Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #154

Vivre en Espagne : deux témoignages à Barcelone et Benidorm

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3373 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3373 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

9 commentaires

1) emSitges
01/05/2015
Merci pour ces témoignages où je me suis retrouvé moi qui vit également à coté de Barcelone.

Vince vous avez un NIE (numéro d'identification d'Etranger) et si vous êtes Européens vous n'aurez aucun soucis à être résident en Espagne. Il vous suffit de vous déclarer à la mairie. Par contre si vous n'êtes pas Européen, il est vrai que c'est plus compliqué.

L'immobilier c'est comme pour l'investissement value. Si vous pouvez supporter la baisse comme la hausse alors tout ira bien.
2) Vince
01/05/2015
Le NIE ne suffit pas pour avoir la "carte verte" de résident. Parmi les nombreuses démarches administratives, il faut une attestation de sa banque espagnole prouvant qu'on a assez de sources de revenus (sans ce document on risque d’être refoulé). Je crois que c'est 700€/personne. Donc quand on a rien pour justifier et que la copine ne bosse pas en plus... :/
A la base, je voulais être résident et y mettre mon "Autonomo" pour payer moins de charges d'entreprises, tout en vivant au soleil. Mais ma copine n'ayant aucun statut, cela posait soucis.

Aussi, attention ! Pour le Non-Résident, son séjour à l’étranger ne peut dépasser 183 jours/an, déterminé selon les relevés de consommations électriques et eau ici. Si, on dépasse : amende !
J'ai récemment prix une adresse en France (Studio) pour ne pas dépasser ce délai et pour gérer le courrier de mon EI et celle de l'auto-entreprise de ma copine.
Et de toute façon, j'ai veillé à ce que les factures d’électricité et eau soient au nom du proprio espagnol.
Je ne voudrais pas me retrouver à payer des impôts sur le revenu ici (ceux-ci sont plus forts qu'en France pour ma tranche), déjà que mon entreprise est en France où les charges d'entreprise sont plus bien plus fortes qu'en Espagne. J'aurai faux sur les 2 tableaux là !
3) bzheire29
01/05/2015
Perso, je suis d'accord avec vous, du point de vue économique et climat. Mais personnellement, je ne me vois pas vivre ailleurs qu'en Bretagne et plus précisément Brest. Le coût de la vie reste raisonnable par rapport aux autres villes côtières en France, les activités sont bien fournies... Autre point à considérer, l'attachement à ses racines, difficile de "fuir" lorsque nous avons tout (ou presque) de disponible...

NB: Je travailles en expatriation et passe seulement la moitié de l'année en Bretagne. j'observe aussi les inconvénients suivants, tels que l'agressivité (liée au stress?) d'une partie de la population, qui reste cependant plus faible par rapport aux plus grandes villes françaises, et les conséquences économiques et sociales des réformes nationales ou européennes applicables.
4) Azorgues
01/05/2015
Pour ma part, j'ai bien aimé cette NewsLetter. Il est vrai qu'en Espagne on retrouver une certaines ambiance agréable... Pour ce qui est du travail c'est autre chose. Mais le cadre est idéal... J'ai ce même echo à redonner.

Je recommanderais les Pays-Bas combinant Travail - Joie de vivre - Cadre agréable et Gros potentiel.

Par contre mon expérience en Grande Bretagne à Birmingham il y a 2 ans s'est mal passé..
Pas de travail, Racisme, Ambiance nauséabonde, restos infectes, hôtels minables, loyers effarants... A moins d'être Trader à Londres, le pays n'a vraiment plus aucun potentiel.
5) jerome
02/05/2015
Sur l'image investisseur heureux vs carmignac concernant le Reporting d'avril 2015, il me semble qu'il y a un pb car le graphe n'a pas évolué depuis février !
6) zetrader
02/05/2015
"Le NIE ne suffit pas pour avoir la "carte verte" de résident. Parmi les nombreuses démarches administratives, il faut une attestation de sa banque espagnole prouvant qu'on a assez de sources de revenus (sans ce document on risque d’être refoulé). Je crois que c'est 700€/personne. Donc quand on a rien pour justifier et que la copine ne bosse pas en plus... :/"

Je ne comprends pas, moi j'ai le NIE permanent (demandé et attribué avant la période Rajoy) et la carte verte de résident, et on m'a demandé aucune justification de revenu pour avoir la carte verte de résident (je l'ai demandé pour pouvoir ouvrir una cuenta sin nomina chez ing, car ils me demandaient ce document pour l'ouverture d'un compte chez eux). Sinon aucune banque espagnole ne m'a demandé de justificatif de revenu (ouvert d'abord chez bancaja, devenu bankia puis ensuite chez ing succursale espagnole).
7) emSitges
02/05/2015
Il est vrai que l'Espagne ne veut pas être un pays d'accueil des chômeurs de l'Europe et demande des contreparties: Sécurité sociale du pays d'origine, investissement dans des entreprises et ou des immeubles (comme tout pays européen d'ailleurs). Il n'y a pas de CMU et ils ont déjà du mal à gérer les 2 millions de personnes qui n'ont plus de couverture sociale.

Par la suite si vous créé une entreprise du type sarl (SL ici). Vous êtes obligatoirement affilié à la sécurité sociale espagnole des autonomos et vous commencez à cotiser (je paye 316,02 € par mois qui sont pris directement sur mon compte en banque).
Par la suite vous pouvez ne pas vous donner de salaires mais vous payer en dividendes, faire passer vos frais sur la société (téléphone, partie de votre appartement, partie de l'électricité, de l'eau etc...) .
Les dividendes sont taxés entre 19 et 21% et il faut également bien sur compter l'impôt sur les sociétés.
La sécu est assez basique ici et il faudra ajouter une mutuelle pour couvrir les frais dentaires, d'optiques et de cliniques privées.

Maintenant Vince vous vouliez aller en Thaïlande, les lois sur le visa y sont bien plus sévères : Si vous n'avez pas 50 ans et que vous n'êtes pas un investisseur ou un employé au statut d'expat vous ne pouvez y rester que 3 mois par an.

http://www.thaiembassy.fr/fr/visa/visa-non-immigrant-«-o-»/
8) dom67
02/05/2015
Intéressants témoignages. Coté qualité et coût de la vie, c'est convainquant.

J'en profite pour reposer aux résidents permanents mes questions posées précédemment dans la file Retraite : où passer sa retraite ?

- Quel est le coût d'une couverture santé complète pour un retraité précoce. Si on n'a ni salaire ni société, sur quelle base les cotisations sont-elles établies ? Combien cela coûte-t-il par mois (base + mutuelles) et combien reste à charge ?

- Fiscalité des revenus financiers. Comment sont taxés les plus-values sur actions, dividendes, intérêts, revenus fonciers espagnols / français, revenus et retraits d’assurances-vie.

- Question subsidiaire : Pourquoi avez-vous choisi l'Espagne plutôt que le Portugal par exemple ?

D'avance merci.
9) Miguel
03/05/2015
Bonjour
Je suis très admiratif par vos réussites individuels
je suis actuellement aussi en recherche de vivre mieux et arrêter de me faire taxer sur tout.
Je suis en bi activitée (salarié et consultant en finance et immobilier)
Pour l Espagne je suis à la écoute de vos commentaires et peux aussi vous recommandé le côté vigo et El grove
moins touristique que Barcelone et aussi bon vivre et moins chère
tout dépends de ces besoins bien sûr .
Je lis dans vos commentaires que c est plus simple de créer son activité en Espagne ?
Comment c est pour les impôts ?
Merci d'avance avance
ps si vous souhaitez investir en immobilier neuf
je suis à votre disposition
j ai un partenariat avec des promoteurs de la côte Basque
fort développement économique dans les 20 prochaines années

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.