Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#101 24/02/2012 07h07 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   421 

GoodbyLenine a écrit :

PS : N’oubliez pas non plus que le "libéralisme" ou la doctrine qui prône de minimiser le rôle de l’Etat ont aussi quelques inconvénients, et n’ont pas eu les succès miraculeux escomptés lorsqu’ils ont été mis en oeuvre au pouvoir.

Je ne prône pas forcément le libéralisme, je trouve juste anormal que notre panel politique nous propose 4 candidats d’extrême gauche et aucun libéral…

Il est amusant de constater que les Staliniens de tout poils bénéficient toujours d’une certaine bienveillance en France tandis qu’on jette l’anathème sur l’extrême droite alors que les 2 se rejoignent pour transformer la France en Corée du Nord.
D’ailleurs si on veut bien se donner la peine de lire les programmes, celui de l’extrême droite a le mérite (c’est bien le seul) de la cohérence alors que le petit livre rouge de notre populiste national (je l’ai parcouru) est une sombre farce.

En tout cas nous manquons d’hommes d’envergure…


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#102 24/02/2012 10h00 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   16 

Pour utiliser une image que j’ai lue mais dont j’ai oublié la source, tant que nous n’avons que des candidats qui m’expliquent comment ils vont répartir les chaloupes du Titanic et personne pour m’expliquer comment nous allons éviter l’iceberg, la politique n’aura aucun crédit pour moi.

Et "il ne suffit pas" de se présenter, surtout en France où homme politique, c’est un métier (certain diront une caste). A un moment donné, il faut aussi se concentrer sur ce que l’on peut influencer (beaucoup choisissent l’exil) et arrêter d’attendre un sauveur.

Hors ligne

 

#103 24/02/2012 15h38 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   52 

Tout à fait d’accord avec le fait que Sarko essaye de financer ses programmes d’assistanat généralisé sur le dos des épargnants.

Voter Sarko ou Hollande, pas évident que l’un des deux soit moins mauvais que l’autre pour les épargnants que nous sommes

Se présenter pour faire changer le système, faut pas rêver…

Se casser sous des cieux fiscaux plus cléments cela peut poser pas mal de problèmes (famille/amis, langue, choc des cultures, ne plus être chez soi nulle part…)

Je pense qu’il existe une option quatre.  Profiter au maximum des PEA, Avie, Contrats de Capi.   Par contre, avoir un compte titres ordinaire, récolter des dividendes et faire tourner les positions ne semble pas d’une pertinence absolue….. 

Qu’en pensez-vous

Hors ligne

 

#104 24/02/2012 15h55 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Administrateur
Réputation :   1307 

marcopolo a écrit :

Je pense qu’il existe une option quatre.  Profiter au maximum des PEA, Avie, Contrats de Capi.   Par contre, avoir un compte titres ordinaire, récolter des dividendes et faire tourner les positions ne semble pas d’une pertinence absolue…

Ça change tout le temps.

Diversifier ses placements sur toutes les enveloppes fiscales Ok.

Mais demain qui ne vous dit pas que le PEA ne sera pas attaqué ?

Il y a pas si longtemps le CTO était plus avantageux que le PEA si vous faisiez - de 25 000 € de session par an.

Aujourd’hui le CTO se fait massacré.

L’option 4 n’est pas une option, c’est le minimum à faire ! Mais ce n’est en rien une garantie de ne pas se faire vampiriser.

Hors ligne

 

#105 24/02/2012 16h10 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   174 

Personnellement, je pense que nous avons la chance de vivre dans un pays plus qu’agréable à vivre et l’expatriation, si elle est juste fiscale, me semble être un choix extrême.

La composante fiscale est un facteur qui devient prépondérant dans ses choix de placements, sa perpétuelle instabilité doit nous obliger à une adaptation permanente.

Je ne vois pas  les membres de ce forum comme des sclérosés du placement et certes payer des taxes et contributions sur ses revenus de placement est désagréable mais c’est toujours mieux que d’avoir à prendre un avion en catastrophe pendant une révolution en laissant tous ses biens sur place…


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#106 24/02/2012 16h15 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   166 

A propos de la volatilité fiscale, mon approche personnelle est d’utiliser des sociétés. Ce n’est pas forcément moins cher mais il y a beaucoup plus de stabilité je trouve. Bon, ça fait mal de sortir un gros chèque d’IS, mais au moins on sait combien ça va faire. Bon là le taux d’IS va probablement changer, surtout si la gauche passe, mais c’est relativement rare.

Hors ligne

 

#107 24/02/2012 16h41 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

bifidus a écrit :

les 2 se rejoignent pour transformer la France en Corée du Nord.

Voilà qui est joliment formulé. Nous n’en sommes pas si éloigné que cela, n’en déplaise. Comment expliquez-vous l’inertie du PIB de la France par rapport à la récession? C’est très simple : une économie administrée, avec poids des dépenses publiques de 55%, où les dépenses des ménages sont engagées dès le 1er du mois par les abonnements obligatoires des entreprises et en lien avec les apparatchiks, ainsi que par les lourdes traites du logement via une organisation de la rareté immobilière, une telle économie administrée donc ne peut connaître de crise.

Cependant, pour la mêmes raison d’inertie (l’inertie ça marche dans les deux sens), cette même économie ne saurait connaître de reprise vivace.

thomz a écrit :

Mamuang a écrit :

Sous les cocotiers je ne sais pas si le système est meilleur mais la piña colada est à 2 € et l’eau à 27 degrès.

Apres s’etre tape deux trois piña colada, deux trois siestes sous les palmiers, deux trois beautés a la peau dorée et a la chevelure parfumée, on s’y emmerde vite sous les cocotiers vous savez.

Une chose est sûre, on s’emmerde ferme ici! (enfin, à moins d’avoir, ce qui est souvent le cas chez nous, et que l’on ait 30, 40 ou 50 ans, une mentalité de retraité friand d’activités "festives" municipalement organisées par nos collectivités locales bienveillantes…).

Je trouve extrêmement étrange que le lien entre amusement et croissance ne soit jamais abordé.

Une exception : une émission sur France Culture en 2010 qui abordait la question fondamentale de la perte de compétitivité internationale de la vie nocturne parisienne (sous l’effet de la "gentryfication" boboïsante et séniorisante…), posant le problème de la capacité d’attraction des élites créatives nécessaires à l’intérêt général.

Rapport sur la compétitivité nocturne de Paris  - Formations Intelligence économique EGE

Les jeunes ce ne sont pas que les "jeunes en difficulté" chers à notre discours larmoyant de tartuffe, ce sont aussi et surtout les jeunes porteurs d’avenir par leurs talents, c’est à dire les citoyens créateurs de valeur de demain. Mais ceux-là, en pays staliniens, on ne veut surtout pas en entendre parler (les "jeunes en difficulté" par contre, ça ça plaît).

Remarquez, c’est normal : dans un pays de vieux (mentalement vieux), la jeunesse, avec sa beauté, sa sensualité, ses désirs, ça met mal à l’aise, vous comprenez…

A ce sujet, un formidable roman de l’académicien JC Ruffin, "Globalia" :

Globalia ? Wikipédia

C’est notre monde futur de vieux qui y est décrit. Sauf que… notre monde de vieux réel qui arrive ne sera pas aussi riche que ce qui est décrit dans le livre, puisque la création de valeur sera partie sous des cieux plus gais.

Dernière modification par placementapapa31 (24/02/2012 17h21)

Hors ligne

 

#108 24/02/2012 16h56 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1082 

bifidus a écrit :

Il est amusant de constater que les Staliniens de tout poils bénéficient toujours d’une certaine bienveillance en France tandis qu’on jette l’anathème sur l’extrême droite alors que les 2 se rejoignent pour transformer la France en Corée du Nord.

Franchement, ne pensez-vous pas être un peu à côté de la plaque en écrivant ceci ?

Le degré de liberté me semble largement différent entre la France et la Corée du Nord, tout comme le niveau économique, la possibilité pour tous de se nourrir, etc.

La situation est loin d’être parfaite, mais pour ma part je préfère de très loin être en France…


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#109 24/02/2012 18h13 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   128 

carpediem a écrit :

Je ne vois pas  les membres de ce forum comme des sclérosés du placement et certes payer des taxes et contributions sur ses revenus de placement est désagréable mais c’est toujours mieux que d’avoir à prendre un avion en catastrophe pendant une révolution en laissant tous ses biens sur place…

Sans aller jusqu’à émigrer dans un paradis fiscal ou un pays émergeant aujourd’hui friand de capitaux mais sur lequel on est en droit de s’interroger sur le lendemain, je pense que ce serait déjà intéressant de comparer la fiscalité dans les différents pays européens et leur évolution ces dernières années.

