Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #142

Attention à la fausse diversification géographique !

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3357 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3357 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

6 commentaires

1) Bergamote
07/02/2015
Bonjour,

1) La dernière newsletter indique: "Dans ce cas, il préférable d'investir dans l'entité juridique anglaise, donc ici Unilever PLC, car la fiscalité des dividendes est plus favorable"

Après recherche, je crois comprendre que:
- les retenues à la source sont respectivement pour UNILVER PLC et NV de 10% et 15% ;
- ces retenues ne peuvent être compensées par les crédits d'impôts correspondants dans un PEA (car non soumis à imposition) ;
- préférer PLC permet une économie de 5% de retenue.

Ce raisonnement est-il correct?

2) Par ailleurs, il est indiqué que ces 2 holdings juridiques sont "distinctes" mais savez-vous si elles détiennent toutes deux les mêmes % de participation dans des filiales identiques?

Par avance, merci pour l'éclairage de celles et ceux qui voudront bien échanger.
2) Garprenti
08/02/2015
Bonjour Philippe,

Concernant les titres à double listing Angleterre/Pays bas, l'ecart de valorisation que l'on peut constater entre les cours de bourse des deux entités ne tient-il pas compte de la difference de traitement fiscal?
Dans ce cas, peu importe l'entité choisie, et seuls la liquidité et les frais de transaction auraient de l'importance, non?

Bonne semaine à vous, cordialement,

Garprenti
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
08/02/2015
@Bergamote
1) 0-10% sur les dividendes UK, 15% sur les dividendes hollandais. Votre raisonnement est correct.
2) Aucune idée.

@Garprenti
Je ne suis pas sûr que l'écart de valorisation en tienne complètement compte. Dans le doute...
4) Canis
08/02/2015
Bonjour,
C'est anecdotique: Je suis étonné que vous vous félicitiez du prix dérisoire des fruits et légumes espagnols. Vous n'êtes pas sans savoir que cela implique des exploitations industrielles dont les productions sont une catastrophe écologique (consommation d'eau, usage massif de pesticides que le consommateur ingère ensuite) et gustative -qui aime leurs fraises et tomates ?
Cordialement
5) mamco
11/02/2015
Bonjour Philippe,
Je vous remercie de vos informations toujours profitables -
Cotation sur plusieurs marchés de la même société : sans grands risques -
J ai profité de cette possibilité pour acheter des titres Americains également traités sur XETRA , parce que j ai des euros en cash
Mon intérêt personnel : j ai atteint la limite des transactions que je voulais faire en USD, tandis que pour les euros ......
6) MisterVix
13/02/2015
Bonjour et merci pour votre newsletter.

Je comprends donc que, pour BP par exemple:

1/Le titre BP US et BP GBp évoluent conjointement et servent le même dividende

2/ En revanche la fiscalité n'est pas la même sur ces titres

3/L'effet de change n'est pas non plus le même. Puisque je reviens à l'Euro à la clôture de la position, l'évolution de Eur/USD et Euro/GBP influe sur la performance.

4/ Pour moi qui suis chez IB, les frais de transaction sont extrêmement différents selon que je traite en GBP ou en USD.

5/Je note toutefois que le prix unitaire de l'action n'est pas du tout le même en USD ou en GBp. Celà influe sur le nombre de titres, et donc sur la "flexibilité" de la position.

AUriez vous l'amabilité, Philippe ou un autre membre averti, de me corriger? Merci.

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.