Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #182

Deux ans de “retraite précoce” : si c’était à refaire ?

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3357 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3357 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

26 commentaires

1) misteronline
04/12/2015
Je fais partie de ceux qui adhèrent à votre lucidité et à vos choix.
Je constate aussi que tout le monde n'est pas de votre avis, et que les membres de la brigade de la rente sont nombreux.
Notamment leur opinion qui est qu'une société fonctionne sur la valeur travail (très présent dans une certaine réacosphère).
Je ne peux pas leur donner tort. Autant j'adhère à vos choix et je m'y reconnait, autant si le principe se généralisait, l'édifice s'effondrerait probablement. Une société repose sur le travail de ses actifs en bonne santé, quitte à ce qu'ils souffrent ensuite une fois la retraite venue.
Un de mes collègues porte à la rente précoce l'accusation de parasitisme.
Je réponds que les parasites sont nombreux et que d'autres sont bien plus blâmables que les rentiers précoces. Surtout si leur rente provient du fruit de leur travail antérieur.
Je vois à l'objectif de rente 2 vertus.
1. L'obsession de la rente peut juste comme pour vous ne pas évacuer la valeur travail mais faire en 15-20 ans ce que d'autres feront en 40 ans dans des emplois pseudo-fictifs. L'obsession de la rente peut amener à créer, se dépasser, réfléchir, et au final apporter autant de valeur ajoutée à un pays que le "salariat moyen"
2. Le capitalisme a puisé grandement dans la force de travail. Mais on n'oublie trop souvent l'importance des rentiers dans la puissance du système. Ils apportaient le capital. Et dans l'émergence de la révolution industrielle, scientifique et technique des 17e et 18e siècles, que de gentilshommes rentiers. Lettrés, érudits, avec du temps pour penser. Newton n'aurait pas révolutionné le monde en travaillant à la mine.
La rente a sa vertu. Le travail aussi. Une société forte et moderne aura les deux. On ne doit pas opposer rentier et travailleur. Il faut des 2. Le rentier étant celui pouvant booster la valeur ajoutée du travailleur. Mais mêmes les économies les plus productives du monde continueront de fonctionner avec une immense masse de travailleurs qui fourniront leur puissance de travail sur une large part de leur tranche de vie en bonne santé.
2) Thomz
04/12/2015
Deux fraudes comptables sur trois investissements concentrés : on pourrait presque croire à un gag !

Rafraîchissante lecture. Merci IH.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
04/12/2015
@Misteronline

Les sempiternels arguments moralistes des antirentiers m'amusent toujours.

Déjà, en 14 ans de travail acharné, j'ai payé plus d'impôts sur le revenu que beaucoup ne le feront en plusieurs vies , et je continue à en payer sur les revenus du capital, donc je ne me sens pas du tout mauvais citoyen, bien au contraire.

L'argument de la généralisation (si tout le monde était rentier...) est un classique qui n'a aucun sens. En raisonnant par l'absurde : si tout le monde était médecin (a priori une chose merveilleuse pour le bien commun), nous ne pourrions plus nous loger car il n'y aurait plus d'architecte ou charpentier.

Et comme vous le dîtes très justement, nombre de personnages qui ont fait la gloire de la France étaient rentiers et héritiers, notamment Descartes, l'inventeur de la philosophie moderne.

@Thomz

Et avec des achats d'insiders sur ARCP/VEREIT !

Bon week-end !
4) Fanto
04/12/2015
Bonjour Philippe,

Un point m'étonne : vous maintenez votre hypothèse de rendement de 6% annuel depuis que vous avez écrit votre livre, alors que depuis, la croissance mondiale, les taux d'intérêt et l'inflation ont baissé.

Si cet objectif de rendement était réaliste à l'époque, n'est-il pas moins atteignable aujourd'hui ?
Comment justifiez-vous l'indépendance du rendement par rapport aux 3 paramètres ci-dessus ?
5) michelplatini
04/12/2015
Joli papier - mais il est un point sur lequel je pense que vous vous trompez.
LE SYSTEME DE RETRAITES OFFICIEL NE ME DONNERA PAS DE RETRAITE

Vous décrivez le système actuel comme un Ponzi - il est aussi cohérent qu'un système par répartition, moins responsabilisant certes, mais tout le monde est - il responsable ? (et certains ne doivent pas être protégé de leur irresponsabilité ?)

Il repose sur quelques leviers : croissance du PIB - taux de cotisation, âge de la retraite, durée de vie effective.
Il est probable que l'évolution de ces leviers va amener à moyen terme une réduction des pensions et/ou un recul de l'âge de départ à la retraite - mais sans remettre totalement en cause le système.

Sinon, votre vrai courage a été celui d'aller jusqu'au bout de votre démarche - et de pas reporter indéfiniment sa mise en oeuvre.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
04/12/2015
@MichelPlatini

Vous avez raison, j'étais provocateur et reformule :

Ma génération aura une retraite, mais faible eu égard du montant des cotisations et incertaine dans sa réalisation.

Notamment, l'âge de départ à la retraite excédera probablement l'âge de l'espérance de vie en bonne santé.
7) nik66
04/12/2015
Intéressant à suivre. Ceci dit, il me semble que vous avez quitté tôt et avec un capital tout de même bien réduit, ce qui augmente beaucoup votre prise de risque. Si les choses tournent mal et que la reprise d'une activité professionnelle s'impose, n'y a-t-il pas un risque d'obsolescence de vos compétences à se couper si tôt totalement du marché du travail ? C'est qu'on devient vite un brontosaure de nos jours !
Financièrement, vous n'avez en effet sans doute guère de marge et tout est investi sur les marchés financiers si je ne fais pas d'erreur. Cela me semble d'autant plus délicat actuellement que les valorisations sont vraiment très élevées et que les risques de perte en capital sont également élevés.
Le modèle repose en effet sur un investissement sur les dividendes de sociétés cotées, mais on sait que, même si certaines sociétés ont jusqu'à maintenant montré une certaine fiabilité, un dividende reste très aléatoire, le nombre d'accidents et de remise en cause de dividendes par les sociétés est assez élevée. Surtout, c'est l'espoir d'une rentabilité élevée qui me pose question : comment maintenir une rentabilité de 6% en moyenne dans une période de taux d'intérêt bas ? Franchement, j'ai bien des doutes... Surtout si vous rééquilibrez votre portefeuille au détriment des REIT qui assurait une grosse partie de vos revenus.
Bref j'ai de gros doutes sur la pérennité du système sur le long terme, mais cela m'intéresse néanmoins beaucoup ! En fait, vous aurez compris que ces interrogations que je vous pose ici, je me les pose à moi aussi...

Car pour le reste, je fais bien les mêmes constats que vous et notamment sur le premier point : la charge fiscale en France. Si je le pouvais je ne resterais pas ici. Je viens de passer à l'ISF, les taxes foncières, d'habitation... ont encore augmenté, cela finit par devenir vraiment très problématique pour qqn comme moi qui paie de l'ISF dû à un patrimoine qui ne génère pas de revenus et que, pour des raisons familiales, je dois garder !

Dans tous les cas, bonne continuation et merci de nous faire part de vos arbitrages.
8) Derival
04/12/2015
Je suis ravi pour vous que vous ayez, dès le début, ciblé votre objectif ainsi que mis les moyens pour l'atteindre.

Ce qui intéressant avec votre analogie des médecins, ou en lien avec ceux qui disent que tout le monde ne peut pas être rentier, c'est qu'en donnant justement le choix aux gens, ils se répartissent naturellement entre toutes les activités, aboutissant à un système global qui fonctionne. On ne manque pas de boulangers parce que tout le monde préfèrerait être trader...

Je trouve que c'est un révélateur des différences qui existent entre les êtres humains et qui enrichit (au sens philosophique) la société, bien meilleur en tout cas que celui de la "diversité" bien-pensante dont on nous rabat les oreilles en permanence.

Comme on en a discuté sur le forum, même si dans l'absolu tout le monde voudrait être riche (et beau, et intelligent), ce n'est une réelle aspiration pour finalement assez peu de gens. Beaucoup seront très heureux s'ils ont leur pavillon et leur monospace, il faut certes de l'argent pour les payer mais ce n'est pas ce que j'appelle un objectif de "richesse" (sauf peut-être pour notre gouvernement actuel).

Le mérite de votre site est de montrer la voie à ceux qui ont cette ambition, et de montrer que c'est possible. Beaucoup pourraient se dire que votre message c'est "devenir rentier, vous aussi ne travaillez plus toute votre vie pour un patron et une retraite minable" alors qu'il faut comprendre "si devenir rentier est votre objectif, voilà comment faire".
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
04/12/2015
@nik66

L'idée est de vivre le plus longtemps possible sur les dividendes générés par ma participation dans une TPE française (cf. les quelques évocations dans l'article) pour réinvestir les dividendes perçus par mon patrimoine financier et continuer à faire fructifier celui-ci.

Si d'aventure tout cela devenait insuffisant pour vivre, je monterais un business quelconque, fort de mes connaissances acquises lors de mes voyages, lectures, formations, que je ne manque pas de faire durant mon temps libre...

Effectivement, j'ai peu de chance d'être réembauché comme salarié en France, et ça tombe bien, car ce n'est pas mon intention !

Votre problématique liée à l'ISF est un classique... On peut aussi citer l'héritage d'une maison secondaire qui "vaut" sur le papier, mais en réalité invendable sauf à la brader complètement.
10) Gagang
04/12/2015
Bonjour,
J'apprécie votre démarche volontaire. Mais on ne peut être d'accord sur tout. A chacun sa vie et sa stratégie. La vôtre a le mérite d'avoir été mise à l'épreuve mais, à votre age, vous n'êtes pas à la merci d'un retournement de la situation économique générale.
J'aurais aimé faire comme vous; mais j'avais deux enfants. Il m' a donc fallu attendre et... payer l'impôt tout en capitalisant comme je pouvais. J'ai fini par m'arrêter de travailler à 55 ans. J'en ai aujourd'hui 72 et vis, depuis ma mise en liberté, de ma retraite et de revenus financiers, tout en ayant continué de capitaliser même si le rythme est moindre.
Depuis quelque temps, avançant en âge, je me suis dit que je n'avais plus besoin d'accumuler. J'ai donc acheté une belle maison sur la Côte d'Azur et dépense agréablement mes revenus.
Mon capital est composé à 50% de fonds en euro, 25% en actions, 20% en SCPI, 5% en livrets divers. Bien entendu, je m'interroge : ceci est il assez rentable ? mais aussi : ceci est il assez sur ? Rien n'est parfait en ce bas monde.
Merci.
11) stephane
04/12/2015
Philippe a bien raison d'essayer de vivre selon ses choix, ses projets et ses valeurs.

A force d'avoir peur de tout, on n'entreprend plus rien de sensationnel dans la vie, et c'est bien dommage...

Le fait d'être jeune, en santé et sans charge de famille lui permet de prendre des options et des risques que tout le monde ne peut/souhaite assumer.

Enfin, si pour une raison quelconque, cette approche de "rentier" à partir d'un portefeuille d'actions à forts dividendes ne marche plus, notre hôte pourra toujours se remettre au travaille, créer une nouvelle activité professionnelle dans l'informatique ou dans le conseil financier, en bénéficiant de tout le savoir acquis au cours de cette phase de son existence, ainsi que de tout le relationnel qu'il aura su développer grâce à ce forum.

Cela représente, au contraire, une très grande possibilité de rebond.

Pourquoi faudrait-il avoir peur dans ces conditions ?

Arrêtez donc de rêver votre vie, vivez vous rêves !

Stéphane
12) jean
04/12/2015
Votre mode de vie égocentré -sans jugement de valeur- est possible et agréable pour deux jeunes adules en bonne santé et sans attaches:
- envisageriez-vous de consacrer une partie de votre temps à votre mère devenue dépendante ?
- comment scolariser des enfants entre Valencia, Faro et Portofino?

La plus belle aventure de ma vie a été d'accompagner mes enfants vers l'age adulte et l'autonomie, pas de jouir en joggant SEUL sur la plage de Lit-et-mixe....
PS ceci dit, j'éprouve de l'admiration pour votre oeuvre.
13) MisterVix
04/12/2015
Je rebondis sur la question des rentiers "parasites" d'un système de travailleurs dont les impôts payent les infrastructures dont bénéficient le rentier...

C'est évidement un cliché excessif. Il y a néanmoins un fond de vérité, et je me permets d'avancer quelques idées:

1/ Comment est on devenu rentier?
Si c'est au prix d'un travail acharné, d'un trait de génie (B Gates, Zuckerberg...) et de gros efforts d'épargne bien placée, création d'une entreprise apportant un emplois à des gens etc... je crois que ce choix de vie de rentier est parfaitement respectable. Si la rente provient de l'héritage, de dynasties, de gens "bien introduits" bénéficiant avant les autres d'informations privilégiées ... Alors c'est injuste. Je suis moi même héritier, mais je n'aurais pas supporté de ne pas travailler au moins à un moment de ma vie, je ne juge pas et ne veux blesser personne, mais on ne peut pas justifier que certains naissent rentiers.

2/Ce que le rentier "demande" à la société.
Vivre de sa rente, fruit de son travail, sans rien demander à personne est respectable. Mais si la rente s'appuie sur la solidarité nationale, en exploitant les allocations, les aides diverses fruits de l'impôt, alors elle est immorale. Faire le "grand saut" de la liberté demande beaucoup de courage et est respectable, mais si c'est pour bénéficier d'un parachute d'aides sociales en cas de loupé...

3/ Ce que l'on fait de la rente et de sa vie.
Tout le monde n'est pas un brillant mathématicien ou un écrivain de génie. Mais je crois que nous avons tous quelque chose à apporter, à nos proches, à notre communauté, à notre monde. Ce point est difficile car il est difficile de ne pas juger le style de vie et les choix de chacun, mais la rente pour la rente de l'avare de Molière est un gaspillage. Quelqu'un qui profite de la vie, de sa chance et du fruit de son ancien travail est un exemple et une motivation pour les autres.

Merci pour cette lecture . Et bravo pour votre démarche Philippe, car je crois sincèrement que vous n'entrez pas dans les "cases" que j'expose plus haut.
14) fifi55
05/12/2015
Philippe,
Je prends le temps de ce petit billet pour vous écrire toute mon admiration et mes remerciements.
Votre site devrait être recommandé et remboursé par la sécurité sociale.
Vous êtes pour moi le héro "d'un monde parfait" le livre de Ira Levin que je vous recommande.
Tous les jours votre site me remonte le moral.
Sincerement pour moi vous êtes la porte ouverte dans un monde de clostrophobie.
De tout coeur j'espère que vous pourrai mener cette vie aussi longtemps qu'il vous plaira.
Encore bravo et surtout merci
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
05/12/2015
@Jean

Je ne m'érige pas en exemple, ni ne dit que c'est mieux, que les autres ont tords, etc.

Mon propos est simplement de montrer qu'une alternative au mode de vie "conventionnel" est possible et qu'il ne faut pas avoir de croyances limitantes.

La phrase "Mes enfants ont été ma plus grande joie, etc.", je l'entends tout le temps et c'est pire encore pour ma compagne qui a une pression sociale énorme sur ce sujet.

A vrai dire, nous l'entendons tellement souvent que c'en est à se demander si cela n'est pas une justification à un abandon de ses aspirations profondes (je ne dis pas que c'est votre cas).

Quoiqu'il en soit, chacun fait bien comme il veut dès lors que son propre bonheur (lire La Vertu d'Égoïsme d'Ayn Rand) ne se fait pas au détriment de celui des autres.
16) Durando
06/12/2015
Par rapport à votre préconisation d'investir dans des obligations pour diversifier la répartition de son patrimoine et le "sécuriser", j'ai une question toute bête, mais pour moi bien embetante quand-meme : je n'ai pas trouvé comment en acheter !!

Mon idée était d'en acheter via mon assurance-vie mais les fonds obligataires proposés sont très réduits (j'ai un contrat Suravenir Rendement), je n'y trouve pas les fonds qui m'intéresseraient '(par ex des fonds : Amundi ETF Govt Bond EuroMTS CB3 ; ou Lyxor UCITS ETF EuroMTS 15+Y MTF)
Et à part les supports d'assurance-vie, vu que les PEA ne sont pas éligibles aux obligations, je ne sais pas acheter des obligations ! Il faut quand-meme un support optimisé fiscalement non ?

Merci d'avance pour votre réponse.
17) Elodie01
06/12/2015
Philippe,

cette newsletter est très intéressante, j'espère bien voir "5ans"... "10 ans"... "20 ans"... de retraite précoce et si c'était à refaire...

Vous prouvez, quoi qu'en disent certains, que rente et frugalité heureuse font bon ménage et permettent de partir avec un capital relativement peu important (je dis relativement car constituer 450KE de capital demande du travail), tout en ayant une vie intéressante et enrichissante.
En lisant les commentaires, j'ai toujours l'impression que pour être rentier, il faut être ultra riche, alors que la plupart de la population vit avec en moyenne 1500€ par mois, pourquoi ne pourrait-on pas être rentier avec ce niveau-là de rente? ou tout autre niveau qui permette de mener une vie correcte sans forcément mené la "grande vie"?

En tout cas, vous prouvez que "quand on veut, on peut"... après chacun est libre de se trouver des excuses (la rente est trop petite, les enfants, la moralité, les impôts, la météo....). Bref à chacun de se prendre en main et de faire son chemin.

Et puis si le chemin parcouru ne nous permet pas d'être pleinement rentier, il nous permettra certainement d'acquérir une rente pour compléter les revenus actuels, ce n'est déjà pas si mal. Un peu d'indépendance financière n'a jamais fait de mal, même si elle n'est que partielle...

Merci pour votre suivi et profitez bien de votre vie de "rentier heureux"!
18) Jean Philippe
06/12/2015
Bonjour Philippe

Bravo pour vos lettres hebdomadaires que je lis avec toujours beaucoup de bonheur et que j'attends avec impatience.
Vous avez mille fois raison, en France, on vous décourage de travailler, les impots sont extrement lourds et la classe moyenne dont je fais partie est cellle qui est la plus touchée.
j'aurais aimé faire ce que vous faite, j'y ai souvent pensé mais n'ai jamais eu le courage de larguer les amarres, aujourd'hui j'ai 57 ans, il est trop tard ....
cette frugalité heureuse je la vis avec mon epouse depuis 25 ans et cela nous a permis d'investir ( un peu) dans l'immobilier, mais que la fiscalité est lourde et que les locataires sont protégés dans notre systeme d'assistés, je suis assez amer ....
j'ai l"idée de tout vendre et d'investir dans les valeurs immobilieres et j'aurais quelques questions pour vous meme si j'ai lu vos livre.
Enfin en ce qui concerne les enfants, resister a cette fichue pression sociale, j'ai eu une fille que j'adore, elle a 20 ans aujourd'hui, je l'aime plus que tout mais mon epouse et moi meme n'avons jamais souhaité un second enfant, c'est notre choix c'est tout et nous en avons entendu, je peux vous l'assurer.
Nous sommes certainement egoistes et alors ....
Bravo encore et je vous souhaites la réussite de votre entreprise, vous etes ne vous en déplaise, un exemple

Jean Philippe
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
06/12/2015
@Gagang
Dans votre exemple (tout à fait respectable et sensé par ailleurs), vous êtes dans la génération qui a pu partir à la retraite à 55 ans.
Pour ma génération, ce sera au moins 67 ans, ce qui est une sacrée différence, qui encourage de mon point de vue à envisager toutes les alternatives.

@Durando
Les obligations en direct, c'est trop contraignant pour un particulier en France, il faut en effet regarder du côté des fonds EUR ou trackers dans un contrat d'assurance-vie.

@Elodie01
Je reprécise quand même qu'en plus des 450 k€ j'ai une participation dans une TPE française. Elle est très difficilement valorisable, car contractuellement non cessible (sauf entre associés), mais si elle l'était, je suppose qu'elle vaudrait dans les 150 k€.

Bon dimanche à tous
20) Durando
06/12/2015
@Philippe

Merci Philippe., car je viens de comprendre : la diversification consiste à prendre des fonds euros des contrats d'assurance-vie puisqu'elles SONT (majoritairement) des obligations !!

S'agissant des trackers obligataires choisis dans un support assurance-vie, je suis en revanche méfiant dans la mesure où ceux proposés dans les contrats ass-vie (mon contrat Suravenir Rendement en tout cas) me paraissent risqués : je ne trouve que des obligations à haut rendement me semble-t-il.

Et investir dans beaucoup de fonds euros n'est peut etre pas la bonne solution non plus vu la baisse de leur rémunération attendue.
21) gimli
07/12/2015
J'ai le même point de vue que vous sur l'héritage... Je viens d'un milieu ouvrier, peut-être que cela biaise ....
Je préférerai un système fiscal qui globalement taxerait moins le travail et beaucoup plus l'héritage...
Etant entendu qu'il est déjà possible de transmettre sans frais 100k€ par parent par enfants... D'utiliser les assurances vie voire de faire des donations quand les enfants en ont vraiment besoin ... Je compte également consommer le capital pendant ma retraite....
22) Patrick
09/12/2015
Bonjour Philippe,

Et si vous nous parliez un peu du patrimoine de votre compagne, elle aussi rentière, pour que l'on puisse comprendre VRAIMENT de quoi vous vivez?
Deux rentiers avec deux patrimoines et qui vivent ensemble ,c'est pas tout a fait la même chose ,non?
Cordialement.
23) Thomas
10/12/2015
Bonjour IH,

Je suis un lecteur toujours intéressé par vos newsletters. J'ai remarqué que vous parlez assez librement de votre participation dans une PME et que celle-ci vous rapporte des revenus.
Par contre, vous ne parlez jamais des revenus générés par "devenir-rentier" (parrainages, livres, logiciels, publicités, ...). Vu la qualité du site, de vos écrits et de la fréquentation du forum, je pense que ces revenus doivent quand même représenter un beau chiffre n'est ce pas ? :).

Amicalement,

Thomas
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
10/12/2015
@Thomas

Cela "met du beurre dans les épinards", mais après TVA et impôts, ce serait bien insuffisant pour vivre.

Cela dit, il faut bien comprendre que ce que je "partage", c'est une certaine philosophie iconoclaste (qui d'ailleurs évolue au fil des mois, en six ans j'ai fait du chemin) et mon reporting "Actions", qui a la possibilité d'être reproduit (à tord ou raison) et permet de discuter.

Ce n'est pas un blog patrimonial où je suis sensé détaillé mes revenus, ceux de ma compagne, etc. pour prouver quoi que ce soit ou satisfaire à la curiosité de chacun, que je ne force par ailleurs, pas à me lire.
25) PATRICK
10/12/2015
Bonjour IH,

Alors, piqué u vif ? Dommage, ce n' était pas mon propos, pas plus d'ailleurs qu'une curiosité malsaine vis a vis de votre compagne.

Par contre, comme beaucoup de jeunes Y pensent pouvoir, et a vous lire depuis des années, se la couler douce dès les 500.000€ de patrimoine financier atteint, je pense qu'une certaine transparence, qui n'exclut pas l'anonymat n'aurait pas été inutile dans la réflexion d'arrêter ou non de travailler à 35 ans...
26) CCMH
10/12/2015
Bonjour à tous,

Voyons Patrick...Madame est jeune , belle et riche ( elle possède, entre autre, plusieurs châteaux en Espagne d'ou les déplacements fréquents de notre hôte) et nous rêvons tous de la rencontrer un jour..soupir...

Bien à vous :),

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.