Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 05/02/2016 17h54 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   17 

Bonjour,

Ce fil a pour but principal de fixer ma stratégie d’allocation d’actifs suite à une réorganisation nécessaire: beaucoup trop de liquidités dues à la vente de mon ancienne RP sans remboursement du prêt contracté pour la nouvelle.

Je dispose donc d’une somme conséquente qui va me coûter 2 % par an. Il s’agirait de faire rapidement mieux que les 0.75 % du livret A et 2.11 % net du PEL où elle a atterrit et de mettre un peu plus de patrimoine sur les actions et les obligations !

Stratégie d’allocation

L’allocation-cible par grande classe d’actifs est la suivante :
- Actions : 30-40 %
- Obligations : 15-20 %
- Immobilier (net de dettes) : 25-30 %
- Monétaire : 5-10 %
- Diversifié (métaux notamment, exotiques, etc.) : 10-15 %

Pour le moment (05/02/2016), l’allocation est la suivante :
- Actions : 6 %
- Obligations : 5 %
- Immobilier (net de dettes) : 30 %
- Monétaire : 50 %
- Diversifié (métaux notamment, exotiques, etc.) : 9 %

Actions

J’aime et je crois au potentiel de trois approches d’investissement en actions :
- le stock picking pur dans des valeurs décotées en attendant qu’elles ne retrouvent les faveurs du marché (la fameuse approche value)
- l’achat d’actions de leaders dont la position est difficilement attaquable, stables, a priori moins volatils et à la croissance plus constante (mais lente). L’approche moats
- la saisie d’opportunités d’arbitrage qui se matérialisent surtout durant les opérations sur titre. Cela peut être vu comme une branche du value : quand une action va être échangée contre une autre avec une probabilité de 100 % et que son cours est 3 % plus bas, acheter cette action et shorter l’autre revient à acheter à 0 une structure qui vaut 3 %…

Je vais tenter de mettre en oeuvre les trois approches, en allouant 50 % à la stratégie value, 30 % au moat et 20 % à l’arbitrage environ. On se retrouve dans 10 ans pour vérifier quelle approche est la plus lucrative.

Obligations

Via des contrats d’AV dans un premier temps, mais je consacrerai un peu de temps à faire du bond-picking c’est sûr…
Je vais également classer dans cette catégorie les obligations souscrites via les plate-formes de crowdfunding auprès des promoteurs immobiliers. Les rendements sont compris en général entre 8 et 12% pour un risque qui me semble plutôt bien maîtrisé (je cherche toujours où est le loup dans ces montages)

Immobilier

Je préférerais viser un peu moins d’immobilier actuellement mais c’est le seul moyen que je connais d’avoir un levier important (surtout avec la bonne capacité d’emprunt et le super profil que je peux proposer aux banques) et l’allocation-cible colle un peu à la réalité et le fait que nous soyons propriétaires de la RP.

La part de l’immobilier nette de dette va mécaniquement augmenter dans le futur, au fur et à mesure des remboursements de capital. En exposition brute de dettes, le déséquilibre est encore plus flagrant :
- Actions : 4 %
- Obligations : 4 %
- Immobilier (brut) : 48 %
- Monétaire : 37 %
- Diversifié (métaux notamment, exotiques, etc.) : 7 %

Pour autant, je ne souhaite pas me limiter dans mes éventuelles futures opérations immobilières. Je vais chercher d’autres opportunités comme celle que j’ai saisi avec les chambres de bonnes, à savoir un auto-financement du crédit à 20 ans par les loyers, tout en tentant de diversifier géographiquement.

Monétaire

Livrets réglementés, PEL (qui rapporte exactement ce que coûte mon emprunt + assurance, soit de la prévoyance gratuite au pire) et chasses aux promotions des livrets bancaires tombent dans cette catégorie.

Diversifié

En tant que numismate depuis toujours, j’ai un fort biais pour le métal sonnant et trébuchant. Je vois l’or et l’argent comme l’investissement du siècle car je suis persuadé que notre système monétaire fiduciaire actuel, qui n’a guère qu’une cinquantaine d’années, ne survivra pas cent ans de plus. Et dans ce cas, le métal précieux jouera sans doute son rôle de valeur refuge. En tout cas ce fut le scénario pour toutes les époques et toutes les civilisations depuis deux millénaires…
Bon, dans 100 ans, certes, je serai mort, mes enfants aussi probablement, mais si ça arrive avant, mon patrimoine aura été protégé pour un coût nul. En fait, le coût n’est pas nul, il est largement négatif : en effet, de part ma passion, j’ai les connaissances pour faire de bonnes affaires en achetant de l’argent et de l’or. Quelques exemples : achat de gros lots, thésaurisation de tout ce qui est commun au cours du métal et revente de ce qui présente un intérêt numismatique avec une prime…

Voici pour le premier jet. Dans un futur proche, je vais refaire les comptes et mettre à jour les allocations actuelles, ainsi que fixer des objectifs à court et moyen terme…

N’hésitez pas à réagir, le fil est fait pour ça (sinon, je l’aurais mis sous word smile )

Dernière modification par Gustrot (07/02/2016 18h38)

Mots-clés : actions, immobilier, portefeuille

Hors ligne

 

#2 05/02/2016 19h03 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   71 

De l’or physique et des actions, voilà une approche pas si fréquente par ici.

Avec en plus votre attrait pour des valeurs décotées, je me demande, avez-vous déjà jeté un œil du coté des minières de métaux précieux ?

Hors ligne

 

#3 05/02/2016 19h35 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   129 

Ca sera plus clair dans le deuxième jet sans les xxx %.

Ca arrive souvent les opportunités d’arbitrage sur titres ? Un exemple ?

En ligne

 

#4 05/02/2016 22h38 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   17 

okavongo a écrit :

De l’or physique et des actions, voilà une approche pas si fréquente par ici.

Avec en plus votre attrait pour des valeurs décotées, je me demande, avez-vous déjà jeté un œil du coté des minières de métaux précieux ?

Je préfère l’investissement dans le métal physique. Cependant, j’ai une belle ligne sur Euro Ressources qui n’est plus vraiment une pure minière puisqu’elle ne vit que de redevances. En plus, je l’ai approché dans une optique value + arbitrage sur OPA (je pense comme de nombreux autres petits porteurs qu’IAM Gold va revenir avec une offre supérieure prochainement), mais il est certain qu’il y a un gros call en cas de remontée du cours de l’once !

ArnvaldIngofson a écrit :

Ca sera plus clair dans le deuxième jet sans les xxx %.

Voila qui est fait smile

ArnvaldIngofson a écrit :

Ca arrive souvent les opportunités d’arbitrage sur titres ? Un exemple ?

Souvent, non, mais ça arrive ! Les deux derniers en date auxquels j’ai participé :

Ten Cate qui faisait l’objet d’une OPA qui semblait patiner et qui a vu l’offre relevée de plus de 6% la veille de la cloture (avec prolongation d’une semaine). Pour moi, il était évident que l’acheteur voulait à tout prix acquérir la société et que le risque que l’OPA ne se fasse pas était négligeable (ils avaient annoncé avoir déjà plus de 70 % je crois, mais gardaient l’option théorique de renoncer s’ils avaient moins de 95 %). Le marché a mis plus d’une journée à s’ajuster au nouveau prix. J’ai acheté avec une décote de 4 %, apporté à la nouvelle offre qui a été confirmée (bien qu’ils aient moins de 90 % je crois) et reçu mon cash pile 15 jours après. Plus de 3% net de frais et sans risque en 15 jours, ça me satisfait. Et j’aurais même dû conserver un peu plus, le marché a coté au-dessus du prix de l’OPA pendant quelques jours par la suite.

Second exemple récent, la fusion Maurel & Prom et MPI. Je possédais du MPI (acheté sous la valeur de sa trésorerie, les réserves de pétrole gratuites !) mais Maurel m’en a dépossédé à vil prix. Cependant, durant la période de l’offre, il était possible de gratter quelques % en shortant Maurel et en achetant des MPI qui cotait sous la parité d’échange. Et pour ceux qui l’ont fait plus tôt, ce fut potentiellement un vrai jackpot : la parité a en effet été réévaluée deux fois au cours de l’offre, passant de 1 action MP pour 2 MPI à 1 pour 1.75 puis finalement 1 pour 1.5 ! Bon, ça ne m’a pas remboursé ce que j’ai perdu dans l’histoire avec cette fusion au rabais, mais pour quiconque n’aurait joué que l’arbitrage de fusion, l’opportunité était belle…

Une petite précision toutefois, il faut se méfier de ces opportunités apparentes d’arbitrage car il y a toujours le risque que l’opération ne se fasse pas. Il est parfois théorique et une bonne analyse permet de l’écarter (cas Ten Cate), parfois l’écart est là car la majorité des acteurs préfère récupéré son cash vite pour sauter sur d’autres opportunités et est prêt à laisser quelques miettes à ceux qui veulent bien supporter le risque que l’opération traine en longueur (dans ce cas, il est intéressant d’identifier les cas où une surenchère est possible, ou une évaluation de l’action après l’opération comme c’est actuellement le cas sur Valtech qui est une autre action que j’ai acquise pile au prix de l’OPA dans cette perspective) ou pour d’autres raisons que seul le suivi du dossier permettent d’identifier (sur Maurel, je pense que l’action a été surévaluée par rapport à la parité pendant plusieurs jours car des fonds luxembourgeois avaient massivement shorté auparavant afin de presser Hénin de modifier la parité en faveur de MPI, ce qu’ils ont d’ailleurs réussi à obtenir)

Dernière modification par Gustrot (05/02/2016 22h51)

Hors ligne

 

#5 05/02/2016 22h59 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   129 

OK, même 2 exemples pour le prix d"un.

Pas tout compris, je suivrai plutôt les stratégies stock picking et wide moat.

En ligne

 

#6 06/02/2016 09h54 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   342 

Je me permets de vous faire remarquer qu’il ne s’agit pas d’un portefeuille d’actions, mais d’une répartition globale du patrimoine. A mon sens, c’est plus intéressant d’avoir cette vision d’ensemble, mais du coup, le titre du fil est faux.

Dans l’immobilier, vous comptez la RP ? La RP est bien du patrimoine, mais avec la particularité que ça ne rapporte pas (sauf si on considère les "loyers évités").

Hors ligne

 

#7 07/02/2016 17h02 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   17 

Bernard2K a écrit :

Je me permets de vous faire remarquer qu’il ne s’agit pas d’un portefeuille d’actions, mais d’une répartition globale du patrimoine. A mon sens, c’est plus intéressant d’avoir cette vision d’ensemble, mais du coup, le titre du fil est faux.

Bonjour Bernard,
Vous avez tout à fait raison ! Le titre du fil a été généré automatiquement et j’ai eu l’impression que c’était un format imposé, mais la vocation du fil est bien de s’intéresser à tout le patrimoine, les actions étaient en effet pour l’instant très minoritaires…

Bernard2K a écrit :

Dans l’immobilier, vous comptez la RP ? La RP est bien du patrimoine, mais avec la particularité que ça ne rapporte pas (sauf si on considère les "loyers évités").

J’avoue ne m’être pas posé la question et l’avoir intégré naturellement, car le fait d’acheter plutôt que de louer est un vrai choix patrimonial et expose de fait mon patrimoine aux prix de l’immobilier. Ne pas le prendre en compte et m’exposer avec encore plus d’immobilier locatif ou SCPI me surexposerait au risque immobilier je pense.

Le "rendement" en terme de loyer économisé n’est pas terrible, mais j’ai tout de même choisi d’acheter car j’habite un quartier qui, je pense, présente un fort potentiel de valorisation (proche de La Défense, moins de 10 minutes du RER et du métro, décoté par rapport aux villes similaires, faibles impôts locaux…)

Hors ligne

 

#8 11/03/2016 15h28 → Portefeuille d'actions de Gustrot (actions, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   17 

Bonjour,

Pas mal de mouvements durant ce premier trimestre, avec comme objectif principal de rééquilibrer l’allocation d’actifs vers la cible en investissant en actions principalement.

Je ferai un reporting détaillé (je suis tout sur Excel mais ce n’est pas très forum-friendly et pas encore terminé non plus). En vrac, voici les actions suivies et achetées selon les différentes stratégies :

- Fonds de portefeuille / moat / gestion passive (à appeler comme on veut)

Revue des participations existantes et conservation de :
Total (à alléger, vente de calls effectuée)
Le Noble Age (à comparer avec les pairs et probablement alléger)
Air Liquide (à renforcer légèrement)
Procter & Gamble
CRCAs (Atlantique Vendée et Normandie, à alléger partiellement)

A vendre :
Orange (cédé à 16.50 €)
BNP Paribas
Maurel et Prom (j’arrive pas à me résoudre à vendre, pourtant il faut couper, je me suis retrouvé collé avec cette action suite à l’échange imposé sur MPI…)

Acheté :
Alstom @ 20.27 €

A acheter :
Exxon Mobil (vente de put effectuée)
Air Liquide (idem)

- Stratégie "arbitrage"
Achat d’Hubwoo @ 0.175 en moyenne
Achat d’Euro Ressources @ 2.80 (et vente partielle @ 3.94 hier)
Achat de Tessenderlo @ 27.41 et revente @ 31.48
Achat de Ten Cate @ 25.16 et apport à l’OPA @ 26

- Stratégie "value"
Achat de Velcan Energy (moyenne à 11.50 €)
Achat de Signaux Girod @ 12.49 €
Achat de Sears et SHOS au dessus du prix d’aujourd’hui, vente de puts Seritage non exercés encore.

Seuils d’entrée définis et certains ordres passé pour
Exacompta Clairefontaine
Cofidur
Gevelot

Ces derniers temps ont été également l’occasion de travailler la stratégie "fonds de portefeuille".
L’idée est classique : avoir un ensemble diversifié d’actions en direct qui serait géré de manière automatique avec réinvestissement des dividendes et allocation régulière selon les méthodes préconisées par notre hôte. Ce portefeuille représentera à terme 30 à 40 % de la poche action qui elle-même doit valoir 30-40 % de tout le patrimoine, soit entre 9 et 16 % du total n’est-ce pas ?

Pour cela, il m’apparaît important de définir soigneusement le panel de départ (qui ne changera a priori pas) afin d’avoir une vraie diversification géographique et sectorielle. Pour les secteurs, j’ai l’ambition d’acheter deux actions dans chacun des 41 secteurs défini par Euronext. La classification peut être trouvée dans ce document.
J’ai la chance de disposer de Bloomberg sur mon lieu de travail et j’ai bien bossé (en dehors des horaires de bureau évidemment) pour créer un screener me permettant d’identifier la perle rare.
J’ai commencé par récupérer les données intéressantes de près de 35000 tickers (correspondant à tout ce qui est achetable sur les marchés couverts par Lynx où j’ai ouvert un compte). Il y a pas mal de doublons (avec toutes les sociétés cotées sur différents marchés éligibles par exemple), mais ça assure une base incomparable.

A partir de là, j’applique un rating selon les critères suivants (certains directement copié de l’IH que je remercie !) :
- Capitalisation boursière
- Ratio Capex / EBIT
- ROIC
- CROIC
- P/B ratio
- P/B ratio "tangible" (où le prix est divisé par les seuls actifs tangibles)
- Ratio (EBITDA-Capex)/dette qui permet d’estimer la faculté de remboursement
- Ratio de liquidité et Quick ratio
- Taux de marge brute
- Taux de croissance du CA

Je mouline selon différents seuils que j’affine encore et plop, je détermine une short-list de sociétés du secteur parmi lesquelles je fais mon choix.

Bon, le premier secteur étudié, n°530 = oil & gas producers m’a poussé à choisir Total et Exxon Mobil. Autant dire que le fait de passer trois heures sur le secteur aurait pu se résumer par une dose de bon sens et d’intuition… Mais le travail m’a aussi permis de mettre en évidence certaines boîtes que j’analyserai pour la partie "value" de mon portefeuille (j’ajoute alors des critères de net/net, de contrôle du BFR ou de solvabilité)

Et enfin, une fois ces actions identifiées, quand c’est possible, plutôt que d’acheter au marché, je préfère tenter de peaufiner mes points d’entrée en utilisant la vente d’options hors la monnaie, à des prix d’exercice auxquels cela ne me dérangerait pas d’être exercé…

Pour Exxon par exemple, je pense que 75 est un très bon point d’entrée. J’ai donc vendu le 2 mars un put avec ce strike, échéance 20/05 pour 1.39 $ / action. La prime est encaissée et représente 1.6 % de la somme qu’il faudra éventuellement débourser, soit un rendement annualisé de 7.5 % (sans capitaliser), ce qui me convient bien puisque le risque est de devoir acheter Exxon à 75 $ si jamais l’action cote sous ce niveau le 20/05, ce qui est exactement la situation dans laquelle je me retrouverais si j’avais laissé trainer un ordre à ce niveau…
La seule différence avec un ordre à cours limité étant que je peux ne pas être exercé alors que l’ordre aurait été déclenché si l’action côte sous 75 $ durant la période mais cloture au dessus du strike le 20/05…
Je procède de même pour les ordres de vente (par exemple, je dois alléger Total et 45 me semble un bon cours, j’ai vendu des calls à ce prix…)
Ce faisant, je "monétise la valeur temps" comme on aime à dire, et je profite également des pics de volatilité (par exemple, vendre des puts Air Liquide @ 88 pour une échéance dans 4 mois rapportait plus de 4 % du montant à immobiliser à la mi-février…)

Dernière modification par Gustrot (11/03/2016 15h33)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech