu’étaient IML et ALP. Aucune de ces 3 sociétés n’ayant détaché son dividende 2010, j’ai bien augmenté mes revenus 2011.
2/ Je me rends compte (et c’est justement sur ce point que je travaille actuellement) que la gestion de lignes de taille similaire n’est pas forcément un bon objectif. Outre qu’il y a un intérêt financier à avoir des grosses lignes sur les gros rendements et des petites lignes sur les petits rendements (plutôt que des lignes de taille identique), ça a le mérite de créer des déséquilibres flagrants lorsqu’une action monte beaucoup (par rapport aux autres); du coup, on dispose d’un montant substantiel à prélever sur le titre en hausse au profit d’un titre plus rémunérateur qui a baissé (ou moins monté).
Ainsi, au lieu de guetter une permutation entre le plus petit rendement détenu et le plus gros rendement de la watching list, je guette 12 permutations partielles possibles au sein de mon portefeuille. Je teste ça depuis le début de mai et je vous en dirai plus lorsque j’aurai forgé ma philosophie là-dessus.
Pour la faire courte, je pense qu’une fois que l’on a mis une relation d’ordre entre des actions (qu’on sait les classer et les comparer),il existe plein de champs nouveaux que les mathématiques nous aident à explorer.


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#71 16/05/2011 21h55 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   145 

@Jean-Marc,

Sauf erreur, au sein de votre stratégie vous ne précisez pas comment vous traitez les divendes en actions ? l’exemple du jour c’est affine vient de détacher et qui figure dans votre portefeuille.

La logique voudrait que si cette action mérite toujours de figurer dans la watching list pour son niveau de rendement + ses critères fondamentaux il soit préférable d’investir le dividende en actions pour maximiser le rendement futur ce qui est bien votre objectif ?

Le risque toutefois est de voir les fondamentaux de l’entreprise se dégrader et le cours baisser sans n’avoir jamais encaissé le div en cash. ("un tu l’as vaux mieux que deux tu l’auras")

Quel est votre avis sur ce point ?


investment in knowledge pays the best interest -Parrain sympa pour l'Investisseur Francais

Hors ligne

 

#72 16/05/2011 22h22 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Modérateur
Réputation :   41 

Jean-Marc a écrit :

2/ Je me rends compte (et c’est justement sur ce point que je travaille actuellement) que la gestion de lignes de taille similaire n’est pas forcément un bon objectif. Outre qu’il y a un intérêt financier à avoir des grosses lignes sur les gros rendements et des petites lignes sur les petits rendements (plutôt que des lignes de taille identique), ça a le mérite de créer des déséquilibres flagrants lorsqu’une action monte beaucoup (par rapport aux autres); du coup, on dispose d’un montant substantiel à prélever sur le titre en hausse au profit d’un titre plus rémunérateur qui a baissé (ou moins monté).
Ainsi, au lieu de guetter une permutation entre le plus petit rendement détenu et le plus gros rendement de la watching list, je guette 12 permutations partielles possibles au sein de mon portefeuille. Je teste ça depuis le début de mai et je vous en dirai plus lorsque j’aurai forgé ma philosophie là-dessus.
Pour la faire courte, je pense qu’une fois que l’on a mis une relation d’ordre entre des actions (qu’on sait les classer et les comparer),il existe plein de champs nouveaux que les mathématiques nous aident à explorer.

Donc en gros, si j’ai bien compris, avant vous aviez trois classes:
1: à acheter (rdt elevé)
2: à conserver
3: à vendre (rdt faiblard)

Vous avez donc maintenant 5 classes vous vous mettez à faire comme les agences de notations:
1: acheter (rdt elevé) = créer une ligne
2: renforcer = faire grossir une ligne déjà existante
3: conserver
4: alléger = vendre partiellement la ligne
5: vendre

Hors ligne

 

#73 16/05/2011 22h35 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Modérateur
Réputation :   41 

Jean-Marc a écrit :

VerbalKint a écrit :

- ING ??? c’est vachement cher non ?

0,3% de frais de courtage minimum de 9 €; pas de frais de garde; une interface assez confortable. J’observe ici que certaines banques en ligne comme Binck ou Saxo sont loin d’être opérationnelles sur les prélèvements sociaux ou les opérations sur titres en général. Ca ne se voit pas sur les prospectus, donc gare.
Mais BourseDirect est moins chère avec des services qui semblent appréciés. Disons qu’il y a aussi un avantage à avoir tous ses comptes au même endroit : un virement depuis son compte courant vers son PEA prend 15 secondes sur une banque unique, et 48h minimum entre deux banques.
Lorsque j’ai opté pour ING, j’ai comparé un ensemble de critères dont celui-ci : ING offre (je crois) un bon compromis sur l’ensemble des thématiques qui m’intéressent (AV, CTO, PEA, CC, livret épargne).

Je reconnais que c’est plus simple; et dans la vie tout ce qui simplifie les choses est à étudier.

Je suis passé récemment sur le site d’ING, et je reconnais que leur interface a l’air vraiment chouette… j’adore tous les petits outils comme le truc qui permet de faire des stats/analyses des ses dépenses, c’est super sympa !

Malheureusement, j’ai un banquier (tradi) très performant quand il s’agit de faire des crédit (immo)… mais mauvais pour le web et les tarifs de courtage… donc je dois rester multi-banque…

Hors ligne

 

#74 16/05/2011 22h40 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Modérateur
Réputation :   41 

Jean-Marc a écrit :

je regarde les deux carnets d’ordre pour apprécier à quels cours, précisément, la permutation va avoir lieu; si ça me convient, je me dépêche avant que le carnet ne bouge significativement !
Grosso modo, je procède à un arbitrage par mois environ, ce qui est compatible avec l’exercice de mon métier; ces situations ne sont pas si fréquentes que ça et je réfléchis d’ailleurs à augmenter ce rythme pour plus de performance; ce sera (si c’est concluant) l’objet d’un futur post !!

..et oui ! car il faut forcement dans la même minute une opportunité d’achat ET une opportunité de vente … sinon ça marche pas…

Hors ligne

 

#75 17/05/2011 20h54 → Portefeuille d'actions de Jean-Marc

Membre
Réputation :   94 

Thomas a écrit :

Sauf erreur, au sein de votre stratégie vous ne précisez pas comment vous traitez les divendes en actions ? l’exemple du jour c’est affine vient de détacher et qui figure dans votre portefeuille.

Evidemment je commence par regarder le cours de réinvestissement par rapport au cours des quelques jours qui suivent (cours en baisse en général). Evidemment il faut que la souscription soit avantageuse.
Ensuite, je regarde le rendement du réinvestissement en titres, que je compare aux alternatives au sein de mon portefeuille. Le renforcement d’autres lignes qui le méritent peut être aussi un critère de choix. Il n’y a donc pas de règle générale, que des cas particuliers.

Thomas a écrit :

Le risque toutefois est de voir les fondamentaux de l’entreprise se dégrader et le cours baisser sans n’avoir jamais encaissé le div en cash. ("un tu l’as vaux mieux que deux tu l’auras")

Les fondamentaux peuvent baisser pour toute action qu’elle distribue en titres ou en cash, et quelle que soit l’option que j’ai choisie. Tout est risque, notamment la Bourse, le réinvestissement en titres tout autant.

VerbalKint a écrit :

Donc en gros, si j’ai bien compris, avant vous aviez trois classes:
1: à acheter (rdt elevé)
2: à conserver
3: à vendre (rdt faiblard)

Vous avez donc maintenant 5 classes vous vous mettez à faire comme les agences de notations:
1: acheter (rdt elevé) = créer une ligne
2: renforcer = faire grossir une ligne déjà existante
3: conserver
4: alléger = vendre partiellement la ligne
5: vendre

euh… j’ai autant de "classes" que de lignes. Et je ne vends qu’une partie de ligne pour renforcer une autre que si j’ai un intérêt financier (donc une augmentation globale des revenus) à le faire.

Mais ne perdez pas patience : je me rode sur cette tactique depuis le début du mois, il me faut un peu de recul pour apprécier si ça vaut le coup de se décarcasser wink et ensuite je vous en parle en détails.

Dernière modification par Jean-Marc (17/05/2011 20h55)


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech