Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #138

Augmenter ses dividendes avec l’effet devise

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3370 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3370 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

14 commentaires

1) Alex
10/01/2015
Il faut observer également que 10% de baisse sur l'euro génère plus que 10% de gain sur la valeur de l'action : 1/(1-10%)=11,1%. L'effet n'est pas linéaire, la baisse de l'euro est amplifiée !
2) hertell
10/01/2015
Merci Philippe pour cette démonstration pertinente, simple et compréhensible par tous. j'ai mis du temps avant de me lancer dans un portefeuille d'actions US et CANADA et en avril 2014 j'ai commencé à le constituer, à l'aide du forum et des newsletters mes achats ont été réalisés alors sur les bases d'un dollar US à 1,38 et d'un dollar CAD à 1,52. a ce jour toutes mes lignes sont en PV (excepté ARCP) pour les raisons que vous connaissez. Donc avec un peu de réflexion, de patience, de travail personnel, on peut arriver à améliorer sa condition, ce forum, ces newsletters ont été pour moi une véritable aide de tous les jours...Bonne année à tous !
3) parisien
10/01/2015
Cette newsletter, contrairement à plusieurs des précédentes, ne présente pas beaucoup d'intérêt, car la variation des devises ne peut être prédite.
Si IF était aussi sûr que l'euro allait baisser fortement , comme cela s'est effectivement produit sur les 12 derniers mois, il aurait pu faire fortune sur le marché des changes, en multipliant par 20x ou 50x son capital.
Or il ne l'a pas fait, ce qui montre que l'exercice était loin d'être évident.

Dans le même ordre d'idée, il est amusant de lire:
"Le triptyque idéal est donc :
l'action décote sur ses actifs en devise locale
l'action cote sur ses plus bas historiques en devise locale
la devise locale est faible par rapport à l'EUR
En dehors de Digital Realty, d'autres foncières cotées étaient dans cette configuration l'année dernière, comme HCP",
amusant, car l'investisseur néophyte pourrait croire qu'il est facile de gagner de l'argent en bourse quand les astres (ou le triptyque ci-dessus) sont alignés.
Or même dans ce cas, c'est loin d'être évident, comme le cas d'IH en 2014 le montre: au lieu d'investir énormément sur HCP, il a surinvesti sur ARCP, qui malgré son petit rebond récent a causé à IH une ENORME perte d'opportunité (que s'il avait investi comme moi dans d'autres REITs).

Songez en effet que les REIT US on augmenté de +25% en USD en moyenne en 2014 (et donc plus de +40% en euro). Or IH a totalement raté cela car il a fortement surpondéré quasiment la seule REIT qui au lieu d'augmenter énormément en 2014, comme les autres, s'est effondrée en 2014. Rageant, n'est-ce pas?
Tout cela, non pas pour se moquer d'IH ou lui jeter la pierre (tout le monde, moi compris, a fait des erreurs en bourse) mais pour l'inviter à plus de modestie et à nuancer davantage ses affirmations comme ci-dessus.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
10/01/2015
@Parisien

Les liquidités pour ARCP je les ais eu en mai 2014, quand les opportunités sur HCP, DLR, ACC, et d'autres abordées dans cette newsletters étaient passées.

Après, effectivement, je n'avais pas prévu l'erreur comptable sur ARCP, vous m'en excuserez.

Bon week-end
5) Reitner
11/01/2015
Je poste peu mais je me pose souvent la question: second degré Parisien ? (Ici de le voir parler de modestie)
6) parisien
12/01/2015
Reitner,
Encore une fois, le point principal ici est le (faible) intérêt d'une lettre intitulée "Augmenter ses dividendes avec l’effet devise", car l'ampleur et le timing de cet effet est largement imprévisible et invite à la modestie (on peut en profiter, comme moi et plus fortement encore IH , qui est davantage encore que moi surexposé sur les valeurs US en pourcentage de ses actifs, mais on ne peut pas s'en prévaloir car c'est le hasard qui joue beaucoup).
Qu'avez-vous appris et retenu de cette lettre? pas grand chose, probablement.
Et si dans deux ans le USD baisse de 15%, diminuant d'autant les dividendes d'IH, va-t-il écrire une autre lettre intitulée "Baisser ses dividendes avec l’effet devise"?
D'autant qu'IH subira alors de plein fouet ce mouvement s'il se produit, car je doute fort que juste avant il bascule tous ses actifs hors de la zone USD ou il prend une couverture de change USD/EUR.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
12/01/2015
Bonjour Parisien,

Sans vouloir polémiquer...

1) Le titre de la newsletter est un peu "marketing", plus parlant que : "comment l'évolution des devises influe sur la performance de votre portefeuille boursier et l'évolution de vos dividendes perçus", n'y voyez pas de vantardise.

Dans l'exemple avec Digital, j'emploie même le terme "coup de chance".

2) Bien que nous apparaissant triviales, ces questions de devises sont mal comprises des membres du forum, qui s'imaginent par exemple qu'en achetant Royal Dutsh Shell au London Stock Exchange ils sont diversifiés en £ ; tandis qu'en l'achetant sur Amsterdam ils restent en €.

3) Même si l'évolution des devises est imprévisible, on peut malgré tout présager pour les principales devises de phénomènes de retour à la moyenne, à moyen terme.

À 1,55 ; on pouvait quand même légitimement penser qu'il y avait plus de chances d'un retour à 1,20 que d'aller à 1,70...

De la même façon qu'actuellement, on peut légitimement penser que le baril du pétrole reviendra plutôt à $80 que de descendre à $20. Rien ne le prouve et je ne spéculerais pas sur le baril. Mais j'aurais plutôt tendance à investir sur les sociétés pétrolières maintenant que quand le baril cotait $140.

Bien à vous
8) parisien
12/01/2015
Loin de moi la volonté de polémiquer stérilement.
Je prends note de vos derniers points, tout à fait valables et de votre souci légitime de faire un peu de marketing et aussi de s'adresser à des lecteurs moins connaisseurs de la finance (encore que même les plus ignares dans ce domaine doivent se douter qu'au moins à court et moyen terme, un épargnant va augmenter ses dividendes exprimés en euros s'il a investi dans des sociétés américaines et qu'ensuite le dollar monte ...)

PS: Une réaction (ce sera la dernière) à votre dernière phrase ci-dessus: "Mais j'aurais plutôt tendance à investir sur les sociétés pétrolières maintenant que quand le baril cotait $140.":
oui, mais .... pour le moment, j'ai l'impression que les grandes pétrolières anglo-saxonnes comme Exxon sont toujours pricés comme si le baril allait assez vite revenir à 100$ (son cours exprimé en euro n'a en effet que très très peu baissé depuis six mois).
Donc oui, vous avez intérêt sans doute à investir massivement sur ces sociétés pétrolières, mais faites le surtout quand elles seront pricées comme si le baril allait rester dix ans à 50$. Donc pas maintenant.
9) Seb_27
12/01/2015
Bonjour
Voilà des exemples de scénarios bien concrets, bravo pour ce travail qui ouvre les yeux des futurs investisseurs en herbe...
cdlt
10) stonga
13/01/2015
Bonjour

@ parisien Je cite : " ... car la variation des devises ne peut être prédite" . Il ne s'agit pas de prédire, mais de concevoir une tendance.
Vu les réalités macro-économiques (l'évolution relative & anticipée des taux considérant la croissance effective) , il était prudent de parier sur une forte hausse du USD. À noter que l'aud/eur reprends vigueur.

> lire 2 extraits sur le site - La revue de notre sélection de fonds

1/ "... et le dollar a fortement rebondi, tirant logiquement parti du différentiel de croissance entre les États-Unis et le reste du monde."

2/ " ... car la normalisation des politiques monétaires va engendrer de la volatilité. Les changes deviennent une classe d’actif majeure, et l’Europe un champ trop étroit."


@ Philippe_IH Concernant l'investissement excessif en ARCP, n'est-il pas le fait d'une trop grande prise en considération (aveugle, oserais-je dire) des achats "par les initiés" ?

- > Concernant les dividendes étrangers : ma banque en ligne (pays national) me permet de les déposer sur un compte "virtuel" en devises.
C'est bien pratique.

Info décalée : avez-vous vu le rebond de Frontline?
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
14/01/2015
@Stonga
Il est vrai qu'aussi bien pour ARCP que CYS, les achats d'insiders ont contribué à un biais peut-être trop positif...

Concernant Frontline, je ne suis plus trop depuis que j'ai soldé ma position sur Nordic American Tankers.
12) djd
14/01/2015
Bonjour, et merci pour ces newsletters éclairantes.

Une questions simple : pourquoi vos dividendes ARCP n'ont ils pas été ajustés dans le tableau annuel ?

A ce jour, le dividende de janvier et février saute. Mars aussi ? Ce qui réduit de plusieurs milliers d'euros le total de 2015.

Au point de le faire passer, pour ce trimestre au moins, sous la barre des deux SMIC
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
14/01/2015
Bonjour,

J'utilise le calendrier pour me donner une vision en rythme de croisière. Comme la suspension du dividende sur ARCP est très temporaire, je n'ai pas jugé utile de la représenter.

Mais vous faîtes bien comme vous voulez sur propre fichier.

Bien cordialement,
14) Thomas Aurlant
14/01/2015
A mon avis, ce qu'il faut retenir:
- l'effet devise ne doit pas être négligé par l'investisseur. Plusieurs solutions existent: couverture, diversification des devises...
- une action de REIT reste une action, avec toutes les incertitudes que cela implique
- lorsqu'on veut vivre de ses investissements, et des dividendes, il faut avoir conscience de l'instabilité des rendements. On a beau essayer de sécuriser un maximum ses ressources, l'univers boursier est par nature changeant et imprévisible. Il est nécessaire de lisser les investissements à la fois sur le temps et se diversifier un minimum.
Beaucoup de gens critiquent les paris de l'IH sur certaines valeurs qui ont connus des déboires récents, mais il reste néanmoins diversifié. D'autant plus que les dividendes ne sont pas sa seule source de revenus. Trop de diversification nuit au rendement.

La vie de l'investisseur est faite de choix, qu'il faut assumer. Je trouve ici que TOUT est assumé et expliqué, ce qui reste rare, quel que soit le domaine.
On peut ne pas être d'accord avec certaines approches, mais à chacun d'assumer ses choix propres...

Bravo Philippe et bonne continuation !

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.