Les prestations de santé, les infrastructures publiques et la stabilité politique ne seront pas tant différentes en Allemagne, Autriche, aux Pays-Bas, …

On pourrait réellement prendre la mesure du "on n’est pas si mal que ça en France".

Par exemple en Angleterre, je sais qu’il y a une tranche d’imposition à 50 %, mais je ne connais pas son assiette. Si le but est de taxer les dirigeants à gros salaire mais pas les épargnants qui "osent" toucher un peu de dividendes en ayant pris un risque sur leur capital, c’est tout de même très différent.

Plutôt que de vouloir éviter les taxes françaises et la "tiers-mondisation" par un soutien abusif de ceux qui ne créent pas de valeur, je me demande quels sont les pays européens qui respectent davantage le contribuable, l’actionnaire, le capitaliste ? Et qui ont une vision claire de leur politique budgétaire sur le long terme ?

En France, tous les six mois on joue au "ah, il manque 3 milliards pour <insérer_ici_une_réforme_électoraliste>", on va le compenser en augmentant la CSG de <x> points.

Hors ligne

 

#110 24/02/2012 19h09 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   36 

Ratpack a écrit :

Article 5 de la Constitution de 1958 Le Président de la République veille au respect de la Constitution.

comme disait Desproges, tant qu’il fait ça il n’est pas au bistrot

Hors ligne

 

#111 24/02/2012 19h25 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

Derival a écrit :

En France, tous les six mois on joue au "ah, il manque 3 milliards pour <insérer_ici_une_réforme_électoraliste>", on va le compenser en augmentant la CSG de <x> points.

Ca c’est bien dit. La formule résume vraiment bien le problème, et sans exagération, je pense!

On peut se demander une chose : que peut devenir la gestion des affaires publiques dans un tel contexte devenu (il me semble, j’attends vos contres exemples car j’aimerais avoir tort) UNIQUEMENT ELECTORALISTE. Je veux dire : dans un tel contexte la moindre décision rationnelle, donc efficace, est-elle désormais possible?

Derival a écrit :

je me demande quels sont les pays européens qui respectent davantage le contribuable, l’actionnaire, le capitaliste ? Et qui ont une vision claire de leur politique budgétaire sur le long terme ?

Par exemple (entre autre) le Danemark :

- approximation budgétaire impossible

- approximation fiscale moralement inconcevable, et niches fiscales intelligemment conçues (ex achat d’un logement pour étudiant à condition de le revendre à l’issue des études, pour que les nouveaux étudiants puissent à leur tour se loger).

- approximation professionnelle inconcevable (pour cette raison ils n’aiment pas tant que ça travailler avec la France)

- expropriation discrète de l’épargnant par l’inflation (ou autre moyen) inconcevable de part la tradition luthérienne : il est INCONCEVABLE de spolier une catégorie au profit d’une autre (chez nous pas de problème : c’est normal…)

- impossible pour le bénéficiaire de prestations de refuser un emploi (le RSA est à 1500 euros, mais seuls les alcooliques dans la rue objectivement in-réinsérables professionnellement le touchent).

- licenciement immédiat possible sur la volonté unilatérale de l’employeur, règle parfaitement admise par tous, employeurs et salariés

- fierté de payer des prix cher, EN SACHANT que la protection sociale est dans les prix, et en ayant l’ABSOLUE CERTITUDE QUE PERSONNE NE PROFITERA DE CETTE PROTECTION SANS CONTRIBUER A L’EFFORT COLLECTIF (passager clandestin quasi-impossible) - ce dernier aspect est souligné par de nombreux sociologue, et rendant le modèle scandinave non transposable en France (problème e la cohérence des structures sociales : un modèle social est un tout, ceci ramenant la tentation du "bench marking social" au niveau des discussions de bistrot )

Dernière modification par placementapapa31 (24/02/2012 19h36)

Hors ligne

 

#112 24/02/2012 19h34 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   36 

sinon, j’ai lu les cinq pages précédentes, et que dire sinon que je me joins au dégoût général exprimé au fil des posts.
Mon impression est plus ramifiée que certains d’entres vous. L’autre jour dans le bus, à côté de moi, une femme discutait assez fort au portable (un iphone..). Elle disait grosso modo, qu’elle avait vu l’assistance sociale qui avait fait en sorte de régler sa note EDF de 400 euros. Qu’en conséquence elle allait pouvoir enfin s’acheter "son nouveau ordi".
J’en ai plein le derche de ce pays. Une moitié vit sur le dos de l’autre moitié, en permanence. Quand ce ne sont pas les cas sociaux qui en profitent plein pot, ce sont les "très très riches" comme il est dit en 1ère page. Moi, je me casse le popotin pour épargner et faire fructifier au mieux le fric que je transpire. Et l’Etat m’en ponctionne toujours plus, sans arrêt, à coups de taxes, prélèvements, gel des salaires et autres joyeusetés. La justice, où est la justice pertinemment mise en exergue par un candidat aux joues bien roses ? Ma femme bosse pour le smic, elle est imposée en fonction des revenus du couple et donc à une tranche bien supérieure à ce qu’elle serait soumise si elle était seule. Où est la justice ? Vous voulez d’autres exemples ?
Pour les prochaines élections, j’irai voter au plus efficace pour mettre Sarkozy dehors. Je glisserai un bulletin et voterai avec une pince à linge sur le nez. Mais rien ne changera, et tout ira à vau-l’eau, de plus en plus et inéluctablement. Car ils sont tous pareils, tous !

Hors ligne

 

#113 24/02/2012 19h40 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

christian a écrit :

Elle disait grosso modo, qu’elle avait vu l’assistance sociale qui avait fait en sorte de régler sa note EDF de 400 euros. Qu’en conséquence elle allait pouvoir enfin s’acheter "son nouveau ordi".
J’en ai plein le derche de ce pays. Une moitié vit sur le dos de l’autre moitié, en permanence. Quand ce ne sont pas les cas sociaux qui en profitent plein pot, ce sont les "très très riches" comme il est dit en 1ère page. Moi, je me casse le popotin pour épargner et faire fructifier au mieux le fric que je transpire. Et l’Etat m’en ponctionne toujours plus, sans arrêt, à coups de taxes, prélèvements, gel des salaires et autres joyeusetés. La justice, où est la justice pertinemment mise en exergue par un candidat aux joues bien roses ?

Bravo! Ca va mieux en le disant. Moi aussi j’en ai plein le ce que vous voulez! Puisque comme le dit IH ce topic est aussi là pour lâcher la pression il faut le faire! Après ça on y verra plus clair pour nos objectifs d’investisseurs, car on lâchera pas le morceau, rien ne saurait décourager des hommes en vie! Même s’il faut pour cela "voter du pied".

Warren Buffet a écrit :

"Quand un bateau coule il est généralement plus rentable d’employer son énergie restante à changer de bateau qu’à tenter de colmater les fuites de celui qui fait naufrage."

Et bravo à IH pour ce topic salutaire!

Dernière modification par placementapapa31 (24/02/2012 19h46)

Hors ligne

 

#114 24/02/2012 19h48 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Modérateur
Réputation :   1082 

En parlant du Danemark, qui est-ce qui regarde la série "Borgen" sur ARTE (http://www.arte.tv/fr/4317466.html), qui met en évidence certaines facettes de l’exercice du pouvoir ? 

En ce qui concerne "Que peut devenir la gestion des affaires publiques dans un tel contexte devenu (il me semble, j’attends vos contres exemples car j’aimerais avoir tort) UNIQUEMENT ELECTORALISTE. Je veux dire : dans un tel contexte la moindre décision rationnelle, donc efficace, est-elle désormais possible?" :
Il y en a une multitude de propositions et de décisions pas uniquement électoralistes, dès lors que l’on accepte que les homme politiques peuvent aussi avoir la conviction que les décisions qu’ils prennent et les mesures qu’ils proposent peuvent être les plus adaptées à servir l’intérêt général.

Bien sur, avec un président qui change d’avis "relativement" souvent, selon son intérêt électoral supposé semble-t-il (même si même à ce niveau ce n’est pas toujours convaincant), c’est un peu difficile à croire.

La vrai efficacité se mesure à posteriori. A priori, chacun considère comme rationnel et efficace les mesures qu’il estime ainsi… et chacun se trompe assez souvent d’ailleurs, d’autant plus qu’il est rare qu’un choix ne comporte pas aussi quelques inconvénients.

Par ailleurs, il me semble logique qu’une partie significative de l’électorat d’un homme politique soit d’accord avec ce que cet homme politique propose/décide (à défaut, ils ne voteraient pas pour lui). Je doute que la plupart des hommes politiques commence leur réflexion par se demander "que dois-je donc proposer pour que les gens décident de voter pour moi ?", mais qu’ils se demandent plutôt "que dois-je proposer pour que la société évolue dans le sens que je considère comme le bon ?".

Dernière modification par GoodbyLenine (24/02/2012 19h49)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#115 24/02/2012 20h06 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   25 

christian a écrit :

sinon, j’ai lu les cinq pages précédentes, et que dire sinon que je me joins au dégoût général exprimé au fil des posts.
Mon impression est plus ramifiée que certains d’entres vous. L’autre jour dans le bus, à côté de moi, une femme discutait assez fort au portable (un iphone..). Elle disait grosso modo, qu’elle avait vu l’assistance sociale qui avait fait en sorte de régler sa note EDF de 400 euros. Qu’en conséquence elle allait pouvoir enfin s’acheter "son nouveau ordi".  !

Question : le problème, c’est :
1. Le système social trop laxiste ?
2. La dame au portable sans civisme ?
3. Les contrôles trop rares ?


Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave…   Friedrich Nietzsche.

Hors ligne

 

#116 24/02/2012 20h28 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

GoodbyLenine a écrit :

Il y en a une multitude de propositions et de décisions pas uniquement électoralistes, dès lors que l’on accepte que les homme politiques peuvent aussi avoir la conviction que les décisions qu’ils prennent et les mesures qu’ils proposent peuvent être les plus adaptées à servir l’intérêt général.

Et qui est capable de nous donner l’exemple d’une mesure véritablement au service de l’intérêt général et non au service de l’intérêt électoral depuis disons 2002?…

Dernière modification par placementapapa31 (24/02/2012 20h30)

Hors ligne

 

#117 24/02/2012 20h40 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   36 

je rebondis là-dessus, pour vous dire que l’idée d’une monarchie n’est finalement peut-être pas si exempte d’intérêt que ça. Je commence sérieusement à y croire.
Au moins, une tête couronnée a une vision de long-terme, sans distorsions électoralistes qui mettent le pays à terre, un peu plus bas à chaque fois, au gré des promesses et ménagements de bastions parasites dévoués à la couleur politique des décideurs du moment.
L’histoire jugera ainsi peut-être un jour, que l’instauration du quinquennat aura réellement influé sur les heurts vécus par le pays et sur sa stabilité, et fut d’une incommensurable connerie.
Le pays géré dans le style buy & hold, finalement pourquoi pas, ça ne peut pas être pire de toute façon que ce que l’on a actuellement…

Hors ligne

 

#118 24/02/2012 20h41 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   

Qui est au pouvoir depuis 2002 ?


Buy N' Holder

Hors ligne

 

#119 24/02/2012 20h50 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

christian a écrit :

Le pays géré dans le style buy & hold, finalement pourquoi pas, ça ne peut pas être pire de toute façon que ce que l’on a actuellement…

Vous avez raison : pire que ce que l’on a actuellement c’est pas possible!

Je n’ai pas souvenir d’avoir observé une telle évolution aussi rapide de la défiance, de la démotivation et de la passivité que depuis quelques années en France.

(je vous re-cite…)

christian a écrit :

L’autre jour dans le bus, à côté de moi, une femme discutait assez fort au portable (un iphone..). Elle disait grosso modo, qu’elle avait vu l’assistance sociale qui avait fait en sorte de régler sa note EDF de 400 euros. Qu’en conséquence elle allait pouvoir enfin s’acheter "son nouveau ordi".

Mais enfin Môssieur, il faut bien faire travailler la Chine!

Et la "fracture numérique des classes défavorisées", hein, qu’en faites-vous, mécréant?!

(en fait de fracture numérique, c’est surtout que tant que les dites classes peuvent faire du shopping - à crédit - sur internet et s’occuper sur Facebook, ben elles sont pas à manifester)

Blague à part, votre exemple est particulièrement pédagogique! Il explique simplement :

1- Comment les prestations financent la consommation à crédit via la dette publique

2- Comment le phénomène des "déficits jumeaux" nait : dette publique pour payer des prestations à crédit qui financent les consommations importées…

Dernière modification par placementapapa31 (24/02/2012 23h34)

Hors ligne

 

#120 29/02/2012 17h41 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Administrateur
Réputation :   1307 

Voilà pour le "concurrent" :
Hollande mettrait fin aux avantages fiscaux de l’Assurance-Vie

En cas de victoire de François Hollande, l’assurance-vie perdrait la majeure partie de son attrait fiscal: les intérêts seraient soumis au barème de l’impôt sur le revenu, a déclaré le candidat socialiste. "Il n’y aura plus d’abattement", précise Michel Sapin, en charge du programme du candidat. Seul le régime spécifique de transmission serait maintenu.

Et si l’AV tombe, le PEA tombera aussi.

Hors ligne

 

#121 29/02/2012 18h33 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   11 

christian a écrit :

Ma femme bosse pour le smic, elle est imposée en fonction des revenus du couple et donc à une tranche bien supérieure à ce qu’elle serait soumise si elle était seule. Où est la justice ?

Argument fallacieux à mon sens. Car en même temps votre revenu à vous est imposé à un taux bien moindre (puisque vous avez deux parts fiscales) que celui auquel il serait sounis si vous étiez seul…

Hors ligne

 

#122 29/02/2012 19h24 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

Est-ce réaliste?? Ou seulement une annonce électorale. Comment va se financer la dette publique??

Vous y croyez?…

Et plus globalement encore : la hausse des prélèvements sur les intérêts ne peut-elle pas, à terme, faire monter les taux auxquels l’état se finance? (de la même façon que les prélèvements sociaux se retrouvent dans les prix des biens et services : est-ce valable aussi sur le marché du capital?…)

Dernière modification par placementapapa31 (29/02/2012 19h30)

Hors ligne

 

#123 29/02/2012 19h40 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   82 

En fait, on se demande s’il n’existe pas une volonté d’empêcher toute création de richesse…dans un but fallacieux d’empêcher les pauvres de s’appauvrir.

Hors ligne

 

#124 29/02/2012 20h06 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   143 

Je pense que ça ne va pas se faire, ça va de mèche avec la tranche à 75%. L’unique but est de taxer, non pas le contribuable, mais Mélanchon de ses votants.

Hors ligne

 

#125 29/02/2012 20h18 → Nicolas Sarkozy et les épargnants

Membre
Réputation :   60 

BorderLine a écrit :

En fait, on se demande s’il n’existe pas une volonté d’empêcher toute création de richesse…

Mais enfin, dans quel but, quel intérêt??!!

Enfin, j’imagine que même si les intérêts quand ils sont retirés sont taxés au barème commun de l’IR, l’aspect "enveloppe cloisonnée" restera : je veux dire on ne paie que si on retire des intérêts, et seulement sur la partie intérêt du retrait. Car sinon c’est tout le concept-même d’épargne retraite qui s’effondre!! Non? Car ça signifierai qu’il faut payer des impôts pendant la phase de capitalisation des revenus, revenus justement destinés à constituer un pécule supposé financer une retraite! Avec ça, plus de pécule même au bout de 30 ans de capitalisation (annulation de l’effet des intérêts composés), et plus de retraite pour personne : ni par répartition ni par capitalisation!

Si on en arrive là, en ce qui me concerne ce sera vite vu : le vote du pied.

J’exploiterai les deux dernières niches fiscales, à savoir les deux premières tranches du barème d’IR à 0% et 5,5% (celles-là au moins on y touchera pas!), et j’arrête tout travail. Déjà que je travaille pour peu, environ 12000 euros par an, plus 12000 euros environ d’intérêt de fonds en euros, que je ne touche pas. Du coup si je dois payer des impôt à la tranche marginale sur ces derniers 12000 je préfère arrêter de bosser, comme ça je serait pratiquement non imposable sur mes intérêts et j’aurais tout mon temps libre pour buller à mon aise. Bye bye les amis, moi je dors…

Super_Pognon a écrit :

Je pense que ça ne va pas se faire, ça va de mèche avec la tranche à 75%. L’unique but est de taxer, non pas le contribuable, mais Mélanchon de ses votants.

Pas c.. ça!

Et quand on y pense, notre président actuel il a mis un sacré coup de râteau-faneur à l’extrême droite, et ça a bien marché! Je me souviens le philosophe Onfray dans une interview en 2006 dans le Nouvel Ob’s rapportait que NS lui aurait dit ceci :

"Venez avec moi, je vais récupérer 25% des voies de l’extrême droite et je serai président de la République."

Et tout ça sans tenir une seule promesse siouplait! Chapeau bas…

Ils ont peut être enfin compris la leçon au centre gauche : un bon coup de râteau-faneur à l’extrême gauche, et chhhtrrrrraaac! président de la République!

Agricole, mais efficace.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/1164_rateau-faneur-remy.jpg

Dernière modification par placementapapa31 (29/02/2012 20h51)

Hors ligne

 

Discussions similaires à "nicolas sarkozy et les épargnants"

Discussion Réponses Vues Dernier message
6 3 216 27/03/2012 22h21 par Bear33
29 11 839 09/04/2012 21h10 par méticuleux

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech