Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 04/02/2016 14h51 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Stratégie d’investissement

Avant de détailler mon portefeuille, je dois expliquer ma stratégie d’investissement.

Dans une approche rente, je suis bien d’accord que les investissements à privilégier sont l’immobilier et les actions.
En immobilier, on trouve facilement des placements rapportant plus de 5 % : SCPI, foncières.
Les actions, sur le très long terme, rapportent environ 7 % avec une volatilité importante.

De toute façon, à part l’immobilier et les actions, comme dirait le beau Georges : what else ?

Les obligations sont victimes de la politique de la BCE, avec des taux d’intérêt à court terme négatifs et à long terme faibles, même pour des pays dont on n’est pas sûr de la capacité à rembourser.
La banque du Japon suit la même politique.
La Fed démarre une phase d’augmentation des taux.
Donc selon moi les obligations n’ont actuellement que peu d’intérêt, au sens propre comme au figuré.
Les obligations de pays émergents ou d’entreprise à haut rendement sont trop risquées AMHA.
Le seul moyen de s’intéresser aux obligations est un fonds en euros d’assurance-vie. Cela revient à acheter un portefeuille d’obligations de tous âges. Les meilleurs rapportent encore 3 %. Et une assurance-vie de plus de 8 ans est un placement liquide, sans plafond.

Le monétaire, pour les mêmes raisons, n’a aucun intérêt aujourd’hui.

L’épargne logement n’est guère intéressante, en phase d’épargne comme en phase de prêt.

Les livrets, basés sur des taux administrés très faibles, ne rapportent pas grand-chose. On ne doit y mettre qu’une petite épargne de précaution. Courir après les offres promotionnelles est laborieux.

Il y a encore un support dont je suis surpris qu’on en parle si peu sur ce forum, ou à la rubrique « exotique » : ce sont les certificats.
C’est un vaste univers d’investissement, où on trouve des produits très spéculatifs, mais aussi des produits orientés rendement (les bonus cappés par exemple).
Ces produits peuvent être utiles pour diversifier, protéger ou dynamiser un portefeuille.

Enfin, indispensables AMHA à toute gestion de portefeuille, les liquidités. Dans un pourcentage variable, mais certainement pas négligeable.
Il n’y a guère de moyen aujourd’hui de placer ces liquidités. Mais ce n’est pas grave. L’objectif des liquidités n’est pas de rapporter, mais d’avoir du cash pour acheter après une baisse.
Dans la situation actuelle, il est appréciable d’avoir des liquidités …

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’immobilier

Remarque préalable, au risque de me faire lyncher sur un forum où on apprécie beaucoup les REIT des USA ou Canada :
J’habite en zone euro, je n’ai pas de projet de déménagement. Donc pour faire simple et éviter un risque de change, je cherche des revenus en EUR.
Si EUR était historiquement fort (1,40 USD par exemple) je pourrais être tenté par une spéculation sur les devises. Mais actuellement à 1,10 USD ce n’est pas le cas.

Je préfère la pierre papier (SCPI, foncières cotées). Elle peut délivrer un rendement de 5 % qui me paraît très satisfaisant.
C’est un rendement net (pas de taxes foncières, etc.).
C’est un pur rendement de capital, sans travail. Une fois le RIB donné, l’argent tombe tous les trimestres/mois.
C’est un rendement pérenne. Une grosse SCPI/foncière est diversifiée. Bien gérée, elle atteint des taux d’occupation de plus de 95 %, après les inévitables travaux, vacances locatives, impayés.

L’alternative serait l’immobilier physique.
Pour espérer obtenir in fine 5 % de rendement net, en tenant compte :
. des charges non récupérables sur le locataire,
. des taxes foncières (qui augmentent, de l’ordre de 10 % du loyer annuel),
. des frais de gestion si on ne gère pas soi-même (de l’ordre de 10 % du loyer annuel),
. des travaux de rénovation et d’entretien,
. des vacances locatives,
. des impayés (assurance partielle possible mais chère),
j’ai lu qu’il fallait partir au minimum de 8 % de rendement brut.
A Paris, le rendement brut est d’environ 3,4 % donc on oublie. En région parisienne c’est un peu plus mais on oublie. Dans beaucoup de villes de province c’est encore insuffisant. Certaines villes dépassent l’objectif. J’ai lu que Mulhouse était la plus intéressante avec 10 %, mais je n’ai jamais mis les pieds à Mulhouse.

De plus, si on regarde l’évolution du prix des logements sur plusieurs décennies, il est clair que c’est à la fois cher et avec une tendance récente à la baisse.
Les travaux de Jacques Friggit (prix des logements vs revenu annuel moyen par ménage) montrent une importante surestimation des prix, économiquement intenable. Donc la bulle immobilière finira par éclater tôt ou tard ; certains ici sont assez âgés pour se souvenir de la période 1990-1996 (-40%). A moins qu’on continue longtemps à perdre 2 ou 3 % par an.
Dans tous les cas, la probabilité d’une moins-value à la revente est très supérieure à celle d’une plus-value.

Je sais bien qu’acheter à crédit (avec un taux de 2 % ou moins) un bien qui peut rapporter 5 %net  est certainement une bonne affaire (quoique, s’il perd 3 % de valeur …). Mais c’est plutôt un plan pour les jeunes en phase de constitution de patrimoine. Mon banquier ne me trouverait pas jeune.
Je sais bien qu’il y a des incitations fiscales (Pinel, déficit foncier). Mais tout compte fait elles ne me paraissent pas déterminantes.
J’ai lu sur ce forum pas mal de témoignages qui annoncent des rendements de 10 % ou bien plus. Mais c’est avec beaucoup de travail : gérer, faire les travaux de rénovation. Le revenu est donc la rémunération de ce travail, pas seulement le rendement du capital.

Donc finalement, n’ayant ni l’envie, les compétences et le temps pour gérer de l’immobilier physique, je laisse ça à d’autres personnes motivées, compétentes et travailleuses. Et je leur dit « bravo et bon courage ».

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les SCPI

J’ai abordé les SCPI grâce à un héritage, il y a plus de 2 ans.
J’ai été séduit par le rendement, supérieur à 5 %.
Je n’ai pas été séduit par les frais d’entrée divers, d’environ 10 %. Cela implique une stratégie « buy and hold ».

Trouvant le marché immobilier français cher, je me suis donné 4 ans pour observer le fonctionnement des SCPI et investir progressivement.

J’évite les SCPI constituées de beaux immeubles dans le QCA (Quartier Central des Affaires) de Paris ou à La Défense.
Dans ma vie professionnelle (souvent en clientèle), j’ai souvent déménagé :
. dans les années 1990, de Paris QCA à La Défense
. dans les années 2000, de La Défense à la banlieue Est (Montreuil, Val de Fontenay, etc.)
. dans les années 2010, la tendance semble favoriser la banlieue Nord (Saint-Denis, Pantin, etc.).
Il me semble normal que les entreprises cherchent les loyers les moins chers, hors quelques locaux de prestige.
De plus pas facile de mettre un immeuble haussmannien aux normes environnementales ou d’accessibilité.

Il y a 2 ans, j’ai hérité de 3 petites lignes de SCPI.
Sur ces 3, une était ouverte et une autre en augmentation de capital. J’ai donc d’abord renforcé ces 2 lignes pour constituer des lignes significatives, une orientée bureaux et l’autre commerces pour la diversification.
En 2015 j’ai constitué une nouvelle ligne avec Corum Convictions. Ce n’est pas un choix original mais j’apprécie :
. le rendement de plus de 6 %
. la diversification géographique en Europe,
. la jeunesse, donc des immeubles aux normes environnementales.

Mon portefeuille actuel de SCPI est donc constitué de 3 lignes principales pour un montant total d’environ 100 000 euros. Il rapporte donc environ 5 000 euros par an.

Avec 2 ans de recul, j’observe que les rendements se maintiennent (sauf un à 4,70 %) et les parts peuvent se valoriser légèrement. C’est donc un bilan positif qui m’incite à poursuivre.

En 2016, je prévois de constituer une 4ème ligne principale (pas encore choisie), et de renforcer Corum Convictions.
En 2017, je prévois de constituer une 5ème ligne principale pour la diversification.
Mais ces prévisions pourraient changer car je vois aujourd’hui une alternative : les foncières cotées.
(habile transition vers le chapitre suivant !)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les foncières cotées

Les foncières cotées peuvent avoir un rendement similaire aux SCPI, d’environ 5 %.
Elles ont un gros avantage : étant cotées en bourse, elles s’achètent avec des frais (et taxe sur les transactions financières le cas échéant) sans commune mesure avec les 10 % des SCPI.

J’ai donc commencé à regarder les foncières cotées de l’indice SBF120, pour assurer la liquidité.
Et là déception, il n’y en a que 6 (par capitalisation flottante décroissante) :
UNIBAIL RODAMCO
KLEPIERRE
GECINA
FONCIERE DES REGIONS
ICADE
MERCIALYS
En termes de capitalisation, le secteur est écrasé par Unibail, qui ne brille pas par son rendement.

Je considère que pour diversifier a minima (5 lignes) en étant sélectif (1 valeur sur 4), il faut une base d’un moins 20 (5*4) valeurs.
J’ai complété donc la liste avec 14 valeurs (par capitalisation flottante décroissante) :
ALTAREA
TERREIS
FONCIERE DES MURS
FONCIERE LYONNAISE
FONCIERE DE PARIS
ANF IMMOBILIER
ARGAN
CEGEREAL
AFFINE
Patrimoine et Commerce
FONCIERE INEA
TOUR EIFFEL
EUROSIC
SELECTIRENTE

Mais en fin de liste, il y a des valeurs avec très peu d’échanges quotidiens.  Un ordre de quelques milliers d’euros pourrait être supérieur à ce volume, ou bouleverser le carnet d’ordres. Je n’ai pas l’habitude de traiter des valeurs aussi peu liquides.

Pour satisfaire mon exigence de diversification, j’ai eu recours à un tracker pour environ 50 % du portefeuille de foncières.
J’ai choisi Amundi ETF FTSE EPRA Europe Real Estate (EPRE). L’objectif de gestion est de répliquer, le plus fidèlement possible, la performance de l’Indice de stratégie FTSE EPRA/NAREIT Developed Europe.
Sur un périmètre Europe, le tracker est largement investi au Royaume-Uni, donc en devise GBP. Il y a également un peu de Suisse et de Suède. Le tout représente environ 50 % du tracker hors EUR. J’ai conscience de m’éloigner de mon objectif d’être investi en EUR. Mais il s’agit de devises européennes, qui varient moins par rapport à EUR que les autres, et EUR n’est pas faible par rapport à ces devises. Il me paraît donc acceptable que mon portefeuille de foncières soit investi à 50 % (hors EUR) de 50 % (tracker), soit 25 %, en devises européennes hors EUR. De toute façon je n’ai pas le choix.
A noter que ce tracker est éligible au PEA ! Je trouve drôle d’interdire le PEA aux SIIC, mais de pouvoir les y faire entrer via ce tracker.

Pour les autres 50 % du portefeuille de foncières, je prévois 3 lignes d’actions, en évitant le bas de la liste.

Dans une première analyse (rendement, perspectives), j’ai retenu 2 actions :
ICADE
MERCIALYS
J’ai une ligne de MERCIALYS achetée fin 2015.
J’avais une ligne d’ICADE achetée en janvier 2016. Mais elle s’est mise à monter fortement, je l’ai donc revendue avec une plus-value de 8 %. Je pourrais y revenir.

Pour la troisième ligne, j’hésite encore entre :
KLEPIERRE
FONCIERE DE PARIS
Des avis ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
C’est tout pour aujourd’hui
http://bric-a-brac.org/humour/images/shadoks/ctout.gif

J’ai beaucoup écrit, je fatigue …

La suite au prochain épisode.
Demain : les actions.

J’essayerai quand même de réponses aux questions et commentaires bienveillants.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (04/02/2016 17h00)

Mots-clés : action, immobilier, portefeuille

Hors ligne

 

#2 05/02/2016 16h06 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Pas de question. Tout est clair donc.

Je continue donc comme annoncé : les actions

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les actions

C’est le cœur du portefeuille. Il bat plus ou moins vite selon l’effort.
Les actions, sur le très long terme, rapportent environ 7 % (ou 6,6 % selon les études)  avec une volatilité importante.
Autant de dire tout de suite, quitte à ruiner immédiatement ma réputation sur ce forum, j’ai de sérieuses réserves sur la stratégie « buy and hold ».

La stratégie « buy and hold » a très bien marché au 20ème siècle, elle a fait la fortune d’investisseurs comme Warren Buffett.
Mais nous vivons maintenant une période plus agitée, avec une volatilité plus importante des actions.
Si on reprend l’histoire récente, mesurée par l’indice CAC40 du marché français (de toute façon ils sont tous corrélés) :
De 1989 à 1996 c’est assez calme, l’indice est autour de 2000.
A partir de 1997 c’est la grande hausse. Porté par la bulle spéculative sur les valeurs télécoms média et technologie, le CAC40 a atteint son plus haut historique le 4 septembre 2000 à 6945 points. Il fait donc x 3,5. L’année 1999 est exceptionnelle : + 51%.
Puis l’effondrement est plus rapide : jusqu’à 2401 points le 12 mars 2003, son plus bas niveau depuis 1997, en raison de surcapacités de production en Europe et aux États-Unis.  -65 % sur le précédent plus haut.
Ca repart à la hausse très fort : le CAC 40 atteint 6168 points le 1er juin 2007. Il fait x2,5.
Crise en 2008 (subprimes, Lehman Brothers, etc. ) : avec une chute de 43 % sur l’ensemble de l’année, le CAC 40 a connu la pire année de son histoire. Plus bas 2519 début 2009, -59 % sur le précédent plus haut.
Ca repart à la hausse : le CAC 40 atteint 4157 en 2011.
Krach en juillet, août et septembre 2011 (déficits publics, Grèce, etc.). 2782 au plus bas.
Ca repart à la hausse : le CAC 40 atteint 5284 en avril 2015.
Baisse, mini-krach depuis 2016 : on est aujourd’hui vers 4200.
(j’avoue : j’ai fait des copier/coller de Wikipedia).
Ca donne quoi une stratégie « buy and hold » dans toute cette agitation ?
Si on part fin 1998 (CAC40 vers 4000), en 17 ans on progresse de 5 % : pas terrible.
Si on part fin 1997 (CAC40 vers 3000), en 17 ans on progresse de 40 % : pas mal (quoique, sur la durée, avec l’inflation …).
Si on part fin 1999 (CAC40 vers 6000), on n’ose pas calculer ses pertes.
Dans un contexte de forte volatilité, la stratégie « buy and hold » a des performances très dépendantes du point d’entrée.
En revanche, un investisseur qui essaye de suivre les grandes tendances du marché avec plus ou moins de réussite avait depuis 1997 au moins 2 opportunités de faire fortune, et 2 d’éviter la ruine.

Je suis  un investisseur qui essaye de suivre les grandes tendances du marché :
. vendre les actions quand l’objectif de performance est attient et qu’on arrive dans l’  « exubérance irrationnelle »
. acheter des actions quand le marché me semble bas et prêt à rebondir.

La vente ma paraît plus facile : je me base surtout sur la performance constatée.
Par exemple, en mars 2015, quand j’ai constaté que sur l’année 2015 mon portefeuille d’actions (essentiellement investi en Europe) gagnait 15 %, soit 2 fois la performance annuelle espérée en 3 mois, j’ai commencé à vendre.
En avril 2015, à plus de 20 % de gain, j’ai continué à vendre.
Evidemment, on ne vend jamais au plus haut. En moyenne, les ventes correspondent à un CAC40 à 5100.
On ne vend pas tout non plus. Il me reste 20 % de mon capital en actions :
. actions en l’entreprise employeur, bloquées sur l’épargne salariale
. en fond de portefeuille sur le PEA : SICAV et tracker Europe
. en CTO ou assurance-vie, quelques SICAV/FCP Amérique, Japon ou marchés émergents (mauvaise pioche !).
Globalement, je suis content de mes décisions de vendre en mars et avril 2015. Et serein devant l’agitation baissière depuis mai 2015.

J’ai plus de mal à déterminer le moment d’acheter. J’ai une nette tendance à rater le départ.
A noter que les grands économistes/analystes aident peu : ils se trompent souvent.
D’ailleurs ma grande question du moment : a-t-on touché le plus bas avec un CAC40 à 4085 ? Peut-on baisser jusqu’à 3600 ?
Si vous avez des avis éclairés, n’hésitez pas à les partager …
Seule quasi-certitude : je rachèterai plus bas que la vente à 5100.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (05/02/2016 16h10)

Hors ligne

 

#3 05/02/2016 16h20 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   51 

Présentation dense, mais très intéressante de votre stratégie. smile

PS : J’en viendrais presque à complexer sur la longueur de ce message par rapport aux deux précédents… tongue


Parrainage possible pour Boursorama (80€), Linxea (20€), Bourse Direct (50€) et Binck (100€).

Hors ligne

 

#4 05/02/2016 16h30 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   20 

ArnvaldIngofson a écrit :

Si on part fin 1999 (CAC40 vers 6000), on n’ose pas calculer ses pertes.

Je réagis juste là-dessus, vous oubliez que le CAC40 est un indice nu, qui ne considère pas les dividendes. Si on les intègre, on a le CAC40GR à 5900 points au tout début 1999. Il côte aujourd’hui 10000 points. Même si on prend au plus haut de l’année 2000, on passe de 9500 à 10000, donc pas de perte.

Sinon, sympathique, l’explication de l’organisation de votre patrimoine. Au plaisir de vous lire à nouveau.


Parrain : Binck (frais de courtage offerts)/Investisseur Français (2 mois offerts)

Hors ligne

 

#5 05/02/2016 16h31 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Pour Prune :
Pas de problème, vous avez dit l’essentiel.

30 ans d’expérience en bourse (depuis la première privatisation : Saint-Gobain en 1986),
je ne peux pas résumer ça en 10 lignes.

Pour le fun il y a un petit jeu au milieu :
Qui reconnaît l’écran "C’est tout pour aujourd’hui" ?

Mais Je vous parle d’un temps. Que les moins de vingt ans. Ne peuvent pas connaître.

Jakarta a écrit :

vous oubliez que le CAC40 est un indice nu

Je n’ai pas oublié. J’ai considéré qu’un rentier typique vit de ses rentes (dividendes) donc l’indice nu représente son capital.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (05/02/2016 16h45)

Hors ligne

 

#6 05/02/2016 17h11 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   78 

moins de 20 ans ? plutôt cinquante non ?

Pieplu en voix off, un régal !

Hors ligne

 

#7 05/02/2016 17h16 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   

ArnvaldIngofson a écrit :

Qui reconnaît l’écran "C’est tout pour aujourd’hui" ?

Les shadoks, non?

ArnvaldIngofson a écrit :

J’ai considéré qu’un rentier typique vit de ses rentes (dividendes) donc l’indice nu représente son capital.

Le rentier typique investit-il tout son argent exclusivement en bourse au sommet de 2000 avant de partir tranquillement vivre de ses dividendes?
Et s’il peut vivre uniquement de ses dividendes, doit-il s’inquiéter que son capital ait diminué?

Hors ligne

 

#8 05/02/2016 17h18 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Bien ! Les shadoks 1968-1973.
Et leur logique redoutable, par exemple :

« Au centre du ciel, il y avait la Terre. À cette époque, elle ne comptait qu’un seul et unique habitant, un redoutable insecte nommé Gégène (il y avait bien également quelques dinosaures à la retraite, mais comme ils le disaient eux-mêmes, ils étaient voués à disparaître) qui ne s’appelait pas vraiment Gégène puisqu’il n’y avait personne pour l’appeler. Cependant, on l’appela de cette façon pour plus de simplicité. Passons. »

Pour Cat

Et s’il peut vivre uniquement de ses dividendes, doit-il s’inquiéter que son capital ait diminué?

Non, mais s’il compte le transmettre, ses héritiers peuvent s’inquiéter.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (05/02/2016 17h23)

Hors ligne

 

#9 07/02/2016 19h58 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   52 

Bonjour,

J’ai encore envie de balancer du +1 tellement c’est bien écrit. Et tellement logique, évident.
Avec vous c’est presque passionnant de parler finances (si si) !
Je suis à peu près d’accord avec vous dans les grandes lignes ; pour répondre à une de vos demandes par une question, pourquoi avez vous écarté PAREF et MRM dans vos foncières ?

Hors ligne

 

#10 08/02/2016 10h35 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Merci Iqce.

PAREF encore moins liquide.
Depuis 5 jours :
Volume    74    119    12    40    25
pour une actions dans les 54 €.

MRM encore pire :
Volume    1    4 359    2 200    1    1
pour une penny stock dans les 1,40 €.
En plus carnet d’ordres vide à cet instant.

Hors ligne

 

#11 08/02/2016 12h19 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   30 

Bonjour.

Je partage en tout point vos idées et votre stratégie.

Intéressez vous en particulier à FDR et EIFF qui sont 2 foncières de fond de portefeuille.

En SCPI, faite tout de même attention avec CORUM Convictions.

Dernière modification par WhiteTiger (08/02/2016 12h20)


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#12 08/02/2016 15h46 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Pourquoi faire attention avec CORUM Convictions ?

Hors ligne

 

#13 08/02/2016 16h16 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   30 

Pour les raisons suivantes:
1. L’équipe est celle anciennement de l’UFFI. Et, plus précisément celle qui a géré ATP1 pendant des années.Ça n’ est pas le meilleur des palmarès !
2. La SCPI est encore jeune avec une collecte importante. Donc la situation actuelle n"est pas encore "stabilisée".
3. Si le payant mensuel est un plus, j’ai bien peur que les 6 mois de carence au départ ne soit un élément très dissuasif pour des nouveaux acquéreurs. Et, bloque le marché des parts…
4. Les derniers investissements dans des locaux logistiques offrent certes une rentabilité intéressante mais un faible espoir de valorisation à long terme et un risque plus élevé de locaux vides si le locataire actuel prends congé.
5. Pour assurer le rendement annoncé, l’équipe de gestion tape déjà dans le RAN, qui n’est déjà pas très important.

Je précise, à toutes fins utiles, que je possède du Corum Conviction, mais cela représente seulement 5% environ de mes investissements en SCPi. Et, je ne compte pas renforcer à court terme.

Dernière modification par WhiteTiger (08/02/2016 16h20)


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#14 08/02/2016 17h23 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Les foncières cotées

Jour de soldes aujourd’hui (dernière démarque ?).

J’en ai profité pour continuer à constituer le portefeuille de foncières.

D’abord ICADE.
Repris moins cher que je l’avais vendu la semaine dernière,
c’est comme si j’avais eu 4 actions gratuites.

Ensuite, en actualisant les cours, il m’a semblé que Foncière des Régions
était intéressante, je ne vois pas la raison d’une forte baisse depuis le début de l’année.

Le match foncières cotées vs SCPI va pouvoir vraiment commencer,
les joueurs sont rentrés sur le terrain.
Dans l’équipe des foncières cotées, nous avons :
. MERCIALYS : 380, PRU 18,50
. ICADE : 118, PRU 62,74
. Foncière des Régions : 96, PRU 73,23
. tracker immobilier européen EPRE : 21 à PRU 336,12 + 22 à PRU 315,89.
Le club a encore de l’argent pour acheter d’autres joueurs si nécessaire
(le tracker n’est pas à 50 % de la valeur du portefeuille comme prévu dans la stratégie).

A ce jour les foncières ont marqué un but : plus-value de 490,69 € avec ICADE.

A suivre …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (08/02/2016 19h00)

Hors ligne

 

#15 08/02/2016 18h30 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   52 

Peut être que ICADE baisse parce que le marché est baissier et que l’on approche de la publication des résultats ?
NB : il y a une file dédiée si vous souhaitez poursuivre ; et je n’ai pas dit que vous aviez tort ; elle me tente également mais…

Hors ligne

 

#16 09/02/2016 00h32 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   30 

ArnvaldIngofson a écrit :

Ensuite, en actualisant les cours, il m’a semblé que Foncière des Régions
était intéressante, je ne vois pas la raison d’une forte baisse depuis le début de l’année.

C’est une bonne question !  Mais l’autre bonne question à se poser est pourquoi FDR à autant monter fin de l’année dernière ?

Personnellement, je n’ai pas de réponse, ni pour l’une, ni pour l’autre.

Mais, il est vrai qu’il est tentant de se renforcer à ce cours…


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#17 09/02/2016 19h10 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   85 

ArnvaldIngofson a écrit :

EPRE : A noter que ce tracker est éligible au PEA ! Je trouve drôle d’interdire le PEA aux SIIC, mais de pouvoir les y faire entrer via ce tracker.

Oui vous avez raison sur le fond mais en pratique le tracker achète tout de même des actions des grands indices européens et échange leur rendement avec celui de l’EPRE.
L’objectif voulu par l’Etat, à savoir encourager la détention d’actions européennes , est donc atteint (pas trop en ce moment mais bon saisissons les opportunités!!!).
C’est le même principe pour les trackers hors Europe éligibles au PEA (World, USa, japon, emergents…)
Toute proportion gardée, cela conduit en théorie à une plus forte corrélation des indices (exemple : baisse du SP 500 > le tracker SP 500 PEA va être obligé de vendre des actions européennes pour s’acquitter de sa dette envers la contrepartie qui lui a échangé le rendement de ses actions européennes vs SP 500).

a la vérité ce qui me choque le plus c’est de pouvoir mettre dans le PEA des trackers Short, alors qu’il est interdit de shorter des actions vives dans le PEA. Idem pour le tracker leverage…

Dernière modification par skywalker31 (09/02/2016 20h25)

Hors ligne

 

#18 11/02/2016 10h11 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Klépierre

Klépierre a annoncé ses résultats 2015,
à la fois très mauvais (dépréciation d’une acquisition récente),
et bons (opérationnellement).
Hier le marché avait apprécié.
Aujourd’hui tout baisse.

J’ai fait un achat de 190 Klépierre, PRU 36,96.

-------------------------------------------
tracker immobilier européen EPRE

Sur le PEA, j’ai renforcé ce tracker : achat 24 à PRU 295,31

-------------------------------
Portefeuille de foncières

Avec ces derniers achat, le portefeuille de foncières est assez diversifié.
Il est constitué de :
. MERCIALYS : 380, PRU 18,50
. ICADE : 118, PRU 62,74
. Foncière des Régions : 96, PRU 73,23
. Klépierre : 190, PRU 36,96
. tracker immobilier européen EPRE : 21 à PRU 336,12 + 22 à PRU 315,89 + 24 à PRU 295,31.
Le total investi est d’environ 49 000 euros.

On va laisser mijoter un peu …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (11/02/2016 10h48)

Hors ligne

 

#19 16/02/2016 15h50 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

SCPI CORUM Convictions

CORUM annonce un acompte mensuel de 5,37 € brut par part.

Pour 21 parts, j’ai eu 99,15 € net.

Hors ligne

 

#20 16/02/2016 22h05 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   30 

Non seulement cela, mais la SCPI vient d’acquérir un immeuble de bureau bien situé à Vélizy. Le rendement attendu est plutôt correct. Je trouve que c’est une bonne acquisition. (meilleure que la précédente).


100% des gagnants ont tenté leur chance mais tous ceux qui ont tenté leur chance ne sont pas gagnants.

Hors ligne

 

#21 18/02/2016 16h40 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Klépierre

Mon dernier achat du 11, pas une grosse conviction.
Après une semaine exceptionnelle où le marché français a repris 9 %,
Klépierre ne suit pas vraiment.
Finalement, le marché n’apprécie pas énormément les résultats
(par contre Foncière de Paris - que j’avais repéré mais pas acheté - fait hier + 8 %).
Klépierre dépasse quand même les 38 euros, alors que j’avais acheté sous 36.
Je décide de vendre.
Cet aller-retour en une semaine rapporte 208,41 euros, soit 3 % du capital investi.
Quand on vise 5 % par an, je trouve satisfaisant de faire 3 % en une semaine.

Je continue à suivre la valeur,
peut-être y aura-t-il une possibilité de racheter plus bas (comme je l’avais fait pour ICADE).

Je verrai bien une petite baisse du marché,
après une semaine de forte hausse
et un risque politique (Brexit ?).

Hors ligne

 

#22 22/02/2016 12h32 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Cap Gemini

Je ne suis toujours pas convaincu de l’opportunité de revenir sur les marchés actions (européens de préférence) de façon générale.
Les sociétés qui ont annoncé des résultats récemment sont cependant des cas particuliers, surtout si ces résultats sont bons voire très bons.

C’est le cas de Cap Gemini.
Tout augmente :
. un chiffre d’affaires de 11,915 milliards d’euros, en progression de 12,7% (surtout effet devises et acquisitions)
. une marge opérationnelle de 1,262 milliard d’euros, en progression de 30%
. un "free cash flow" organique de 815 millions d’euros, en progression de 147 millions d’euros
. un résultat net part du groupe de 1,124 milliard d’euros, en hausse de 94%
. un dividende de 1,35 euro par action en 2016, en augmentation de 15 centimes par rapport à 2015.
Pour l’année 2016, le groupe prévoit d’enregistrer une croissance du chiffre d’affaires à taux de change constants comprise entre 7,5% et 9,5%, d’atteindre une marge opérationnelle se situant entre 11,1% et 11,3% et de générer un "free cash-flow" organique supérieur à 850 millions d’euros.

La bourse a salué ces résultats et prévisions par une belle hausse.
Cependant, l’action perd encore 10 % depuis le début de l’année.
L’action vaut aujourd’hui 77 €. Sur un an elle a évolué entre 67 et 91 euros.
Il me semble que d’aussi bons résultats mériteraient un retour dans les plus haut, sauf marché très défavorable.

Même augmenté, le dividende reste faible, moins de 2 %.
Ce n’est donc pas une valeur intéressante à mettre en PEA.

Je l’aborde donc par un certificat bonus cappé.
En résumé, ces certificats offrent à l’échéance la performance du niveau bonus,
à condition que le cours ne passe pas sous la barrière basse.
Pour une présentation plus détaillée, voir le portefeuille d’Ostal …

Dans la gamme de produits disponibles, le D394Z me paraît le meilleur :
Maturité            23/12/2016          : 10 mois
Parité            1:1                      : simple
Emetteur            Commerzbank AG : en général le meilleur, plus faible écart acheteur/vendeur
Barrière Basse    55,00 EUR            : distance 28 %, très en dessous du plus bas sur 1 an
Niveau Bonus    88,00 EUR            : performance max 14 %
peu de différence entre le cours du certificat et celui du sous-jacent

Je fais donc un
achat de 68 certificats bonus cappé Cap Gemini 55,00-88,00 EUR 23/12/2016, pour un PRU de 77,56 €.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ACCOR

Dans la même stratégie "Les sociétés qui ont annoncé des résultats récemment sont cependant des cas particuliers, surtout si ces résultats sont bons",
ACCOR a publié des résultats plutôt bons et en nette amélioration.

La bourse a salué ces résultats et prévisions par une hausse.
Cependant, l’action perd encore 9 % depuis le début de l’année.
L’action vaut aujourd’hui 36 €. Sur un an elle a évolué entre 30 et 52 euros.
Il me semble que de bons résultats mériteraient un cours dans les 45 euros, sauf marché très défavorable.

Le rendement est assez faible, moins de 3 %.
Ce n’est donc pas une valeur intéressante à mettre en PEA.

Je l’aborde donc par un certificat bonus cappé.

Dans la gamme de produits disponibles (hélas peu nombreux),
le F019Z me paraît le meilleur :
Maturité            23/12/2016           : 10 mois
Parité            1:1                       : simple
Emetteur            Commerzbank AG  : en général le meilleur, plus faible écart acheteur/vendeur
Barrière Basse    25,00 EUR             : distance 31 %, très en dessous du plus bas sur 1 an
Niveau Bonus    43,50 EUR             : performance max 15 %     
assez peu de différence entre le cours du certificat et celui du sous-jacent

Je fais donc un
achat de 137 certificats bonus cappé ACCOR 25,00-43,50 EUR 23/12/2016, pour un PRU de 37,98 €.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Idiot de robot !

OK, je complète le message précédent.
Mais ça serait mieux de le dire avant !

Dernière modification par ArnvaldIngofson (22/02/2016 17h10)

Hors ligne

 

#23 25/02/2016 14h19 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Un petit erratum d’abord sur le message précédent :
je me suis trompé de date,
la bonne date, ou Date de calcul est 16/12/2016
Ca ne change pas grand chose,
mais quand même, attention au choix dans la date …

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Actions européennes

Il faut bien y revenir un jour.
Le récent rebond me paraît convaincant, je me lance donc avec prudence.

Pour avoir un fond de portefeuille diversifié et faire simple,
le célèbre tracker MSE ou "Lyxor EURO STOXX 50 (DR) UCITS ETF" FR0007054358 est bien.
Achats donc :
. sur PEA : 246 MSE, PRU 28,49 €
. sur CTO : 492 MSE, PRU 28,52 €

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AXA

Dans la même stratégie "Les sociétés qui ont annoncé des résultats récemment sont cependant des cas particuliers, surtout si ces résultats sont bons",
AXAa publié des résultats en hausse.

(CercleFinance.com) - AXA a annoncé jeudi avoir signé une année ’extrêmement satisfaisante’ en 2015, avec un résultat opérationnel qui a atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré par le groupe.

Le résultat opérationnel de l’assureur a augmenté l’an dernier de 2% pour atteindre 5,6 milliards d’euros, les bonnes performances de ses activités de vie, épargne, retraite et de gestion d’actifs ayant plus que compensé l’assurance dommages.

Le résultat net augmente, lui, de 3% à 5,6 milliards d’euros.

La bourse a salué ces résultats et prévisions par une hausse.
Cependant, l’action perd encore 22 % depuis le début de l’année (perdre 10 % admettons, perdre 22 % c’est de la négligence).
L’action vaut aujourd’hui 20 €. Sur un an elle a évolué entre 19 et 26 euros.
Il me semble que de bons résultats mériteraient un retour dans les plus haut, sauf marché très défavorable.

Je l’aborde par un certificat bonus cappé.
Cette fois je ne trouve rien de bien chez Commerzbank.
Les autres émetteurs sont BNP Paribas et Citibank, où je trouve mon bonheur.

Dans la gamme de produits disponibles,
le 6686C me paraît le meilleur :
Maturité              15/9/2016       : 7 mois
Parité                 1:1                 : simple
Emetteur            CITIGROUP      : on fait avec
Barrière Basse    15,20 EUR       : distance 24 %, très en dessous du plus bas sur 1 an
Niveau Bonus      25,00 EUR       : performance max 20 %     
assez peu de différence entre le cours du certificat et celui du sous-jacent

Je fais donc un
achat de 240 certificats bonus cappé AXA 15,20-25,00 EUR 15/09/2016, pour un PRU de 20,75 €.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Casino

Cette fois, changement de stratégie !
C’est une stratégie de recherche de rendement.
Les échéances courtes ont les meilleurs rendements annualisés.
De façon générale, les bonus cappés les plus rentables correspondent aux actions les plus volatiles
(en doute lié à la construction du produit structuré, qui comprend une vente d’option call).
Mais si une action est volatile, il y a des raisons, et en général ce sont de mauvaises raisons.
Les bonus cappés les plus rentables (grands écarts aux bornes haute et basse) sont associés à ArcelorMittal, par exemple :
Mnémo.    Sous-jacent     Basse    Bonus    Date calcul        Achat    Vente Dist. barrière (%)    Perf. max (%)    Prix sous-jacent
J978Z     ArcelorMittal     2,50 EUR     4,40 EUR     17/06/2016   2,92     2,96     19,002     48,649     3,084
J980Z     ArcelorMittal     2,50 EUR     4,80 EUR     16/09/2016   2,91     2,95     18,934     62,712     3,084
Impressionnant ! 63 % de performance en 7 mois, bonus presque 2 fois la barrière basse.
Bien aussi les sous-jacents Zodiac et Technip.
Mais, courageux mais pas téméraire, ces actions sont trop risquées à mon goût. Aujourd’hui par exemple Technip +12 %, Zodiac -25 %.

Dans les actions raisonnablement volatiles, j’ai identifié Casino.
L’action vaut aujourd’hui 40 €. Sur un an elle a évolué entre 35 et 88 euros.

Dans la gamme de produits disponibles,
le J958Z me paraît le meilleur :
Maturité             17/06/2016      : 4 mois
Parité                 1:1                 : simple
Emetteur            CommerzBank  : le préféré
Barrière Basse    25,00 EUR       : distance 36 %, très en dessous du plus bas sur 1 an
Niveau Bonus      47,50 EUR       : performance max 13 %     
assez peu de différence entre le cours du certificat et celui du sous-jacent

OSTAL a le même en portefeuille.

Je fais donc un
achat de 126 certificats bonus cappé Casino 25,00-47,50 EUR 17/06/2016, pour un PRU de 41,71 €.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (25/02/2016 19h18)

Hors ligne

 

#24 25/02/2016 22h51 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   43 

C’est sympa d’avoir pris le Bonus Casino, je me sens moins seul.
Je trouve vos choix très pertinents sur les échéances longues, barrière à 30% et rendement à 15% sur de belles entreprises, même si le chemin est long jusqu’à l’échéance.

Pour avoir une lisibilité d’ensemble, pourriez vous faire en un tableau de synthèse de vos positions actions et bonus ?

Hors ligne

 

#25 26/02/2016 00h03 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   127 

Oui, je peux le faire !
Donc actuellement les portefeuilles décrits plus haut sont les suivants :

Certificats :
.  68 bonus cappé Cap Gemini 55,00-88,00 EUR 23/12/2016, PRU de 77,56 €.
. 137 bonus cappé ACCOR      25,00-43,50 EUR 23/12/2016, PRU de 37,98 €.
. 240 bonus cappé AXA        15,20-25,00 EUR 15/09/2016, PRU de 20,75 €.
. 126 bonus cappé Casino     25,00-47,50 EUR 17/06/2016, PRU de 41,71 €.

Actions européennes :
Tracker MSE ou "Lyxor EURO STOXX 50 (DR) UCITS ETF" FR0007054358 :
. sur PEA : 246 MSE, PRU 28,49 €
. sur CTO : 492 MSE, PRU 28,52 €

Foncières :
. MERCIALYS            : 380, PRU 18,50
. ICADE                   : 118, PRU 62,74
. Foncière des Régions :   96, PRU 73,23
. tracker immobilier européen EPRE : 21 à PRU 336,12 + 22 à PRU 315,89 + 24 à PRU 295,31.

SCPI :
21 CORUM Convictions

On va voir ce que ça donne dans les prochaines semaines …

Je trouve la situation confortable :
. assez investi pour gagner si ça monte
. encore des liquidités pour renforcer si ça baisse
. rien de spéculatif à surveiller de près.
D’ailleurs la semaine prochaine en vacances à l’étranger,
le portefeuille sera en pilotage automatique
(le cas échéant quelques ordres à cours limite,
par exemple pour vendre des valeurs comme MERCIALYS comme elles atteignent des cours indécents).

Dernière modification par ArnvaldIngofson (26/02/2016 00h35)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech