Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #45

Goodwill : des pertes qui ne sont pas des pertes

S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3365 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 




S'enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires

Rejoignez nos 3365 lecteurs hebdomadaires !

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement notre newsletter boursière et le livre “S’enrichir en bourse avec les entreprises extraordinaires” :

 



 

4 commentaires

1) Serge
24/11/2012
Bonjour Philippe,

Quand je lis ta newsletter, j'ai le sentiment, peut être à tort, que tu dis qu'HP n'a pas perdu d'argent.
Sur l'exercice, c'est peut être vrai, mais pourquoi ne pas compter cette dépense "stratégique" qu'est l'acquisition en question en tant que capex de maintenance sur plusieurs années ? On a l'impression que ces sous ne sont jamais perdus.
Pourtant, dans la réalité, il est évident que si HP fait des deals Autonomy chaque année, elle ne fera en pratique que des pertes.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
24/11/2012
Hello Sergio, merci pour le commentaire pertinent !

Pour moi la "perte" liée à l'acquisition a déjà eu lieu au moment de l'achat, avec une diminution de la trésorerie et une hausse de la dette. En reparler aujourd'hui c'est la "comptabiliser" deux fois.

En plus, elle est subjective, car qui sait maintenant vraiment qu'elle est la valeur d'Autonomy ? Qui ne dit pas que Meg a chargé la barque pour récupérer des stock-options avec un strike avantageux ?

Je vous rejoins totalement sur le capex de maintenance, et dans le cas d'une entreprise qui serait serial acquéreur, les acquisitions sont définitivement une forme de capex. Et clairement ça a été le cas de HP ses dernières années, avec de la R&D en baisse et plusieurs acquisitions catastrophiques : EDS, Palm, Autonomy.

Meg Whitman a cependant explicitement dit que les grosses acquisitions, c'était fini, priorité à la R&D interne. Sur cette hypothèse, je ne comptabiliserais donc pas les acquisitions passées en capex de maintenance future, même si le faire pourrait être parfaitement légitime compte tenu de l'historique...
3) Serge
24/11/2012
Je suis d'accord sur le fait qu'il n'est pas pertinent de tout comptabiliser comme CAPEX de maintenance sur 1 an. Sur ce point vous avez tout à fait raison. En revanche, capitaliser un certain montant sur 10 ans en se basant sur la taille du goodwill lié aux acquisitions passées (une sorte de R&D si l'on veut, comme le dit Chanos) me paraît tout à fait prudent pour une hypothèse de pire cas (celle que je retiens dans mes thèses d'investissement généralement).

Je suis le premier à espérer que Meg Whitman arrêtera les serials acquisitions pour pouvoir rentrer à un cours suffisament bas par ailleurs. Ainsi, l'hypothèse de pire cas n'aura pas lieu et on aura alors une très bonne surprise à l'upside. Il s'agit juste pour moi d'être conservateur.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
25/11/2012
Bonjour Sergio !

Nous sommes totalement en phase en fait. :-)

Mais je suis bien obligé de faire confiance à Meg :

Dell est votre idée et HP la mienne !

Une PV sur Dell me ferait plaisir mais aura un goût amère si HP ne suit pas ! :-)

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.