Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 08/11/2011 19h50 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Modérateur
Réputation :   1081 

Je voudrais rebondir sur la remarque d’Okavongo, reprise par zeb, sur le fait qu’il ont le sentiment que les retraités (aisés pour zeb) sont épargnés.

Je ne souhaite pas discuter pour qui ils votent (je suppose que tous les partis recueillent une partie de leurs votes), ni s’ils ont peur (même s’il est logique qu’ils aient plus peur que la moyenne de la population : physiquement ils se sentent légitimement plus vulnérables que lorsqu’ils étaient plus jeunes, et financièrement ils sont plus vulnérables qu’un actif qui peut avec son travail agir sur sa situation alors qu’eux ne peuvent en grande partie que subir).

Je voudrais juste faire plusieurs remarques :
   - Ces personnes sont indirectement touchées par pas mal de mesures du plan Fillon (et des précédents), en particulier pour celles qui disposent de revenus du patrimoine (dont l’imposition est plutôt augmentée), et celles qui ont des frais pour se soigner (chaque année, le nombre de médicaments ou soins  peu/pas remboursés s’allonge, les cotisations des Mutuelles augmentent, etc.) sachant que ces frais sont proportionnellement bien plus élevés dans cette population. 
   - Si une partie (minoritaire) de ces retraités jouit de revenus confortables, une grande partie se trouve dans une situation financière relativement précaire (et sans réelle possibilité de l’améliorer).
   - Ces personnes ont parfois plus que les actifs actuels le sentiment que des engagements que la société avait pris envers eux ne sont pas tenus. Quand on leur a demandé de cotiser, c’était pour percevoir un jour une pension à un certain niveau, et les conditions se sont progressivement détériorées pour eux, et il faut cotiser de plus en plus pour percevoir de moins en moins (certes pendant plus longtemps avec l’allongement de la durée moyenne de vie). Certes, ceux qui leur ont dit ceci les ont bernés (cf évolution du ratio actifs/retraités), et eux ont eu le tord de les croire, pour certains sans doute un peu consciemment.
   - Ces personnes sont celles qui ont largement participé (par leur travail/action/…) à la création de la société actuelle, avec ses avantages (même avec la crise, et avec de plus en plus de personnes dans des situations difficile, on vit quand même mieux en France que dans de très nombreux autres pays…) et ses inconvénients (l’héritage comporte des "cadavres", comme les dettes publiques, le niveau de chômage, un certain nombre de disfonctionnements de la société, etc.), en partant de pas grand chose au milieu du 20ème siècle.
   - Ces personnes n’emporteront pas le reste de leur patrimoine dans leur tombe (on n’est plus au temps des pharaons…), et les services et biens dont ils ont besoin pendant leur retraite permettent aussi un certain niveau d’activité (non délocalisable).
   - Il est prévu un bilan avec éventuellement une remise à plat complète du système des retraites pour 2013 (ou 2014, je ne suis plus sur), ce qui pourrait être l’occasion de constituer un système plus juste, simple et pérenne : juste avec des pensions réellement liées aux cotisations versées durant toute la vie (avec un minimum résultant de la solidarité nationale), simple sans cette multitude de régimes et de règles avec leurs exceptions et autre complexités, pérenne avec un rendement transparent et homogène pour une classe d’age donnée, et ne faisant pas l’objet d’ajustements tous les 6 mois (donc inspirant confiance, même pour les plus jeunes, qui aujourd’hui ont en majorité peu confiance dans le système actuel). Certains espèrent arriver à des systèmes à points ou de comptes notionnels, comme ceux existants dans d’autres pays (d’Europe et d’ailleurs), mais la transition des systèmes actuels vers un tel système sera délicate.

Je ne veux pas dire qu’il faut améliorer le niveau des pensions de retraites. Je suggère juste que la vérité n’est que rarement simple, et qu’en se mettant à la place de ceux qu’on pense à premier abord épargnés/privilégiés, on découvre parfois que ce n’est pas exactement le cas.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#27 08/11/2011 20h25 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   104 

Tout à fait, et c’est bien pour cela que je parlais des retraités aisés. Car tous ne le sont pas.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#28 08/11/2011 21h32 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   15 

okavongo a écrit :

Une note d’optimisme, nous avons échappé à une nouvelle journée de solidarité qui n’aurait pesé que sur les actifs. Une interrogation, ai-je une vision déformée ou la catégorie qui passe jusqu’à maintenant relativement entre les gouttes c’est les retraités ? Catégorie qui pèse très lourd électoralement… Et qui n’a pas participé à l’effort pour la réforme des… retraites.

Non, je ne pense pas que ta vision soit déformée, je constate la même chose que toi.
Cette population, les retraités, est systématiquement préservée.
On fait peser l’essentiel des mesures sur les actifs.
Pourtant, c’est ignorer le fait que, et c’est une 1ère dans l’histoire, les revenus médians des retraités ont dépassé en 2010 les revenus médians des actifs.
Et en pouvoir d’achat, étant donné leurs faibles charges, ils explosent littéralement les actifs.

Mais les baby-boomers, c’est sacré.
Il ne faudrait surtout pas, par exemple, aligner leur CSG sur celle des actifs.
Ou encore supprimer l’abattement de 10% (de frais pro…) sur leurs pensions dans la déclaration d’IR. Mesure qui n’aurait aucun effet néfaste sur les petites retraites étant donné que même sur une assiette de 100%, ils ne seraient pas imposés. Pourtant, cela représenterait 3 milliards d’€ d’économies / an.

Bref…

Hors ligne

 

#29 08/11/2011 23h28 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Modérateur
Réputation :   1081 

nico6259 a écrit :

Pourtant, c’est ignorer le fait que, et c’est une 1ère dans l’histoire, les revenus médians des retraités ont dépassé en 2010 les revenus médians des actifs.

Est-il vraiment pertinent de comparer le revenu médian des retraités avec le revenu médian des actifs ?   
Je n’ai pas de chiffres détaillés, mais intuitivement, je soupçonne que les personnes qui ont la plus grande espérance de vie sont souvent aussi celles qui ont une retraite au dessus de la médiane. ET donc que la pension médiane des retraités n’a pas grand chose à voir avec la pension du retraité médian.  (alors que pour les actifs, c’est quasiment la même chose)

Est-il vraiment pertinent de comparer la situation actuelle avec celle du passé ?   
… sachant que dans le passé, la pension des femmes était bien plus souvent basée sur une carrière bien moins complète, voire juste une pension de reversion, et que les femmes sont bien plus nombreuses que les hommes dans la tranche d’age des retraités ?


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#30 09/11/2011 00h47 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   14 

GoodbyLenine a écrit :

La retraite à 60 ans et les 35 heures comportent des défauts, surtout au niveau de leur mise en oeuvre et leur manque de souplesse. Mais est-ce tellement mieux de financer des chômeurs pendant quelques années de plus avant leur retraite "officielle"

C’est l’éternel débat avec l’analogie du gâteau pour le décrire.
L’idée n’est pas que la personne qui travaille plus que 35 heures ou le senior prenne la place d’un chômeur.
La question est de savoir s’il faut se partager le « gâteau-emploi » tel qu’il est ou s’il ne vaudrait pas mieux essayer d’en augmenter la taille en générant de la croissance ?
C’est ce qu’ont fait les Allemands.
Maintenant pour arriver à faire la même chose, puisque le modèle allemand est devenu un objectif en France, il faudrait :
- un système d’éducation qui mène à l’emploi plus qu’au diplôme (apprentissage vs baccalauréat+fac sans débouchés)
- un réseau de PME solide
- des entreprises exportatrices
- augmenter les investissements en recherche et développement
- …
mais aussi
- des employés, des patrons et des syndicats ayant un sens de l’intérêt commun 
- accepter que l’on touche au sacro-saint modèle social français si on ne veut pas que la fiscalité explose totalement

Hors ligne

 

#31 09/11/2011 01h41 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Modérateur
Réputation :   1081 

Une autre proposition pour des actions à entreprendre se trouve dans Le président du fonds souverain chinois fustige la conception européenne de l’Etat-providence

(On n’a pas besoin d’être complètement d’accord avec lui…)

Le monde a écrit :

Le président du fonds souverain chinois fustige la conception européenne de l’Etat-providence

Dans une interview à la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira, le président du fonds souverain chinois CIC ne mâche pas ses mots contre l’Etat-providence, responsable selon lui de la crise de la dette en Europe. "Les troubles qui se sont produits dans les pays européens résultent uniquement de problèmes accumulés par une société en fin de course, vivant d’acquis sociaux", déclare Jin Liqun, qui dirige la China Investment Corporation (CIC), dans une interview diffusée dimanche.

"Je pense que les lois sociales sont obsolètes. Elles conduisent à la paresse, à l’indolence, plutôt qu’à travailler dur. Le système d’incitation est complètement détraqué", a poursuivi M. Jin. "Pourquoi est-ce que les habitants de certains pays de la zone euro devraient travailler jusqu’à 65 ans ou plus alors que dans d’autres pays, ils prennent aisément leur retraite à 55 ans et se prélassent sur la plage ?", s’est demandé le financier chinois, interrogé sur la volonté de son pays d’aider l’Europe à sortir de la crise de la dette.

DES RÉFORMES "SANS DÉLAI"

"En Chine, nous sommes tout à fait en faveur de l’euro et de la zone euro. Nous cherchons activement des opportunités d’investissement intéressantes pour les deux parties, a assuré le patron du CIC. Nous sommes optimistes vis-à-vis de l’euro. Mais il y a toute une série de réformes qui doivent être entreprises sans délai. Avoir 17 membres et 17 gouvernements n’est pas une excuse pour ne rien entreprendre."

Le rôle du fonds souverain, dont les actifs s’élevaient fin 2010 à 410 milliards de dollars (298 milliards d’euros), est de trouver des placements intéressants pour une partie des 3 200 milliards de dollars de réserves de change accumulées par la deuxième économie mondiale. Alors que l’opportunité de faire appel aux capitaux chinois fait débat dans les pays européens, le président Hu Jintao a déclaré avant le sommet du G20 à Cannes la semaine dernière que c’était "surtout à l’Europe de régler le problème de sa dette".

Pékin avait indiqué attendre des clarifications avant de s’engager à investir dans le nouveau mécanisme du Fonds européen de stabilité financière décidé lors du dernier sommet de Bruxelles. La Chine détiendrait d’ores et déjà plus de 550 milliards de dollars de dette souveraine européenne, selon des experts.

dom67 a écrit :

GoodbyLenine a écrit :

La retraite à 60 ans et les 35 heures comportent des défauts, surtout au niveau de leur mise en oeuvre et leur manque de souplesse. Mais est-ce tellement mieux de financer des chômeurs pendant quelques années de plus avant leur retraite "officielle"

C’est l’éternel débat avec l’analogie du gâteau pour le décrire.
L’idée n’est pas que la personne qui travaille plus que 35 heures ou le senior prenne la place d’un chômeur.
La question est de savoir s’il faut se partager le « gâteau-emploi » tel qu’il est ou s’il ne vaudrait pas mieux essayer d’en augmenter la taille en générant de la croissance ?

Moi j’aurais tendance à dire qu’il faut faire les deux, à savoir augmenter le gâteau autant que possible, et utiliser toutes les ressources disponible pour y arriver, en partageant le gâteau quand c’est nécessaire et possible lorsque ce gâteau a tendance à temporairement être trop petit (au minimum en ne favorisant jamais aucune action qui irait dans le sens inverse, et serait au fond contre-productive pour l’intérêt général).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#32 09/11/2011 08h14 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Administrateur
Réputation :   1307 

nico6259 a écrit :

Non, je ne pense pas que ta vision soit déformée, je constate la même chose que toi.
Cette population, les retraités, est systématiquement préservée.
On fait peser l’essentiel des mesures sur les actifs.

Disons qu’une partie des retraité a eu une chance énorme : ils auront cotisés bien peu par rapport à leur retraite et auront pu se construire un patrimoine immobilier "facilement".

Même si j’ai 31 ans, je plains surtout la nouvelle génération. Eux auront vraiment tout eu : la rigueur, l’immobilier cher, les emplois mal payés, pas de retraite et baisse drastique du système social alors qu’ils cotiseront énormément. Je crois que s’il n’y a pas plus d’indignés en France, c’est que les jeunes ont pas encore compris ça. Les 30 ans de déficit de la France et la désindustrialisation, c’est pour eux. On peut dire qu’on leur laisse des hôpitaux et des écoles mais quand on a des infirmières dans son entourage, on sait bien la catastrophe qu’à laisser les 35 heures dans les hôpitaux et combien les profs sont démotivés. :-)

De toute façon, ce plan n’est que le début et on a pas fini de pleurer.

Quand on voit le dernier chiffre de la balance commercial, qui est plus catastrophique que jamais, on est entré dans un vrai cercle vicieux.

Hors ligne

 

#33 09/11/2011 10h27 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   19 

Une lueur d’espoir tout de même, le déficit semble en passe d’être maîtrise: http://www.fortuneo.fr/fr/actualites/-/ … -un-an.jsp .

On peut espérer trouver un fond au trou et garder notre triple A.

Sinon, entièrement d’accord avec IH, le refrain "ne laissons pas de dette à nos petits enfants" a beau être répété, il n’a servi à rien.

Oscard wilde disait "La fatalité veut que l’on prenne toujours les bonnes résolutions trop tard."


Celui qui meurt de honte meurt de faim _ mon blog

Hors ligne

 

#34 09/11/2011 10h41 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Administrateur
Réputation :   1307 

Dendy a écrit :

Une lueur d’espoir tout de même, le déficit semble en passe d’être maîtrise: http://www.fortuneo.fr/fr/actualites/-/ … -un-an.jsp

Je n’ai pas la même lecture. :-)

D’après l’article, On a encore 95 Md€ de déficit sur 2011. En 2008 on était à 64,3 Md€.

C’est juste la dérivé seconde qui diminue. :-)

Hors ligne

 

#35 09/11/2011 10h49 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   19 

La magie des gros titres!
Merci pour la précision; on fait dire au chiffres ce qu’on veut si on choisit son horizon temporel.
Je me suis laissé emporté par mon optimisme, erreur de jeunesse :-)


Celui qui meurt de honte meurt de faim _ mon blog

Hors ligne

 

#36 09/11/2011 13h09 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   70 

InvestisseurHeureux a écrit :

(…) je plains surtout la nouvelle génération. Eux auront vraiment tout eu : la rigueur, l’immobilier cher, les emplois mal payés, pas de retraite et baisse drastique du système social alors qu’ils cotiseront énormément.

+1
Je suis d’accord aussi avec la plupart des remarques de GBL. Sauf sur la vunérabilité économique qui me semble bien partagée entre un actif face à un niveau de chomage important et un retraité qui ne peut plus augmenter ses revenus (mais ceux-ci sont globalement garantis). Je suis en désaccord par contre sur les engagements pris. Cet argument me semble plutôt valable pour les actifs actuels qui voient les pensions futures diminuer, la durée de cotisation augmentée, etc. La dernière réforme a fait appel a toutes sortes de solidarité, même une augmentation de la taxation du capital si ma mémoire est bonne, mais sans toucher aux retraités actuels. Ceci me semble incongru mais étant dans la génération "intermédiaire" mon angle de vision est peut-être faussé.

Pour revenir aux jeunes, j’ai l’impression qu’ils sont vraiement les "dindons de la farce". Une dette colossale, des perspectives peu encourageantes. Et franchement, que les banques aient été sauvées, que les actionnaires ne soient pas passé à la caisse, à 20 ans, ça leur fait une "belle jambe". On essaye de sauver le système, les économies des rentiers, on dénature le capitalisme (les gains pour quelques uns, les pertes pour tout le monde), on entretient la bulle immobilière. A titre personnel  ça m’arrange plutôt, mais pour les jeunes générations cela n’est pas positif. Sauf que j’imagine et j’espère que la solidarité familiale fonctionne.

Hors ligne

 

#37 09/11/2011 13h36 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   66 

Pour vous donner une impression d’un jeune (je viens de finir mes études), une immense majorité de mes amis ayant effectués des études supérieures ainsi que moi même sommes prêts à nous expatrier sans remords considérant que les salaires sont bien trop bas en France et le coût de la vie (incluant la taxation et en particulier l’immobilier étant parisien) est bien trop élevé.

Je dirais que presque un tiers de mes amis sont en Asie, Moyen Orient ou Amérique du Sud et nous sommes deux de ma classe de lycée (pur hasard) en Afrique du Sud !

Nous comptons tous revenir un jour mais quand des salaires relativement décents seront proposés (ce qui signifie ne pas travailler 10h par jour pour ne même pas gagner assez pour profiter réellement de la vie), en attendant si c’est pour avoir constamment de l’instabilité économique, fiscale, législative, au niveau du droit du travail et donc toujours douter de ce qui adviendra, autant être dans un pays aussi instable dans lequel on en est conscient et cotiser soi même pour assurer son futur mais où les salaires sont meilleurs !

J’ai quelques amis qui ne comptent pas bouger (ce n’est pas une critique, je les comprend parfaitement) pour rester proche de leur famille et qui ont besoin d’une grande stabilité autour d’eux et ne sont donc pas tentés par ce saut.

Fait révélateur, j’avais parlé il y a quelques mois avec des associés d’un grand cabinet d’avocats parisien qui m’avaient expliqué que dans les années 1980 et 1990, ils se tuaient certes à la tâche mais gagnaient conséquemment leur vie, tandis que les jeunes désormais dans le même cabinet travaillaient autant pour bien moins cher… Et m’ont sur ce conseillé de partir loin de ce monde absurde !

Je crois bien résumer comment je le ressens à 23 ans et pourtant comme le dit okavongo, dans ma famille en tout cas la solidarité de la génération des Trente Glorieuses vers la mienne est immense mais même cela ne suffit pas à enrayer le processus.

Hors ligne

 

#38 15/11/2011 14h55 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   

La taxation des plus-values mobilières durcie et recentrée 15/11/2011 14:39

PARIS (AFP)--L’Assemblée nationale a voté mardi un amendement UMP qui durcit et recentre la taxation des plus-values réalisées sur la cession de valeurs mobilières, telles des actions de sociétés, pour faire des économies mais aussi pour financer plus efficacement les PME. 
L’exonération totale de ces plus-values après 8 ans de détention, qui devait s’appliquer aux cessions faites à partir de début 2012, aurait représenté un manque à gagner d’un milliard d’euros par an pour l’Etat en régime de croisière, a précisé le rapporteur général du Budget, Gilles Carrez. 
La date de 2012 pour appliquer cette mesure coûteuse avait été retenue en raison d’un "pari sur l’amélioration des finances publiques" à cette échéance, mais cette amélioration "n’a pas été au rendez-vous", a-t-il observé lors de l’examen du budget 2012. 
L’amendement voté instaure "un dispositif plus limité", visant à remplir "plus efficacement l’objectif de financement des petites et moyennes entreprises" et ayant "un coût moindre". Pour être exonérés d’impôt, leurs détenteurs devront réinvestir leurs plus-values dans une nouvelle société. 
"Si un chef d’entreprise a créé son entreprise et la vend en faisant une plus-value, dès lors qu’il a cette entreprise depuis plus de 8 ans, qu’il réinvestit au moins 80% de la plus-value dans une autre entreprise plutôt de type PME et qu’il accepte de garder ce financement au moins 5 ans, l’exonération lui sera définitivement acquise", a expliqué Gilles Carrez. 
L’abattement lié à la durée de détention des valeurs mobilières est en effet remplacé par un mécanisme de report d’imposition. 
Pour être exonérés, les contribuables devront avoir détenu pendant au moins 8 ans au moins 10% des parts d’une société dont les titres sont cédés. Et au moins 80% de leur plus-value devra être réinvestie dans une entreprise, dans les trois ans qui suivent, pour en posséder au moins 5% du capital. 
Au bout de 5 ans de détention des titres acquis lors de ce réinvestissement, la plus-value reportée sera définitivement exonérée. 
Cosignataire de l’amendement, François Goulard a jugé que "les conditions de remploi des fonds corrigent ce que l’exonération totale pouvait avoir de trop favorable et permettent un réinvestissement en France au lieu d’inciter à partir à l’étranger".

Hors ligne

 

#39 15/11/2011 17h54 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   36 

qui pour expliquer l’impact de cette mesure sur un PEA ? merci

Hors ligne

 

#40 15/11/2011 18h25 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   36 

je viens de trouver quelques précisions sur un site :

Plus-values mobilières : les députés remplacent l’abattement pour durée de détention par un mécanisme de report

La rédaction s’interrogeait la semaine dernière sur l’avenir du régime d’abattement pour durée de détention applicable aux plus-values mobilières codifié à l’article 150-0 D bis du CGI.

En effet si députés et sénateurs sont, sur le principe, d’accord pour réformer ce régime, il semblent s’opposer sur l’étendue de cette réforme.

Les députés viennent cette après-midi, de réaffirmer leur position en adoptant un amendement (516-II 3ème rect) remplaçant l’abattement lié à la durée de détention par un mécanisme de report d’imposition.

Soulignons que ce régime de report a évolué depuis le dépôt de l’amendement.

En pratique :

le dispositif d’abattement qui aurait trouvé à s’appliquer à compter de 2012 (pour 1/3) est remplacé par un mécanisme de report d’imposition à la condition que le contribuable en fasse la demande.

ce report est conditionné au respect des conditions suivantes :

que les titres cédés ait été détenus de manière continue depuis plus de huit ans ;
que les titres détenus par le cédant, directement ou par personne interposée ou par l’intermédiaire du conjoint, de leurs ascendants et descendants ou de leurs frères et sœurs, aient représenté, de manière continue pendant les huit années précédant la cession, au moins 10 % des droits de vote ou des droits dans les bénéfices sociaux de la société dont les titres ou droits sont cédés ;
que la société dont les titres sont cédés ait exercé une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière (à l’exception de la gestion de son propre patrimoine immobilier) pendant au moins 8 ans précédant la vente
que le produit de la cession des titres soit investi, dans un délai de trente-six mois et à hauteur de 80 % du montant de la plus-value net des prélèvements sociaux, dans la souscription en numéraire au capital initial ou dans l’augmentation de capital en numéraire d’une société ;
que la société bénéficiaire de l’apport exerce une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière (à l’exception de la gestion de son propre patrimoine immobilier), soit assujettie à l(IS (ou un impôt équivalent) ;
que les titres représentatifs de l’apport en numéraire soient entièrement libérés au moment de la souscription ou de l’augmentation de capital ou, au plus tard, à l’issue du délai de 36 mois et représenter au moins 5 % des droits de vote et des droits dans les bénéfices sociaux de la société ;
que les titres représentatifs de l’apport en numéraire soient détenus directement et en pleine propriété par le contribuable pendant au moins cinq ans ;
que le contribuable, son conjoint, leurs ascendants et descendants ou leurs frères et sœurs, ne soient pas associés de la société bénéficiaire de l’apport préalablement à l’opération d’apport et n’y exercent pas les fonctions énumérées au 1° de l’article 885 O bis depuis sa création et pendant une période de cinq ans suivant la date de réalisation de l’apport. » ;
que la société bénéficiaire de l’apport n’ait pas procédé à un remboursement d’apport au bénéfice du cédant, de son conjoint, de leurs ascendants et descendants ou de leurs frères et sœurs, au cours des douze mois précédant le remploi du produit de la cession ;

Précisons, à toutes fins utiles que le régime de l’article 150-0 D ter est quant à lui maintenu (Départ à la retraite)

Rappelons enfin que le texte bien qu’adopté par les députés n’est pas définitif et il l’est d’autant moins que la Commission des Finances du Sénat propose purement et simplement d’abroger ledit abattement pour durée de détention.

Hors ligne

 

#41 15/11/2011 20h10 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Modérateur
Réputation :   1081 

Réaction que cet amendement ne suggère :     

On complique encore un peu plus l’usine à gaz, au lieu de remettre à plat, de faire simple, et pérenne. On supprime encore une mesure avant même qu’elle ne commence à produire un effet. On stigmatise encore un peu une catégorie (les "actionnaires", tout en regrettant que nos entreprises aient autant de mal à trouver des fonds propres, encore plus d’origine française, et tout en regrettant que nos PME soient incapables de croitre comme celles en Allemagne).

Quelle crédibilité attendent nos législateurs et gouvernants en réponse ?  (alors qu’il leur faudrait susciter un élan d’espoir, d’enthousiasme, et de confiance, et éclairer l’avenir)

Avertissement AMF : Je ne possède que très peu (<2% de mon patrimoine) d’actions en dehors de PEA et AV, donc suis peu impacté par les conséquence de cet amendement.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#42 17/11/2011 23h04 → Plan de rigueur : augmentation du prélèvement forfaitaire libératoire

Membre
Réputation :   -21 

Je partage l’avis de Ratpack , à 25 ans  je sens que la France tombe en morceau (encore plus quand on perdra le Triple A …. Faut aller chercher l’avenir ailleurs.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech