Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#201 14/03/2012 13h28 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   421 

Avec un peu de recul, que reste t’il des 2 mandats de Jacques Chirac ? Pas grand chose j’ai bien l’impression….

La tête de veau sommet de la gastronomie franchouillarde !

Le Général nous avait prévenu, les français sont des veaux, normal d’avoir une tête de veau comme Président…


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#202 14/03/2012 16h43 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   69 

au fait, quelles nuances entre un exilé et un expat’ ?

page 5 ci-dessous, explications de M Laurant, expert

Metro - Readmetro - Le journal en PDF


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#203 14/03/2012 16h47 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   17 

Kiceca a écrit :

Avec un peu de recul, que reste t’il des 2 mandats de Jacques Chirac ? Pas grand chose j’ai bien l’impression….

Pas grand chose mis a part le quinquennat et la réforme du 12 (les renseignements)


Parrainage Binck, ING et assurancevie.com

Hors ligne

 

#204 14/03/2012 18h07 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   50 

Il reste la suppression du service militaire. Ayant bénéficié de la mesure, je lui en serai à jamais reconnaissant. D’autre part il a eu une politique étrangère dans la tradition gaullienne et il a su maintenir une certaine cohésion nationale.

Au niveau des réformes économiques, il avait bien tenté quelque chose avec les réformes Juppé en 95, mais hélas, elles ont eu le destin que l’on sait.

Hors ligne

 

#205 14/03/2012 20h51 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1083 

bifidus a écrit :

Tout cela est proprement pitoyable… Le seul objectif des candidats est d’etre encore plus démago que Marine et Mélanchon…
…/….
Ce qui est amusant c’est que la seule qui semble avoir bossé son programme économique et ne faire que des propositions cohérentes pour gagner en fréquentabilité (en dehors de Bayrou) est Marine. Mais cela ne lui réussit pas du tout, les gens préfèrent Mélanchon qui raconte absolument n’importe quoi (sur le ton de Le Pen père) et dont le but est juste de faire des bons mots (il le reconnait).

Il ne faut pas se laisser influencer par ses impressions….

En cherchant un peu sur internet, par exemple avec google "mensonges candidats présidentielle", je suis tombé sur le site intéressant suivant : http://itele.owni.fr/#!/ligne-de-credit-des-candidats/ qui détaille les interventions des principaux candidats, vérifie la véracité factuelle de chacune de leurs affirmations, et en établit des moyennes (générales, et par domaine). Le site comporte la lite des interventions analysées, la liste des affirmations évaluées, et des explications permettant de comprendre chacune de ses évaluations "correct", "incorrect" ou "Imprécis".

Si on en crois le classement général, dont on peut quand même un peu contester la pertinence, car il ne pondère en rien les mensonges et les vérités (vaut-il mieux ne dire des mensonges que sur les points peu important et toujours la vérité sur les points essentiels ?), et ne prend pas en compte non plus tout ce qui concerne l’avenir (les promesses, qu’on peut estimer réalistes ou pas, et mensongère ou pas, selon ses opinions) mais seulement ce que les candidats disent du passé (ce qu’on peut vérifier !), ça ne reflète pas vraiment l’opinion de bifidus, et ce serait plutôt Eva Joly qui mentirait le moins souvent, même si les % de tous les candidats sont bien trop élevés à mon goût. 

Il existe d’autres sites, animés par des "amis" de divers candidats, qui recensent les mensonges des candidats, mais on peut les soupçonner d’être partisans.

Un site qui ne semble pas dans ce cas est http://www.vigie2012.eu/, qui étudie les dires des candidats sur le thème "l’Europe" seulement, et a publié un premier rapport de synthèse (http://www.vigie2012.eu/IMG/pdf/Etude_Vigie_2012.pdf) le 1er mars, indiquant que "40% des déclarations vérifiées des candidats sur l’Europe sont fausses".

Plus que le classement entre candidats, il est instructif de lire les explications qui essaient de rétablir la vérité sur les déclarations des candidats.

Dernière modification par GoodbyLenine (14/03/2012 20h52)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#206 14/03/2012 21h30 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Kiceca
Invité

Il reste la suppression du service militaire. Ayant bénéficié de la mesure, je lui en serai à jamais reconnaissant. D’autre part il a eu une politique étrangère dans la tradition gaullienne et il a su maintenir une certaine cohésion nationale.

Au niveau des réformes économiques, il avait bien tenté quelque chose avec les réformes Juppé en 95, mais hélas, elles ont eu le destin que l’on sait.

==> de mon côté, je trouve dommage cette suppression du service militaire qui aurait du à minima être remplacé par un service civil ( ou citoyen ) d’une durée équivalente.

 

#207 14/03/2012 21h48 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   104 

La baltringue du jour : Hollande l’autre pays du fromage.

François Hollande adoucit sa note fiscale

Si tu avances et tu recules, comment veux tu que je t’em….brasse.

Ca respire bon l’improvisation tout ca. Encore un truc bien réfléchis.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#208 14/03/2012 22h09 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   421 

Toujours la meme chanson.
A force d’imposer, on dépasse la limite du supportable, alors on crée des niches et finalement les plus riches bardés de fiscalistes sont les moins taxés… Et notre code fiscal s’enrichit de quelques milliers de pages.

Si jamais certains d’entre vous ne la connaissent pas je ne résiste pas au plaisir de vous copier ce conseil du Marquis de Vauban qui entre deux chantiers (c’est incroyable ce que cet homme a fait) avait plus de bon sens que tous nos hommes politiques réunis.

"pour jouer pleinement son rôle, cette dîme sera claire et compréhensible par tous, facile à appliquer et stable. Mais les rois veilleront à ce qu’elle n’excède pas le nécessaire, en ce que tout ce qui sera tiré au-delà jettera les sujets dans le malaise, et appauvrira finalement le royaume tout entier."

La démocratie ne vaut décidément pas mieux que la monarchie…


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#209 14/03/2012 22h30 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   421 

Double baltringue ce soir, forme olympique, flamby se détache !

François Hollande propose 20h de formation pour les jeunes

On attends la réponse de Nicolas Le Pen comme titre le wall street Journal


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#210 14/03/2012 22h33 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   104 

Il les renvoie à l’école ?

LOL

A+
Zeb

Hors ligne

 

#211 15/03/2012 08h44 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   421 

Egalisation de Sarko ! Superbe action ! Ca ne mange pas de pain, ca ne dérange personne…

C’est plus facile de taxer les ricains que d’essayer de créer les conditions a l’éclosion de boites francaises innovantes…

On veut taxe les boites francaises qui gagnent de l’argent a l’étranger, maintenant les boites étrangères qui font de l’argent "en france" (les frontières sur internet…)

Sarkozy ressort la taxe Google

Il reste plus que l’idée qui tue : TAXER LES BOITES ETRANGERES QUI GAGNENT DE L’ARGENT A L’ETRANGER


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#212 17/03/2012 17h58 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   104 

La baltringue du jour est Eva Zoly : Eva Joly veut supprimer les grandes écoles

Ben comme ca, plus qu’une seule filière éducative, un seul modèle, juste le choix du parti.

Quand tout le monde sera au niveau zéro, c’est sur qu’il n’y aura plus d’inégalités. Par contre, on a encore pas de proposition de taxe spécifique pour les personnes qui ne sont pas issues de la filière universitaire. Mais je ne désespere pas, cela finira par venir.

Plus sérieusement, elle aurait été plus crédible si elle proposait des solutions pour l’accès aux écoles de commerces et d’ingénieur pour les élèves méritant issus de familles à faibles revenus. Le prix des écoles de commerce est tout bonnement hallucinant.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#213 17/03/2012 18h53 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   128 

zeb a écrit :

Quand tout le monde sera au niveau zéro, c’est sur qu’il n’y aura plus d’inégalités. Par contre, on a encore pas de proposition de taxe spécifique pour les personnes qui ne sont pas issues de la filière universitaire. Mais je ne désespere pas, cela finira par venir.

Et les français applaudissent … C’est incroyable, j’ai peine à croire que les gens souhaitent de tels nivellements par le bas.

zeb a écrit :

Plus sérieusement, elle aurait été plus crédible si elle proposait des solutions pour l’accès aux écoles de commerces et d’ingénieur pour les élèves méritant issus de familles à faibles revenus. Le prix des écoles de commerce est tout bonnement hallucinant.

L’idéal serait encore d’aller plus loin, de favoriser directement la préparation de l’entrée dans le monde de l’entreprise. De toute façon de nos jours, tout le monde apprend réellement son métier en entreprise. Les sociétés ne sont pas payées pour cela ou aidées, mais elles n’ont de toute façon guère le choix.

Hors ligne

 

#214 17/03/2012 20h35 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1083 

J’ai un peu de peine de voir certains faire ce qui ressemble un peu à du dénigrement systématique de toute proposition, sans véritablement apporter d’arguments concrets.

Attention : je ne dit pas que je suis d’accord avec telle ou telle proposition (même s’il y en a que j’ai tendance à préférer à d’autres). Mais le statut quo n’est pas forcément l’idéal, et il faut bien mettre des propositions sur la tables, pour en mesurer les divers avantages et inconvénients, en prenant en compte les avis et idées d’un peu tout le monde (dénigrer ceux qui donne alors leur avis me fait encore plus de peine…), puis éventuellement expérimenter la proposition à petite échelle, avant de pouvoir déterminer la réelle pertinence d’une proposition. Il faut aussi se méfier de ne pas considérer comme bonne une proposition sous le seul prétexte qu’elle est décrite par celui/celle qui la présente le plus habilement (surtout quand certains de ses habiles arguments pour la défendre  sont contraire à la vérité factuelle, ce qui arrive parfois hélas).

Sur le fond de la proposition d’Eva Joly :
Je connais mal l’Université car j’ai moi-même étudié dans une "Grande Ecole", mais je ne suis pas vraiment convaincu de la supériorité de ce système. En effet, j’ai remarqué, lors de contacts avec des personnes ayant étudié dans d’autres pays où il n’y a pas de "Grandes Ecoles", que leurs systèmes semblaient aussi avoir des bons côtés.
En tout cas, je ne crois pas du tout à l’argument qui se baserait sur le fait que ce serait des Grandes Ecoles que sortiraient une grande partie de ceux qui réussissent bien ensuite. En effet, si une société oriente une grande partie de ses meilleurs éléments (selon certains critères) vers une filière donnée, il n’est pas étonnant qu’une grande partie de ceux qui réussissent bien ensuite soient aussi issus de cette filière, et en tout cas pas en conclure que ça serait grâce à l’enseignement de cette filière (rien ne prouve qu’en mettant ces mêmes personnes dans une autre filière, elles n’y auraient pas aussi mieux réussi), ni l’inverse d’ailleurs.
Du peu que je connais de l’Université, je n’ai pas l’impression qu’il s’agit d’une filière éducative homogène. Parmi les étudiants que je connais, il en est qui me décrivent des environnements très variés, et j’ai même souvent du mal à identifier une réelle différence avec ce que j’ai vécu dans une "Grande Ecole" (hormis la sélection à l’entrée).
Je ne suis pas non plus convaincu qu’un système d’éducation qui vise à trier les enfants en regroupant les meilleurs d’un côté et les moins bons d’un autre, orientant les uns et les autres vers des apprentissages de natures différentes, introduisant une sorte de hiérarchie, sans forcément tenir compte des aspirations de chacun, et oubliant un peu qu’il peut être bénéfique pour la société d’avoir de très bons éléments très biens formés dans tous les domaines, et pas seulement dans quelques-uns, soit le plus efficace.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#215 17/03/2012 21h18 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   104 

Cher GBL,

Relisez ma contribution attentivement, vous partez dans des dissertations qui n’ont rien a voir avec les messages précédents.

Je ne dénigre pas l’université. Je dénigre le fait que le "parti" de Mme Zoly, souhaite un système d’enseignement unique. Il se trouve que c’est l’université, on comprends bien pourquoi de la part d’un parti de gauche, mais ce n’est pas la question. Cela aurait été le système des grandes écoles, mon propos aurait été identique.

Mme Zoly réduit la diversité, réduis les possibilités, supprime la possibilité d’avoir le choix. Elle limite les horizons en détruisant la diversité de systèmes d’enseignements. Seule sa vision personnelle de l’enseignement doit subsister. J’appel cela de la dictature, du totalitarisme. Elle ferait bien mieux de s’atteler à développer des solutions pour que tout à chacun puisse accèder au système de formation qui lui convient, plutôt que d’imposer sa vision totalitariste et forcément réductrice à tout le monde.

GBL, vous faite un discours sur le tri, la sélection etc …. Mais c’est vous qui en parler, et qui disserter sur ce sujet que personne n’a évoqué avant vous. Vous me preter des idées qui ne sont pas les miennes.

Mme Zoly veut l’égalité pour tous. Formidable, mais comment faire une pour élever quelqu’un qui n’en a pas la capacité ? Pour quelle raison, cette personne ne pourrait elle pas trouver un système d’enseignement qui lui convienne mieux que la sacro sainte filière pronée par le parti ? Comment de nouveaux systèmes d’enseignement adaptés à certains profils de personnes pourraient ils émerger ?

Dans ces conditions, si l’on souhaite toujours cette égalité, et bien il suffit de ne plus le permettre à ceux qui en ont la capacité. Nivellement par le bas, certitude que tout le monde sera égal.

La soit disant égalité (qui n’a rien a voir avec le Egalité de Liberté, Egalité, Fraternité) proné par Mme Zoly et la gauche en général est le fait de priver de liberté et d’initiative toute personne qui en a la capacité pour ne pas froisser celui qui n’en a pas. De nouveau, nivellement par le bas.

Voila ce que je critique. Maintenant, on peut se réjouir de tout un tas de filière d’excellence de l’université qui sont bien plus nombreuses que l’on imagine, et on peut alllègrement critiquer le nombre de places en psychologie, histoire de l’art ou autre filières deversant des flots d’étudiants sur des marché de niche ou seulement quelques postes seront pourvus chaque année.

Mais bon, le dogme de 80% d’une classe d’age au bac a la peau dure et satisfait l’égo des élites des salons de "reflexion", mais beaucoup moins celui de l’étudiant au chômage avec en poche un diplôme qui ne lui permet pas de subvenir à ses besoins.

Ce que je reproche à tous ces baltringues, c’est de n’avoir aucune vision ni experience du terrain, de la vraie vie vécue par des millions de francais. Les salons parisiens ne sont pas le centre du monde. Dans ces conditions, il ne faut pas s’etonner que Melenchon et Lepen fasse 25% à eux deux.

J’ose l’écrire, ces baltringues sont méprisables, et je les méprise.

A+
Zeb

PS : Je suis également issu d’une soit disante grande école, et comme vous je suis assez dubitatif. Mais j’avais le choix entre plusieurs systèmes éducatifs (BTS, IUT, université, privé, grande école …). J’ai choisis celui qui me correspondait le plus en fonction de mon caractère, mes aspirations et mes capacités, et c’était bien la l’essentiel, n’en déplaise à Mme Zoly qui aurait voulu m’envoyer de force à l’université.

Hors ligne

 

#216 17/03/2012 22h09 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1083 

Chez zeb,

J’ai bien lu votre message.
j’ai aussi bien lu l’article de latribune.fr, mais je n’ai pas l’impression d’y avoir lu la même chose que vous…

Je n’ai jamais écrit que vous dénigriez l’université. J’ai écrit que vous dénigriez certaines propositions. Ca me semble effectivement le cas, quand vous déformez le nom la personne qui propose, la qualifiez de "baltringue", et surtout ne prenez en compte qu’une toute petite partie de sa proposition, en la déformant en plus (je ne retrouve pas de "une seule filière éducative", ni de "un seul modèle", ni de "niveau zéro", ni de "réduit la diversité, réduis les possibilités, supprime la possibilité d’avoir le choix" par exemple dans la proposition), et rajoutez des commentaires assez peu constructifs ensuite. 

Mon discours sur le tri et la sélection se rapportait à une autre partie du texte de latribune.fr : "Elle dénonce une "école à bout de souffle" et "200 ans de tradition élitiste", …..".
Je ne réagit pas à "zeb", mais à la proposition effectuée.

Sur le fond toujours : vous voyez quoi comme différence, entre "Grandes Ecoles" et "Université", hormis la sélection à l’entrée (et peut-être des moyens budgétaires différents parfois) ?  Il me semble que la quasi totalité des G.E. et des Universités ont déjà en place pas mal de collaborations, et j’ai donc l’impression que la proposition de "fondre" est déjà en cours d’auto-réalisation (pour le plus grand intérêt des deux d’ailleurs).

Que proposez-vous pour éviter un trop grand "nombre de places en psychologie, histoire de l’art ou autre filières deversant des flots d’étudiants sur des marché de niche ou seulement quelques postes seront pourvus chaque année." ?  Hormis plus correctement informer les candidats à ces études, ou revaloriser l’image d’autres type de formation (tout ce qui passe par l’alternance par exemple) en informant plus sur les réels perspectives et % de chômeurs issus de ces filières (chaque filière supérieure pourrait devoir communiquer à ses "candidats étudiant" des données sur le nombre d’anciens au chômage et en activité 1-3-5 ans après obtention du diplôme), je ne vois que des mesures n’allant pas dans le sens de la liberté et que je ne recommanderai pas.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#217 17/03/2012 22h48 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   104 

GBL,

Oui je dénigre les propositions de Mme Zoly. Oui, j’ai du mépris pour les candidats qui ne cherchent qu’à obtenir des voix de la manière la plus démagogique qui soit.

Entre l’université et les grandes écoles je vois surtout des méthodes de travail et d’encadrements différentes. Je vois des méthodes d’évaluation différentes etc … Je ne pense pas qu’il soit utile de rentrer dans le détail. Les profils qui sortent de ces cursus sont différents. Et bien tant mieux, cela évite d’avoir un model standard victime de consanguinité comme nos représentants politiques qui viennent beaucoup de l’ENA.

Les moyens sont différents aussi, l’utilisation de l’argent, la sélection des profils à l’entrée. Beaucoup de choses sont différentes.

A travers chaque système, il est possible de s’épanouir et de trouver son bonheur. Pour quelle raison en supprimer un pour un autre ? Si le système des grandes écoles était mauvais comme le sous entends Mme Zoly, ne tomberait il pas de lui même ?

Qu’il y ait des échanges profitables pour tous est une chose, privilégié l’un au détriment de l’autre sous prétexte de ces même échanges en est une autre

Mme Zoly drague les centaines de milliers de voix des personnels universitaires encrés en majorité à gauche et potentiellement électeur de Hollande l’autre pays du fromage (oui encore du mépris).

Mme Zoly comme ses concurrents méprise l’électeur à travers ses propositions sortis du chapeau comme ca, un weekend de mars. En a t’elle parlée avant ? Tout ceci n’est que de la drague de voix, sans aucune considération pour la France et les français. Elle est en perdition, elle se raccroche à ce qu’elle peu.

Comme je l’ai dit, les politiciens feraient bien de s’attacher aux moyens d’accès à l’enseignement, qu’elles qu’ils soient, aussi divers soient ils, plutôt que d’en favoriser un seul type.

Maintenant, je ne suis pas candidat, je suis électeur, et a ce titre, je juge les propositions des candidats, que cela plaise ou non. Je n’ai pas de réponse ni de solutions à tous les problèmes . Les candidats eux se sont déclarés pour faire des propositions. Et bien qu’ils les fassent, mais des vrais propositions, résultat d’un projet global, cohérent réfléchis sur le long terme. Ensuite les électeurs jugeront des projets, mais pas des trucs sortis du chapeau à la dernière minute car untel à dit ceci ou un autre cela.

De mon coté, je fais ma partie du job en travaillant, finançant le fonctionnement de notre démocratie, et donc de leurs campagnes électorales, alors qu’ils fassent le leur en travaillant sur des propositions réfléchies, préparées de longue date, aux enjeux justement mesurées.

Cette campagne est la pire qu’il m’est été permis de suivre. Les candidats et leurs propositions vivent dans l’instant présent, sans aucune réflexion, ni cohérence, si ce n’est l’escalade dans la démagogie.

C’est à gerber, et d’ailleurs 25% des voix se dirigeront vers les extrêmes. C’est dire.

Enfin, on a les politiciens que l’on mérite.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#218 17/03/2012 23h27 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

zeb a écrit :

Ca respire bon l’improvisation tout ca. Encore un truc bien réfléchis.

Improvisation? Moi je ne crois pas. La campagne est bien menée, côté PS je veux dire, cette fois (et je suis un peu connaisseur en communication politique, question sur laquelle j’ai pas mal bossé).

Par contre, hum… l’improvisation ça va être après, une fois élu, et face à la réalité!

bifidus a écrit :

Il reste plus que l’idée qui tue : TAXER LES BOITES ETRANGERES QUI GAGNENT DE L’ARGENT A L’ETRANGER

Quelle bonne idée! Allez la vendre à un staff de campagne, elle va beaucoup plaire aux électeurs français moyens (c’est de leur niveau).

Remarquez, on taxe bien déjà les Français qui gagnent de l’argent sur les boîtes étrangères qui gagnent de l’argent à l’étranger (comme ça des Français qui n’investissent ni ne travaillent peuvent se faire payer des prestations sur la prise de risque de leurs compatriotes qui investissent et sur le travail des salariés étrangers qui bossent et font les profits de leur boîte).

zeb a écrit :

on a encore pas de proposition de taxe spécifique pour les personnes qui ne sont pas issues de la filière universitaire. Mais je ne désespere pas, cela finira par venir.

Une autre bonne idée : une tranche supplémentaire pour ceux qui ont diplôme universitaire, très fort! (après tout c’est normal, ils sont avantagés : il faut donc réparer tout ça par l’impôt).

Derival a écrit :

C’est incroyable, j’ai peine à croire que les gens souhaitent de tels nivellements par le bas

Ben j’ai bien peur que ce ne soit pas impossible qu’ils le souhaitent (le PC a été excessivement puissant en France, souvenons-nous).

Dernière modification par placementapapa31 (17/03/2012 23h40)

Hors ligne

 

#219 17/03/2012 23h43 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

zeb a écrit :

Oui, j’ai du mépris pour les candidats qui ne cherchent qu’à obtenir des voix de la manière la plus démagogique qui soit

Vous l’avez dit. Et je crois bien que le mépris, cette fois, dans cette immonde campagne, n’est pas une position exagérée, mais salutaire.

Enfin, salutaire… le problème est de savoir qui il faut mépriser : les politiques qui osent tout pour leur communication, ou les électeurs qui marchent?

Finalement, je me demande si le vote de l’électeur optant pour l’extrême, dans ce contexte, ne sera pas le moins méprisable (je veux dire : il se comprend en tant que réaction affective).

Dernière modification par placementapapa31 (17/03/2012 23h51)

Hors ligne

 

#220 18/03/2012 04h27 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1083 

zeb a écrit :

Mme Zoly comme ses concurrents méprise l’électeur à travers ses propositions sortis du chapeau comme ca, un weekend de mars. En a t’elle parlée avant ? Tout ceci n’est que de la drague de voix, sans aucune considération pour la France et les français. Elle est en perdition, elle se raccroche à ce qu’elle peu.

Je ne suis pas expert sur le programme de cette candidate, mais il me semble qu’elle a publié son programme depuis un bon moment. Je l’ai d’ailleurs trouvé sur son site de campagne (sur http://evajoly2012.fr/files/2012/02/pro … final1.pdf) et j’y ai retrouvé la plupart (je n’ai pas tout vérifié, mais juste recherché toutes les occurrences du mot "école") de ses propositions sur l’école qui sont rapportées dans l’article de latribune.fr. En particulier, le point 5 de la page 57 évoque le rapprochement entre grandes écoles et universités, et ne me semble pas impliquer une restriction du champs des possibles au niveau de l’enseignement supérieur, comme zeb l’a interprété.

Une campagne électorale, ça sert aussi (surtout) à expliquer un programme…
Ce n’est pas parce qu’on n’a pas encore entendu parlé au travers des média de telle ou telle proposition qu’elle ne se trouve pas (parfois depuis fort longtemps ) dans le programme d’un candidat (au moins pour ceux qui en ont publié un).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#221 18/03/2012 09h39 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Administrateur
Réputation :   1307 

GoodbyLenine a écrit :

En cherchant un peu sur internet, par exemple avec google "mensonges candidats présidentielle", je suis tombé sur le site intéressant suivant : http://itele.owni.fr/#!/ligne-de-credit-des-candidats/ qui détaille les interventions des principaux candidats, vérifie la véracité factuelle de chacune de leurs affirmations, et en établit des moyennes (générales, et par domaine). Le site comporte la lite des interventions analysées, la liste des affirmations évaluées, et des explications permettant de comprendre chacune de ses évaluations "correct", "incorrect" ou "Imprécis".

Excellent ce site !

Cela dit, j’ai du mal à comprendre GBL comment vous pouvez avoir une si grande tolérance avec les politiques quand vous lisez un site comme ça.

Ca ma rappelle aussi un site que liste la présence des parlementaires sur les bancs de l’assemblé. Certains ni mettent quasi jamais les pieds de l’année !

Hors ligne

 

#222 18/03/2012 11h21 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   70 

Je suis moi aussi exaspéré par ces méthodes de communication qui conduisent chaque jour à lancer des mesures précises mais démagogiques juste pour créer l’événement et sans souci de cohérence ou de profondeur de vue. Les 2 « grands candidats » jouent un ping-pong horripilant.
Mais je rejoins la sagesse de GBL et je ne veux pas rentrer dans le dénigrement systématique de la classe politique. Je trouve cela irresponsable. Certains se moquent des propositions des partis de gouvernement. Dans le même temps, ils admirent la proximité de Mélanchon et Le Pen avec les préoccupations quotidiennes des Français. C’est totalement paradoxal car aux extrêmes se trouvent les propositions les plus démagogiques et les plus farfelues.
« Se préoccuper du quotidien » des français : vaste programme. Chacun voudrait que l’on s’occupe de lui en fait. Chaque catégorie défend ses intèrêts. J’attends autre chose du futur président de la République. Je ne lui demande pas de disserter sur le prix de l’essence ou du ticket de métro…
Pour en revenir aux rafales de mesurettes, je ne serais pas choqué qu’un candidat, après avoir exposé sa vision et ses objectifs ne rentre pas dans le détail de toutes les mesures. Il pourrait très bien dire : « pour les détails, nous attendons de faire un bilan précis, d’entamer un dialogue avec les partenaires sociaux et nous ferons ensuite les arbitrages ».

placementapapa31 a écrit :

zeb a écrit :

Oui, j’ai du mépris pour les candidats qui ne cherchent qu’à obtenir des voix de la manière la plus démagogique qui soit

Finalement, je me demande si le vote de l’électeur optant pour l’extrême, dans ce contexte, ne sera pas le moins méprisable (je veux dire : il se comprend en tant que réaction affective).

Je trouve cela affligeant et paradoxal : les extrêmes sont les plus démagogiques.

Hors ligne

 

#223 18/03/2012 12h55 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   

Frédéric Bastiat a écrit :

« Il y a trop de grands hommes dans le monde; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle »

La Loi (1850)

Wikipedia a écrit :

La théorie des choix publics est un courant économique qui décrit le rôle de l’État et le comportement des électeurs, hommes politiques et fonctionnaires. Elle entend ainsi appliquer la théorie économique à la science politique. Le texte fondateur de ce courant est The Calculus of Consent (en) publié en 1962 par James M. Buchanan (« Prix Nobel » d’économie 1986) et Gordon Tullock.

La politique y est expliquée à l’aide des outils développés par la microéconomie. Les hommes politiques et fonctionnaires se conduisent comme le feraient les consommateurs et producteurs de la théorie économique, dans un contexte institutionnel différent : entre autres différence, l’argent en cause n’est généralement pas le leur. La motivation du personnel politique est de maximiser son propre intérêt, ce qui inclut l’intérêt collectif (du moins, tel qu’ils peuvent le concevoir), mais pas seulement. Ainsi, les hommes politiques souhaitent maximiser leurs chances d’être élus ou réélus, et les fonctionnaires souhaitent maximiser leur utilité (revenu, pouvoir, etc.)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or … oix_public

Pour moi, les hommes politiques  sont :
1) des escrocs : ils me prennent mon argent, contre ma volonté, pour assurer leurs intérêts
2) des personnalités pathologiques : ils veulent plus de reconnaissance et de pouvoir que ce qu’ils méritent

Hors ligne

 

#224 19/03/2012 19h52 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Administrateur
Réputation :   1307 

90 € d’amende parce que j’ai pris une voie de bus déserte à moto.

C’est vraiment le truc qui me met hors de moi : on mobilise 5 agents pour faire chi## les gens à la sortie de leur boulot et mettre des amendes totalement disproportionnée et en plus pour quelque chose qui ne sert à rien.

Enfin bon je les compte même plus. La dernière fois c’était 135 € d’amende pour feu Xénon alors même qu’on était en pleine journée !

La fois d’avant : 35 € pour stationnement sur un trottoir de 3 m de large.

Et. etc. Tjs de l’imagination pour faire chier les autres et ne pas traiter les vrais pbs de toute façon.

Du coup aujourd’hui j’ai travaillé moitié pour l’état, 1/4 pour la municipalité et me reste 1/4 pour moi ! GRRRR !

Hors ligne

 

#225 19/03/2012 21h20 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

InvestisseurHeureux a écrit :

Et. etc. Tjs de l’imagination pour faire chier les autres et ne pas traiter les vrais pbs de toute façon.

Du coup aujourd’hui j’ai travaillé moitié pour l’état, 1/4 pour la municipalité et me reste 1/4 pour moi ! GRRRR !

Je maintiens que toute cette répression de la vie courante, ces tracasseries incessantes et croissantes qui infectent notre vie quotidienne, s’inscrivent dans quelque chose de plus large, c’est à dire dans la phase montante du cycle de répression, lui-même en parallèle avec la phase descendante du cycle économique.

Les vrais problèmes NE PEUVENT PAS êtres traités (car ils dépendent du cycle économique long). Dans ce contexte, la répression ne peut que monter en même temps, puisque la "productivité de la créativité" (créativité qui serait issue de moins de répression) aurait de toute façon un rendement décroissant. Le coût de la créativité (désordre) en excèderait donc le gain (création de richesse).

Le problème c’est que bien entendu, cette répression ne peut qu’accélérer le déclin économique de la vieille Europe. C’est tout le problème des cycles et des phénomènes d’accélérateur (décroissances exponentielles).

Il faut voir que la taxation (par impôt ou amende!) est avant tout un moyen de répression, au sens psychanalytique et aussi ce qui revient au même au sens de "contrôle" : plus de taxe = moins de conso discrétionnaire = répression des pulsions de désir.

Permettez-moi de re-citer Tartuffe : "Et ce qu’il contrôle est fort bien contrôlé."

Dernière modification par placementapapa31 (19/03/2012 21h24)

Hors ligne

 

Discussions similaires à "nicolas sarkozy et les épargnants"

Discussion Réponses Vues Dernier message
6 3 216 27/03/2012 22h21 par Bear33
29 11 841 09/04/2012 21h10 par méticuleux

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech