Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 29/08/2016 16h42 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   27 

Bonjour à tous,

D’abord, je tenais à tous vous saluer chaleureusement. Malgré une participation moindre depuis un moment, je vous lis très régulièrement. Aujourd’hui, je tenais à aborder un sujet qui sort un peu des sentiers battus, et qui paradoxalement, pourrait ne pas être considéré comme celui traité par un gentleman qui se respecte. Si le sujet est inapproprié ou déplacé, je m’en excuse d’ailleurs par avance auprès de l’auteur de ce forum, ainsi qu’auprès de vous lecteurs.

Plus précisément, je vous propose d’exploiter ce thème en partant de ma situation personnelle, pour ensuite tendre vers des considérations plus générales (pour ceux dont les éléments factuels rebutent, vous pouvez directement vous rendre en fin de post, où j’en viens aux interrogations essentielles).

Bref historique de ma situation personnelle… J’ai aujourd’hui 29 ans, une situation professionnelle que je considère confortable (tout est relatif naturellement) avec d’attrayantes perspectives, 2 immeubles locatifs en large autarcie financière, une épargne monétaire légère, et… je suis célibataire (j’y reviendrais). En effet, après 9 ans de vie commune avec ma compagne ("mon 1er amour"), j’ai décidé de la quitter en avril dernier. Avec mon "ex" nous avions de beaux projets, et outre le développement patrimonial, les voyages, et autres loisirs, celui de devenir rentiers avant la retraite nous animait. Ce projet, moi, me tient toujours à cœur et m’anime fortement (d’où les immeubles locatifs évoqués juste au-dessus).

Bien que mon "ex" gagnait moins d’argent que moi, elle avait une situation stable, de beaux projets professionnels, et c’était une bosseuse. En toute transparence, elle gagnait environ 2 300 €/ mois hors primes et autres (29 ans également). Certes c’est probablement beaucoup moins que la majorité des personnes fréquentant ce forum, mais c’est également bien supérieur à la moyenne nationale des actifs (1 800 € net/ mois de mémoire).

Mais où souhaitais-je donc en venir ? Et bien voilà, bien que je profites pleinement de ma vie de récent célibataire, je me surprends à me torturer l’esprit avec des questions biens matérialistes. Je ne suis pas le genre de personne avec des exigences folles pour trouver l’âme sœur, tant sur les aspects physiques ou autres. Loin de là ! C’est d’ailleurs peut être le meilleur moyen de ne pas y parvenir. En revanche, quand je réalise une introspection sérieuse sur les critères éliminatoires (du type d’un zéro pointé au baccalauréat), ressortent en priorité (et dans l’ordre) : le fait que cette personne n’ait pas une bonne situation professionnelle et le fait qu’elle n’ait pas beaucoup de relations sociales (à titre personnel en l’occurrence).

Attention je ne parles aucunement d’origine sociale ou que sais-je encore. Je suis moi-même issu d’une famille modeste, et je ne souhaites pas spécialement rencontrer quelqu’un de "la haute". Simplement une femme qui réussi professionnellement et qui se donne les moyens d’y parvenir chaque jour, comme moi je m’en donne les moyens au quotidien.

Donc me voilà célibataire… enfin presque. Puisque depuis quelques temps (fin juin), je me trouve à fréquenter une personne. Celle-ci est d’une réelle sympathie, douce, et présente plein d’autres qualités personnelles. Mais hic… indépendamment de ces éléments, une seule chose me hante l’esprit en ce moment : elle n’a pas une situation professionnelle en phase avec mes espoirs (prétentions ?), et envisager l’autonomie financière avec elle va être compliqué si cette histoire venait à durer. Pour être limpide, elle est au smic horaire (et à temps partiel qui plus est, mais peu importe, ce point ne change pas la démonstration). Qui plus est, suite à un déménagement récent, et une fin d’histoire compliquée avec son propre "ex", elle ne connaît pas grand monde.

Tous ces éléments me mènent au constat que je n’en suis pas amoureux, et que je pense me mettre une barrière psychologique car cette personne n’a pas une situation professionnelle correcte (à mes yeux, encore une fois, tout est subjectif).

Cette longue introduction, pour en final en venir au cœur du sujet:

- D’après vous, l’amour vaut-il plus que l’argent ?
- Une personne sans ambition peut-elle vivre durablement avec une personne qui au contraire réussie sa vie professionnelle ?
- Dans vos relations de couple, veillez-vous à ne pas vous "caser" avec une personne présentant de trop fortes disparités salariales ?
- Dans votre cas personnel, avez-vous réussi à tendre vers l’autarcie financière avec un compagnon (ou une compagne) n’exerçant pas d’activité professionnelle ou gagnant très modestement sa vie ?
- Pensez-vous que je suis un être pauvre d’esprit, matérialiste et vénal ? Ou qu’au contraire, ces interrogations sont parfaitement légitimes ?
- Et enfin la question que vous trouverez peut être amusante : comment favoriser les rencontres avec une telle personne ?
Sur ce point, j’ai discuté avec une amie responsable du pôle social d’un Cabinet comptable. Pour s’amuser, mon amie a recherché le nombre de femmes actives pour lesquelles son Cabinet réalisait les feuilles de paye (environ 1 500 salarié(e)s au total), ayant moins de 35 ans et gagnant plus de 2 000 € nets par mois. Et bien malheureusement, malgré ces filtres assez légers, très peu ont été décelées sad (et l’histoire ne dit pas si elles étaient célibataires en plus smile ).

Les avis et réactions d’hommes et de femmes seraient réellement bienvenus.

Bien cordialement,

Despe (un gentleman masqué)

P.S : je pense que cette réflexion est très appropriée pour les couples se formant sur le tard. De fait, par essence, pour les personnes s’étant rencontrées jeunes (avant 25 ans pourrions-nous considérer), les exigences (quel qu’elles soient) étaient peut être moindres, et a fortiori, les notions de rémunération n’entraient peut être pas en ligne de compte.

P.S 2 : ce sujet n’est aucunement misogyne, machiste, et peut aussi bien s’appliquer à des relation homme/femme, femme/homme, femme/femme, ou homme/homme. Raison pour laquelle j’ai veillé à parler "d’âme sœur", afin d’éviter tout malentendu ou quiproquo.

Dernière modification par Despe44 (29/08/2016 17h14)

Mots-clés : autonomie financière, disparités salariales, projet de vie


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire….

Hors ligne

 

#2 29/08/2016 17h05 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   82 

Bonjour,
pour ma part, nous nous sommes rencontré assez tôt, donc la question ne se pose pas franchement.

Néanmoins, le salaire horaire n’est pas le problème, l’approche de la partie financière l’est à mon sens plus importante.
Dans votre cas, avec un mi-temps au smic, ce ne doit pas être un personne trop dépensière. wink

Sinon, la comptabilité, de ce que j’en connais c’est pas un milieu très féminin! wink
Surtout avec la séparation de la comptable et de la paye, et l’intégration de la paye à la RH! (phénomène assez classique)

Sinon je n’ai pas de réponses absolu à votre question!

Hors ligne

 

#3 29/08/2016 17h11 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   30 

La question, c’est quelle est votre priorité ? Et quel investissement personnel (temps / financier) vous souhaitez y mettre ?

Si votre priorité, c’est : travailler à fond, pour économiser, pour investir en retapant des appartements H24. Il faut avoir la personne capable de comprendre cela et de l’accepter. C’est pas évident à trouver car cela implique qu’elle passe au second degré. Pas évident à accepter pour elle.

Personnellement, je suis avec une personne qui ne connait rien à l’investissement, qui ne s’y intéresse pas particulièrement et qui me laisse faire. Mais à aucun moment, elle n’acceptera que je passe mon "hooby" avant elle. Après, les relations évoluent et surtout les deux personnes se mélangent. Personnellement, elle a toujours été la priorité. Je l’ai suivi une fois et j’ai renoncé à un poste une seconde fois. Aucun regret, il fallait le faire et cela nous a été bénéfique à tous les deux in fine.
A l’inverse, mon ambition lui a servi pour évoluer dans son domaine et elle gagne maintenant bien mieux sa vie à la hauteur de ses compétences. Indirectement, elle m’a permis de canaliser ma frustration d’ambition dévorante perpétuelle impossible à assouvir dans le cadre de mon travail.
J’ai un patrimoine plus important et nous avons commencé l’investissement commun sur des SCPI. Selon, elle, elle n’aurait jamais tenté l’aventure toute seule car c’est trop loin de ces centres d’intérêt. Idem, je travaille sur un cas théorique pour lui apporter les chiffres et lui présenter un cas concret de ce qu’il est possible de faire en immobilier. A noter toutefois que nous avons des épargnes complètement séparées que chacun gère comme il veut.

Dernière modification par Kabal (29/08/2016 17h12)

Hors ligne

 

#4 29/08/2016 17h22 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   57 

Préfereriez-vous finir votre vie rentier et seul, ou pauvre et en heureux en couple ? Un peu tranchée comme question mais bon… vous saurez ainsi si vous mettez l’amour ou l’argent en premier.
Avoir un but de rentier n’est pas un but en soi mais un moyen de faire autre chose. C’est sur cet autre chose que vous devez interroger votre compatibilité avec votre âme sœur.

Pour le reste, je serai tenté de dire que demain, vous pouvez perdre vos appartements, être au chômage etc. est-ce que cela ferait de vous quelqu’un de différent ? Demain, votre âme sœur peut gagner au loto et être multi-millionaire, est-ce que cela fera d’elle quelqu’un de différent ?

Je peux comprendre que cela puisse entrainer des difficultés quand le financier, les objectifs etc. ne sont pas les mêmes. Mais vous vivez avant tout avec une personne (son cœur, son esprit). Le visible n’a que peu d’importance finalement si le reste vous convient réellement. Sinon, c’est juste que vous êtes matérialistes auquel cas je vous conseillerai sur le ton de la plaisanterie une riche et vieille héritière. On ne choisit pas ses parents, mais il paraît qu’on peut choisir ses beaux-parents…

Dernière modification par Geoges (29/08/2016 17h24)


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir le mois prochain"

Hors ligne

 

#5 29/08/2016 17h35 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   246 

Très bon sujet "exotique" !

Et je suis d’accord avec vous

je pense que cette réflexion est très appropriée pour les couples se formant sur le tard. De fait, par essence, pour les personnes s’étant rencontrées jeunes (avant 25 ans pourrions-nous considérer), les exigences (quel qu’elles soient) étaient peut être moindres, et a fortiori, les notions de rémunération n’entraient peut être pas en ligne de compte.

La plupart de mes copines sont allées a la fac "décrocher" un mari venta de famille aisée et a carrière prometteuse dans les années 70 … Pas moi … car profondément féministe je croyais ferme que ma situation c’est a moi seule de me débrouiller …de plus j’avais envie de voyager et connaitre d’autres cultures …

Pour en revenir a votre question: l’amour prime… et la complémentarité … ce qui veut dire une amitié profonde!
J’ai toujours mene ma barque …y compris en femme d’affaires apres la fac … et seule par périodes.
Ca m’a permis de choisir des partenaires d’origines et d’âge varies … d’avoir plusieurs vies …pour être en couple aujourd’hui avec quelqu’un de débrouillard manuellement et curieux intellectuellement….de presque mon âge…qui m’a suivi a mon retour en Europe… un bon mélange de sérieux et d’excentrique …avec un gout pour la vie de nomade et …surtout une mentalité nord-americaine - sinon je serais devenue folle en Europe - désolée!

Peut-etre que cela aurait été plus facile avec quelqu’un de financièrement bien assis ??? Je ne sais pas … c’est possible mais aurais-je pu faire les memes choix? Ce sera vu comme égoïste mais j’ai toujours voulu écouter ma voie intérieure pas celle de quelqu’un d’autre…

Pour les couples s’étant "formes sur le tard" …et la je parle de 42 ans et + … la plupart de nos copains se sont rencontres tard sauf 1 couple de Francaisqui a résiste depuis leur rencontre a 14 et 16ans d’âge! Et les femmes sont toutes des femmes de "carrière" indépendantes…qui ont leur propre capital … Les autres se sont rencontres apres 1 ou 2 divorces … certains sont de nationalités différentes et sont d’autant plus intéressants!

Quant a votre question: "Dans votre cas personnel, avez-vous réussi à tendre vers l’autarcie financière avec un compagnon (ou une compagne) n’exerçant pas d’activité professionnelle ou gagnant très modestement sa vie ?"
La réponse est OUI et ce sans soucis… Je gerais mes immeubles et mes investissements boursiers comme d’hab … et l’autre vivait selon ses revenus et payait sa part. D’ailleurs c’est essentiel pour avoir une relation saine qu’une femme respecte  son compagnon en le laissant payer sa part

C’est mon avis mais j’aimerais bien entendre des femmes dans la trentaine et quarantaine commenter la-dessus!
A ne pas oublier: de l’autre cote de l’Atlantique "l’argent" n’est pas tabou … pas de "statut social" different parce qu’on en a plus que l’autre …

Dernière modification par sissi (29/08/2016 17h38)

Hors ligne

 

#6 29/08/2016 17h53 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Quelqu’un qui s’intéresse de près à mes revenus et/ou à mon patrimoine ça me fait fuir ! En plus comme j’aime beaucoup épargner, je serais un mauvais deal pour un(e) gold digger !

- D’après vous, l’amour vaut-il plus que l’argent ? Oui
- Une personne sans ambition peut-elle vivre durablement avec une personne qui au contraire réussie sa vie professionnelle ? Oui, regarder tous les couples avec une personne au foyer
- Dans vos relations de couple, veillez-vous à ne pas vous "caser" avec une personne présentant de trop fortes disparités salariales ? Non, si c’est du sérieux, je cherche la qualité de la relation
- Dans votre cas personnel, avez-vous réussi à tendre vers l’autarcie financière avec un compagnon (ou une compagne) n’exerçant pas d’activité professionnelle ou gagnant très modestement sa vie ? Je suis d’accord que ça rend l’autonomie financière plus difficile, mais est ce l’essentiel
- Pensez-vous que je suis un être pauvre d’esprit, matérialiste et vénal ? Ou qu’au contraire, ces interrogations sont parfaitement légitimes ? Un peu matérialiste… désolé !
- Et enfin la question que vous trouverez peut être amusante : comment favoriser les rencontres avec une telle personne ? a) Pour les vieilles riches, on cite souvent le club la coupole b) Faites la chasse à la sortie des banques privées c) Cherchez parmi vos anciennes camarades de classe pour faire de l’homogamie by the book

Hors ligne

 

#7 29/08/2016 18h01 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   194 

De manière rapide, pour trouver quelqu’un en fonction de certains critères, n’y a-t-il pas des sites web spécialisés pour ça ? N’est-ce pas là le modèle d’Attractive World par exemple (d’après un souvenir de pub que j’avais vu passer, je ne suis pas utilisateur)

Hors ligne

 

#8 29/08/2016 18h24 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   27 

Une bonne surprise ces premiers retours ! big_smile

Gunday a écrit :

Néanmoins, le salaire horaire n’est pas le problème, l’approche de la partie financière est à mon sens plus importante.
Dans votre cas, avec un mi-temps au smic, ce ne doit pas être un personne trop dépensière

Je suis parfaitement d’accord avec vous sur le premier point.

Sur le second, il s’avère que pour le moment cette personne profite de la vie (et qu’elle dépense donc sans s’abstenir), car elle dispose d’un peu de réserves monétaires grâce à une épargne accumulée ces dernières passées. Pour être honnête avec vous, cela me va très bien, au moins nous nous privons pas de sortir et de profiter (restaurants, un voyage en Norvège cet été, …).

Kabal a écrit :

Si votre priorité, c’est : travailler à fond, pour économiser, pour investir en retapant des appartements H24. Il faut avoir la personne capable de comprendre cela et de l’accepter. C’est pas évident à trouver car cela implique qu’elle passe au second degré. Pas évident à accepter pour elle.

Loin de là… J’aspire à développer mon patrimoine certes, mais surtout à profiter de la vie et à jouir de mes amis (et avec ma petite amie haha big_smile). Ma priorité est de vivre au jour de jour (carpe diem comme dirait l’autre). Mais de par mes projets (et ma profession) je souhaite anticiper l’avenir au mieux, et je pense qu’atteindre cet objectif d’autonomie financière sera plus aisé si une personne partage a minima ce projet (connaissance du monde de l’investissement pour reprendre les propos de Gunday).

Geoges a écrit :

Préfereriez-vous finir votre vie rentier et seul, ou pauvre et en heureux en couple ?

J’approuve votre style volontairement tranché. Je devrais répondre sérieusement je vous répondrais… "Je ne sais pas". Mais sincèrement, vivre sans argent ? NON !

Geoges a écrit :

Demain, votre âme sœur peut gagner au loto et être multi-millionaire, est-ce que cela fera d’elle quelqu’un de différent ? […]

Sinon, c’est juste que vous êtes matérialistes auquel cas je vous conseillerai sur le ton de la plaisanterie une riche et vieille héritière. On ne choisit pas ses parents, mais il paraît qu’on peut choisir ses beaux-parents

Votre propos me rassure… En effet, comme indiqué ce n’est pas tant l’origine sociale qui m’intéresse, mais le goût pour réussir sa vie professionnellement et/ou patrimonialement. En l’occurrence, ma "tendre" actuelle ne gagne certes pas d’argent, et n’y connais rien à l’investissement. Pourtant, elle est issue d’une famille aisée, et à long terme ce pourrait être un bon parti. Quelle discussion morbide ! big_smile Pour autant voyez-vous, cet élément n’engendre pas de ma part un surcroît d’intérêt pour cette fille. J’y vois ici un signe rassurant, car si je souhaitais rester avec elle uniquement pour l’héritage à venir (son père est âgé qui plus est… héhé), alors oui, cela serait l’expression d’un pur matérialisme de ma part.

Sissi a écrit :

J’ai toujours mene ma barque …y compris en femme d’affaires apres la fac … et seule par périodes.
Ca m’a permis de choisir des partenaires d’origines et d’âge varies … d’avoir plusieurs vies …pour être en couple aujourd’hui avec quelqu’un de débrouillard manuellement et curieux intellectuellement.

En lien avec votre propos, je suis assez convaincu que de nos jours, il est difficile de vivre toute une vie avec la même femme (ou un seul homme). C’est malheureusement (ou heureusement) dans l’ère du temps, et notre société qui prêche la consommation et la tentation, nous conduit de manière inexorable vers ce nouveau prisme des relations sentimentales à court/moyen terme (et non plus à très long terme, comme c’était le cas il y a encore 2 ou 3 générations).

Sissi a écrit :

"l’argent" n’est pas tabou

Il n’en constitue pas un pour moi non plus. A ce sujet, je suis relativement transparent lorsque je vais visiter un bien pour un investissement potentiel, ou sur mes revenus professionnels avec mes proches (dont ma petite amie). En ce sens, j’aspire aussi à trouver une personne qui réussie professionnellement, pour ne pas être considéré comme son "cale-pied financier". Bref, de manière très paradoxale, en poussant la réflexion, si je ne souhaites pas "épouser une personne au Smic" (je caricature !), c’est aussi pour ne pas tomber sur une personne vénale…


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire….

Hors ligne

 

#9 29/08/2016 18h35 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   

Vous voulez éviter une personne qui pensera à votre salaire, alors que vous pensez vous même au salaire de votre compagne, c’est un peu contradictoire …big_smile

Si vous cherchez une femme avec la même vision que vous, votre salaire l’intéressera …smile

Hors ligne

 

#10 29/08/2016 19h19 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   43 

Plutôt que de raisonner sur le salaire que doit gagner votre conjointe, il faudrait mieux raisonner en terme de flux comme les investisseurs et aspirants rentiers ont l’habitude de le faire.
L’essentiel pour vous rassurer est peut être que votre conjointe dépense moins que ce quelle gagne, quels que soient les montants en jeu.
Si votre femme gagne 5000 euros par mois mais qu’elle dépense tout, vous serez moins avancé qu’avec une personne au smic qui fera attention à ne pas dépenser tout son salaire.

Ou alors raisonnez en séparation de biens, ce sera la meilleure façon de faire durer votre couple. Définissez un pot commun conjoint et le reste, les dépenses et les investissements, chacun sa liberté.

Mais n’oubliez un petit brin de folie de temps en temps : piochez dans votre livret ou vendez une action Air Liquide pour acheter un beau bouquet de fleurs smile

Hors ligne

 

#11 29/08/2016 19h43 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   

Sujet intéressant, pour ma part j’ai un gros écart de revenus avec ma compagne (+ de 3x son salaire). Néanmoins j’ai été séduit par bien d’autres points que son salaire ou son patrimoine proche de 0, mais je confirme qu’il est difficile d’avoir de gros écarts de revenus.

Reviennent parfois des remarques du style "avec ce que vous gagnez, vous pourriez nous emmener + souvent au resto" (désolé, robot anti-tutoiement…), remarques un peu blessantes alors qu’elle ne paye pas de loyer (hébergée à titre gratuit) ni aucun impôts, juste une participation à hauteur de ses revenus sur les charges du couple.

Hormis ce petit point négatif, je suis très heureux dans ma petite famille. Même si après un 1er investissement locatif à 2, je vais probablement gérer seul mes prochains investissements car son taux d’endettement à elle deviendrait trop important par rapport à ses revenus. Cela me donnera également une sécurité en cas de séparation (et aujourd’hui bien malin celui qui peut affirmer qu’il vivra toute sa vie avec la même personne).


Le piment c'est comme l'autoroute, on paye à la sortie XD

Hors ligne

 

#12 29/08/2016 20h57 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   76 

Je vais faire un peu de psy : sa tombe bien je suis infirmier psy. smile

Il y a l’innée et l’acquis pour construire une personnalité.
L’innée, c’est le caractère de base.
Par la suite , la personnalité évolue en fonctions de plusieurs paramètre :
-la culture de chacun
-grâce aux différents apprentissage de la vie, les différents interactions sociales et environnementales..
-l’identification aux parents.

En gros tout cela nous permet d’avoir des valeurs .. c’est pour cela que vous pouvez avoir un type de personnalité en ami et détesté un autre type de personnalité.

Je pense que dans cette discution , chacun parle avec ses propres valeurs et vision de la vie.

D’après ce que vous dites , l’argent à une place importante dans votre vie jusqu’au point de remettre vos sentiments en cause car votre compagne a une vision différente de la chose…
Vous avez sans doute raison car sur du long terme, d’avoir des points de vue différents peut être compliqué.
Mais parfois les s’’opposé s’attire et si elle vous laisse gérer vos affaire sans remarque désobligeante cela peut être bien …

C’est que des supposition car chacun est différent.

Autre chose, votre compagne actuelle peut changer , à vivre avec vous, elle va peut être s’identifie à vous , vouloir être mieux professionnellement, gagner plus car elle voit une réussite en vous et elle ne s’était pas posé la question avant ? Cela s’appelle la sociabilisation secondaire ( d’après Erikson )

C’est très subjectif votre situation et dépend vraiment de ce que VOUS pouvez accepté chez votre femme en fonction de votre personnalité et vos valeurs…

Personnellement j’ai une femme qui se fou royalement de l’investissement , elle gagne 1000e par mois à 80% … quand elle m’a connu je n’avais rien juste un peu d’épargne et j’étais en intérim alors qu’elle travaillais. .. Elle a repris des études ( 2 ans bts compta ) puis travail à ce jour comptable.
A ce moment là je faisais de la sécurité incendie..

J’ai évolué par la suite… comme quoi dans un couple sa peut changer …

Pour moi un couple, aimer, c’est regardé dans la même direction et d’accepter les défauts de l’autre… Sinon c’est mort sa sert a rien de continuer …

La même direction , sa peut être avoir des enfants , se marié , vouloir faire tel ou tel voyage même si sur le côté professionnel vous êtes différents. .. Chacun voit ses priorité en fonction de chacun…


doutes=traîtres=peur d'essayer…

Hors ligne

 

#13 29/08/2016 22h07 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   49 

ostal a écrit :

Mais n’oubliez un petit brin de folie de temps en temps : piochez dans votre livret

Hors ligne

 

#14 29/08/2016 22h41 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   17 

Bonjour,

Vous voyez cela avec un oeil occidental, mais dans certaines cultures, le mariage arrangé ou le mariage de convenance existe pour assurer un certain avenir à sa progéniture.
En Asie, cela peut être le cas par exemple!

In fine, comme le mentionne Cricri, ce sont des valeurs communes qui façonnent le couple, et vous pouvez très bien trouver le bonheur auprès d’une compagne moins bien payée. Le socle commun ne sera peut être pas l’argent ni l’ambition, mais la volonté de travailler, d’accomplir quelque chose.
En prenant le contrepied, vous êtes même un féministe, en militant pour l’indépendance financière de votre compagne ( pour votre bien-être à vous certes, mais ça compte un peu quand même 😄)

A titre personnel, je gagne 3 fois plus que ma femme, et mon patrimoine perso est presque 20x plus élevé.
Elle est fonctionnaire et ne s’intéresse pas au monde des sièges sociaux parisiens :-).
Elle ne s’intéresse pas du tout à ses finances et a une aversion pour le risque. Elle ne rêve pas de gagner 10k€, mais elle a la volonté d’avancer dans in travail, de continuer à apprendre ; on se rejoint peut-être là.
Néanmoins, nous avons commencé à investir à 50-50. Les rentrées d’argent ne sont alors pas un problème, grâce au sacro-saint cash flow positif, et en cas de coup dur, je contribue un peu plus.

Pour finir, quand vous aurez une famille, vous apprendrez à penser à l’indépendance financière de votre famille, femme y compris, et non pas à votre propre indépendance. Et Vous verrez aussi qu’il y a des choses plus importantes que le portefeuille (banal mais tellement vrai) et que vous pouvez également devenir le "pauvre" de l’autre!

Dernière modification par FastHand (29/08/2016 22h41)

En ligne

 

#15 29/08/2016 23h30 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   56 

Bonsoir Despe,

Si la gente demoiselle devient la mère de vos 6 enfants, cette discussion aura un "petit gout" spécial dans votre mémoire.. je plaisante bien sûr.

Votre questionnement est effectivement lié à votre âge et le fait d’avoir déjà une "vision de la vie" qu’on a pas à 20 ans.

Des mauvaises notes aux exams (je fais référence à votre allusion au zéro pointé) n’empêche pas d’être reçu aux exams avec des 18 à côté (elle a plein d’autres "qualités personnelles" dîtes vous..). Au bac il y a pleins de matières, dans la vie aussi !!

La vie à 2 et à plus ensuite, c’est vraiment quelque chose de sérieux donc vos interrogations sont légitimes. Et malgré tout s’il y a bien un domaine où il faut laisser les choses se faire (ou pas), au feeling, à l’instinct et sans planification excessive c’est bien celui là !!. Je suis un "fataliste optimiste’ dans le domaine…

Crown

Dernière modification par Crown (29/08/2016 23h32)

Hors ligne

 

#16 29/08/2016 23h31 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   

La question à vous poser est qu’est-ce que VOUS faites pour l’élever dans ses ambitions et inversement.

De même, il semble que pour vous l’argent soit le bonheur alors qu’il peut en être autrement pour beaucoup. Etre heureux n’est-il pas plus important que d’être riche matériellement?

smile


"There is no way to Happiness, Happiness is the way.."

Hors ligne

 

#17 30/08/2016 09h18 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   120 

Juste une remarque sur celle-là pour moi :

Une personne sans ambition peut-elle vivre durablement avec une personne qui au contraire réussie sa vie professionnelle ?

Ici, le fait qu’elle n’est pas d’ambition de type financier ne me gêne pas, tant qu’elle aime apprendre, progresser dans les domaines qui lui plaisent (même si le résultat final était par exemple de vivre d’une passion artistique qui lui rapporterait un demi-smic) . A partir du moment où elle ne me reproche pas mon approche (et ne prive donc pas de ma "passion"), et qu’elle comprend qu’en partie c’est aussi une façon d’assouvir ma fibre de "protecteur" pour elle.

Par contre, je sais qu’avec une femme qui a de l’ambition, mais d’une sorte différente de la mienne, ça va foirer à coup sûr. Je pense ici notamment une ambition sensible aux "titres" pompeux, au "rang" dans les diners mondains etc. Bref, le genre qui voudrait que je me lance dans la politique quoi. wink

Dernière modification par julien (30/08/2016 09h22)

Hors ligne

 

#18 30/08/2016 09h32 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   30 

Cricri77700 a écrit :

Autre chose, votre compagne actuelle peut changer , à vivre avec vous, elle va 7eut être s’identifie à vous , vouloir être mieux professionnellement, gagner plus car elle voit une réussite en vous et elle ne s’était pas posé la question avant ? Cela s’appelle la sociabilisation secondaire ( d’après Erikson )

C’est marrant ça, c’est exactement ce qui nous est arrivé ! Mais c’est une sorte d’engrenage. J’ai boosté ma compagne pour améliorer ces revenus en faisant ce qu’elle aime faire. Maintenant, elle est mieux loti que moi et c’est elle qui me tire vers le haut.

Hors ligne

 

#19 30/08/2016 09h54 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   27 

Charles a écrit :

Bonjour,

- Pensez-vous que je suis un être pauvre d’esprit, matérialiste et vénal ? Ou qu’au contraire, ces interrogations sont parfaitement légitimes ? Un peu matérialiste… désolé !
- Et enfin la question que vous trouverez peut être amusante : comment favoriser les rencontres avec une telle personne ? a) Pour les vieilles riches, on cite souvent le club la coupole b) Faites la chasse à la sortie des banques privées c) Cherchez parmi vos anciennes camarades de classe pour faire de l’homogamie by the book

Qui pose des questions, attend des réponses. Je vous remercie pour votre franchise.
S’agissant des vieilles riches (les veuves éplorées comme je m’amuse à les appeler), ce n’est pas ma tasse de thé…

Kiwai10 a écrit :

Vous voulez éviter une personne qui pensera à votre salaire, alors que vous pensez vous même au salaire de votre compagne, c’est un peu contradictoire …

Je me permets d’apporter une nuance. Je souhaite éviter une personne présentant une trop forte disparité de revenus, pour éviter que cette personne me considère comme sa béquille financière, et qu’elle "profite" de la situation.

A l’inverse, de mon point de vue, je souhaite que nos salaires présente un écart relatif, pour que l’on puisse jouir de la vie à deux et tendre ensemble vers l’indépendance. En d’autres termes, je n’envisage aucunement de profiter de l’argent de l’autre.

La motivation ne me semble pas la même.

Ostal a écrit :

Ou alors raisonnez en séparation de biens, ce sera la meilleure façon de faire durer votre couple. Définissez un pot commun conjoint et le reste, les dépenses et les investissements, chacun sa liberté.

C’est ce que nous faisions avec mon "ex", et cela a parfaitement fonctionné !

@Cricri77700 : merci pour votre analyse, fort intéressante. Je me retrouve un peu dans votre propos par rapport à l’importance de l’histoire de chacun. En l’occurrence, bien que je n’ai manqué de rien dans ma jeunesse, peut être que je souhaite aujourd’hui ne pas reproduire le même schéma que mes parents, qui ont souvent eu du mal à joindre les deux bouts… Une bonne séance de psychanalyse me ferait du bien un de ces jours big_smile

FastHand a écrit :

In fine, comme le mentionne Cricri, ce sont des valeurs communes qui façonnent le couple, et vous pouvez très bien trouver le bonheur auprès d’une compagne moins bien payée. Le socle commun ne sera peut être pas l’argent ni l’ambition, mais la volonté de travailler, d’accomplir quelque chose.
En prenant le contrepied, vous êtes même un féministe, en militant pour l’indépendance financière de votre compagne ( pour votre bien-être à vous certes, mais ça compte un peu quand même)

Hunsvestisseur a écrit :

La question à vous poser est qu’est-ce que VOUS faites pour l’élever dans ses ambitions et inversement.

Merci pour vos interventions respectives. Je suis entièrement d’accord avec vous. Peut être que ma réflexion actuelle est liée au fait que je ne suis tout simplement pas tombé sur la bonne personne, et que je mets sur le compte de "l’argent" le fait que ça ne marche pas. Chouette, je suis guéri !!!? big_smile

Sur votre second point, j’ai personnellement beaucoup accompagné et encouragé mon "ex" pour qu’elle réussisse dans son job, monte en responsabilité, et s’implique dans le développement de son patrimoine. Éléments qui initialement étaient très loin de ses préoccupations premières. Si je n’ai pas réussi mon couple, j’ai au moins réussi ma séparation !

Despe


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire….

Hors ligne

 

#20 30/08/2016 10h04 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   194 

[Humour on] Despe en soirée qui parle à une fille qui lui plaît: "Au fait, dis-moi, t’as eu combien de moyenne au BAC ?" … "Ah ouais, non, ça va pas être possible" wink [humour off]

Une petite histoire de cailloux qui me parait appropriée;

Un jour, un vieux professeur de l’école nationale d’administration publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l’un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour passer sa matière.
Debout, devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit :
Nous allons réaliser une expérience.
De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Mason d’un gallon (pot de verre de plus de 4 litres) qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :
Est-ce que ce pot est plein ?
Tous répondirent :
Oui
Il attendit quelques secondes et ajouta :
Vraiment?"
Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot.
Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda :
Est-ce que ce pot est plein ?
Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondit:
Probablement pas !
Bien!répondit le vieux prof.
Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda :
Est-ce que ce pot est plein ?
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent :
Non !
Bien !répondit le vieux prof.
Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda :
Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?
Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit :
Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire
Non répondit le vieux prof. Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite
Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors :
Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ?? Réaliser vos rêves? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Relaxer ? Prendre le temps… ? Ou… toute autre chose ?
D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

La lecture du post de Despe ramène réellement à la question de savoir si le chiffre en bas de son relevé de banque est bien le plus important dans la vie, je trouve. Et quelque part la "société occidentale" actuelle fait tout pour le faire croire (on a des classements Forbes des plus riches, on nous montre leurs Yachts, la pub vous montre des gens heureux parce qu’il ont tel ou tel bien matériel, etc, etc …). J’avouerais même que j’y ai moi-même cru étant plus jeune, jusqu’à me rendre compte que l’argent ne m’apportait pas ce que je pensais qu’il m’apporterait quand je n’en avais pas.

Aujourd’hui, la question "l’amour vaut-il plus que l’argent ?" me parait une hérésie totale, pourtant j’ai sans doute été du genre à avoir ce genre de raisonnement en étant jeune. A chacun de voir ce qui est le plus important pour lui, et c’est potentiellement quelque chose qui change et évolue avec le temps et les années (ou au gré des rencontres pour certains)

Dernière modification par Mevo (30/08/2016 10h06)

Hors ligne

 

#21 30/08/2016 10h23 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   157 

Comme beaucoup d’intervenants dans cette file, nous avons une grosse différence de revenu et de patrimoine au sein de notre couple (x5 respectivement x50)

Despe44 a écrit :

Bref, de manière très paradoxale, en poussant la réflexion, si je ne souhaites pas "épouser une personne au Smic" (je caricature !), c’est aussi pour ne pas tomber sur une personne vénale…

Le niveau de revenu des femmes avec lesquelles j’ai vécu n’a jamais été réellement une question. Mais c’est notamment parce que je n’ai fréquenté que des femmes relativement indépendantes: aller quémander des cadeaux luxueux à leur conjoint ne leur serait jamais venu à l’esprit, et mettent un point d’honneur à être auto-suffisante.

Voilà pourquoi je pense que le niveau de revenu n’est pas un critère pertinent.
Dans mon expérience (partielle, évidemment) les femmes ayant les plus petits revenus sont celles qui m’ont le moins demandé.
Et au contraire, elles m’ont appris à quel point de nombreuses dépenses sont vaines.

De manière générale, ce genre d’interrogation est parfaitement légitime, mais on se rend vite compte que rien ne se passe comme prévu wink

Dernière modification par Faith (30/08/2016 10h31)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#22 30/08/2016 10h28 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   77 

Je préfère clairement être pauvre avec la femme que j’aime qu’être riche avec une femme que j’aurai sélectionné en fonction de ses revenus/ambitions/diplômes…

Ma femme est russe issue du milieu ouvrier de province (donc pas très très riche lol, mais universitaire, ouf!)… et quand on me dit qu’elle s’est mariée pour être plus riche, je rappelle que lorsque nous nous sommes rencontré, j’étais au chômage et sans diplôme, et que je postulais pour être assistant à mi-temps dans son unif (salaire de 100 USD/mois + logement étudiant + obligation de suivre des cours)…

Donc, je pense ne pas me tromper quand je dis que notre relation ne s’est jamais reposée sur une recherche lucrative… mais beaucoup d’amour :-)

Je pense que c’est bien plus sain

Dernière modification par koldoun (30/08/2016 10h29)

Hors ligne

 

#23 30/08/2016 11h16 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   82 

Je pensais répondre à plusieurs points, mais finalement, je vais faire court.

Despe44 a écrit :

En lien avec votre propos, je suis assez convaincu que de nos jours, il est difficile de vivre toute une vie avec la même femme (ou un seul homme). C’est malheureusement (ou heureusement) dans l’ère du temps, et notre société qui prêche la consommation et la tentation, nous conduit de manière inexorable vers ce nouveau prisme des relations sentimentales à court/moyen terme (et non plus à très long terme, comme c’était le cas il y a encore 2 ou 3 générations).

En même temps, vous n’êtes pas comme la majorité des gens.
Vous construisez votre patrimoine sur plusieurs années/décennies (la preuve, vous êtes sur ce forum) quand le quidam moyen compte sur le loto ou la retraite pour devenir rentier.
Pourquoi, l’approche patrimoniale serait différentes de l’approche émotionnelle ?

En conclusion, la question de la personne rêvée que vous posez semble en fait lié à vous et uniquement à vous.
La vraie question me semble plutôt celle que pose Geoges en #4.
Comment souhaitez vous vivre ? Que souhaitez vous pour votre futur ?
De là découleront les réponses à vos questions !

Hors ligne

 

#24 30/08/2016 13h39 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   76 

Exact gunday sa revient à mon message 12.
Chacun a sa propre personnalité, valeurs et c’est difficile de faire l’inverse de ce qu’on est.

Le sujet est intéressant mais chacun répond en FONCTION DE SA VÉRITÉ PROPRE qui n’est pas VOTRE VÉRITÉ. ..

Qui a raison ?
Personne, car vous ne serez pas heureux avec une personne qui n’entreprend pas c’est comme ça, vous êtes comme ça.

Ceux qui ne sont pas d’accord avec vous ont d’autre valeurs tout simplement …


doutes=traîtres=peur d'essayer…

Hors ligne

 

#25 30/08/2016 16h19 → L'investisseur et son âme sœur… Ou comment rester un investisseur… heureux ? (autonomie financière, disparités salariales, projet de vie)

Membre
Réputation :   39 

Questions trop difficiles et personnelles pour être répondus à votre place. Comme l’ont dit tous les intervenants, l’amour est je pense la priorité, mais en fonction de votre histoire, vos valeurs etc. à vous de juger de chaque situation.

Néanmoins, je ne suis pas d’accord avec vous sur le point des couples qui ne dureraient plus dans le temps. Il y a certainement plus de séparation qu’en d’autres temps car les gens sont plus libres qu’avant néanmoins beaucoup de mes amis, ou membre de ma famille, sont en couple depuis des lustres et ne compte pas se séparer !

Pour en revenir au sujet, comme je ne peux répondre à votre place, je me permets de votre donner mon expérience:
J’ai trouvé mon âme soeur via un site de rencontre internet (qui a fermé depuis tient…). Nous étions par certains points convergents mais sur beaucoup de points qui me paraissait très importants à l’époque très divergents.

Il se trouve qu’avec le temps (5 ans maintenant) nous avons faits tellement de chemin ensemble et nous avons construits tellements ensemble (fondé une famille (mon objectif 1 maintenant), créer une entreprise, investi dans de l’immobilier etc.) que ce serait difficile d’imaginer l’un sans l’autre.

Nous avons beaucoup appris l’un de l’autre, nous nous sommes beaucoup soutenus pour tirer l’ensemble vers le haut, beaucoup convergé…

Et mes anciens objectifs ont complètement évolué et effectivement le gros caillou est très importants.

Je préfère largement devenir vieux à la retraite ruiné mais avec ma famille que vieux riche dans mon coin.

Setanta

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech