Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #65

Comment trouver des entreprises extraordinaires ? (4/5)

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3370 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3370 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

12 commentaires

1) Saintout
12/04/2013
Dans la partie actions,
après la ligne: [légende : société | industrie | présence dans n portefeuilles | écart ]

Pourriez vous mettre la police Courrier New:

C'est moins joli, mais au moins tout est aligné, car cette police a les caractères fixes (non proportionnel)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
12/04/2013
Bonjour,

La newsletter envoyée par email s'affiche normalement correctement. :-)

Ici c'est un copié-collé rapide que je fais à des fins d'archivage mais cela n'a pas vocation à être le vecteur privilégié de consultation.

Bon week-end !
3) clero
12/04/2013
Merci encore de partager vos connaissances
Je n'ai jamais vraiment étudiés les "EBITDA intrest coverage" mais ne serait-ce pas l'inverse : earning divisé par intérêt. Ce serait plus logique.

Mais l'idée est bien comprise : il faut gagner plus d'argent que ne nous coute notre dette, pas de soucis ;)
4) Trex1234
13/04/2013
Bonjour,

Je me fais la même réflexion que Clero, EBIDTA/ intérêt semble plus logique, non?
5) gentlemanfarmer
14/04/2013
bonjour,

ça marche dans les 2 sens il me semble... du moment que l'interpretation derrière est faite dans le bon sens...
6) gentlemanfarmer
14/04/2013
mais cout de la dette/ebitda me semble plus logique (part que représente le cout de la dette dans l'ebitda)
7) Ricou
15/04/2013
c'est un double plaisir: vous lire et comprendre (grande pédagogie)

Merci Philippe
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
15/04/2013
Bonjour,

Bien vu, il y avait une coquille dans la newsletter, c'est bien EBITDA / charges des intérêts (donc EBITDA au numérateur) pour le ratio Couverture des frais financiers par l'EBITDA.

C'est la formule utilisée par XlsValorisation, sur les captures d'écran, etc.

EDIT : comme le rappelle Serge, pour le ratio Dette financière nette sur EBITDA, l'EBITDA est au dénominateur par contre.

Désolé pour la confusion entraînée par cette coquille.
9) Serge
15/04/2013
Clero et Trex bonjour,

Il me semble que vous ne parlez pas de la même chose que Philippe :
- Vous parlez de la couverture des intérêts par l'EBITDA (prendre l'EBIT ou l'EBITDA - CAPEX semble d'ailleurs plus approprié, puisque le Capex doit être payé et on ne peut pas le dépenser pour couvrir les intérêts, sauf pour une entreprise "capex light")
- Philippe parle de la dette long terme totale sur l'EBITDA (et EBIT ou EBITDA - CAPEX me semble toujours plus adapté car on ne peut pas repayer sa dette avec l'EBITDA, sauf pour une entreprise "capex light")

Anecdote historique : La débâcle des junk bonds a d'ailleurs été violente au cours du siècle passé car les analystes regardaient uniquement la couverture de l'endettement par l'EBITDA et ont "oublié" que les entreprises pouvaient avoir un capex.

EDIT

Erratum : désolé, j'ai mal lu. Mea culpa !

Vous avez raison, Philippe parle bien des intérêts, pas de l'endettement total (un critère de plus Philippe ?).
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
15/04/2013
@Serge

Pour la dette financière nette sur EBITDA, je préfère ne pas en parler comme ratio "principal" car la bonne fourchette pour celui-ci va aussi dépendre du secteur d'activité, donc cela complique un peu et rend le ratio moins "universel" que ceux déjà évoqués (ROIC, CROIC, beta, etc)...
11) Serge
15/04/2013
Je comprends le sens de la remarque et ne peux pas opposer un non formel. Toutefois, si l'entreprise passe 10 ans à repayer une dette LT par son EBITDA, il y a de quoi être inquiet (surtout si on tombe sur un "faux moat", ce qui arrive beaucoup plus souvent qu'on ne le croit, y compris pour les analystes les plus passionés).

Pour ma part, si dette LT est supérieure à 5 fois l'EBITDA-maintenance capex (l'EBIT étant un indicateur adéquat de la chose pour une méthode mécanique), il y a vraiment intérêt à ce que la chose soit plus qu'amplement justifiée... Et encore, d'expérience, c'est trop souvent jouer avec le feu pour pas grand chose.
12) Trex1234
15/04/2013
Merci à tous d'avoir pris le temps de me répondre.. ;)

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.